web analytics

Nouveau fichiers RAW et JPEG du Nikon D600

13
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Petite ballade au soleil en fin d’après midi, ce samedi. Pas la peine de lancer DxO Lab, pour constater que le capteur du Nikon D600 en a dans le pantalon !

> UTILISATION STRICTEMENT PERSONNELLE SVP !

_DSC0605_web_1000px

 

L’occasion aussi de tester le flou d’arrière plan que l’on peut obtenir avec le zoom du kit de base AF-S 24-85mm f3.5-4.5G VR (bien que son ouverture soit limitée à 3,5-4,5, le capteur Full frame autorise toutes les fantaisies. C’est tout l’intérêt.

_DSC0552_web_1000px

 


Le Nikon D600 expose idéalement (un appareil pour les experts), à peine un peu dense comme le D800. Comme j’aime ! Contrairement au D7000 qui exposait trop clair (un réglage probablement voulu, pour flatter l’oeil des débutants). Ci dessous une image normale prise au 28 mm, sans correction d’expo.

_DSC0169_web_1000px

 

_DSC0180_web_1000px

 

Celui qui osera dire que celle-ci est sous exposée… n’a décidément rien compris à la magie du noir et blanc en couleur ! Correction -2/3 de diaph.

_DSC0829_web_1000px

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

13 commentaires

  1. Splendides, les trois contre-jours.
    Cela donne énormément envie, mais on est loin d’un appareil « économique » comme le titre CI. Il va falloir en faire, des économies, pour pouvoir me le payer :-/

  2. Oui, pas mal en effet…
    léger et relativement polyvalent.
    Par rapport au 24-105 mm f/4 auquel je suis habitué, il manque un peu d’allonge (au 105 mm). On est pas trop gêné par l’ouverture glissante…
    Mais surtout sa forme est plus pratique et le fut ne s’allonge pas tout seul par gravité lorsqu’on le porte à l’épaule. C’est plus agréable en ballade.

  3. Rien à voir avec le D600 mais pour cette histoire de fut qui s’allonge tout seul sur le 24-105 par exemple, (enfin sur les modèles qui ont un peu de bouteille) tire en descendant sur une fiche à l’intérieur de l’objectif et à force ça flingue le système de stabilisation, réparation = plusieurs centaines d’euros, un ami vient d’en faire les frais :\

  4. @24-105: exact pour la panne du syteme de stabilisation engendrée par l’allongement inopiné du fut. Ca m’est arrivé sur le 18-200. 3 solutions :
    – utiliser le système de verrouillage, mais pas pratique en reportage.
    – mettre l’optique à 200 (un peu encombrant)
    – positionner une courroie en caoutchouc autour du fut pour freiner (mais on perd la lecture de focale)

  5. @Rage : tout à fait et c’est bien malheureux ces histoires. Une autre solution serait de maintenir l’objectif en position horizontale avec la main gauche mais attention aux crampes au bout d’une journée :/
    Pour ceux qui ne le savent pas, ca le ne fait pas au début mais à la « longue » à force d’utiliser l’objectif au bout de quelques mois, années suivant l’utilisation de l’objet, à tester donc lors de l’achat de ce type d’objectif en occasion, car l’épée de damocles n’est jamais très loin :/

  6. @ Patrick : ce ne sont pas des poussières sur le capteurs (qui font des taches noires)…
    … mais ces sont de vraies poussières qui volent dans l’air du soir ! Et que l’appareil à pu capturer ! Comme dans les films…
    Et je trouve ça magique justement ;-)
    C’est pour ça que j’ai choisi cette image !
    Rage : pas de système de verrouillage sur le EF 24-105 mm f/4

  7. @JFV : oui, je parlais de mon cas avec le 18-200.
    En reportage, je ne travaille qu’avec ce type d’objectif, car je n’aime pas changer d’optique à tout bout de champ à moins d’avoir 2 boîtiers.
    Sinon j’utilise des focales fixes.

Leave A Reply