web analytics

70% du marché, sans appel d’offre ni mise en concurrence !

13
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Il est bien de jetter quelques pavés dans les marres. Le post d’hier soir a déjà fait couler pas mal d’encre. J’ai bien aimé le commentaire du jour, signé Jean-Baptiste Avril, qui soulève un problème que j’ai déjà constaté le statut association loi 1901 : 

«  Dans mon bled de 50.000 habitants, j’ai un « jeune » qui se débrouille bien. Il capte 70% des besoins iconographiques de la ville et de la communauté d’agglo depuis pas mal d’années, SANS APPEL D’OFFRE ni MISE EN CONCURRENCE…

Et vient de créer une asso loi 1901 pour sa soeur qui fait de la vidéo et capte aujourd’hui 90% des besoins vidéos de la ville, privant de boulots quelques « vieux » qui en vivaient jusqu’à présent. Pas belle la vie ? « 

Lire à ce propos Concurrence déloyale entre associations et entreprises : «  Ce député insiste sur le fait que de nombreuses entreprises privées, particulièrement des PME-PMI travaillant dans le secteur de l’animation et de l’événementiel, subissent une concurrence qu’elles jugent déloyale de la part d’associations oeuvrant aussi dans ce domaine sans répondre toutefois aux mêmes obligations fiscales et salariales « … Un sujet à creuser…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

13 commentaires

  1. Pour un marché inferieur a 15000€ il n y a pas d obligation de mise en concurrence. Ce sont les regles des marches public. Ni meme d obligation de faire de la publicite.

  2. Donc, si j’ai bien compris, je me mets en association bidon ! Je casse les prix, j’embrouille quelques élus, je fais un peu de green washing. Et je me verse un salaire… Elle est pas belle la vie ?

  3. Et c’est les mêmes qui viennent râler contre les 35 h, qui pleurent le manque de créativité des Français et exhibent du matériel à un prix indécent à longueur de page. C’est aussi ça le numérique : des petits gars peuvent percer sans passer par les vieux dinosaures du secteur.
    Mais rassurez-vous, dans la majorité des villes c’est toujours le vieux pilier de comptoir, cul et chemise avec les permanents de la ville qui remportent les appels d’offres, quel que soit son prix. Cessez de pleurer quand les gens se bougent. La suite logique sera de venir chialer parce que des auto-entrepreneurs vous piquent des parts dans le marché des photos de mariage. Un peu de décence…

  4. Et puis sérieusement « Momo ». Si en tant que vieux pro, avec ton super matos et ton expérience, tu t’es fait souffler un marché en or comme un gl..d par un mec qui sort de nulle par. C’est qu’il y a une petite remise en question à effectuer. « Elle n’est pas belle la vie ? ». Si, Momo… Elle était trop belle la vie.

  5. Le problème des associations est bien connu. Gestion comptable ultra-légère, service relationnel généralement lié au politique, et pour paraphraser un certain langage marketing, marges arrières occultes.
    Impossible de lutter économiquement contre ça, vu qu’elles ne payent aucune taxe ou charge salariale.
    Tout le monde le sait, tout le monde s’en sert.

  6. Les associations, encore un plan « gruge » comme les affectionnent les français. Créer sa petite association pour faire du business en parallèle d’un petit boulot et se payer des frais à l’oeil sans avoir à supporter la moindre contrainte, voilà à quoi se résument beaucoup de petites associations. Et encore je ne parle pas des 34 milliards d’Euros versés par l’état aux grosses associations ….

  7. Je pense que cette note revele une frustration et d’etre supplanter par des « petits jeunes » qui font la nique aux pro ou pseudo pro en magouillant comme les autres pro ou pas
    Arreté d’etre envieux et essayé de vous m’etre en diapasons du marché, c’est que comme ça que vous avez une chance des supplanter les « petits jeunes »

  8. Oui xaruf et le participe passé (entre autre), ça fait deux ;o)))
    Je note que cela en fait un de plus qui lance un yaka s’adapter…

  9. Je reconnais bien volontiers, mes fautes de français, tapé à la va vite sans me relire sous le coup de l’énervement,
    Mais les critiques sur mes fautes de français ne peuvent cachées qu’il n’y a pas d’arguments contre ce que j’ai écrit, maladroitement il est vrai.
    Je ne suis pas parti prenante dans cette histoire, je ne suis pas un pro ou un »petit jeune » qui pique le boulot des pros ou qui se prétendent comme tel, mais l’un répond à un marché qui tire les prix vers le bas, l’autre pas
    S’il reste des fautes veuillez m’en excusé

  10. @ Kagou.
    C’est pour cela que pour bien faire avancer sa fratrie, l’on divise les secteurs et les identifications car l’ensemble des prestations photo + video dépasse largement les 15.000 euros :)
    Ceci, bien évidemment, sous le regard très endormi du service communication… Le maire, après tout, n’étant que le directeur de publication des publications de la ville :(

  11. @xaruf
    Sauf qu’on ne peut pas se mettre «au diapason du marché» face à des gens qui détournent un statut pour pouvoir proposer des prestations sans les contraintes des statuts normaux de toute entreprise, et avec toutes les conséquences néfastes que cela peut avoir sur ces secteurs d’activité.
    Ce genre d’abus doivent être dénoncés et stoppés au lieu de devenir un «mètre-étalon» de la concurrence. Sinon c’est totalement n’importe quoi.
    Concernant les appels d’offres des marchés publics, pas mal n’existent aussi que pour la forme. Les collectivités savent déjà quel prestataire ils vont choisir. L’appel d’offres n’étant là que pour respecter l’obligation légale.
    Sur le titre de l’article, je le trouve un peu malvenu. On a l’impression que cela concerne toute la France. Or, ce chiffre n’émane que d’une personne, pour sa ville, sans rien pour venir l’étayer. Un minimum de précaution aurait été le bienvenu.

Leave A Reply