web analytics

L’iPad pour travailler ? Vraiment ? Vos commentaires…

19
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Mon précédent article à propos des tablettes « pas faites pour travailler », a suscité quelques vives et passionnantes réactions (merci Bill). N’hésitez pas à faire par de votre expérience, comme Bertrand : 

«  Au début, j’utilisais mon iPad pour lire des magazines. Mais je me suis vite rendu compte que je ne lisais rien. Je faisais défiler les pages à la vitesse de l’éclair. Donc je suis revenu au papier.

Même constat dans mon cas (ndr) !

Travailler sur iPad ? Parfois pour certaines tâches de courrier ou autre. Mon iPad est un complément génial en tant que photographe. Je peux montrer mon portfolio aux clients. Principale utilité : Photosmith qui synchronise avec Lr. Je peux à la séance-même laisser les clients choisir leurs clichés préférés. Quand je rentre le tri est fait. Gain de temps énorme. Quelque appli bien sympas. L’iPad n’est pas à bannir, c’est un complément au PC/MAC clavier/souris etc… « 

Sans banir l’iPad et les tablettes (ce n’était pas mon propos évidement), je me rend compte qu’un génial petit Macbook Air, a tendance naturellement à prendre toute la place et à ne plus laisser grand chose à faire à l’iPad…

J’ai notamment totalement laissé tombé la présentation de portfolio sur iPad, après avoir essayé quasiment toutes les applications disponibles dans ce domaine et être revenu à l’appli Photo d’Apple (y compris Photosmith sur lequel j’avais flashé… puis : bof ! ) J’avais même commencé à écrire un guide des applications iPad pour photographe, et fini par abandonner devant la pauvreté désarmante et l’indigeance de toutes ces applications photo systématiquement décevantes)…

Car Lightroom sur un Macbook Air, fait tout tellement plus vite, plus élégament et légèrement (y compris la présentation des images à condition de penser à reconstruire les apperçus 100% et d’apprendre quelques raccourcis claviers)…

En un mot, je ne compte plus les amis qui m’avouent avoir acheté l’ipad… et ne quasiment jamais s’en servir (c’est à dire même pas une fois par semaine) ! 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

19 commentaires

  1. Je crains un peu que le bouquin d’Urban Bike « Travailler avec l’iPad » (que je n’ai pas encore lu), tienne plus de l’idéologue volontariste et de la démonstration théorique, que de l’application réelle…
    Car il y a un gouffre, entre ce dont on rêve… et ce que l’on fait ! Je ne vois pas beaucoup de cadres autour de moi, à qui leur entreprise à fourni des iPad pour travailler…
    A la limite je connais quelques exemple de VRP munis d’iPad pour montrer le catalogue de la boite… Comme outil léger de consultation, l’iPad est super. Mais pour les tableaux Excel, je n’y crois pas !

  2. L’ipad Outil de production, certainement pas, de consultation oui et encore …
    J’ai l’Ipad 1 depuis ça sortie, c’est pratique quand tu es sur ta terrasse pour consulter quelques pages mais sans plus. je ne l’ai pas upgrader avec la version 2 ou 3, en plus il ne sera pas compatible avec la prochaine version d’IOS, je pense donc que je commencerai a m’intéresser a la solution Microsoft qui à l’air plutôt sympa.
    ps : j’ai lu ce billet sur mon Ipad et je le commente depuis mon pc, pas le courage de me lancer avec l’ipad, c’est tout dire …

  3. Travailler avec l’ipad me semble un peu surréaliste dans l’énoncé.
    Je me suis payé un ipad3 en avril, j’ai craqué après 2 ans de résistance. En fait je me le suis payé en passant à la fnac un peu comme j’achète une « baguette de pain ».
    J’ai completement flashé sur l’écran. Maintenant avec le faible recule que j’ai 2 mois 1/2, j’aime bien ce bidule. Je trouve le grand écran vachement plus confortable que celui de mon iphone.
    Je relève mes mails, je surf sur le web, je lis beaucoup de livres (meilleur usage de mon point de vu, permet de transporter un max de bouquins dans un encombrement tres réduit sans avoir à porter 5 kg), je mate la tv, je joue, je montre mon book à mes clients (enfin je me la pete haha c’est ca de bosser pour des provinciaux :p), et je fais un tas d’autres trucs dessus, mais je ne vois pas comment travailler avec. D’ailleurs quelle idée ! Quand on prône le macpro à tt bout de champ :) (bon ok je me fais plus bête que je ne suis)
    Pour le boulot sur le terrain ma préférence va exclusivement à mon « transportable » macbook pro 17″ ou le mba de ma femme.
    J’ai essayé de me servir de l’ipad comme d’un second écran en wifi, mais cela reste inutilisable.
    Bref l’ipad est un super jouet de divertissement mais pas un outil de travail.
    PS: Si, en fait le seul usage que j’en ai professionnellement, c’est pour la cartographie j’adore préparer un itinéraire, ou faire des repérages avec.

  4. Les tablettes sont clairement faites pour la lecture zapping !
    Je m’explique : je me suis abonné à plein de mensuels et quotidien depuis deux ans que j’ai mon iPad (travaillant dans la PQR)… en me disant que je serais bien plus efficace dans ma veille quotidienne.
    Et bien dans les faits, le constat est cruel : je ne fais que survoler les articles, je ne lis que les abstracts (les chapo) sans jamais lire unn article en entier. Je zappe ! Je survole, je ne lis plus… je perds mon temps sur Yutube… je suis distrait part plein de choses (les mails qui arrivent par exemple)…
    Bref : l’ipad pour lire est une catastrophe dans mon cas !
    Tenez, lisez ça (si vous etes capable de lire un article en entier), sinon imprimez le :
     » Les Américains tentent de comprendre pourquoi les Français ne lisent pas sur e-book  »
    http://www.slate.fr/lien/58545/americains-francais-e-book
    ça ne m’étonne pas que les eBook se vendent bien aux USA : vus ce que lisent les américains (ce ne seront pas des intellos n’est-ce pas ;-)
    Bon et un autre problème assez gênant avec Apple :
    http://www.slate.fr/lien/57573/pas-possible-lire-ebook-legalement-drm

  5. qua ça fait du bien de ne pas se sentir seul… moi aussi je me demande encore ce qui m’a pris d’acheter cet aillepad ! J’ai telechargé tout plein d’appui nulles et d’autre un peu moins nulles (dropbox, flipboard sur les conseils de JF)…
    mais à part ça je n’en fais rien du tout…
    Ah si : je ragerde la Télé ! C’est 90% de l’utilisation que j’en fais

  6. Bonjour à tous,
    Lecteur assidu de Macandphoto, je lis beaucoup mais réagi peu. Mais la je réagi.
    iPad pour travailler ? OUI
    Je suis effectivement passif avec le soir pour m’informer, mais la journée je l’utilise vraiment pour travailler, toute la journée et vraiment content de l’avoir, me débrouiller autrement me paraît plus compliqué. Je dois très souvent me connecter à distance pour prendre la main sur des Pc distant sous Linux et en déplacement (mobilité complète ) et devoir le faire avec mon MacBook est pas évident pour marcher en même temps ou le temps d’une réparation sur le terrain, mais avec l’ipad, c’est d’une efficacité redoutable.

  7. Jean-Marc BondonPosté le

    Oui, je travaille avec un Ipad sans doute davantage que je ne le faisais précédemment avec un Macbook Air. Cela tiens à deux choses ; d’une part je suis réellement en situation de mobilité plusieurs heures par jour, principalement dans le train, d’autre part, je lis beaucoup et embarque avec moi de nombreux livres et magazines. J’écoute également plusieurs podcasts. L’ipad ce révèle dans mon cas un véritable couteau suisse, davantage à mon sens que le macbook Air (Je trouve toujours invraisemblable qu’il ne soit pas possible de lire sur un Mac les livres acheter sur Itunes.) Le clivage entre les deux solutions viendrait pour moi de la prise de note, dès qu’il s’agit d’écrire un peu sérieusement, le clavier physique est irremplaçable. J’utilise l’Ipad pour montrer des slides, mais c’est finalement assez anecdotique dans mes usages. Je ne parle pas des très nombreuses applications que j’installe sans jamais vraiment les utiliser sérieusement, j’ai développé ainsi une véritable addiction à l’Appstore.
    J’en tire deux conclusions. L’acquisition d’un Ipad (ou d’un ordinateur personnel) permet à chacun de composer son propre environnement de travail ou de loisir sans passer par les fourches caudines d’une DSI. Pour les professionnels qui sont essentiellement des « travailleurs du savoir », travailler signifie principalement lire, échanger, s’informer, écrire, enrichir, classer et retrouver de l’information, il devient de plus en plus difficile de tracer la frontière entre le privé et le professionnel. Qui ne traite pas des mails professionnels à la maison ? Qui ne surf pas pour un motif privé au bureau ? L’anglais à forgé un acronyme pour indiquer l’utilisation de matériel personnel à des fins professionnelles. BYOD pour Buy Your Own Device
    http://www.solucominsight.fr/2011/07/bring-your-own-device-quelle-frontiere-entre-sphere-professionnelle-et-personnelle/
    L’hyper connectivité est addictive. Heureusement nous maintenons d’autres activités pour maintenir un équilibre, la lecture d’un vrai livre, la cuisine, les repas d’amis, la balade ou la photographie.
    Même s’il existe plein de 2.0 dans l’environnement de ces activités, le plaisir et les émotions ressenties ne viennent pas des technologies apportées mais bien de l’activité elle-même.

  8. Nous travaillons avec un iPad depuis peu, mais pour une application spécifique qu’un PC n’aurait pu faire sans acheter un modèle très coûteux : nous utilisons un iPad dans notre laboratoire de confinement P3. Il est enfermé dans une housse étanche Logitech qui nous permet de décontaminer de manière abondante l’iPad au désinfectant.
    L’iPad se connecte via wifi à l’interface de notre base de données grâce à Safari. Vraiment sympa.
    Depuis peu, nous avons acheté une licence de Pages, ce qui nous permet de récupérer les documents rédigés via iCloud.
    Mais tout ce ci n’aurait pu se faire sans la fameuse housse étanche très pratique.
    J’ai également vu deux commerciaux avec un iPad 3G + cellular ( ;-) ) pour présenter leurs produits (Thermo Scientific et Millipore – deux grosses sociétés américaines) : les commerciaux en sont ravis et n’ont plus mals au dos. L’application utilisée pour mettre en avant les produits est vraiment sympa, mais je n’ai pas noté le nom.

  9. @ Jean-Marc :  » Je trouve toujours invraisemblable qu’il ne soit pas possible de lire sur un Mac les livres acheter sur Itunes.  »
    Oui, bien il suffit d’acheter tes livres ailleurs que chez Apple, ce ne sont pas les solutions, les boutiques et les lecteurs de eBook qui manquent ! Et tu pourra les lire sur tout ordinateur…
    Il faut quand même être sacrément moutonnier pour se laisser enfermer par Apple et acheter tes livres chez eux…

  10. et jusqu’à présent, les gens qui travaillent sur iPad le font généralement sur des applications spécifiques développées sur mesure…
    ça va tant que l’on a pas à faire trop d’aller retour entre différentes applications…
    Et tant qu’il ne faut pas saisir trop de testes et de chiffres.
    Mais des qu’on doit jongler d’applis en appris, ça tourne au cauchemars ! Rien que poster des commentaires sur un site est une épreuve. Et je ne parle pas de la gestion catastrophique des onglets ou du copier coller incroyablement lent à mettre en oeuvre.

  11. Moi perso, je ne bosse pas avec, mais je l’ai essentiellement acheté pour pouvoir mettre mes partitions de musique dessus.
    ça me permet au lieu de me charger avec des classeurs énormes de juste prendre l’iPad.
    Et pour ça, c’est vraiment super.
    Je suis même tenté de changer mon iPad 2 pour un iPad Retina pour pouvoir profiter de l’écran.

  12. J’ai commencé par utiliser à la maison l’iPad de mon épouse pour surfer lorsque mon ordinateur n’était pas disponible. Puis, très vite, j’ai perçu le potentiel de l’outil.
    Je me suis acheté un iPad 3G et je l’utilise tous les jours professionnellement. Je l’ai toujours avec moi lorsque je me déplace dans l’entreprise. Je fais toutes mes présentations avec, je gère mon agenda et mes mails. Je l’utilise aussi pour prendre des notes en séance (de manière classique ou en mind mapping). Je gère également toutes mes tâches ainsi que les ressources des projets que je conduis.
    Une partie de mes collègues ont fait des tentatives similaires en utilisant des portables ou des netbook. Mais assez rapidement, ils ont abandonné ou limité leurs usages. Pourquoi ? À cause du poids et/ou de l’autonomie.
    De plus, j’ai découvert un avantage insoupçonné de l’iPad par rapport aux portables (même un MacBook air), c’est l’inclinaison de l’écran. Je m’explique, en séance, lorsque vous utilisez un portable, l’écran forme une « sorte de barrière visuelle » entre vous et les autres participants. Certains se demandent même ce que vous faites sur votre ordinateur. Avec l’iPad, ce n’est pas le cas. Les participants voient lorsque vous prenez des notes. Gros avantage également, si vous souhaitez montrer quelque chose à un collègue, vous lui tendez l’iPad. Je n’ai jamais vu quelqu’un faire la même chose avec un portable en séance (probablement à cause des câbles ou de l’écran qui gêne la transmission de l’appareil).
    En déplacement en dehors de l’entreprise, si je dois rédiger un rapport (principalement de retour au bureau dans le train), j’utilise ma housse de protection de l’écran de l’iPad qui fait aussi office de clavier.
    Conclusions : je suis plus performant dans mon activité professionnelle et je ne pourrai plus m’en passer.

  13. ok je ne me sépare pas de mon ipad au boulot; J’ai beaucoup de photos dessus, plus de 8000, merci Aperture! Car je pense que si vous n’êtes pas sur Aperture effectivement cela doit tourner au cauchemar (synchro des projets albums etc.). Oui c’est fermé, mais ça marche très bien. Je ne cherche pas à éditer sur l’ipad…Et puis il y’a les mails et qques applications réseaux très pro (réseaux serveurs scan ip etc.). Puis pro qui gère des équipes, des projets (comme moi) il y a omniplan par exemple. Voilà

  14. Je me sers beaucoup de l’ipad car je suis souvent sur la route, et même quand ce n’est pas le cas, c’est au moins une fois par jour… Comme tous es outils, il a ses limites, mais JF, ce que tu oublies de façon systématique quand tu le compares au Macbook air, c’est le prix, qui penche de beaucoup en faveur de l’ipad ! Quelque part, tu sembles donc l’avoir acheté en doublon, sans doute une envie de geek… Non ?

  15. Oui, tu as raison pour le MacBook Air. Mais l’encombrement de l’iPad n’est pas le même. Montrer un portfolio debout avec un Air est plus sportif qu’avec l’iPad.
    La 3G est bien facile aussi…
    Avec l’Air ont a des vrai Gigas. De la connectique utile et on peut y mettre des vrais programmes. Pas des « App » simplistes en regard à un logiciel.
    Moi j’ai trouvé la juste utilisation de ma tablette sans pour autant croire que c’est la perfection absolue.
    Je ne l’aurais plus que je pourrais m’en passer. Mais je l’ai et c’est bien sympa. Note que je l’ai acheté pour une bouchée de pain à une personne complètement à l’ouest en technologie mais qui a été séduit par le marketing Apple :-)
    Le financier ne me fait donc pas trouver l’utile là où cela est futile. Hé hé!

  16. Perso, j’utilise beaucoup l’iPad. Mais pas pour travailler.
    Pour consulter des mails, pour naviguer sur internet, pour jouer et un peu pour montrer des photos. Je l’utilise beaucoup plus que mon MacBook Air, mais nettement moins que le MacPro.
    Pour moi, l’iPad est seulement un navigateur de média, pas un ordinateur.

  17. Franchement y a des sujets qui tournent à la fixette (iPad, Thunderbolt, iMac) et sur le mode je vous l’avais bien dit. Pour un fidèle lecteur des débuts, c’est un peu lassant et ça donne (espérons à tort) une image égocentrique de l’auteur c’est dommage surtout à côté des autres articles intéressants. Vous me direz je n’ai qu’à pas lire…
    Travailler sur iPad ? Si ton boulot implique de faire de la veille par ex l’iPad est parfait. Idem pour de la prise en main à distance en déplacement c’est parfait. Etc
    Sinon non l’iPad n’est pas un PC ou un portable et un PC ou un portable n’est pas un iPad. L’un ne remplace pas l’autre et l’iPad n’est pas fait pour tout et tous.

Postez un commentaire