web analytics

Photo d’Afrique du Sud, pour les plages de Bretagne !

35
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

716.000 € de campagne publicitaire placardée dans les rue de Londres, pour les plages de Bretagne… Campagne qui utilise deux photos prises en Afrique du Sud ! Bravo… A lire chez Gentside.com :

 » L’erreur a été repérée par un photographe de mode du nom de Bradford Bird. Habitant actuellement la capitale britannique, il a néanmoins vécu dans cette région d’Afrique du Sud durant son enfance. « J’ai grandi à Llandudno et j’ai reconnu la plage dès que je l’ai vu », a-t-il expliqué au journal d’Outre-Manche The Telegraph. « J’ai trouvé ça culotté et j’ai donc posté une photo de l’affiche sur ma page Facebook », a-t-il ajouté.

0000_screen_ 2012-03-30 à 01.41.37Ces photos ont évidemment été retirées du site web une fois que la méprise a pris un caractère public mais elle vont demeurer placardées dans les couloirs du métro londonien jusqu’à mi-avril.

Et depuis quelques jours, la presse anglo-saxonne se gausse de cette bourde et ne s’économise pas pour se moquer de la France.  »

On avait pas assez de bon photographes en France ? Et pas d’assez belles plages en Bretagne ? Bravo l’Agence Française de promotion du tourisme en France !

Maintenant, on aimerait bien savoir sur quel micro stock, ces images ont étés achetées… et combien !

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

35 commentaires

  1. Comment peut-on faire des *onneries pareilles ?
    Déjà le vignoble californien en Champagne, la mer Egée derrière Sarkosy, mais alors là …
    D’autant que des photos parfaites existent certainement déjà par des photographes français, voire même bretons. Le problème est peut-être simplement la simplicité d’accès à ces photos, leur visibilité plus que le cout ?
    Je me pose sérieusement la question, ne connaissant pas trop ce milieu de la photo. Est-ce que ce n’est d’abord et avant tout pour se simplifier la vie que les publicitaires (allez les communicants…) puisent leurs photos n’importe où ?
    La bétise humaine existe, je ne le remet pas en question, mais je sais aussi qu’en situation professionnelle il faut aller vite et efficace, et des fois le résultat est aussi surprenant que celui-là.
    Et la bétise, si c’est elle notre client, il faudra bien s’adapter et savoir lui parler.

  2. AlarachePosté le

    Ce n est pas une campagne pour la bretagne mais pour la côte nord, côte d opale incluse!
    Et même question qu au dessus:
    Un publiciste a t il facilement accès à une photothèque de professionnels convenablement remuneré? Avec mots clé etc…

  3. Alain BPosté le

    Ici, nous ne sommes pas dans le journalisme. Il n’y a aucune raison d’être dans un principe de réalité. En Bretagne il y a des plages de sable, des rochers et des touristes heureux de faire leur jogging dessus… ce que montre la photo.
    Peu importe où elle a été faite. Enfin pas tout a fait. Je suis tous les jours soumis aux demandes des communicants qui ont parfois des raisons que la raison à du mal à comprendre. Mais c’est la leur, c’est eux qui payent et c’est de la COM ! C’est donc pour vendre un produit comme on vend un yaourt ou des produits amincissants. Personne ne conteste les pubs qui mettent en scene des mannequins filiformes pour nous vendre des fringues ou du parfum en disant « mais c’est pas vrai, c’est pas moi, c’est pas une ménagère de 50 ans qui porte du Chanel »… Ici, c’est pareil ! on vend de la plage. Pas un lieu en particulier.
    Et je met ma main au feu que la discussion des communicants a porté sur un problème basique : Comment faire la promo d’une Région sans mettre en valeur la plage de Roscoff, celle de Penthièvre ou de La Baule sans vexer les autres ? La réponse est simple on prend une plage qui n’existe pas en Bretagne et que personne ne pourra reconnaître. Ou on fait un dessin, une peinture…
    C’est pas plus compliqué. Et cela peut paraître aberrant mais ce genre de considération est monnaie courante dans la pub institutionnelle.
    Enfin arrêtons les considérations protectionnistes genre : priorité aux photographes Français. Quand mon collègue Christian de l’agence Vandystadt se faisait un mois à Hawaï pour couvrir une épreuve de championnat de surf, les locaux auraient pu hurler !
    Heureusement que l’on ne regarde pas la nationalité des photographes pour choisir une photo.
    J’attends avec impatience la naissance du premier photographe français qui refusera de vendre une photo de plage bretonne sous prétexte qu’elle va être utilisée pour illustrer une brochure sur un complexe touristique portugais par exemple !

  4. Triste mondePosté le

    C’est vraiment des nulos et des bras cassés ces publicitaires…
    A ce prix là ils peuvent pas prendre le train et aller faire des photos eux mêmes ?
    encore une histoire à pleurer..

  5. Je suis totalement d’accord avec Alain B !
    Les agences de com n’ont pas le temps de chercher des photographes et des photos, et comme la majeur partie des photographes ne contacte pas les agences de com ou font des photos qui ne sont pas satisfaisantes pour les agences, ces agences s’adresse ailleurs, généralement à des banques d’images avec lesquelles elles ont souvent aussi des accords.
    Le premier but d’une agence de com est de faire passer un message, pas de donner des informations.
    Si je photographie une tomate en chine pour un pub française quelqu’un s’en offusquera-t-il ? ?

  6. Alain B. a raison, mais … il n’en reste pas moins que le principe des banques d’images est contrebalancé par la possibilité de rechercher les informations relatives à ces images et de les associer au message que l’image est censée véhiculer dans le contexte de son utilisation. S’il y a contradiction, il y a là matière à contrer la publicité qui sert alors le lobby adverse pour pas cher. N’est-ce pas le B.A.BA de la communication ? S’il y avait possibilité de discerner la marque du maillot de la fille, ce serait aussi un point de contradiction.

  7. Non je ne suis pas d’accord avec Alain B.
    En dehors du journalisme on peut raconter n’importe quelle salade du moment que le client paye ?
    En l’occurrence cette plage a été reconnue.
    Le problème de Roscoff ou La Baule est contournable par d’autres moyens.
    Je sais très bien qu’en photo de publicité ce qui compte c’est le résultat quelle que soit la manière d’y arriver, et qu’on « triche » assez souvent. la photo culinaire en est un bon exemple.
    Je sais aussi qu’en cinéma on ne filme pas dans les lieux présentés dans le film, parce qu’ils n’offrent pas suffisamment de possibilités pour faire le film (la bête du Gévaudan par exemple qui n’est pas filmé en Lozère, d’après ce que je me souviens).
    Mais là ce n’est pas du cinéma, on vend un lieu réel, qui est la « Nothern France coast » et c’est incohérent de mettre une photo d’Afrique du sud. C’est même une « arnaque » ;-)

  8. « document non contractuel » … c’est une façon légale de prévenir qu’il y a un risque d’ambiguité entre la publicité et l’arnaque.
    le document reste néanmoins contestable lorsque le message est contradictoire avec les valeurs de l’annonceur :
    - utiliser un paysage sud africain pour vanter les mérites d’un déodorant français … pourquoi pas.
    - utiliser un paysage sud africain pour illustrer une région française, c’est bizarre. mais ça dénote surtout une erreur plus qu’une arnaque.

  9. Heureusement que la mention « document non contractuel » est la.
    Ce qui me choque le plus au final, c’est le soleil avec un beau ciel bleu alors que l’on est sensé être en Bretagne:)

  10. La 2e grosse bourde, c’est la carte de Bretagne croupion à 4 départements. Ce bout de carte représente la région administrative et non ce qui est généralement admis comme région touristique.
    Il y a quelques semaines encore le conseil régional de Bretagne et le département de Loire-Atlantique se réunissaient pour évoquer, entre autres, une politique touristique commune…
    Le site touristique officiel de la région Bretagne intègre bien quant à lui la Loire-Atlantique : http://www.tourismebretagne.com/
    Une telle publicité porte atteinte à l’image même de la région.

  11. StephanePosté le

    Le plus comique là dedans c’est qu’il y a des commentaires pour excuser l’agence de com…. Oh oui !! les pauvres !! ils sont débordés, ils ont la vie dure, ils n’ont même pas eu le temps de contacter une agence photo française ou de passer 5 minutes pour faire une recherche… Pfffffffffff foutaise tout ça !!! Ces types ont voulu économiser 3 francs 6 sous pour une photo et on pris la 1ère photo venue !!
    Pour moi c’est une publicité mensongère car on veut me vendre la Bretagne et on me présente l’Afrique du Sud… Cet été, je risque de la chercher longtemps cette plage qui m’a temps fait rêver sur les affiches… !!

  12. Je n’arrive pas bien à lire exactement ce que dit la pub. Mais le titre parle des « côtes du Nord de la France » il me semble. Pas de référence à la Bretagne dans le titre au moins.
    Faire la promo de ce littoral me poserait un problème d’illustration tant il y a de différence entre une plage du Morbihan et les falaises d’Etretat ou la plage de Dunkerque puisque c’est la zone couverte par les aplats rouges de a carte…
    Il n’y a donc pas de « salade » racontée par cette photo car il est tout a fait possible pour un touriste de trouver dans la région couverte un site qui ressemblera comme deux goute d’eau à celui-là (du côté du Nez de Jobourg par exemple).
    Un lecteur peut comprendre de lui-même que toute la côte du nord de la France ne ressemble pas trait pour trait à cette photo. Les gens ne sont quand même pas des crétins.
    Je ne dirais pas la même chose s’il y avait des cocotiers sur la photo ! Là on pourrait parler d’arnaque. Quand le département de l’Aude montrait un Lion en gros plan avec le slogan « c’est dans l’Aude »… personne n’aurait oser crier à l’arnaque ! Pourtant rien ne prouvait que le lion en question avait été photographié dans la réserve de Sigean !! Peut-être que c’était un lion d’Afrique… du sud ! ;-))

  13. Oui Alain, bien sûr.
    Malheureusement il semble qu’ici il y ai des personnes qui n’ont aucune idée de ce qu’est le travail d’une agence de com (en quoi il consiste et comment il se déroule), et qui n’ont aucune idée de la difficulté qu’il peut y avoir à trouver des images correspondant aux besoins d’une com.
    Mais cela ne m’étonne pas dans un pays comme la France où la plupart des photographes fait partie d’une catégorie qui ne fait que se plaindre et qui a bien souvent les chevilles qui enflent…
    A propos de lion, il n’y a pas de lions en France (à part dans les zoos), il y a surtout des coqs… ah oui ça il y en a……

  14. StephanePosté le

    Cette plage d’Afrique du Sud a aussi été utilisé pour les affiches vantant la côte méditerranéenne…. C’est vrai que toutes ces plages se ressemblent…. Une plage Catalane, ou une plage Bretonne, ou une plage Normande, c’est pareil !! Finalement c’est que du sable………
    Pour moi le plus gros problème, c’est qu’on vend au gens la côte Nord ou la méditerranée avec l’image de l’Afrique du Sud sans leur dire et en leur mentant…. Bref on les prend pour des crétins !!
    Surtout trouver une photo de ces plages c’est super dure, ça demande des heures et des heures de recherche….
    Et si se choix était si assumé, alors pourquoi avoir retiré la pub du site ? Pourquoi s’excuser en disant que c’est la faute à la banque d’image, etc….

  15. Je trouve ahurissant que des photographes, pro ou non, (car ce sont bien des photographes qui sont sur Macandphoto) défendent cette publicité mensongère. Il n’est pas question de défendre les photographes français contre les autres, on s’en fout royalement, mais de refuser la tromperie.
    Le quidam qui passe devant cette affiche est trompé et la publicité mensongère devrait être sanctionnée.
    Evidemment que les professionnels de la pub (si on peut les appeler comme ça !) ont accès à des photothèques proposant des centaines d’images de plages de Bretagne. Non seulement les photothèques mais également des photographes indépendants qui diffusent via leur site. Qu’ils fassent leur boulot mais ça a l’air trop compliqué pour eux. C’est avant tout une question de pognon. ils se foutent de nous.
    Et défendre ces communicants à la con, c’est faire preuve d’un cynisme assez dégueulasse.

  16. qui défend qui ? et quelle est l’accusation ?
    - il y a la possibilité d’utiliser des images indépendamment des valeurs qui sont véhiculées.
    - il y a une législation qui définit précisément le délit de publicité mensongère.
    - il y a des pratiques commerciales et des erreurs professionnelles. manifestement, le client n’a pas su définir son cahier des charges, ni valider le résultat.

  17. Non, il n’y a pas tromperie. Et c’est justement prendre les gens pour des cons que de penser qu’ils vont croire devoir absolument retrouver cet endroit quelque part sur une côte du nord de la France. C’est un message publicitaire qui dit  » Venez sur nos belles plages, ils y en a plein comme celle-là avec du sable et des bô rochers » C’est quand même évident comme message ! C’est pas un reportage sur UNE plage !
    Ou est le mensonge ? Il n’y a pas de rochers, il n’y a pas de sable, il n’y a pas de gens qui courent en maillot de bain sur nos plages Françaises ?!
    Arrêtons de nous drapper dans de la pseudo vérité qui n’existe d’ailleurs pas. Si le publicitaire avait mis sur cette pub une photo de la plage de La Baule, les gens qui vont se baigner sur la côte sauvage à Quiberon aurait alors crié à la pub mensongère ?… Non, mais c’est du délire…
    Et je répète ce que personne ne semble prendre en compte et qui est pourtant la base des problèmes que rencontrent les pros de la Com institutionnelle : personne ne tient à privilégier une station plutôt qu’une autre et donc on cherche des images « neutres ».
    Car bien évidemment il est ultra simple de trouver ou de faire faire une photo de plage. Je passe un coup de fil et j’en ai une toute fraîche dans l’heure en direct d’un photographe local breton ! Et elle me coutera rien en regard de ce type de campagne.
    Bon allez, voilà une photo bien mensongère de lion français ! :-))
    http://www.flickr.com/photos/alainbachellier/43840883/

  18. Une situation absolument typique:
    Décembre 2011
    Le client décide de faire une campagne pour promouvoir les côtes du nord de la France.
    La campagne doit être affichée fin mars 2012.
    Le client contacte une agence de com.
    Le visuel défini est: une famille heureuse et bronzée qui court sur une plage ensoleillée, une mer calme et des rochers pouvant rappeler ceux que l’on trouve dans la région.
    L’agence commence sa recherche dans les archives des photographes pouvant fournir une image de ce genre, et chez les banques d’images.
    Malheureusement elle trouve peu de matériel adapté: beaucoup d’images d’Etretat qui malheureusement sont trop caractéristiques, et de toute façon la plage doit être une plage de sable, et beaucoup de très belles images du Mont St Michel qui bien sûr ne conviennent pas.
    Elle soumet quand même au client le matériel trouvé en lui communicant ses doutes.
    Evidement le client refuse et demande d’autres photos, plus conceptuelles.

  19. On est déjà le 1 février – Deadline dans 15 jours…
    A ce point là l’agence peu de solutions:
    - On appelle un photographe et on lui demande d’aller sur les lieux pour faire une série de photos.
    Malheureusement en France c’est l’hivers et il pleut, il neige (certains on déjà oublié ?) et il est improbable de trouver une journée adaptée pour réaliser une image  » Famille heureuse courant sur la plage sous le soleil d’août « …
    - On trouve dans les archives d’un photographe étranger une photo correspondant au concept recherché,
    - On demande à un photographe de se rendre en Afrique du Sud, où l’on sait pouvoir trouver des paysages semblables à ceux de nos côtes septentrionales.
    - Ou encore mieux on demande à un photographe Sud africain de réaliser l’image,
    - Ou bien encore on trouve cette image chez une banque d’images ne se souciant pas du fait que cette images ait été réellement prise en France ou non mais seulement qu’elle en donne l’idée.
    On est déjà à la bourre pour imprimer les affiches et les exposer au public…
    C’est une situation très typique et qui arrive tous les jours (j’en sais quelque chose…)
    ••••••
    A propos des  » communicants à la con  » comme certains les appellent, il ne faut pas non plus oublier que beaucoup d’entre nous, moi le premier, n’auraient pas beaucoup de travail sans eux…
    Alors évitons de cracher dans la soupe…
    (Désolé pour les fautes, je n’ai pas le temps de me relire)

  20. Si une image aussi banale, et dont le besoin est prévisible dans une région comme la Bretagne, n’est pas trouvable rapidement c’est qu’il y a un souci du coté des banques d’images et/ou des photographes.
    De plus une image d’une plage reconnaissable d’Afrique du sud n’est pas neutre. Je pense que sur ce coup-là ils l’ont pris en boomerang. Et je ne critique pas les agences de com là-dessus, c’est une chaine.
    D’ailleurs je ne crache pas dans la soupe, et surtout pas celle-là, car c’est un chouette métier. Mais ça n’empêche pas de pointer du doigt un problème, dans l’espoir de lui trouver une solution. Je suis photographe, et je n’aime pas voir ce métier partir en live.
    Je pense que les touristes n’apprécieraient pas de savoir que la photo n’a pas été prise en Bretagne, même s’il est évident qu’ils ne cherchent pas cette plage en particulier (il ne faut pas les prendre pour des idiots non plus).
    Et puis c’est dévalorisant pour la Bretagne, puis quelle ne peut même pas fournir une plage pour une pub.

  21. Je propose qu’on fasse la promo de la Tour de Londres avec des images « document non contractuel » de la Tour Montparnasse prises par des indiens.
    Pour ce qui est du soleil, il pleut beaucoup moins en Bretagne qu’à Biarritz…

  22. Dites, les deux Alain, si l’on peut utiliser n’importe qu’elle image pourvu qu’elle soit adaptée à la campagne, pourquoi ne pas faire appel à un illustrateur, on fait désormais de superbes paysages virtuels !
    Maintenant, quel est le travail de la pauvre agence de comm, en n’oubliant pas qu’elle a malgré tout facturé sa prestation à plus de 700 k€ ?

  23. Faut-il être con pour excuser les mecs qui font des boulettes pareilles ? Je crois très sincèrement que oui…
    Avec l’offre débordante des différentes photothèques en ligne, pas difficile de trouver ce type de visuel avec une plage « neutre » réellement française (1/2h de boulot grand maximum). Je sais de quoi je parle, je suis icono…
    Ce sera d’ailleurs fait puisqu’une nouvelle campagne avec de nouveaux visuels sera faite en avril. Quelque chose me dit que l’agence de com va bosser gratuitement sur ce coup là ! Ça devrait servir de leçon à tous ces trous duc ;o)

  24. @ Jluk, 700.000 € c’est probablement le budget, pas la facture ou le bénéfice de l’agence. Si vous ne savez pas de quoi vous parlez évitez de dire des bêtises.
    L’idée de l’illustration par contre me plaît assez, mais il y aura sûrement quelqu’un (comme toi) pour dire qu’elle ne correspond à aucune réalité.
    @ Icono: j’imagine que tu es vraiment très très fort dans ton boulot……
    @ Chris, oui mais en Bretagne la pluie est de bien meilleure qualité ;)

  25. abachellPosté le

    @Alain… laisse tomber, il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre…
    Quand à la remarque sympathique d »icono » disons qu’elle montre quel genre de personnage courageux est capable d’insulter les gens bien planqué derrière l’anonymat d’un pseudo et de faire ici l’apologie des photothèques en lignes !!
    Dernier post pour moi, j’en ai marre des yakafaukon qui font tout mieux que tout le monde…

  26. Il y a confusion des genres !
    Nombreux sont ceux qui parlent de pub mensongère, ok !
    Et d’autres parlent de l’utilisation d’une photo, ok !
    Je ne dirais point mon avis dans le premier cas. Dans le second, si je vends une photo d’un gorille des montagnes et que mon client l’utilise pour faire une pub parlant des singes… je suis un photographe satisfait !
    Demain, je vends une photo tirée au Brésil (tiens, par ex. la baie de Rio), mon client l’utilisera pour vendre un voyage sous les tropiques, je serais un photographe heureux… et tant pis pour les Hong-Kongais ou les Indiens !

  27. @Myriam
    Fin des années 80, ces pratiques existaient déjà (et je ne fait référence que pour les années vécues en tant que photographe) !
    Est-ce que ce métier partait déjà en couille ?!

  28. Je travaille dans le tourisme comme photographe depuis de longues années, et je peux vous assurer que favoriser un coin plutôt qu’un autre ne pose pas de problème en général. Mes photos ont déjà été utilisées plusieurs fois en campagne nationale par des CRT ou CDT, et jamais avec tricherie.
    Au cas où vous l’ignorez, cette campagne a été conçue par une agence de pub britannique qui a reconnu qu’il y avait eu une erreur. Vrai ou pas, ils n’assument pas du tout l’argumentaire que vous développez ici !

Leave A Reply