web analytics

Test Terrain du Sony RX100 (partie 3)

7
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Le Sony DSC-RX100 propose les modes PASM et sait produire du format RAW. Il reste suffisamment compact pour se glisser dans une poche de pantalon, mais est exceptionnellement équipé d’un grand capteur (géant) de 20 Mpix, le seul en taille 1 pouce. En plus il est beau et bien construit… Autant de bonnes raisons de passer 15 jours en Savoie avec le petit Sony RX100, pour vérifier s’il ne serait pas « le » compact de l’année 2012… Tout simplement !

Texte et photo : Jean-François Vibert


… partie 3 sur 4 :

Sans égaler un objectif interchangeable, les performances du zoom du RX100 sont très bonnes, compte tenu de son encombrement minimal. Il est un peu doux sur les bords et c’est aux alentour de f/5,6 qu’il offre les meilleurs résultats. On n’hésitera donc pas à travailler en Priorité Ouverture (et ISO Auto éventuellement), en privilégiant cette valeur.

_DSC1202

Téléchager le fichier original (5336 x 2160 pixels) : télécharger ce fichier.

 




28-100 mm f/1.8-4,9 très compact

La grande ouverture de f/1.8 du Sony Cyber-Shot DSC-RX100 (disponible au 28 mm uniquement), s’avère pratique dans les ambiances sombres. Et la grande taille du capteur permet de jouer (un peu) avec la profondeur de champs. Rappelons qu’un joli bokeh, s’obtient aussi par une faible distance au sujet et une longue focale…

Pas seulement par l’ouverture ! A ce propos, on regrettera, l’absence de filtre neutre logiciel (ND) qui permet chez la plupart des concurrents, d’utiliser la plus grande ouverture par grand soleil (la plus haute vitesse n’atteignant que le 1/2000 sec et la sensibilité descendant à 80 ISO)…

_DSC0905_web_800px

J’ai pu constater en utilisant une version Beta de Lightroom 4.2, à quel point un énorme travail de correction des déformations et du vignettage est fait dans l’appareil sur les JPEG… Et ceci en temps réel ! L’image affichée à l’écran pour la visée est corrigée en temps réel… Vous ne vous rendrez donc pas compte, de l’énorme déformation native de l’objectif, surtout au grand angle.

Deformations_objectif_Sony_RX100

Par hasard révélées par une version Beta de LR 4.2 (mais invisibles sur la version finale), ces corrections logicielles inhabituelles en disent long sur l’exceptionnel travail des ingénieurs, qui sont parvenu à dessiner un objectif incroyablement compact, qui soit capable d’illuminer un capteur d’aussi grande taille…

Voilà tout le secret de la réussite de ce RX100, qui propose une combinaison (compacité / surface sensible) jusqu’alors inédite. Prouesse uniquement possible grâce aux corrections logicielles. Et à un tel niveau, c’est sans doute une première (le Canon S100 applique lui aussi des correction géométriques aux JPEG, mais pas à ce point)… Cette combinaison inédite, explique le range focal limité au 24-100 mm et la chute rapide de l’ouverture avec la focale. On a rien sans rien…

_DSC1306_web_800px

 




 …mais range focal timide !

Il est vrai qu’après avoir goûté au 24-120 mm du Canon S100, ou au 28-200 mm du Nikon P7100, on se sent un peu coincé, par ce range focal 28-100 mm finalement assez court en 2012. Pour les portraits comme pour les paysages je suis spécialement frustré par la plus longue focale limitée au 100 mm (étant un utilisateur forcené de 70-200 mm sur mes reflex). Tant il est vrai que c’est au delà du 150 mm que j’ai réussi mes plus beaux portraits et paysages (contrairement à une idée reçue qui voudrait que paysage rime toujours avec grand angle).

_DSC1063_web_800px

Et du côté grand angle, on regrette de ne pas disposer d’un 24 mm… D’autant que cette focale tend à se démocratiser sur les compacts experts (Panasonic Lumix LX, Samsung EX et Canon S100). On notera aussi que les compacts équipés de petits capteurs, sont relativement avantagés lorsqu’il est question de macro, qui n’est pas le point fort du RX100.

 

Idée folle : s’il semble techniquement impossible de créer un compact équipé d’un 24-200 mm à grande ouverture, alors suggérons au fabricants de nous proposer un couple de compacts complémentaires, destinés aux photographes experts.

Le premier serait équipé d’un 24-70 mm (en privilégiant la plus grande ouverture possible)… Et le second d’un 70-200 mm (en privilégiant les longues focales). Et de proposer un kit avantageux si l’on achète les deux ! Tant il est vrai que les pros ne voyagent jamais avec un seul appareil, mais avec deux… Imaginez deux APN compacts aussi excellents que le RX100 et couvrant un tel range focale. Il deviendrait possible de voyager en se passant de reflex !

 



Menus complets et touffus

Sobres, exclusivement parés de noir et d’orange, les menus sont structurés par onglets comme sur les reflex Alpha. On échappe aux pénibles menus des Sony NEX (ouf) et aux interminables listes qui masquent ce qu’il y a en bas (suivez mon regard)… Lorsque vous dépassez la dernière entrée, vous sautez à l’onglet suivant, c’est pratique pour tout passer en revue. Bien servis par la résolution de l’écran, il ne manque que les couleurs des Canon EOS pour que ce soit parfait.

_DSC0590_web_800px


C’est pour réaliser des images graphiques comme celle-ci, mais aussi pour les portraits et pour les paysages lointains, que j’ai été quelque peu frustré par la plus longue focale du RX100 limitée à 100 mm. Le Nikon P7700 est le seul compact expert à proposer un zoom 28-200 mm. On ne peut décidément pas tout avoir en même temps !

Priorité Ouverture – 1/80 sec – f/7.1 – 125 ISO – 100 mm.

 

La bonne nouvelle, c’est qu’une personnalisation permet après une pression sur la touche Menu, de retomber sur le tout dernier Menu utilisé. Ce qui permet d’essayer rapidement les fonctions et de revenir les désactiver immédiatement après l’essai. Personnalisez absolument ce réglage nommé « Démarrer menu », qui se cache dans le dernier groupe d’onglets.

Par contre, Sony nous prive d’un onglet Menus personnalisés, que l’on apprécie tant chez Canon et Nikon… Vraiment dommage vu le nombre (trop) élevé d’onglets, qui s’élève à 16 (un reflex pro comme l’EOS 5D Mk3 n’en compte que 21). Il faudra mémoriser dans quel onglet se trouve telle fonction, par exemple le formatage, ou la correction d’expo du flash.

_DSC3822_web_800px

Pour les débutants, il manque aussi des bulles d’aide. On se demande par exemple à quoi peut servir « Steady Shoot », qui peut-être activé ou non, mais sans aucuns détails… Le manuel indique : « Menu Steady Shot, permet de régler la fonction Steady Shot ». Génial non ?

C’est à peine mieux sur le guide intégrale disponible en ligne : sony.fr/support. Mais au moins vous y apprendrez que Steady Shot n’est que le nom commercial de la stabilisation chez Sony.

 

A suivre… en partie 4 

 




 


BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

7 commentaires

  1. Pingback: Test Terrain du Sony Cyber-shot DCS-RX100 Part. 1 - photoetmac.com

  2. Pingback: Test Terrain du Sony DSC-RX100 (partie 2) - photoetmac.com

  3. Pingback: Test Terrain du Sony Cyber Shot RX100 (partie 4) - photoetmac.com

  4. Pingback: Bien choisir son compact expert avant l'été - photoetmac.com

  5. Pingback: Sony Cyber-shot Digital Camera RX100 III

Leave A Reply