web analytics

…  » nous français, avons bien mérité tous nos malheurs  » ?

16
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Il y aura toujours quelques furieux kégèrement bornés, pour mettre dans le même sac les créateurs de PME (qui tissent un réseau d’emploi et de savoir faire dans tous nos territoires), avec les patrons voyous ou les prédateurs de la haute finance…

Ces derniers, qui après tout ne font que gérer au mieux l’argent que d’autres leur confient (vous par exemple, dès que vous avez quelques milliers d’euros sur un compté rémunéré, une assurance vie, etc…)… Qui sont les coupables ? Ceux qui jouent à la roulette Russe sur les marché en achetant / revendant la dette des états, selon qu’ils sont solides, ou graignos ? Ou ceux qui leur demandent de le faire avec leurs capital (donc votre banque, donc indirectement vous qui êtes responsables des choix de votre banque, sinon changez de banque) ? Mais c’est un autre débat.

Voici un commentaire passionnant et instructif, destinés aux plus râleurs d’entre nous. Ceux qui n’ont jamais tenté de créer une entreprise, ceux qui pensent que tout leur est du… Et que ce qui va arriver dans les années à venir (que nous devinons confusément), est entièrement la faute de nos petits patrons !

 

Merci à David pour son commentaire, nous avons des lecteurs brillants, ce qui nous honnore et nous encourage ! Bonne lecture :

 » J’ai fait toutes mes études en france, jusqu’au doctorat (en science), c’est à dire bac+8. Je me considère comme quelqu’un de bosseur et de très motivé. J’ai envie de faire avancer les choses, d’apporter quelque chose d’utile.

J’ai quitté la france après mes études car j’ai trouvé du travail en Suisse, totalement au hasard car je ne cherchais à m’y installer. Je travaille depuis 5 ans maintenant dans cette PME d’une quinzaine de personnes. Nous travaillons dans l’innovation technologique, dans l’énergie solaire en particulier.

Plusieurs remarques s’imposent :

1) Il n’y a aucune entreprise en france active dans ce domaine précis.

2) Mon patron n’est pas un affreux exploiteur cupide, mais quelqu’un d’admirable, passionné, responsable, sérieux et prudent.

3) Quand je rentre tranquillement le soir, il reste dans son entreprise pour travailler encore, idem la plupart des weekends. Lui doit se soucier d’avoir au moins assez de profits pour payer ses salariés car sinon nous irons travailler ailleurs.

 

 

4) Cette entreprise existe car mon patron a invertit son propre capital pour fonder la société. Ce capital existait grâce à ce que son père avant lui a pu construire en entreprenant.

5) Les 2 technologies sur lesquelles nous travaillons et avec lesquelles nous prospérons proviennent de deux grandes écoles suisses. Elles ont fait en amont de la recherche scientifique, et ont mis en place des structures de transfert vers les entreprises pour les valoriser !

 

6) Nous dépendons d’un tissu local de PME qui elles aussi ont leurs spécialités, ce qui est une nécessité pour nous car la nature de nos activités requiert des produits spéciaux ou sur mesure.

7) Nous vendons nos produits dans le monde entier, essentiellement en asie (Japon, Korée du sud, Taiwan…). Ces pays sont bien plus avancés que nous et les initiatives –privées- sont très actives sur les technologies et les marchés d’avenir.

8) Plus de 50% des communications que je passe sont en anglais (collègues, fournisseurs, et évidemment clients). Je ne compte pas les fois où des étrangers m’ont dit de manière ironique « tu es français ?! Et tu parles anglais ?! ».

Notre réputation d’être mauvais en langues étrangères ne connait pas les frontières. A contrario, j’ai pu constater par moi même combien l’anglais est très bien parlé dans les autres pays non anglophones (leur langue locale ne s’en porte pas plus mal). Inutile de dire que je ne dois pas ma maîtrise de l’anglais à notre chère éducation. C’est à se demander si on ne nous tient pas dans l’ignorance volontairement sur certains sujets… 

 

En france nous avons patiemment et méticuleusement détruit tout ce qui rend ma situation professionnelle possible (voir ci-dessus).

 

Une chose est sûre, nous français avons bien mérités tous nos malheurs. Chercher à accuser les autres à notre place ne nous aidera pas, surtout quand il s’agit d’entité fourre-tout qui par nature n’ont pas d’existence pour répondre aux accusations « les riches » « les patrons » « la finance » « la mondialisation » etc.

C’est totalement de notre faute, et c’est tout. On peut se tromper, mais maintenant arrêtons de continuer. Faire davantage de ce qui ne marche pas, c’est avoir la certitude d’empirer les choses.

Tout ça me rend triste, surtout quand je vois qu’on court encore plus vite dans la mauvaise direction… »

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

16 commentaires

  1. Je pourrais en dire autant de ma boite…
    Sauf qu’elle a déposé le bilan il y a 6 mois !
    Et il ne faut pas se demander pourquoi…

  2. nous nous arrachons les cheveux pour que notre boite survive….
    Donc j’approuve tout ce qui est dit.
    Même si mon poste contre M; Robillard est passé à la trappe
    Je comprend car sous l’effet de la colère j’étais un peu trop virulent à son encontre!
    Merci en tout cas à JFV de relayer ces précieuses infos.
    CR

  3. Oui, mais les Français sont des enfant gâtés…
    Qui ont cassé leur propre pays, à force d’exigences et d’égoïsme.
    je bosse dans le domaine du tourisme pour un grand TO. Je passe donc mon temps à visiter des partenaires, des hôtels et prestataires dans le monde entier.
    Et je vous garanti que le ressenti de nos interlocuteurs à l’étranger est systématique et unanime : les clients Français sont les plus chiants, les plus râleurs, jamais contents !
    Ils pensent que tout leur est du : arrogants, désagréables, exigeants avec le personnel… Ils ne respectent pas le travail du petit personnel.
    Bref il ne faut pas s’étonner qu’ils se comportent de la même façon avec leurs employeurs…
    ET je suis conscient que certains employeurs se comportent eux aussi comme ça avec leurs salariés.
    Bref, le Français est le citoyen du monde le plus individualiste et le plus egoïte qui soit imaginable. ET c’est pour ça que ce pays ne va pas bien.

  4. non, je ne me comporte pas comme cela avec « mes employés ». Je n’aime pas d’ailleurs « employés », ce sont avant tout des collaborateurs,. Nous sommes une dizaine, et nous étions une vingtaine il y a 1 an. Je n’embaucherai plus jamais aux conditions actuelles, je préfère des free-lances. Le coût des salariés est devenu prohibitifs… Nous sommes un atelier de décors peints et nous faisons travailler des plasticiens… J’ai moi même fait les Beaux-Art (section Peinture) et je fais de la Photo…à titre Pro dans le cadre de mon métier.Je suis à La Maison des Artistes (c’est comme l’AGESSA) Il y a 6 ans j’ai fait un chèque de 50K€ au Fisc (impôt sur le revenu, 50%), je suis donc passé en sarl etc. J’embauche je travaille encore plus: mais je gagne moins et les perspectives s’effondre encore un peu plus. Que faire? Les marges sont grignotées chaque jour un peu plus. Un contrat en CDI est une bombe à retardement dans une petite entreprise. C’est à devenir fou. Nous créons de l’emploi et en retour nous sommes raillés, méprisés. C’est à pleurer. J’arrête là car il me reste encore la passion de mon métier.
    CR

  5. Ben, ce gouvernement évidement (élu par une majorité de profs, de fonctionnaires, de RMIstes et de chômeurs)… et une bonne partie des Français !

  6. Merci infiniment à JFV d’avoir relayé mon commentaire. Si j’avais su, j’aurais prêté davantage attention à mon orthographe ! Surtout dans le titre « nous avons mérité » (sans « s »!).
    J’ai envie d’ajouter aussi :
    8) Plus de 50% des communications que je passe sont en anglais (collègues, fournisseurs, et évidemment clients). Je ne compte pas les fois où des étrangers m’ont dit de manière ironique « tu es français ?! Et tu parles anglais ?! ». Notre réputation d’être mauvais en langues étrangères ne connait pas les frontières. A contrario, j’ai pu constater par moi même combien l’anglais est très bien parlé dans les autres pays non anglophones (leur langue locale ne s’en porte pas plus mal). Inutile de dire que je ne dois pas ma maîtrise de l’anglais à notre chère éducation. C’est à se demander si on ne nous tient pas dans l’ignorance volontairement sur certains sujets…
    David.

  7. Je dois dire… qu’en Suisse il y a aussi des patrons qui embauchent des Français (ou Italiens, Portugais, Marocain, Grecs,…) pour les payer le moins possible…
    Il faut être lucide et réaliste. La situation est identique partout.
    Je dirais qu’en Suisse, les choses sont plus cadrées, les entreprises plus axées sur la sécurité de l’entreprise plutôt que sur l’engrangement de fric (à part pour la banque et la pharmaceutique), ce qui évite certains débordements et pousse à l’innovation.
    Même si la Suisse n’est pas très ouverte à l’import, il est vrai, comme le dit David, que beaucoup de choses sont faites pour l’export de connaissances comme de produits. Ceci, ajouté au système pluri-lingue (voir pluri-politique d’un « département » (canton) à l’autre, oblige à parler Anlgais, voir à se parler tout court.
    Celà dit, on est frileux au changements dans beaucoup de régions et d’entreprises… Et la création de petite structure, ou même être Freelance dans ce petit pays, n’est pas évident du tout…
    Pour la petite note, il n’y a pas de système parfait. Le Français comme le Suisse crois ce qu’on lui dit dans les médias. Si le Français râle et à le pouvoir de contester, le Suisse a tendance à faire l’Autruche et voter sécurité…
    C’est comme ça qu’on refuse 6 semaines de vacances (contre 4 légales et 40h de travail/semaine).
    Pour finir, car pour moi la politique n’est qu’une immense maternelle ou on se lance ses crottes de nez ; un système, qu’il soit Français ou suisse, ou Allemand, n’est finalement qu’un outils.
    Alors quoi? Les salariés doivent-ils accuser leur état de les avoir mis à la porte ? Ou leur patron ? Peut-être celui qui se sert mal de l’outils? Si un photographe ne sait pas se servir de son matériel, le client va-t-il continuer de travailler avec lui? Il faut peut-être un peu d’information ET de formation… Et aussi beaucoup de patience, ce qui nous manque souvent dans cette société.
    Je suis souvent en désaccord avec les politiques et leurs systèmes et engagements. MAIS, j’essaie de me servir du système en place comme outils pour mes intérêts et ceux de mon entourage, clients, partenaires…
    Ca fait avancer, et on évite de perdre du temps à râler.

  8. Beaucoup de frontaliers bossent Suisse pour toucher un bon salaire, mais préfèrent payer les impôts et les cotisations sociales en France. Pareil, pour les frontaliers avec l’Allemagne.

  9. Que répondre face à des bétises pareilles « les français sont arrogants »,  » les français sont des cons », « les français ceci, cela… » à part que vous devriez donc être heureux de voir le gouvernement français actuel détruire la culture française et son peuple avec une immigration agressive et massive !
    La France est en rade justement à cause de français de votre trempe qui ont si piètre opinion de leurs concitoyens, pensant d’abord à leur petit nombril et se fantasmant en « reste glorieux de la France moisie dans le monde. »

Leave A Reply