web analytics

Astuce Lightroom, importer plusieurs cartes d’un coup

12
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

La plaie après une grosse journée de prise de vue, c’est de téléverser toutes les images de vos (nombreuses) cartes, sur le disque de votre ordinateur. C’est loooong, trèèès loooong ! Même avec un lecteur en Fire Wire 800 (tiens ? toujours pas de lecteurs de carte Thunderbolt, c’est étrange. Heureusement il y a de l’USB3 ;-)

Surtout si vous avez utilisé plusieurs petites cartes, plusieurs APN, sans oublier une camera Go Pro (pourquoi pas), un compact, ect… En effet, en reportage la plupart d’entre nous utilisons au minimum deux reflex simultanément et il n’est pas rare de devoir vider 5 ou 6 cartes à l’issu d’une bonne journée.

lr

Importer plusieurs cartes en même temps avec Lightroom…

Pour ma part, je préfère laisser Lightroom travailler tout seul… Pendant que je vais nager (si possible), ou prendre une petite douche, ou faire un petit massage, ou déguster un bon dîner bien mérité avec une petite bière fraiche !

Mais pour ça, il fallait savoir qu’avec Lightroom (3 ou 4), il est possible de brancher toutes vos cartes en même temps (en mobilisant plusieurs lecteurs de cartes) afin de le laisser importer tout leur contenu d’un coup, pendant que vous faites autre chose.

JF

Je travail avec Lightroom… sans me fatiguer !

Le secret est de ne pas sélectionner une des cartes (en haut), dans le dialogue d’import… Mais plutôt de sélectionner les « dossiers des cartes » figurant dans la liste des disques durs (en bas), tout en appuyant sur Cmd (sur Mac), ou Ctrl (sur PC)… Essayez, vous verrez c’est magique !

LLr

Importer plusieurs cartes en même temps avec Lightroom, c’est magique…

Sur l’exemple ci-dessus, Lightroom est pret à importer d’un seul coup les images d’un Nikon D800, d’un D7000, d’un Canon EOS 5D Mk2, d’un Canon G1 X et d’un S100 !

Toutes les images seront rangées par dossiers, reprenant les dates de prises de vues… Ensuite, il suffira de cliquer sur Importer (en bas à droite), après avoir décidé de construire les aperçus en taille Standard, ou éventuellement 1:1… Mais ceci est une autre histoire.

> C’est (entre autres) ce genre de petites astuces irremplaçables, que l’on apprend dans nos formations Lightroom à la Nikon School (il reste quelques places pour la session initiation du 28 et 29 juin).

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

12 commentaires

  1. C’est vraiment génial ! Adopté ! ! ! Merci JF…
    Quand je pense à tout ce temps perdu à chaque reportage depuis des années ! A guetter qu’il ai fini avec la première carte, avant de remettre la seconde et ainsi de suite…

  2. Non, non, cette méthode n’est pas anecdotique ! Elle est géniale et je l’utilise tous les jours (en fait je n’utilise plus que ça)…
    Aucun problème de CPU : car il travaille de façon très marginale lors de l’importation de cartes multiples (avant la création des aperçus qui est d’ailleurs facultative, bien que recommandée)… Que ce soit sur mon Mac Pro, et surtout sur mon Macbook Air que encaisse sans soucis la charge de 4 ou 5 cartes en même temps.
    L’effort véritable du CPU ne commencera qu’à la fin de l’importation, au moment de la construction des aperçus (qui fait travailler le CPU de toutes façons à un moment ou un autre). Mais ici encore, aucune différence avec l’import cartes après cartes pour les CPU, puisque les aperçus sont reconstruits un par un dans l’ordre d’arrivée. Un aperçu par coeur (d’ailleurs, c’est pour ça, que ça va 4 fois plus vite avec un 8 coeurs, qu’avec un 2 coeurs).
    La méthode d’importation multicarte est 100% fiable et tellement plus pratique ! Aucune hésitation pour l’utiliser…
    Pour ma part je n’applique que quelques mot-clefs très simples lors de l’importation. Par exemple Kenya, Afrique, Afrique de l’Est, Safari… (qui sont justifiés et corrects pour toutes les cartes). Et à toutes les photos de cette journée. J’affinerais les mot-clefs et légendes, ensuite par séries d’images (après l’importation)…
    Si l’on est pressé, on peut commencer à travailler les meta données, sur les premières images importées (mot-clefs, étoiles, drapeaux), pendant l’importation du reste des images..
    Toujours en ce qui concerne mon workflow personnelles : mes images sont systématiquement dispachées dans des dossiers par dates de prise de vue (donc les divers APN mélangées, ce qui n’est pas un soucis, même lorsque je fais de test d’APN). Je trouve ça bien plus pratique car je les retrouve par ordre de prise de vue (il faut évidement avoir bien réglé la date des boîtiers à la seconde près, ce qui est l’enfance de l’art)…
    Si je désire (c’est rare mais ça peut arriver), visualiser les images APN par APN, alors j’utilise le filtre de meta données… Et je pourrais même très facilement (si nécessaire) créer des sous-dossiers pour séparer les APN (mais je n’en vois pas trop l’intérêt).
    J’ajouterais pour ceux qui réalisent dès l’importation une copie sur un second disque… Que l’opération est automatique en un seul clic !
    Bref, la méthode pour importer toutes ses cartes caque jour en un seul clici est extrêmement précieuse, pour tous les pro qui remplissent plusieurs cartes par jour ! Imaginez le temps gagné au bout de 10 jours, avec 5 cartes par jour…

  3. Je viens de tester avec 3 cartes ! Pas de soucis, c’est en effet génial… Aucun soucis à signaler !
    Dire que j’utilise Lightroom depuis 4 ans et que ça ne m’était jamais passé par la tête.

  4. Merci JF pour partager cette astuce !
    Cela fait bien 2 ou 3 ans que je n’avais pas trouvé sur une nouvelle astuce vraiment utile, que je ne connaissais pas…
    En général, les astuces que l’on trouve sur le web, sont de petits gadgets, des petits truc sympa, mais rien d’aussi vital !
    Par contre cette astuce là, elle est vraiment fantastique !
    My 2 cents : avant l’importation, je sélectionne le dossier de destination directement depuis l’explorateur de dossier de Lightroom. Et je clic-droit : « importer dans ce dossier » !

  5. Pour ce qui concerne le DNG : à proscrire absolument (j’ai 100 fois donné mon avis la-dessus, il n’a pas changé)… Le DNG c’est le diable tout simplement : ça ne sert à rien !
    Le DNG ne sert à rien d’autre qu’à abimer les images, à leur faire perdre certaines informations et ne plus pouvoir les ouvrir dans un autre logiciel qu’un logiciel Adobe ;-)
    Donc vraiment aucun intérêt (je persiste et signe ! Quoiqu’en dise certains photographes travaillant comme ambassadeur pour Adobe ;-)
    On est bien d’accord que si les cartes comportent des images de plusieurs sujet, c’est moins intéressant.. (même si il sera toujours possible de dispatcher les images plus tard).
    Mais je travaille en général plusieurs jours sur le même reportage. Donc cela sera à voir au cas par cas…, selon les reportages et les photographes.
    Non, le vrai intérêt de cette méthode, c’est dans l’organisation de son temps au cours de la journée…
    Par exemple en Safari, tu es bien content après 7h ou 8 h de 4×4, d’aller te laver à la rivière près du camps, de ranger un peu ton sac à dos, d’enlever la poussière accumulée sur les optiques et de prendre l’apero…
    Donc tu branche toutes tes cartes, Lightroom download tes images en reconstruisant les aperçus… ET tu reviens 2 heures plus tard, c’est prêt ! Tu peux alors te mettre au travail pour trier un peu ! Et comme les aperçus sont déjà fini, tu vas 2 fois plus vite…

Leave A Reply