CONSEIL : Editing workflow
0 Photo sans légende = une photo fichue !

Une photo sans légende ni mot-clés est une photo fichue ! Vous qui disposez d’un outil comme Lightroom pour appliquer des méta données, servez-vous en… Au CERN, ils auraient pu y penser avant.

« Quelque 120 000 photos noir et blanc prises entre 1955 et 1985 sont en cours de numérisation, à la fréquence de plusieurs centaines de lots de fichiers téléchargés par semaine. Ces fichiers sont automatiquement triés dans des albums en fonction de certaines données préexistantes. Dans la plupart des cas, les photos peuvent être identifiées grâce à un minimum d’éléments de description. Toutefois, pour de nombreux albums, il manque des titres, le nom des personnes figurant sur la photo, une description des équipements concernés, etc.  » 

 

fallait y penser avant !
APN : Nikon
9 Pourquoi le Nikon DF est-il… pathétique ?

J’avais raté cette vidéo ou le génial Kai nous explique dans les rues de Hong Kong, pourquoi le Nikon Df est si mauvais. Ergonomie ridicule, AF pas rapide, mélange des genres et manque d’idées, c’est à ne pas louper. Apprenez à reconnaitre les mauvais appareils ça vous aidera à trouver les bons.

Commentaire d’un de nos lecteurs avisé : « J’ai du avoir pas loin de 8 F2 A (mon préféré bien au dessus de tout) ou AS, 5 nikkormat FT/EL et une douzaine de FM/FE/FM2/FE2 !

Eh bien ce DF ne m’a jamais fait ni chaud ni froid et même sa prise en main ne m’a donné aucune émotion ! Pour moi c’est une occasion totalement raté de toucher au cœur les « vieux » photographe qui adoreraient un boitier NIKON vraiment vintage par sa simplicité d’utilisation, allié à la modernité d’un capteur d’aujourd’hui. A côté de ça, prendre en main un Fuji XT 1 me donne très envie d’en avoir un. »

 

une belle occasion de gâchée !
COUPS DE GUEULE !
50 Yosemite : son Finder gentil, mou, infantilisant…

Tout n’est pas moche dans Yosemite. Il y a aussi quelques améliorations appréciables, les Polices système par exemple. Une simplification souvent bienvenue, ainsi que quelques autres détails accessoires… Allez lire les nombreuses pages qu’y consacrent les « Mac fans » sans le moindre regard critique.

Oui, mais il y a aussi quelques horreurs ! Ainsi, dès que je vais devoir changer d’application (Cmd Tab), je vais devoir supporter ce logo disgracieux à gerber, sensé personnifier « Monsieur » Finder ?

finder

Que bientôt il faudra peut-être appeler Mikey ? Ou Ronald ? Histoire de le rendre plus sympathique et convivial ? Plus accessible ? Plus gentil ? Puisque Apple nous invite désormais à évoluer dans un monde de « Bisounours », de gentils consommateurs de Cloud… Bien lisses, bien flat et qui ne « pue pas des pieds » au Genius bar… Mais avez-vous déjà réfléchi à ce que signifie vraiment ce mouvement du « flat design » qui prospère d’Android à iOS ?

Et bien il s’agit d’une tentative de rationalisation de la galaxie informatique : que les multinationales voudraient plus « féminine », plus propre, plus rassurante, plus hygiénique et plus colorée ! Sensé être débarrassée des bugs (enfin, idéalement…), de façon à rassurer les utilisateurs devenus des consommateurs de salon… Le « flat design » s’éloigne très loin (ou plutôt dissimule « très en dessous ») cet univers technique inquiétant et masculin, de la bidouille, de l’informatique pure et dure qui imposait de travailler et de réfléchir un minimum pour comprendre…

Cette informatique à base de « Système de fichier » (système de navigation archaïque qu’Apple rêve d’abolir pour mieux fidéliser – enfermer – les utilisateurs) dont le code se programme quelque part à Delhi ou Bombay, pendant que les consommateurs Américains et Européens roupillent en rêvant peut-être de Woody ou de Buzz l’éclaire (trop engourdis après un repas trop riche, ou trop avachis après un petit pétard… pour rêver de « lendemains qui chantent »).

Il faut en effet être conscient qu’un utilisateur qui « comprend » l’informatique est un utilisateur libre, donc pas une vache à lait ! Libre de changer de système d’exploitation pour aller voir si l’herbe n’est pas plus verte (et moins chère) ailleurs, libre de « tricher » éventuellement… Libre de ne pas acheter un logiciel sur abonnement, libre de ne pas upgrader son système si c’est inutile… Au contraire le consommateur idiot (qui n’a jamais appris à utiliser un système de fichier) : est un consommateur fidèle pour ne pas dire captif !

Le flat design a pour mission de vous emporter très loin de cet univers « du bureau » ! Par exemple en vous cachant les url des sites que vous visitez dans safari (en voilà une belle connerie), pour vous porter vers un monde rêvé ou l’on aurait plus besoin de saisir des adresses pour visiter les pages qui vous intéressent… Il suffirait de suivre docilement les liens que  les sources « autorisées » vous proposent !

Plus besoin non plus de travailler pour être génial ! Il suffirait de jouer avec Garage Band, pour faire mieux que Mozart… Il suffirait de « tapoter » sur iMovie pour devenir tous des Kubrick en puissance… Il suffirait d’appliquer un « effet HDR » sur une photo pour rivaliser avec Cartier-Bresson… Et le « hipster » barbu (parcequ’en fait, fainéant), de se transformer en créateur (ou tif) en un clic !

C’est beau non ! Bienvenue dans le nouvel Eldorado : dans l’ère de l’entertainment et de la consommation ou tout se fait tout seul, ou tout s’achète. Et ou il n’est plus besoin de suer pour créer…

Pourtant les artistes (les vrais), savent bien que la création est obligatoirement douloureuse et fatigante… et que non l’iPad n’est pas faite pour travailler ! 

Voilà résumé le crédo de ce nouveau logo obèse en plastique mou. D’une laideur à gerber, mais plus « gentil » que son prédécesseur (qui était rectangulaire donc pas sympa)… Désolé Apple, mais ton logo pour attardés je n’en veux pas, je le refuse (et vais chercher un hack pour le niquer).

Car je n’ai pas grandi, pensé, étudié dans le pays de Descartes et Molière, ni payé mon Mac au prix fort… pour vivre dans cet univers là ! Un monde en plastique, plus écoeurant et sucré que du Nutella avalé à la cuillère à soupe… Un univers peuplé de jolies icônes bleues pour les garçons et roses pour les filles. Des icônes qui ne ressemblent plus désormais qu’à des jouets depuis iOS 7 ! On ne me prendra pas (moi adulte), plus longtemps pour un con : cette icône du Finder est « infantilisante ». Lire la suite (vite)

 

Au delà de la laideur : ce qui se cache derrière le "flat design"
000 - A LA UNE
2 Adobe Aperture Importer (importe aussi iPhoto)

Pour ceux que ça intéresse, voici le plug-in (Add-on) Adobe Aperture Importer, chargé d’importer vos bibliothèques Aperture et iPhoto vers Lightroom… Vous verrez, la procédure d’installation est un peu nouvelle.

Et vous constaterez probablement un message d’erreur, qui vous laissera penser que l’installation à échoué… Mais non. Rendez-vous dans le Menu Fichier > Modules Externe – Extra… Bien entendu : impossible de récupérer les développements et recadrages (faut pas rêver non plus hein ;-) Ce plug-in importera les images originales et les copies exportées avec les développement. Voici les seules meta-données qui seront récupérées… Lire la suite.

 

iPhoto / Aperture : la délivrance !
MAC OS X : Macintosh Hardware
15 Mac Mini enfin mis à jour…

La seule annonce vraiment intéressante du jour pour les photographes, me semble être la mise à jour du Mac mini… Voici enfin la plateforme Haswell pour le Mac Mini, ainsi que le Thunderbolt 2 (quoique l’acheteur typique d’un Mac Mini s’en fout un peu du Thunderbolt). Le Fusion Drive est disponible en option.

Le premier prix est à 499 € avec un double coeur cadencé à 1,4 GHz, mais ce n’est pas l’option la plus intéressante… On lui préférera la version à 2,6 Ghz, 8 Go de RAM avec Fusion Drive de 1 To. Par contre la facture monte rapidement à 899 €. Ajoutez un écran Dell de 24 pouces et vous aurez un ensemble pratique et pas cher…

La RAM est soudée ? Oui et alors, ce n’est aucunement un problème : choisissez 16 Go dès le début… Le Mac Mini reste un choix intéressant.

macmini

 

Tout petit et si pratique !
000 - A LA UNE
0 Wim Wenders, Salgado : Le Sel de la Terre

On ne pouvait pas passer sous silence, la sortie ce 15 octobre du documentaire de Wim Wenders : Le Sel de la Terre à propos du photographe Sebastião Salgado, dont voici la Bande-annonce.

Si vous avez vu les Ailes du désir (films photographique s’il en est), vous savez à quel point Wenders a toujours été attentif au cadre et à la photo (il est lui-même photographe et Wim Wenders photographe sur Wikipedia). Et ça se sent dès la bande annonce du Sel de la Terre qui donne envie…

 

L'hommage du cinéaste au photographe...
000 - A LA UNE
64 Exclu : prise en main du Canon GX 7 (partie 2)

Suite de l’éssai du G7 X (relire partie 1). Comme nous le signalions le Canon GX7 X est dispo à 519 €, à la boutique Camara Paris 9 (mot de passe Photoetmac ;-) Les Sony RX100 MkIII et Panasonic y sont également à prix réduits.

L’objectif rentrant est protégé par un volet automatique, ce qui me semble en 2014 un « incontournable » sur un compact destiné à « barouder ». Cela change votre façon de l’utiliser. 

IMG_0063_blog_0702px_larg

J’ai utilisé alternativement des solutions compacts, avec ou sans volet automatique (comme le Panasonic GM1), et franchement le volet me manquait, c’est tout de même très agréable au quotidien. A noter que le Sony RX 100 MkIII en profite aussi.

Mais pas le Panasonic GM5 évidement. A noter enfin, que le Panasonic Lumix LX100 propose en option une solution automatique « externe » audacieuse (mais vraiment trop moche, je préférerais m’en passer je crois tellement c’est inélégant)…

 


Autres caractéristiques intéressantes du Canon Powershot G7 X

Une fois éteint, le Canon G7 X ressemble à un « galet », compact, lisse et semble-t-il à toute épreuve… Il n’a pas cet aspect bijou très fin et très beau du Sony RX100 MkIII (donc peut-être un peu fragile ? Même si ce n’est qu’une impression). Un appareil photo doit rester un outil, que l’on ne doit pas avoir peur d’utiliser et transporter sans aucun ménagement.

IMG_0033_blog_0702px_larg

Au niveau de l’autonomie le Canon GX 7 n’est peut-être pas le meilleur élève de sa classe. Il reste dans les normes avec une autonomie théorique de 210 shots. Le Sony RX100 MkIII, ferait théoriquement mieux avec 320 shoot… Mais ce n’est pas un point que je considère grave, puisque de toutes façons il ne me viendrait jamais à l’idée de partir sans la seconde batterie de secours (que j’achète systématiquement). Lire la suite…

 

Les atouts du Canon G7 X face... aux Sony et Panasonic
000 - A LA UNE
17 Scoop : le Canon GX7 X disponible… à 519 €

Le nouveau Canon G7 X vient d’arriver en boutique ! Scoop : vous le trouverez à 519 €… à la petite boutique Camara de Paris 9 (tél. 01 48 78 36 89),  au lieux de 599 € prix de lancement chez Amazon.fr. Cela mérite d’être signalé. Donnez le mot de passe : « photoetmac » ! 

Merci à Philippe de me l’avoir confié pour une prise en main (publiée ci-dessous). Revenez dans un moment, je peaufine mes premières impressions… Mais je ne vous cacherais pas plus longtemps, que j’ai adoré ce petit compact, très agréable au creux de la main, très tactile, très bien construit…

IMG_0039_blog_0702px_larg

PS : comme je ne veux pas faire de jaloux, si vous avez repéré une boutique (physique) qui propose un prix plus intéressant qu’Amazon, merci de me la signaler ! Canon GX7 X disponible… à 519 €

 

Le Canon G7 X est en boutique ! Voilà un champion...
000 - A LA UNE
21 Exclu : prise en main du Canon GX 7 (partie 1)

Voilà donc le Canon G7 X arrivé en boutique, nous étions nombreux à l’attendre…

Le Canon G7 X est le premier remplaçant « convaincant » du Canon G12 (qui était le compact préféré des pro, il y a quelques années), lire Test Canon G12 de Hong Kong. On le trouve généralement autour de 599 €, prix initial le jour de sa commercialisation. Soit environ 150 € de moins, que le Sony RX100 MkIII le jour de son annonce en juin 2014 (actuellement on le trouve entre 690 et 750 €).

Mais scoop ! Nous le signalions tout à l’heure : le Canon GX7 X est dès aujourd’hui disponible… à 519 €, à la boutique Camara Paris 9 (donnez le mot de passe Photoetmac ;-)

IMG_0037_blog_0702px_larg

A ce prix là, je n’hésite pas à écrire que c’est le compact le plus intéressant du moment ! Le principal atout de ce nouveau compact, est la combinaison d’un objectif incroyable sur un minuscule compact (équivalent à un 24-100 mm), avec une grande ouverture sur toute la plage focale (f/1.8-2.8). Et d’un capteur de 1 pouce (dont très peu de compacts disposent actuellement). Ce qui permet d’obtenir ce genre de « bokeh », ce qui est rare avec un compact…

IMG_0044_blog_0702px_larg

En effet, pour obtenir un arrière plan flou, il faut s’approcher au maximum du sujet (ici 40 cm au 100 mm), ouvrir au maximum (ici f/2.8 au 100 mm)… et utiliser la plus longue focale : ici 100 mm (c’est là ou l’objectif du Canon GX 7, fait mieux que celui du Sony RX 100 MkIII).

 


Premiers contacts avec le Canon GX 7

 Le Canon G7 X est une sorte de « fusion du de la série S (davantage destiné aux amateurs exigeants) et de la série G (destinée aux experts)… Série G, dont les évolutions récentes avaient déçues, notamment avec la disparition de l’écran orientable. Sans être de mauvais compacts, les derniers G15 et G16 n’étaient plus vraiment « dans le coup », en cause : leur « petits capteurs » à l’ancienne, dépassés par les capteur 1 pouce des Sony RX100… Sans oublier la concurrence d’un Panasonic Lumix GM1 très séduisant (le plus petit des hybrides à capteur 4/3, le premier hybride suffisamment compact pour concurrencer les compacts)…

Avant de passer à la prise en main, voici quelques liens utiles : les caractéristiques et le micro site ici chez canon.fr. Le manuel en Français (bientôt) à télécharger ici. Disponible en anglais ici : user manuel

La première prise en main du Canon G7 X est assez rassurante, la construction impeccable, l’appareil est à peine plus dense et lourd qu’il ne semble (surtout si vous avez déjà utilisé un Canon S120)… Mais sans excès. C’est probablement l’objectif (dont les caractéristiques sont exceptionnelles), qui l’alourdit un peu.

J’ai assez vite trouvé une excellente façon de le tenir d’une seule main : en glissant le pouce sous l’écran orientable légèrement tourné vers le haut…

IMG_0065_blog_0702px_larg

Il n’est pas trop glissant (moins que les Sony RX100, il me semble). Mais il manque tout de même un petit bossage à l’avant (on ne comprend pas cette mode franchement)… On pourra toujours y coller un petit bout de caoutchouc (ce que je fais quasi systématiquement sur mes compacts).

Ou ajouter un accessoire (grip) à visser sous la semelle, comme je l’ai fait sur le Panasonic GM1 (le grip proposé par Panasonic pourrait peut-être convenir, car il s’adapte déjà au Canon S120 après un petit coup de lime sur un petit picot qui dépasse)…

Lire la suite…

 

Probablement le meilleur compact expert du moment !
APN : Nikon
14 Nikon n’a plus la cote, pour Goldman Sachs

Goldman Sachs ne croit plus trop en Nikon… et recommanderait l’action à la vente. Bon, ça vaut ce que ça vaut, de toutes façon, une banque n’a jamais fabriqué d’appareils photos.

Toutefois, il faut bien reconnaitre qu’à l’exception du récent Nikon D750 (qui est exactement ce que Nikon sait faire de mieux et tout ce que l’on aime), la firme jaune a multiplié depuis 2 ou 3 ans les signaux inquiétants. Tentative d’analyse : 

Nikon reste dépendant des capteurs Sony pour fabriquer ses meilleurs produits… 

Nikon (et Canon) n’ont plus le monopole du haut de gamme et de « l’image de marque ». Sony (RX et A), Fuji (série X) et même Panasonic (GH4, GM1) voient leur côte monter progressivement auprès des photographes passionnés. Et même des professionnels, ces « leaders d’opinion » dont les avis posté à coup de Facebook et de blogs sur internet, s’avèrent parfois plus décisif que n’importe quelle campagne de pub).

Nikon est quasi inexistant sur le marché des compacts experts (cela n’a jamais été le point fort de la marque). Alors que Sony et Panasonic sont forte en progression sur ce secteur et que le marché des reflex stagne.

Nikon n’a pas une grande cote sur le marché des hybrides, avec ce Nikon One auquel personne n’a jamais rien compris et qui se vend surtout à l’aide de coûteuses campagnes publicitaires.

L’innovation semble quelque peu en panne chez Nikon, même du côté des reflex : le Nikon DF est « un non sens » qui déroute davantage qu’il ne séduit… (dont je ne sais rien du succès commercial, mais il est un fait :  je n’en vois jamais). L’ergonomie (Menus, AF) ne progresse pas, alors que chez les concurrents ça bouge (y compris chez Canon). Lire la suite…

0000_SCREEN_VIB_ 2014-10-07 a 22.36.16

 

Série noire chez les jaunes ?
1 2 3 4 5 192