web analytics

Instagram, les filtres et le HDR, c’est l’inverse de la créativité

22
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Instagram, les filtres et le HDR, c’est l’inverse de la créativité, je ne suis pas le seul à le penser (Instagram ou le triomphe de la médiocrité) ! Lire cet article du Gardian (repris par DPreview) :

 » The Instagram/Hipstamatic/Snapseed filters are the antithesis of creativity, and make all pictures look the same… « 

… ahah ! 


BILLET PREC.
BILLET SUIV.

22 commentaires

  1. Instagram n’est que le dernier avatar de la photographie artistique, celle qui est mise au pinacle dans les réseaux de l’art contemporain.
    Cela fait de nombreuses années que ce genre d’images est sublimé dans les réseaux des centres culturels officiels, des milieux dits plasticiens, des professionnels institutionnalisés de la culture. Un exemple, actuellement, à Guingamp lors d’une exposition sur la ville, un des quelques photographes invités utilise massivement le « tilt-shift filtre ».
    Donc, faire comme les artistes « reconnus » est tendance, c’est normal et déplorable.

  2. Médiocrité pour les photographes médiocres!.
    Ne nous y trompons pas. Si tu n’utilise pas ce genre te programme, alors tes images sortiront du lot!. Si l’ on va par la, critiquons les modes scène des appareil photos, les point and shoot …

  3. Pour ma part, j’ai installé Instagram, l’utilise sans filtes juste pour le coté fun de dire à mes amis, « tiens regarde où je suis ». N’utilisant pas facebeek, j’ai trouvé en cela un moyen sympa et non intrusif de donner un peu de news.
    Reste que le débat sur les filtres me parrait stérile/perdu d’avance. Il n’y a qu’a aller voir sur 500px ou d’autres sites du genre pour se rendre compte de l’uniformisation du rendu des photos, rendu souvent non réaliste. On pourra dire que ce rendu est un parti pris de l’auteur, ce que j’approuve dans certain cas. Mais pour la plupart, je trouve juste que c’est du moutonnage pour faire des trucs qui plaisent. Reste que les meilleurs photographes arrivent à donner un plus par leur oeil par la compo, la complicité du modèle, ou autres originialités.
    Ne pas se voiler la face, la photo s’est démocratisée aussi bien pour le matos photo que pour le traitement(heureusement pour moi d’ailleurs) et de plus en plus de gens en font, avec pour conséquence inéluctable de plus en plus de photos qui se ressemblent. Méfions nous juste du coté uniformisant d’internet (wiki, slate …) et restons un peu critique envers tout ca, faut savoir faire le tri.

  4. Sachez que si les dinausors ont disparu de la terre c’est parce qu’ils n’ont pas su s’adapter, essayer de pas en faire autant

  5. Je croyais que ce n’était pas l’outil qui faisait le photographe… c’est ce que l’on dit partout en tout cas. La vrai photo serait donc celle faite avec un reflex (Canikon obligatoirement), cher et plein de cailloux hors de prix.
    Je ne dois pas faire partie de cette génération de photographes repliés sur eux-même. Instagram permet de faire de la photo, d’expérimenter et de produire des images. C’est l’essentiel. Ca en fait donc un outil pour photographe à part entière et pour peu que l’utilisateur ait un peu d’oeil et de talent le résultat est bien souvent supérieur à toutes les images formatées que l’on peut voir partout faites avec des appareils dits « normaux ».

  6. le problème d’instagram (moins évident chez snapspeed) c’est que on reconnait tout de suite une photo instagram. un peu comme les faire-part réalisés sous Word. tout le monde utilise les mêmes effets. mais soyons réaliste, il ne s’adresse pas à des photographes mais à des saisisseurs d’instants ou l’image ne vient qu’en explication de texte. pour Snapspeed, il permet de s’amuser, et est plus complet qu’instagram. mais ça reste un applicateur d’effets. quand au HDR, il n’y a que Jean Claude Ghislain qui sait le maitriser pour en faire quelque chose de beau.

  7. Mouais. Instagram et autres filtres à 2 balles servent surtout à masquer des photos très moyennes, donc oui. Mais le HDR, c’est plein d’autres choses. Avant tout une technique très utile qui peut être très mal utilisée, comme toutes les bonnes choses dont il ne faut pas abuser.

  8. Une petite pensée pour les peintres qui disaient la même chose à propos de la photo à ses débuts. Rolala ces photographes qui font des tableaux avec le même rendu noir et blanc, sans avoir besoin d’y passer trois semaines et sans rien connaitre au dessin ni à la technique de peinture… Ces gueux n’ont décidément aucune créativité et aucun sens artistique ! La photo c’est quand même le triomphe de la médiocrité !
    Pas vrai ? Approuvez que diable ! Nous sommes ici entre personnes de qualité, le dernier rempart du vrai savoir…

  9. Le comble du photographe : manquer d’ouverture.
    Sans expérimentation et nouvelle forme d’expression, l’art en serait encore à la peinture rupestre.
    Vive Instagram !

  10. c’est encore une fois oublier que si vous faites de la photo aujourd’hui c’est qu’à un moment elle a été démocratisée
    notamment par l’instamatic !! et quoi de plus approchant de l’instamatic nuage/soleil (tres beau livre de Bernard Plossu) qu’instagram
    c’est amusant de voir l’histoire begayer et certaines esthetiques revenir
    marre des gens qui se plaignent que d’autres prennent du plaisir à faire quelque chose
    et faire des images au 14mm c’est moderne ?

  11. A tout ceux qui parlent des dinosaures sans rien en connaître, sachez que nombre d’animaux encore plus anciens et plus rustiques que les dinosaures ont non seulement pas disparus sur terre, mais ont proliféré et donné naissance à des milliards de nouvelles espèces qui existent elles aussi toujours…
    La rusticité et la simplicité sont des atouts majeurs pour survivre.
    Les seules créatures pour qui on peut parler de réelle créativité et d’innovation pour survivre et évoluer sont des créatures déjà particulièrement évoluées : les primates. Pour les autres, on ne parle pas d’innovation, mais d’opportunité. C’est pas pareil.

  12. C’est la même chose pour toutes les modes. Instagram vient, Instagram cartonne, Istagram sera dépassé.
    Pour le HDR je suis moins sévère que toi. Pour moi c’est un outil utile qui permet de ressortir sur la photo ce que tu vois avec tes yeux.
    Bien utilisé je ne vois aucun problème à afficher une façade de batiment claire et un ciel bleu, plutot qu’un ciel cramé et une façade claire, ou un ciel bleu et une façade sous-ex…
    C’est comme tout dans la vie, il ne faut pas en abuser.

  13. Puisque apparement il faut poster deux fois pour valider son avis, je le fais aussi.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20120719.OBS7746/spectaculaire-orage-sur-new-york-les-images-des-internautes.html
    Un lien tombé dessus par hasard, sur un fil d’actualités sur un orage à New York. La première photo m’a attiré sur le sujet. Et la je decouvre une vaste majorité de clichés Instagram.
    Conclusion:
    1- Super moyen de partage/diffusion de l’info (sans ironie), cool de pouvoir voir cela presque en direct.
    2- Dommage de ne rien voir à cause des filtres alambiqués.
    Enfin pour ceux qui veulent de l’évolution, et bas vous avez qu’à allez voir du coté du lomo. Au moins vous n’aurez pas à acheter un smartphone à 500€ pour faire des photos créatives. Avec en plus une totale liberté sur les traitements

  14. Ca n’a rien à voir avec la créativité. C’est un outils. Il faut savoir s’en servir de la bonne manière sans oublié les prérequis (cadrage, expo, émotion, etc…).
    C’est aussi comme le coup des bokehs à gogo, des effets de zoomings, des sur-contrastes. Il faut savoir s’en servir, et le justifier dans une image.
    Sinon partant de ce principes, les coloristes de l’époques comme les dieu du noir et blanc ne faisait pas preuve de créativité… Et les photographes utilisant des compacts… OU de l’utilisation du POLA pour saturer et ajouter un peu de vibrante à certaines images…
    Et pourtant, ils ont sur ajouter une émotion en plus à leurs images (pas toutes, on est d’accord), et justifiant le procédé par l’histoire racontée et la créativité.
    C’est une question d’outils.
    Je suis graphiste depuis 16ans. Est-ce que le fait d’utiliser un mac plutôt que mes vieux feutres, crayons et letraset fait de moi un meilleur créatif ? Certainement pas.
    Ca reste un outil >_<
    Après, on peut ne pas aimer.
    Pour moi Instagram, les filtres un peu cheap, et le HDR surréalistes NE SONT PAS qualitatifs sur un rendu purement esthétique.
    Et sous couvert de filtres à gogo on en oublie l’essentiel en pensant rattraper une image médiocre avec les dits filtres.
    PIRE! On peut tuer une photo fabuleuse à cause d’un trend techno-hype.
    Donc je n’aime pas.
    Mais il y a de vrais artistes du HDR comme de vrais photographe simulant les vieilles peluches d’antan.

  15. le probleme n’est pas tel ou tel outils, mais l’automatisation du traitement .
    l’automatisation est l’antithèse de la créativité … l’automatisation c’est la productivité .

  16. Un outil reste un outil mais il y a cependant une différence notoire me semble t’il..! Tous les effets cités en argentique étaient, en dehors de la retouche au pinceau après tirage mais réservée à une frange tellement infime des photographes même pro qu’elle reste anecdotique, décidés asoit à la prise de vue soit avant développement soit avant tirége, bref avant la sortie de l’image finale (choix du film, du traitement de ce film, du développement, du procédé de tirage… etc etc) et le résultat n’était jamais garanti. Un coup de zoom en shootant de l’action par ex se fait à une vitesse extrêmement réduite et avec un télé, cela rendait le résultat rare et d’autant plusmagique lorsqu’il fonctionnait… Faire un coup de zoom avec un logiciel est juste ridicule… Un traitement inversé d’u film ,e garantissait pas forcément un rendu top et c’éyait un risque à prendre, il fallait connaitre ses films à la perfection avant d’oser s’y lancer avec des images importantes. Et il en va ainsi pour quasi tous les outils de « post prod » qui sont à la photographie ce que la PS3 est à la conduite d’une formule 1… Désolé mais il faut arrêter d’être aveugle…

  17. C’est la photo numérique toute entière qui est l’inverse de la créativité car elle a supprimé quasiment toute difficulté (choix du film, expo, lumière, luminosité, netteté, profondeur de champ, tirage…) Il serait temps de l’admettre et 99,99 % des « photographes » actuels seraient totalement incapable de sortir une image aboutié et pointeraient au chômage si l’on leur donnait un appareil avec des pelloches :-) !!!

  18. Par contre, il est trop tard pour y changer quoique ce soit ça c’est sûr, ce que nous faisons
    tous maintenant n’est plus de la photographie (je précise que je suis photographe professionnel depuis plus de 25 ans…)

  19. Tiens ! Un Scalp énervé ! ça faisait longtemps :-)
    Bon, je dois admettre que je suis d’accord avec toi mon bon Scalp…
    Mais…, car il y a un mais, nous n’avons pas le choix et essayons plutôt d’utiliser ces outils de manière créative (je sais que tu detestes ce mot, c’est d’ailleurs pour ça que je l’utilise ;-) ), car c’est possible.
    Les outils évoluent, tirons-en profit plutôt que de dire que c’était mieux avant (Dallas c’était vachement mieux que les experts de machin chose :-)
    allez, la bise Scalp (demain il va pleuvoir, viens au Kfé photo :-) )
    ps: je kiffe tes dias de dinosaure !!!

  20. Ce que tu dis d’instagram, des filtres ou du hdr, on peut le dire de tout ! On pourrait dire aussi que photoshop tue la créativité (par ses filtres prédéfinis, par le fait qu’il impose ses outils), on pourrait dire la même chose de tout ce qui est numérique : appareils photos, caméras, outils de montage, softs… et on pourrait même en dire autant de tout ce qui est mécanique ! On pourrait dire que pour faire de la vraie photo « créative » il faut absolument utiliser un sténopé.
    Tout ça n’a pas de sens. Ce ne sont pas les outils qui créent. On peut être créatif avec n’importe quoi entre les mains. A ceux qui prétendent que les filtres préfabriqués (souvent limités en nombre) imposent le même style à toutes les photos, j’ai envie de leur demander ce qu’ils pensent alors des appareils qui n’en proposent pas (et donc qui en réalité ne proposent qu’un style), toutes les images tirées de ces appareils se ressembleraient si on devait suivre leur logique… heureusement que non, car ce n’est pas le filtre, ou le traitement hdr, ou l’absence de traitement, ou le noir et blanc, ou le pinceau (etc.) qui font la créativité. Souvent la créativité peut même naître des contraintes imposées par l’outil, en obligeant l’utilisateur à trouver de nouvelles façons de l’utiliser.
    Bref, on peut faire des photos magnifiques, raconter des histoires, couvrir avec talent un sujet, faire des reportages, avec n’importe quel appareil ou application.

Leave A Reply