web analytics

6 mois plus tard, le retour de la TVA sociale… iste !

7
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

La TVA sociale était l’une des mesures les plus raisonnables prise par le précédent gouvernement (j’en avais parlé)… Mais patatras : elle fut annulée pour des raisons démagogiques, immédiatement après l’élection de François Hollande.

Pourtant, la voilà qui revient la TVA sociale ! Exactement six mois plus tard, « le reniement, c’est maintenant » !

Ce qui aggrave un peu plus l’opinion qu’on peut se faire de cet exécutif girouette… Ou plutôt le renoncement continu, puisque la promesse de renégiocier l’objectif des 3% fut la première à ne pas être tenue… Heureusement pourrait-on dire. L’augmentation de la TVA, un choix très politique (Le Monde) :

0000_screencopy_JFV_ 2012-11-08 à 01.46.04

Mais pouvons-nous encore nous permettre le luxe, de perdre bêtement six précieux mois ? Ou plutôt 19 mois, puisque cette TVA sociale de gauche ne sera appliquée qu’en 2014… Ce qui vous laisse plus d’un an pour acheter tout ce dont vous avez vraiment besoin : reflex, objectifs, voitures, ordinateurs, iPad… et vous offrir quelques bon gueuletons dans de bons restaurants ! Ensuite ceinture.

On aura ainsi l’impression d’avoir relancé la machine économique… Mais pendant ce temps la dette gonffle et rien n’est fait pour allèger le train de vie de l’état. Mais comme on emprunte à des taux avantageux, pourquoi se priver, restons gloutons…

«  Le fameux « choc de compétitivité » ne consiste qu’à déplacer des charges pesant sur le travail vers la CSG et la TVA, ce qui peut améliorer les choses à la marge, mais ne rendra pas la « maison France » plus compétitive d’un iota. Surtout pas d’économies sur les dépenses publiques, vous n’y pensez pas ! Vraiment un rapport pour rien. « 

Ajoutez à cela que plutôt que de baisser simplement les charges des entreprises pour leur donner un peu d’air et les aider à survivre : on monte une usine à gaz (beaucoup moins efficace) à la place ! En repoussant à 19 mois le moment de passer à la caisse… L’addition n’en sera que plus douloureuse.

 

Mais pourquoi donc ce pays est-il incapable depuis 15 ans (quelque soit le gouvernement en place) de prendre des décisions courageuses ? Quelle est cette malédiction, qui nous empêche de nous réformer (ce que d’autre ont fait comme l’Allemagne, et même commencent à faire : comme les USA d’Obama).

Pourquoi une telle complexité ? Il y a des jours ou tout ça est incompréhensible. Heureusement, ces articles du Monde et d’Atlantico (en dessous), vont certainement vous aider à y voir plus clair : 

Le problème : c’est la politique en fait… Et dans l’immédiat, ce qui est domage c’est de ne pas avoir élu Manuel Valls ! Car entre Sarko et lui, j’aurais peut-être voté pour Valls (qui a dit que j’étais de droite ? La preuve que non)… Ce qui est dramatique avec la politique, c’est que la démagogie, le clientellisme et la logique de parti éliminent fatalement (9 fois sur 10) les meilleurs candidats et les meilleures idées ! Le fait est, que le PS est un parti spécialement dogmatique, qui souvent élimine ses meilleurs atouts… Dire que Valls militait pour la TVA sociale avant les primaires :

Il suffit de se replonger dansL’Energie du changement (Cherche-Midi), le livre qu’il publia en août 2011, à l’époque où il concourait comme candidat à la primaire socialiste. On peut notamment y lire ceci, page 160 :  »Il nous faut amorcer un véritable big bang fiscal, ne s’interdire aucun tabou et interroger toutes les facettes de notre système, y compris la TVA.

Une augmentation ciblée et modérée de la TVA, en substitution d’une part des charges sociales payées par l’employeur, est en débat dans notre pays, à l’instar de l’Allemagne, qui a déjà fait ce choix politique. Ce basculement de cotisations vers la TVA pourrait améliorer sensiblement la compétitivité de certains secteurs industriels fortement exposés à la concurrence. »

( … ) 

Après son ralliement à François Hollande au soir du premier tour de la primaire, le 9octobre 2011, Manuel Valls a cessé de défendre publiquement cette « TVA protection » dont il s’était fait le zélateur mais que le candidat Hollande, lui, pourfendait.

Ce qui est cruel dans cette histoire d’aller retour, d’hésitations, de volte face et de luttes intestines au sein du parti socialiste : c’est que c’est le pays dans son ensemble, qui payera les pots cassés et tout ce temps perdu pour rien ! Pour des manoeuvres politiciennes…

Une seule très bonne nouvelle dans tout ça : ils ont enfin viré les taux à virgules (vu le niveau en math qui est en chute constante à l’école, c’était plus prudent)…

 


 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

7 commentaires

  1. A défaut d’un programme parfait, on sait au moins à quoi s’en tenir puisque le cap « maintenant » fixé par le gouvernement a été étayé de proposition. Autant de repères pour l’avenir … Pour ce qui de l’approche du sujet sur ce blog, si le titre du sujet est original, la maîtrise du sujet n’est pas à la hauteur de la problématique. Mais, il est difficile de traiter de sujets économiques en si peu de lignes. Sauf à relayer ce qui a été dit, entendu, interprété ailleurs.
    Le CICE n’est pas une mauvaise idée. C’est son cadre d’application qui n’est pas toujours aisée à mettre en oeuvre, surtout que pour en bénéficier les entreprises concernées devront faire preuve de plus de transparence. Et pour l’avoir vécu de près avec les procédures « chronophages » liées au CIR pour les entreprises innovantes, le résultat obtenu – notamment en matière de création de valeur et d’emplois, n’est pas à la hauteur des espérances. J’exclu ici les grands groupes qui savent quoi faire en matière d’optimisation fiscale compte tenu de leurs ressources internes disponibles. En tout cas, la grande majorité des entreprises tentées par un tel dispositif n’en retirent pas – eu égard le poids des investissements nécessaires à leur développement, une contribution suffisante pour améliorer leur productivité, accroître leur valeur ajoutée, et recruter.

  2. Oui, et toi Olivier en encore moins de ligne tu espère te faire comprendre ? On a rien compris…
    Alors que ce qu’explique JF est parfaitement compréhensible. Et confirmé par tout ce que j’ai pu lire ailleurs.
    je dirais meme que JF nous a proposé ici un excellent résumé synthétique de la situation (qui n’a rien de compliqué).

  3. Tu n’as pas cherché à comprendre, je t’invite donc à relire ce qui a été écrit et dit en filigrane. Je ne remets pas en cause le caractère synthétique de l’article de JFV, mais je suis en opposition avec l’approche qui consisterait à prendre pour acquis et une démonstration reposant sur des (hyper)liens vers des déclarations partisanes (entre autre). Pour faire simple, je n’attends pas de Philippe Herlin, feu candidat à la présidence de l’UMP d’aller dans le sens du rapport Gallois … Au demeurant, cela nourrit le débat , même de ceux qui ont tout compris.
    Alors si j’ai digressé – peut-être trop sur le CICE, c’est que le sujet est abordé dans l’article à travers la compétitivité des entreprises, notamment à travers la réduction des charges sociales. Or le crédit d’impôt est une bonne mesure même s’il n’a pas profité à la grande majorité de nos entreprises.

  4. hollande et le gouvernement vont se rattraper au niveau societale en accordant le mariage pour les homos sans jamais vraiment avoir réfléchi aux conséquences que cela pourrait avoir pour les enfants. Et dire qu’on applique un principe de précaution aux grains de maïs, pour le gaz de schiste, même les recherches sont proscrites. En revanche, les gamins, rien nada. J’ai rien contre les homos, qu’ils vivent heureux en couple mais élevé des enfants sans un papa et une maman c’est pas génial.

  5. Oui, d’accord avec Christophe ! Et dire que le principe de précaution est oublié ici : c’est rien de le dire…
    Pire : les conséquences ne seront pas que sur les enfant des couples homo !
    Mais aussi sur tous les enfants et adolescents en général…
    Car il y aura plein d’enfants hétéros et d’ados, qui vont se demander si en fait ils ne seraient pas homo ! ! ! A force d’en entendre parler… et même d’entendre raconter que c’est un truc super cool d’être homo ! Je vous assure que c’est un drame , car on ne rencontre jamais l’amour : le vrai, l’amour d’une famille… d’un père d’une mère et des enfants biologiques)… Pour les amourettes, c’est pas ce qui manque ! Autant de déceptions à la fin… un couple de vieils homo, c’est d’une tristesse et souvent d’une aigreur… (j’en connais pas mal).
    Pas toujours. Mais souvent…
    Et peut-être vont-ils gâcher leur vie ces gamins ! A cause de cette question qu’on leur impose… Alors que si on ne leur avait pas mis le doute : ils auraient vécu « comme tout le monde ». Ce qui est encore la meilleure façon d’être heureux !
    Les vrais homo eux le savent assez vite, qu’ils sont homo. Mais c’est pour les ados qui doutent que je m’inquiète. On les poussera à douter encore plus, et probablement on les poussera à se tromper…

Leave A Reply