web analytics

Entrepreneurs, créateurs ou auto-entrepreneur, suite

6
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Merci à tous pour vos commentaires d’hier et vos mails suite au post précédant, que j’ai lu attentivement et qui me confortent dans l’idée qu’il faut se faire entendre et de la justesse de ce coup de gueule… J’en publie un parmi d’autres  :

 » Bonjour M. Vibert, je partage le ressenti que vous exprimez.

Gérant de modestes entreprises depuis une quinzaine d’années, dans divers secteurs, avec des succès inégaux, ayant créé pendant cette période quelques dizaines d’emplois, je suis abasourdis par certaines mesures du projet de loi de finances 2013, qui vont inéluctablement conduire à la démotivation, à l’exil, à la disparition de nombre d’entrepreneurs en France.

Fait rarissime, une grogne sans précédent se fait jour parmi cette population trop souvent muette car éparpillée, relayée par un site dont il est beaucoup question depuis 48 heures dans les médias, que je vous invite à consulter :http://www.facebook.com/lespigeonsentrepreneurs, et pourquoi pas à soutenir.

L’esprit d’entreprise et la réussite sociale n’ont décidément pas bonne réputation dans les couloirs de l’Elysée Hollandais, pour qu’on les moque, les critique et les affaiblisse avec autant de détermination et je le dis avec gravité, aveuglement et incompétence.



Le redressement économique ne se décrète pas, il ne s’obtient ni par l’incantation, ni par l’exaltation patriotique, ni par les savantes réthoriques dont les politiques se gargarisent, il est affaire de création de richesses et d’emplois, dont l’entrepreunariat est un des premiers pourvoyeurs. Si l’on casse ce ressort là, je crains fort pour la machine France toute entière… »

Et celui-ci aue j’aime bien aussi :

 » Merci JF pour cette revue de presse.

En tant que sale patron voyou pour certains, qui bosse beaucoup plus qu’un salarié, WE compris et qui gagne beaucoup moins, mais alors beaucoup moins qu’un salarié cadre sup (maison hypothéquée bien sûr), j’adhère à ce qui est dit totalement.

RAZ LE BOL, foutez nous la paix ! Ce gouvernement est le meilleur pour le partage… de l’argent des autres et particulièrement de ceux qui essayent de faire avancer les choses !

Par contre pour avoir un fonctionnement « normal de l’État », avec un contrôle strict des dépenses de tous (Nous ne sommes pas prêt d’avoir un système de contrôle à la suédoise), et aussi des députés de tous bords d’ailleurs (regardés leurs retraites), là c’est autre chose ! « 

Rappelons qu’il ne s’agit pas ici de défendre le « grand capital », ni la haute finance internationnale (comme j’ai pu le lire aussi, ce qui est totalement idiot)… Ceux-là échappent au fisc de tous les pays très facilement (d’ailleurs ils sont déjà partis planquer leurs sous depuis longtemps et on ne les revéra pas ;-)

0000_screencopy_JFV_ 2012-10-03 à 20.36.45

The Day Steve Gave Craig a Porsche

 

Non ! Il s’agit plutôt de défendre le rêve « des petits entrepreneurs », ceux que l’aventure d’un Steve Jobs (ahah, vous voyez qu’il y a un rapport avec le Mac), ou d’un Mark Zuckerberg fait rêver.

Il n’y a qu’en France dans certaines salles des profs et salles de rédaction très bien pensantes rive gauche (j’ai fréquenté les deux), qu’on trouve des gens assez boursoufflés de bonne conscience et d’arrogance, pour ne pas admirer leur exemple et leur réussite !

Bref, ce mouvement est pour défendre le rêve de tous les jeunes qui ne veulent pas se contenter du (très peu) qu’on leur promet ! Ceux qui ont un minimum d’ambition et espèrent s’offrir ce qu’il leur fera plaisir (une Porsche comme Steve Jobs, un voyage en Himalya, un voilier, une petite maison ou je ne sais quoi), sans devoir dealer dans leur quartier (quelle autre solution pour réussir si vous êtes né dans certains quartiers ? Les fait et les statistiques démontrent que c’est la seule solution pour y réussir, démontrez-donc le contraire exemples à l’appui).

Ou le rêve de ceux qui espèrent tout simplement monter leur « toute petite boîte » à eux (de sandwich, de dépannage informatique à domicile), ou une startup…

 

Comme j’ai eu la chance de la faire en 1999, lorsque 3 autres m’ont proposé ce genre d’aventure… Ce qui a changé ma vision du monde, ce qui m’a ouvert les yeux… Seul je n’aurais jamais imaginé que faire autant de chose en 18 mois soit seulement possible.

Le rêve de réussir quelque chose d’exceptionnel et de gagner de l’argent mérité (pourquoi cela serait-il immoral ?) est le seul moteur je le crois (oui, le seul moteur), qui puisse motiver quelqu’un pour travailler 10 à 12 heures par jour, sept jours sur sept pendant un ou deux ans, afin de créer une entreprise viable et une trentaine d’emplois… Dont une moitiée existent toujours (suite au rachat de notre Startup par Wanadoo).

Alors, ceux qui n’ont jamais eu cette ambition ne peuvent pas comprendre ! Si l’on assassine le rêve de réussite de toute une génération : on tuera aussi toute possibilité d’innovation, tout progrès et toute possibilité d’ascension sociale…

En même temps que la liberté et l’égalité des chances, notamment celle des moins favorisés au départ. Liberté, Égalité, Fraternité : qui sont les fondements de notre République. Ce gouvernement ne rêve-t-il que d’une France de fonctionnaires, de profs, d’ouvriers, d’héritiers, de pré-retraités ou de chomeurs sans aucne chance de sortir de la condition dans laquelle ils sont nés ?

Fils de médecin tu es né, médecin tu sera. Fils de chomeur tu es né, chomeur tu sera fatalement ? Ce gouvernement (constitué d’apparatchik professionnels, n’ayant jamais dirigé la moindre entreprise) bat actuellement un record absolu d’impopularité pour d’excellentes raisons, ils ne font rien de ce qu »il faudrait, alors qu’il y a urgence !

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

6 commentaires

  1. Bien envoyé JF
    J’en ai mare de vivre dans un pays de fainéants…
    Je paye, je paye , depuis des années, pour voir le fruit de mon travail dilapidé sans aucune intelligence, par des gens qui n’en ont rien à foutre, vu qu’ils ne sont jamais sanctionnés lorsqu’ils se trompent !
    Mare de constater l’état lamentable de l’école de mes enfants (je parle bien du niveau de l’enseignement, pas seulement des locaux).
    La seule fois ou j’ai été malade, je n’ai reçu aucunes indemnité journalières de la sécu ! les indépendants sont les dindons de la farce…
    J’aurais mieux fait de rester au RMI ! Mais j’ai ma fierté, alors je me suis remis au boulot… ET on fait tout pour me décourager

  2. xaviermorel02@gmail.com on

    Je suis très sensible à ce sujet, plutôt spontanément d’accord avec ce mouvement, et je lis ceci : le commentaire de « Hurleberlu » (le tout premier) http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,1255324
    Ce qui donne à réfléchir… J’essaye d’être entreprenant y compris dans l’esprit critique et je me méfie des embrasements. Bref je doute, qu’en pensez-vous ?
    XM.

  3. Diviser pour mieux régner… Ils sont forts quand même.
    Quelque soit le gouvernement, on morfle tous. Vous avez pas encore compris ?
    Fumeurs, fonctionnaires, entrepreneurs, chercheurs, rajoutez ce que vous voulez ça marche. Les seuls qui en bénéficient (au sens gros sous qui rentrent) ce sont les actionnaires des banques prêteuses (aux états, pas à nous faut pas déconner).
    Alors ne nous tirons pas dans les pattes. Restons lucides et humains.
    Désolé d’être alarmiste/pessimiste mais ça va pas bien…

  4. Petite remarque à propos de la Sécu. Ce sont les salariés qui payent la Sécu des indépendants. Ce sont des salariés qui s’occupent d’eux quand ils sont hospitalisés.
    La fraude à la Sécu des salariés représente 600 millions d’Euros et les salariés représentent 85 à 90% des travailleurs en France. La fraude des indépendants représente 15 milliards d’Euros pour 10 à 15% de la population au travail.
    A l’Assemblée Nationale, la population des professions libérales et indépendantes est sur-représentée. Il me semble qu’il y a un seul employé élu.
    A propos, il n’y a pas d’état spoliateur ni de fonctionnaires feignants en Somalie, ça doit être le paradis des entrepreneurs créatifs et une puissance économique montante.

  5. J’ai fait toutes mes études en france, jusqu’au doctorat (en science), c’est à dire bac+8. Je me considère comme quelqu’un de bosseur et de très motivé. J’ai envie de faire avancer les choses, d’apporter quelque chose d’utile.
    J’ai quitté la france après mes études car j’ai trouvé du travail en Suisse, totalement au hasard car je ne cherchais à m’y installer. Je travaille depuis 5 ans maintenant dans cette PME d’une quinzaine de personnes. Nous travaillons dans l’innovation technologique, dans l’énergie solaire en particulier.
    Plusieurs remarques s’impose :
    1) Il n’y a aucune entreprise en france active dans ce domaine précis.
    2) Mon patron n’est pas un affreux exploiteur cupide, mais quelqu’un d’admirable, passionné, responsable, sérieux et prudent.
    3) Quand je rentre tranquillement le soir, il reste dans son entreprise pour travailler encore, idem la plupart des weekends. Lui doit se soucier d’avoir au moins assez de profits pour payer ses salariés car sinon nous irons travailler ailleurs.
    4) Cette entreprise existe car mon patron a invertit son propre capital pour fonder la société. Ce capital existait grâce à ce que son père avant lui a pu construire en entreprenant.
    5) Les 2 technologies sur lesquelles nous travaillons et avec lesquelles nous prospérons proviennent de deux grandes écoles suisses. Elles ont fait en amont de la recherche scientifique, et ont mis en place des structures de transfert vers les entreprises pour les valoriser !
    6) Nous dépendons d’un tissu local de PME qui elles aussi ont leurs spécialités, ce qui est une nécessité pour nous car la nature de nos activités requiert des produits spéciaux ou sur mesure.
    7) Nous vendons nos produits dans le monde entier, essentiellement en asie (Japon, Korée du sud, Taiwan…). Ces pays sont bien plus avancés que nous et les initiatives –privées- sont très actives sur les technologies et les marchés d’avenir.
    En france nous avons patiemment et méticuleusement détruit tout ce qui rend ma situation professionnelle possible (voir ci-dessus).
    Une chose est sûre, nous français avons bien mérités tous nos malheurs. Chercher à accuser les autres à notre place ne nous aidera pas, surtout quand il s’agit d’entité fourre-tout qui par nature n’ont pas d’existence pour répondre aux accusations « les riches » « les patrons » « la finance » « la mondialisation » etc.
    C’est totalement de notre faute, et c’est tout. On peut se tromper, mais maintenant arrêtons de continuer. Faire davantage de ce qui ne marche pas, c’est avoir la certitude d’empirer les choses.
    Tout ça me rend triste, surtout quand je vois qu’on court encore plus vite dans la mauvaise direction…

Leave A Reply