web analytics

Steak de baleine et choses étranges à Tokyo

4
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Tokyo est une ville complètement folle, c’est « Blade runner », on peut y voir à peu près tout ! Un ours blanc empaillé ici, au milieu d’un étrange bric à brac allant du calamar séché au crocodile.

_MG_9600_export

On peut y manger de la baleine (plusieurs sortes), ici dans une petite boutique près de l’immense marché au poisson…

_MG_9588_export

Oui, je sais, ça va choquer… J’en avais déjà mangé au Spietzberg (à titre d’information journalistique,  pas par goût ou conviction n’est-ce pas). Mais là j’ai pas tenté. Ce blog en Français, vous dira tout de la cuisine baleinière…

_MG_9587_export

Pas donné à 5€ les 50 g. Bon, il semblerait que le viande de baleine ne soit plus très populaire au Japon (d’après cet article du Monde). Mais autre son de cloche ici

_MG_9585_export

D’après cette page :  » Au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans un contexte de pénurie alimentaire, l’occupant américain a encouragé la consommation de baleine. Bon marché et riche en protéines, cette viande était même servie dans les écoles. A la fin des années 1940, elle représentait 45 % de la consommation totale de viande du Japon. « 

_MG_9434_export

On s’est régalé au marché au poisson avec des choses plus classiques !

_MG_9555_export

Une visite intéressante. Mais on a pas eu le courage de se lever à 4h pour aller au marché du thon à 5h… Petits bras !

_MG_9560_export

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

4 commentaires

  1. Très sympa ces reportages…
    Mais ca serait bien, même si ce n’est pas le sujet, que tu indique par un moyen ou un autre avec quel appareil/optique ont été prises les photos… même juste en survol sur l’image
    Thanks

  2. En faite pour « Blade Runner », c’est Osaka et pas Tokyo.
    Mais Tokyo est tellement… Tokyo!
    Qu’on y pense aussi forcément à Blade Runner! :-)

  3. Profite bien de Tsukuji puisque le marche au poisson demenage l’an prochain. J’espere que tu as aussi visite les echopes de couteliers qui font un vrai travail d’orfevre pour restaurateurs.

Leave A Reply