web analytics

Test terrain Canon S100… à Paris ! Partie 3

4
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

 

Si vous pensez que le meilleur compact est celui qui « tient dans une poche de jeans », alors le Canon S100 est probablement le compact expert qu’il vous faut. Mais que vaut un si petit boîtier entre les mains d’un utilisateur de reflex, adepte des hautes résolutions et des objectifs professionnels ? Pour le vérifier, nous avons sillonné Montmartre avec le Canon S100.

… partie 1 sur 3 :


Flash et GPS, bien équipé

Le petit flash embarqué est efficace et dispose d’une correction manuelle de puissance (qui s’ajoute à la correction globale d’exposition), ce dont sont privés certains modèles concurrents… Je regrette que le déploiement du flash soit motorisée et non déclenché par un bouton manuel libérant son éjection. Il est plus rapide et intuitif de rentrer manuellement le flash, comme on peut le faire avec les Olympus XZ-1, Fuji X-10 et Canon G1 X. Attention à la position des doigts de la main gauche lorsque vous changez de mode flash, ou si vous allumez l’appareil préalablement réglé en flash Auto.

12_03_16_16H58-2_web_1000px

Je n’ai pas essayé le petit flash externe HF-DC2 sans fil, dessiné pour le S100. En l’absence de griffe porte flash il se fixe astucieusement sur le côté grâce à une platine visée sous la semelle, sur laquelle je pourrais même fixer mon viseur optique Ricoh 28 mm (détails sur Macandphoto.com)…

 


Le Canon S100 embarque aussi un GPS interne, innovation appréciée par les utilisateurs de Lightroom 4 et de son nouveau module carte. L’appareil est même capable en option, d’enregistrer votre trajet lorsque l’appareil est éteint. Malheureusement dans ce mode l’impact du GPS sur la batterie est catastrophique, mieux vaudra s’en passer. Il suffira d’activer le GPS et de réaliser une image de temps en temps, pour retracer votre itinéraire sur une carte. Au passage, on se demande comment Canon est capable de faire rentrer un GPS dans un minuscule S100 et s’en montre incapable dans le cas d’un reflex… 

IMG_1055_web_1000px

Le S100 dispose de nouvelles batteries NB-5L, données pour 200 vues. Un modèle incompatible avec le S95 (dont les batteries sont étrangement nommées NB-6L), mais compatible avec de nombreux Canon IXUS et SX. Environ 200 vues, cela reste dans la norme mais n’est pas énorme, problème récurrent sur les compacts. On veillera à investir dans une batterie de secours avant de partir en voyage (45 € en Canon, ou 15 € marque en compatible). La même trappe donne accès à la batterie et au lecteur de cartes (SD, SDHC ou SDXC), ce qui éteint l’appareil. Impossible de l’ouvrir sans dévisser le S100 de son pied.

 

On est en tous cas soulagé que Canon ne nous impose pas un chargement par câble USB comme l’a fait Olympus sur le XZ-1 (un câble propriétaire de surcroit). Une bourde qui empêche de charger l’indispensable seconde batterie, sans immobiliser l’appareil. La prise USB du S100 reste heureusement standard et la connexion HDMI permet de réaliser de jolis diaporamas sur télé Full HD.

 


Vidéo et son stéréo

La vidéo arrive enfin en Full HD 1080p sur le Canon S100, encodé en .mov (h.264). La fréquence est de 24 im/sec pour le 1080p et 30 im/sec pour le 720p. Par rapport à ses ancêtres, le S100 a gagné la correction d’exposition et le zoom pendant la séquence, qui reste légèrement audible. Il dispose même d’un mode de stabilisation spécifiquement adapté à la vidéo et d’un petit bouton rouge pratique pour déclencher le tournage à tout moment (qui manque cruellement au Fuji X10). On peut ainsi filmer quelque soit le mode de prise de vue sélectionné, pour autant aucun contrôle n’est disponible. Le S100 n’est pas un reflex.

IMG_1323_web_1000px

L’amplitude du zoom 24-120 mm est un véritable atout créatif. On évitera l’habitude qui consiste à zoomer pour adapter sa focale au cadrage souhaité. Mais on choisira d’abord la focale à laquelle on désire travailler et l’on se déplacera ensuite, jusqu’à faire rentrer le sujet dans le cadre. Pensez d’abord, « je veux faire une belle photo au 24, au 50, ou au 120 mm » et ensuite déplacez vous, jusqu’à rendre cette photo possible.

 

Ce petit bouton rouge fait vraiment la différence et m’a donné envie de filmer plus souvent… Vous pouvez accéder à plus d’options en sélectionnant le Mode vidéo par la molette des Mode. Pas de prise micro bien entendu sur un si petit compact, mais un microphone intégré stéréo (comme sur le Fuji X-10). Encore un avantage dont on ne profite pas sur les reflex de la marque, même s’il n’est pas prouvé que cela fasse une grosse différence en pratique vu la proximité des micros. 

12_03_16_16H50-7_web_1000px

Mon sujet principal restant la photo, je ne me suis pas lancé dans des tests approfondis. Mais la vidéo ajoute quelques arguments supplémentaires en faveur du S100… Face notamment à l’Olympus XZ-1 dont la vidéo reste extrêmement basique (720 p en codec MJPEG encombrant) et face au Fuji X-10.

A noter un petit gadget qui devrait faire de l’effet sur le Net : un mode super slow motion en 640 x 480 à 120 im/sec (équivalent à un ralenti 4 fois). Il y a aussi une taille de 320 x 340, à 240 im/sec (un ralenti 8 fois)… Je me suis amusé avec le mode time lapse (film accélère) et « effet maquette » (tild shift), dont les fréquences sont de 6 im/sec, 3 im/sec et 1,5 im/sec. Les vrais accros du Time Laps auraient peut-être préféré un véritable intervalomètre embarqué, proposant davantage de réglages et de programmation.

 

 


Ce qu’il lui manque

Ce S100 est donc une remarquable évolution du S95, aucun autre APN n’en offre autant dans un si petit espace et pour un si petit prix. Pourtant, la perfection n’est pas de ce monde et il lui manque encore quelques caractéristiques, plus ou moins vitales.

IMG_1260_web_1000px-2

L’effarante banalité du design du S100 ne soulève pas l’enthousiasme, sauf auprès de photoreporters désirant passer inaperçus. J’aime le S100 pour ça… L’amplitude du zoom 24-120 mm est un vrai atout créatif. On évitera l’habitude qui consiste à zoomer pour adapter sa focale au cadrage souhaité. Mais on choisira d’abord la focale à laquelle on veut travailler et l’on se déplacera ensuite, jusqu’à faire rentrer le sujet dans le cadre. Pensez, « je veux faire une photo au 24, au 50, ou au 120 mm »… Et ensuite déplacez vous, jusqu’à rendre cela possible.

Priorité Ouverture – 1/50 sec – f/5 – 80 ISO – 95 mm

 

Je regrette notamment la grosse seconde, nécessaire au démarrage et au déploiement du zoom. Il y a certes pire, mais ça me semble encore lent par rapport à un reflex sortant instantanément de veille. Ensuite l’autonomie est insuffisante… Mais la parade est finalement simple et peu coûteuse, il suffit d’acheter une ou plusieurs batteries de secours.

Sans mettre en danger la compacité du S100, l’écran du S100 aurait pu être inclinable vers le haut et le bas (comme celui du Nikon P7100). J’aurais accepté sans problème 5 à 8 mm d’épaisseur supplémentaire, pour profiter d’un écran orientable, tant j’avais adoré celui du G12 dans les rues de Hong Kong. On gagne en créativité en variant les points de vue (plongée et contre plongée) et j’ai du mal à m’en passer.

12_03_16_17H42_web_1000px

Il manque un pas de visse sur l’objectif pour accueillir l’indispensable pare-soleil, ce dont profitent les Olympus XZ-1, le Canon G12 et le Fuji X-10. Il est toutefois possible de commander un accessoire palliant ce manque, chez lensmateonline.com. Une meilleure protection contre les intempéries serait appréciée et cohérente avec son gabarit de baroudeur, la tropicalisation est inconnue sur les compacts experts…

 

Je regrette ensuite l’absence de connecteur pour viseur électronique, tant le viseur Olympus VF-2 s’était avéré intéressant sur le XZ-1 lors de mon test d’un mois à Bali. Mais peu d’acheteurs d’un APN à 380 € seraient prêts à dépenser 200 € de plus, pour un viseur électronique affichant une image encore relativement désagréable en 2012… Je regrette aussi l’absence d’une griffe flash classique, capable d’accueillir un flash cobra (comme sur le G12).

12_03_16_17H10-8_web_1000px

Certains regretteront enfin l’absence de Mode panoramique par balayage. Un système très efficace sur le Fuji X-10, (mais pas sur l’Olympus XZ-1 qui ne procède pas « par balayage » et se plante souvent). Au lieu de cela, Canon ne propose qu’un mode facilitant les « prises de vue, alignées »… A vous de monter ensuite vos panoramiques sur ordinateur, un système préhistorique qui ne sera apprécié que par ceux qui préfèrent monter leurs panoramiques à partir de fichiers RAW (de préférence au JPEG).

 


Tout ce qui est petit est joli

Les solutions et tentatives n’ont pas manquées jusqu’alors, pour améliorer le rapport « compacité – performances » des APN. Entre les petits reflex, les moyens hybrides et les gros compacts… Leurs écrans orientables, leurs viseurs optiques ou électroniques, on a l’embarras du choix ! Pourtant, aucune de ces tentatives n’avait jusqu’à présent atteint la perfection et le compact expert idéal n’existe pas vraiment.

IMG_0618_web_1000px

La nouvelle optique du S100 me semble être un progrès significatif très utile sur le terrain. D’ailleurs les résultats obtenus à 800 ISO au crépuscule, m’ont convaincu de faire cadeau de mon vieux Canon S90, pour le remplacer par un S100 tout neuf.

 

Le Canon G1 X produit par exemple des images exceptionnelles, mais il est plus cher et encombrant. Parmi les experts accessibles, l’Olympus XZ-1 est intéressant, mais son ergonomie peu ambitieuse m’a laissé sur ma faim. Unique en son genre, le Fuji X10 propose quand à lui de belles avancées pratiques avec son génial zoom manuel et son viseur en coin. Mais il ne conviendra pas à ceux qui cherchent un APN vraiment très compact. Il est presque aussi gros qu’un Canon G12, un best seller qui reste dans la course avec son écran orientable et son ergonomie exceptionnelle…

Alors, on pourra regretter l’absence de viseur et d’écran orientable du Canon S100, mais il me semble pourtant être le compromis le plus équilibré, pour qui cherche un complément très compact à son reflex… Tout est affaire de compromis en 2012, aucune solution ne pouvant satisfaire tous les photographes. 

IMG_0983_web_1000px

D’ailleurs, si une formule idéale était trouvée, cela signifierait éventuellement la disparition des reflex d’entrée de gamme, hors nous en sommes encore très loin… Certes, des hybrides innovants comme le Sony NEX-7 lancent des pistes de réflexion intéressantes. Mais avec son zoom imposant, celui-ci reste trop gros pour être considéré comme un « compact », sans parler d’un prix relativement excessif… D’ailleurs, tant que les APN hybrides ne rivaliseront ni avec la discrétion des compacts, ni avec leur polyvalence (zooms compacts d’amplitude suffisante), ni avec leur prix, je ne les vois pas les remplacer… 

 


Imbattable rapport compacité qualité prix

Je suppose d’ailleurs, que les hybrides n’intéresseront la majorité des photographes ambitieux que le jour où ils disposeront de viseurs convaincants, ce qu’aucun compact ne propose à l’heure actuelle (à l’exception du génial Fuji X10). En attendant ce jour et quitte à être privé de viseur, je préfère donc opter pour un excellent compact, en mesure de se glisser dans n’importe quelle poche de jeans.

12_03_16_17H48-7_web_1000px

Le Canon S90 fut longtemps mon compagnon de voyage préféré, d’autant que son ergonomie était déjà excellente et sa qualité d’image convaincante… La plupart de ses défauts viennent d’être corrigés par un S100, qui réuni dans un boîtier minuscule des qualités jusqu’alors incompatibles : compacité, polyvalence, qualité d’image, réactivité et construction sérieuse. On retiendra surtout la possibilité de travailler jusqu’à 1600 ISO, grâce à l’excellent traitement des JPEG et des RAW.

IMG_0588_web_1000px

Comme ses prédécesseurs, il semble être plus que d’autres en mesure de satisfaire des photographes de tous niveaux : du débutant à l’expert. Les utilisateurs de S90 et de S95 les plus exigeants cèderont probablement à la tentation du changement, comme je l’ai fait… D’autant qu’un S95 en bon état fera un cadeau apprécié ou pourra être revendu d’occasion, ce modèle profitant déjà d’une excellente réputation…

 

 


 


Lire aussi à propos de Canon :

  • Canon S90 et viseur externe, l’astuce qui tue !
  • Deux petits accessoires utiles pour le Canon S90.
  • Test terrain : Canon G10 au Costa Rica (en attendant le G11).

 


 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

4 commentaires

  1. bonjour,
    Que pensez vous du panasonic lx7 ??
    il adresse certaines des limitations du s100 (griffe flash, optique lumineuse, EVF, deploiement mecanique du flash).
    Il est certes un peu plus volumineux mais moins qu,un g12 ou p7100 que vous semblez apprecier.
    Nicolas

  2. un grand merci pour ce test complet, qui m’a convaincu d’acheter ce compact, adapté pour la photo de tous les jours.
    Du coup les reflex d’entrée de gamme commencent à perdre de leur intérêt…

  3. Bonsoir
    Savez-vous pourquoi lorsque l’on utilise le mode Av,
    le S100 limite l’exposition à 1″ et vous augmente l’ouverture
    que vous avez choisie ?
    Souci de préférences …

  4. Bonjour,
    Merci pour ce test tout terrain bien réalisé et instructif.
    je possède ce S100 depuis près d’un an et j’en suis vraiment très satisfait.
    Très bon rapport qualité générale et encombrement.
    il tient dans une poche et peut donc être utilisé tous les jours..Ce qui est le cas!!
    Prix abordable et justifié par rapport à ses performances.
    A mon humble avis, lors de sa sortie, j’ai trouvé qu’il était le meilleur de sa catégorie d’ou son achat (suite à un IXUS 85IS).
    et à ce jour je ne regrette rien…..il est toujours au top!!!
    Cdt
    ERIC

Leave A Reply