web analytics

Commentaire du jour : encore une histoire d’iMac

39
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Ce dimanche, un petit mot d’Alain Kubacsi, un des premiers collègues que j’ai connu lors de mes premières piges vers 1992. Il nous parle (devinez quoi ?) de ses déboires avec l’iMac… Histoire de faire suite au précédent article sur le sujet : La faillibilité : encore une raison de préférer le Mac Pro ! Vivement les prochains Mac Pro !

 » J’ai acheté un des premiers Imac 24″ Intel. J’avais eu auparavant un iMac G3 20″ qui fonctionnait très bien – et qui marche toujours très bien -, mais qui devenait insuffisant en terme de puissance.

Le gros avantage du G3 était son microprocesseur IBM très costaud (fabriqué aux USA) et la possibilité avec un tournevis de l’ouvrir en quelques secondes et de nettoyer ses composants aussi souvent que souhaitable.

0000_screencopy_JFV_ 2012-03-04 à 12.25.28

Image ifixit.com (qui vous explique ici comment démonter votre iMac).

Au début, j’ai été très satisfait de l’Imac 24″, avec son large écran brillant, ses capacités de calcul rapide (2 coeurs), les 4Go de RAM que j’y avais installées, mais je remarquais déjà qu’il chauffait vite. Deux ans de fonctionnement sans histoire (à part des plantages fréquents dus aux logiciels), plus tard l’iMac s’est mis à chauffer de plus en plus, et d’un coup la carte graphique partait en vrille, affichant un écran bariolé de multiples rayures multicolores.

Seule solution : éteindre, laisser refroidir et re-démarrer. Le phénomène s’amplifiant, je me suis persuadé qu’il fallait ouvrir la bête pour la nettoyer, voire vérifier ou changer la carte graphique, qui de toute évidence partait en loose. Seul problème : une prise en charge par le SAV coûtant presque le prix de l’appareil neuf, une immobilisation conséquente d’un mois voire plus.

 

C’est là l’un des inconvénients des Imac : tout est intégré et en cas de panne on a plus rien. Les anomalies ont continué à se développer de plus en plus, avec un plantage systématique et des ‘kernel panic’ en pagaille. Impossible de travailler.

J’ai tout tenté, de la ré-installation complète au débranchement permanent des disques durs externes (chez Apple, on me disait que les ‘kernel panic’ étaient la conséquence de disques durs externes défectueux, mais c’est faux puisque je les ai re-branchés sur mon nouveau Mac pro sans histoire).

A un moment pire, j’ai senti qu’il était temps de sauvegarder l’ensemble du disque dur. J’ai bien fait, car je n’ai plus jamais pu re-démarrer le Imac.

Etant un ‘Maciste’ convaincu depuis plus de 25 ans et pas rancunier, j’ai donc investi dans un Mac Pro 4 coeurs et un écran Dell 27″.

L’iMac est parti à la décheterie. Impossible même de récupérer les suppléments de mémoire RAM, cela ne s’adapte pas sur les nouveaux modèles (comme par hasard..).

Bilan des courses : 1700 euros partis en fumée. Je pense que le problème des Imac Intel vient du fait que les composants, produits en Chine, ne sont pas aussi solides que ceux qui équipaient les anciens modèles, et que le système même est bancale.

Cela chauffe trop, les ventilateurs ne sont pas dimensionnés, et comme on ne peut pas ouvrir le dos (comme par hasard..), la poussière finit par tout noyer.

Pour être honnête, je dois signaler que mon revendeur Apple m’avait dès le début déconseillé d’investir dans un Imac, réservé selon lui au grand public.

Cette fois-ci j’ai suivi ses conseils et opté pour un Mac Pro. Au moins s’il tombe en panne, ce sera plus facile à réparer, et il me restera l’écran sur lequel je pourrai brancher le portable. « 

Alain Kubacsi / Photographe professionnel

On relira donc absolument ceci « Le Macpro est une machine qui dure très longtemps«  et celà : « Pour les pros : un Mac Pro sinon rien… (sinon un PC)« … Ainsi que l’article récent de Cuk.ch.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

39 commentaires

  1. Maurice LyonPosté le

    Exactement ce qui m’est arrivé avec le premier iMac 24″
    N’ayant pas envie d’acheter un Mac Pro actuellement (pas une bonne affaire en ce moment vu qu’il va être changé), j’ai repris un iMac 27″ dans l’intervale. Pour l’instant, tout va bien…
    Mais je vais le revendre très bientôt, des que les prochains Mac Pro seront changés.
    Avant qu’il soit agé de plus de 2 ans en tous cas et tant qu’il vaut encore quelque chose en occasion !

  2. C’est bien connu depuis 2010 et le dernier rétrécissement des iMac la chaleur qui règne désormais à l’intérieur de la bécanne est la cause de la mort des disques dur, cartes graphiques et surtout des écrans « zébrés »…
    Un AppleCare est désormais devenu indispensable pour qui veut pouvoir utiliser son iMac pendant 3 ans… Sans devoir repayer le prix de la machine en SAV !
    De là à dire que l’iMac souffre d’un défaut de conception…
    D’ailleurs ce n’est pas la 1ere fois avec Apple que le design prime sur la fiabilité…

  3. C’est quand même incroyable cette marque qui dit à ses clients « Achetez notre produit le plus cher, parce que ceux que nous vendons à 1700 euros sont mauvais… » Il faut vraiment que leur marketing soit fort pour qu’ils gardent encore des client fidèles. Mais là où ils sont malins, c’est qu’ils ont joué sur le côté flatteur de l’appareil. Eh oui, un Mac quel qu’il soit, ne fait pas plus qu’un PC, mais il est plus beau et c’est c’est bon pour l’ego de l’utilisateur qui se sent à part, et au bout du compte plus pro, ou plus dans le vent que les autres. C’est avec cette technique qu’ils ont réussi à conquérir le marché des ordinateurs des pays riches, malgré leurs prix délirants (vous savez à combien ça sort des usines de Foxconn à Shenzhen ? Je ne vous le dis pas pour que vous dormiez cette nuit :) et leur mesquinerie à tous niveaux. Parce que l’acheteur à ensuite l’impression que cela fait partie de son identité. La flatterie ça marche depuis la nuit des temps , la Pomme en a fait un un art commercial; à ce niveau on doit tirer notre chapeau.

  4. Avec son design exceptional, l’iMac est un vrai piège à bobos !
    le bobo, il s’en fout que l’obsolescence programmée condamne son iMac à plus moins 4 ou 5 ans maximum d’espérance de vie (un cycle calculé par le fabricant pour être légèrement plus court que ce qui serait le taux de renouvellement naturel).
    car le bobo (ciblé par Apple), aura revendu son iMac au pauvre mec sur le bon coin au boute de 2 ou 3 ans… Car le bobo fait partie des classes aisées de la population (exclusivement ciblées par Apple).
    Par contre le « pauvre » qui aura racheté l’iMac sur le bon coin, il aura fait une très mauvaise affaire ! Et au bout de 2 ans l’iMac claquera et ils ne pourra rien réparer et rien en tirer…

  5. Le raisonnement sur les composants est ridicule : le processeur est produit aux USA (Intel, c’est pas chinois) et la majorité des autres composants étaient déjà produits en Chine au moment de l’iMac G5.
    Pour la RAM, c’est une évolution normale…
    Les iMac récents sont pas plus fiables (ou moins) que les anciens — les G5 ont aussi eu leurs déboires d’ailleurs — mais ça reste des machines grand public. Onéreuse, mais grand public, ça ne va pas vraiment plus loin.

  6. Une bonne lecture pour tous ceux qui se sont fait avoir ! Et qui explique le processus typique d’Apple, c’est le scandale des câbles :
    Câbles : la tyrannie de l’équipe design d’Apple (chez Mac generation, désolé JF il fallait en parler avant ;-)
    http://www.macgeneration.com/news/voir/204132/cables-la-tyrannie-de-l-equipe-design-d-apple
    Il reste toutefois un peu d’espoir car à force de prendre des class action sur le nez :
    http://www.macgeneration.com/news/voir/152221/le-magsafe-des-macbook-pro-refuse-de-plier
    Nouveau procès contre Apple :
    http://www.macgeneration.com/news/voir/178812/magsafe-defectueux-nouveau-proces-a-l-encontre-d-apple
    http://www.macgeneration.com/news/voir/134986/magsafe-le-connecteur-parfois-trop-fragile
    A noter qu’il y a un programme de remplacement gratuit :
    http://www.macgeneration.com/news/voir/222792/magsafe-remplacez-votre-ancien-modele-pour-presque-rien

  7. Disons que avec le iMac, c’est moins sur que le Mac pro
    T’as une série fiable une années ! ET l’années suivante c’est une série craignons (parcqu’ils ont trouvé un composant moins cher)…
    ET l’année suivante le problème est corrigé !
    Donc, l’iMac c’est la roulette Russe !
    Le Mac Pro beaucoup moins… ce qui n’empêche pas certains problèmes de survenir. mais globalement beaucoup moins souvent !

  8. Comme je l’ai écrit la semaine dernière : posséder deux ordinateurs et des sauvegardes est la base !
    Moi non plus, je n’ai aucune confiance en l’iMac ! Mac Pro sinon, rien…
    Vu son prix : évidement l’iMac est dimensionné pour la maison, un usage amateur…
    Cela veut pas dire qu’on puisse pas l’utiliser de façon professionnelle
    J’ai en tête des salles entière de graphistes en agence de pub équipées d’iMac. Mais c’est dans le cadre d’une boite avec un contrat de maintenance qui inclus le remplacement automatique et sans frais des machines défectueuses. Et sur indesign ou Photoshop, c’est presque devenu de la bureautique ! pas besoin de puissance ni de modularité…
    Par contre le choix de l’iMac par un travailleur indépendant est juste suicidaire ! Et tous les pro que je connais dans la photo sont en mac Pro

  9. De toutes façons, vu ce que OSX va devenir (app store obligatoire et rapprochement avec iOS), bientôt il faudra retourner sur PC ! ou Linux…
    Donc adieux iMac, mac pro, vaux, vaches, cochons…

  10. hoksitanPosté le

    Prendre un Mac Pro c’est bien, mais j’ai jamais trouvé un bon écran à lui associer qui soit aussi qualitatif, non en terme de colorimétrie ou de fidélité des couleurs, mais en terme de rétro-éclairage et de confort à la lecture (face à un mac book pro 17 pouces par exemple). Je peux lire ou coder une journée sur mon mac book pro 17p, je n’y arrive pas sur un dell 27 qui me détruit littéralement les yeux au bout de 3 heures: à cause du rétro-éclairage, le rendu du texte est baveux.
    Je veux un mac pro prochainement, mais diable je veux un écran où on peut lire sans se faire sauter les yeux ! L’imac 27p par exemple n’a pas ce rendu baveux à cause du rétro-éclairage, par contre il est brillant.
    ça fait 2 ans que je cherche un écran non brillant, … et non baveux (anti glare coating sur les forums américains…) Désolé pour le léger hors sujet.

  11. Perso je bossais sur un imac 24 comme beaucoup de photographes car c’est une machine puissante pour pas cher, mais par soucis de fiabilité je travail à présent sur un écran séparé et un mac mini 2011 (le plus puissant) avec 8 go de mémoire et un disque SSD crucial m4
    Cette solution est très puissante et moins cher qu’un mac pro et il est possible de changer les éléments défaillants au cas ou.

  12. Alain KubacsiPosté le

    Soyons honnêtes, les Mac sont globalement des bonnes machines qui fonctionnent bien et sont relativement solides, même malgré les déboires de l’Imac
    (j’ai encore un Powerbook 145B de 1993 qui fonctionne encore !). Pour moi les deux plus gros scandales sont la destruction programmée et les MAJ incessantes. Je suis resté sur Snow Leopard, Lion ne me paraissant pas apporter grand chose. Le problème n’est pas tellement la MAJ en elle-même, que l’on peut acquérir pour une somme modique, mais ce qu’elle entraîne. Si je passe sur Lion, il me faut une MAJ de mon logiciel de scan (650 euros), une MAJ de Photostation (350 euros).. etc, et pour obtenir quoi de plus ? Seulement si vous ratez deux MAJ, au bout d’un moment les nouvelles versions de logiciels, comme LR par exemple, ne fonctionnent plus. C’est un peu le même problème avec les fabriquants de matériel photo qui changent les gammes d’objectif sans arrêt. Il faut tout racheter, or nous ne sommes pas la Fed, nous ne pouvons pas faire fonctionner la planche à billets comme cela!

  13. Le rendu des écrans de portable brillant me tu le yeux ! Tout comme l’iMac d’ailleurs… La solution Dell me semble un bon compromis (gamme Ultrasharp) : rapport qualité prix imbattable !
    Si l’iMac proposait un écran mat en option, alors pourquoi pas ! Mais payer pour un écran inutilisable c’est niet !
    Alors le Mac mini why not

  14. hoksitanPosté le

    On s’est pas compris.
    J’ai déjà eu un des derniers DELL 27, je l’ai revendu de suite. Ingérable pour le texte… je sais bien qu’ici on est sur un site de photo, mais le problème est que les écrans anti-glare enlèvent les reflets… mais bavent sur le texte en conséquence.

  15. Merci pour ces nombreux témoignages.
    Je dois dire que je serais curieux de connaitre les performances du dernier Mac Mini avec de grosses images sous Lightroom…
    Si quelqu’un a une expérience en la matière et veut nous faire un petit compte rendu, je le publierais volontiers…

  16. Nous avons 2 iMac 24′ 2,8 GHz au travail qui tourne non stop sans aucun problème depuis 2008. La, on est passe à 2 iMac 27′ et on espère que ça ira aussi bien. Bien entendu, nous sommes rigoureux avec les backups et même si une de nos machines mourraient, en moi s de 3h00 tout serait reinstallé. Les agences de col avec qui on travail sont toutes passer aux iMac plutôt qu’au MacPro et ne semble pas rencontrer de problème majeur. (Comme JFV va essayer de dire que je ne suis pas un vrai pro. Je précise que je responsable multimédia du 10e plus gros employeur du Luxembourg et je gère les photos de notre entreprise avec Aperture, Ô blasphème!. :D ) (htm://www.chl.lu)

  17. Je ne demande si tout les pros ou qui ceux qui se disent pros ont les moyens de rentabiliser des mac pro qui coutent beaucoup plus cher qu’ils ne le valent
    De toutes façons, il faut partir du principe que tout ordinateurs mac ou pc vont planter un jour ou l’autre et prevoir des sauvegardes tres régulières
    C’est là qu’on voit les pros, ce sont ceux qui perdent le moins suite à un crash, ils peuvent travaillés sur mac mini, imac, mac pro, portable ou meme sur pcs ça ne change rien, et c’est pas parce que le type à un mac pro que ça fait forcement un pro, c’est seulement un qui a du pognon

  18. Si tu souhaites avoir des infos Jean-François sur le mac mini c’est sans problème je suis sur lightroom j’ai des fichiers raw du nikon d700 par ex, c’est vrai que je n’ai pas une config de base ;) mais ainsi doté de 8go de ram et un disque ssd performant ce petit mac ne traine pas à la tache, c’est une vrai solution pour les photographes qui souhaitent investir dans du matos photo plutôt que dans un mac pro, la différence de prix le permet…

  19. Hello Foguenne ! Merci pour le témoignage…
    Ou as tu vu que je dirais que t’es pas pro ? Procès d’intention (enfin, c’était de l’humour je suppose)… car ce blog la tolérance incarnée !
    Il n’y a qu’à lire l’énorme masse de commentaires, 50% d’accord, 50% pas d’accord en général ! c’est une preuve que le dialogue est la règle ici, non ?…
    Oui, d’accord avec toi : les loueurs d’informatique et les services informatiques préfèrent l’iMac qui revient moins cher.
    par exemple à la Nikon School, on est passé des Mac Pro aux iMac…
    Eutre école ou j’enseigne : même chose, ils sont passés des Mac Pro + des PC à 100% de iMac (beaucoup d’avantage : le dual boot a permis de se débarrasser de tous les PC. Et les machines sont faciles à déplacer… Avant toutes les tours étaient sur des « skateboard » )
    Donc dans la cadre d’un parc installé avec une société de maintenance ou un ingénieur réseau pour tout gérer… Je dirais que oui, c’est évident que l’iMac est plus intéressant et l’économie financière considérable…
    Mais comme quelqu’un l’a déjà expliqué : le cas du travailleur indépendant me semble assez différent !

  20. Je n’ai plus en tête les perfs de la config d’origine mais je sais que tu connais les ssd et c’est pour moi la modif indispensable pour le mini de plus la mémoire ram est au prix le plus bas en ce moment et la tu as vraiment quelque chose de sérieux pour traiter du Raw

  21. Un pro facturant sa journée entre 400 et 1200 € (selon les spécialités), il n’est pas si difficile d’amortir 3500 ou 4000 € de Mac pro… sur 4 ou 5 ans !
    Franchement, on rigole là… La mac pro n’est de toutes façon qu’une petite proportion de la totalité du matos à investir (il y en a en tout pour 20.000 à 30.000 € au minimum de matos)…
    Donc chipoter pour 1500 €, c’est bien une preuve que ceux qui en sont là, ne savent pas vraiment de quoi ils parlent !
    Et si un photographe facture moins que ça, c’est juste un amateur (qui se prend pour un pro)… Faut mieux avoir un vrai métier à côté, gagner correctement sa vie et se faire plaisir à côté !

  22. si c’est pas un troll ça GG je ne m’y connais pas…
    beaucoup de photographes pro tournent encore avec des mac g4 ou g5, et non pas 20 ou 30000 euros de matos
    Ou bien sur il y en a mais ce n’est pas une majorité, et ça ne fait pas des autres des amateurs, surtout que bien des amateurs sont meilleurs que beaucoup de photographes prétendument pro

  23.  » bien des amateurs sont meilleurs que beaucoup de photographes prétendument pro  »
    Mais je suis bien d’accord avec toi…
    ET j’ai plein de respect pour leurs photos, qui sont souvent plus créatives que le travail de commande (chiant) des pro…
    Mais ce n’est pas la question : un photographe pro c’est quelqu’un qui gagne sa vie avec ses photos… Et en dessous d’un certain chiffre d’affaire, on ne peut pas considérer qu’un photographe est pro !
    Et soient quand on tire le iable par la queue, le premier signe c’est le sous équipement (d’ou le rapport avec l’iMac)
    Et ça s’appel du bricolage !
    Je rencontre parfois de ces (soi-disant) photographes pro autour des stades et dans les concerts (ma partie) ! Mais qui feraient bien de chercher un vrai métier, plutôt que de s’acharner à tenter de vivre de ce métier… Ou même a faire semblant en « cassant le marché »…
    Parfois, ils ne font ça que pour avoir des accréditations autour du cou et se donner « un air important » !
    C’est typiquement le genre de photographe pro qui s’équipent d’imac ! Pas des pro en fait…
    D’ailleurs, ceux qui ici, bossent avec des iMac et se prétendent pro, peuvent donner des liens vers leurs sites respectifs ! Et on verra. de quels pro il s’agit…
    Souvent on a à faire à des graphistes ou (pire) des webmaster reconvertis ! Ou même des retraités, qui commence une seconde vie (prétendument) professionnelle. En fait ils s’occupent !
    Très bien, et tant mieux pour eux. Mais ce n’est pas ce qu’on appel pro !

  24. La lecture édifiante des articles à répétition sur les qualités indéniables des MacPro, du gage de fiabilité qu’induisent sa philosophie, son architecture, son prix et l’étiquette « Pro », me confirment ce que j’avais vaguement pressenti en faisant l’acquisition de mon Imac27 2,8 Ghz Core I7 8MO (suivant celle d’un Imac24). Je ne suis qu’un indigent, un inconséquent (pour ne pas dire un con tout court), et plus grave si j’en crois les arguments de certains, un usurpateur du titre de photographe professionnel, ce pour n’avoir pas ouvert les yeux avant de commettre deux fois l’irréparable.
    Ah qu’il faut être bâté et mesquin pour ne pas comprendre que le MacPro EST la machine que tout photographe averti et sensé se doit de nos jours d’utiliser. J’ai écrit utiliser, pas idolâtrer, ce serait du mauvais esprit.
    Une bécane « tout en un », design à ce point que sa seule présence sur un bureau vous colle l’étiquette « bobo » jusqu’à la fin de vos jours, flattait jusqu’il y a peu mon égo et me rendait (j’avais la faiblesse de le croire) irrésistible auprès de certaines visiteuses de mon studio, admiratives de l’engin, tant pour sa pureté de ligne que pour la générosité de ses dimensions. Les mêmes, peu versées dans les critères définissant la hiérarchie informatique, n’auraient pas manqué de se foutre éperdument d’une tour, MacPro ou pas.
    En quête de reconnaissance, je privilégiais donc l’aspect à l’efficacité, le silence au ronronnement des ventilos, l’économie de câbles à leur prolifération rassurante, le budget raisonné à l’investissement potentiellement risqué. Tenez-vous bien, je nourrissais même et défendais en société, avec aplomb et véhémence, la folle théorie qu’une solution informatique, pour peu qu’elle donne satisfaction (en terme de performance et de pérennité des données), n’était qu’un outil, que seule la qualité de l’image produite révèle le photographe.
    Je n’avais pas compris que la possession du MacPro constitue bien le sésame propulsant l’obscur tâcheron du cliché au statut de pro, de mec sérieux, qu’en a quoi.
    Tout cela c’était avant.
    Je guette aujourd’hui avec anxiété et impatience la sortie des nouveaux MacPro, dont la dernière mise à jour remonte, à l’échelle du temps informatique, à des époques glaciaires, pour mettre au rebut mon matériel actuel et légitimement prétendre à la sérénité et au côtoiement des « élus ».
    Merci à Macandphoto et à ses contributeurs d’avoir permis mon illumination.
    PS 1: Si Apple devait abandonner le développement du MacPro, hypothèse que l’on ne peut écarter, j’arrête la photographie, car si j’ai bien compris, il n’y aurait pas d’autre alternative décente.
    PS 2 : Au cas où pareil effroyable séisme survenait, je lorgne sur une reconversion professionnelle du côté du commerce de charcuterie/triperie. J’en appelle d’ores et déjà aux spécialistes s’il y en a, pour m’indiquer quelle marque et quel modèle de trancheuse à jambon je devrais acquérir. Je ne voudrais pas commettre une nouvelle bévue affectant d’emblée ma crédibilité.

  25. Bien écrit JY ! A mon avis, tu travail plus dans la pub, que dans la photo… Mais je m’incline devant le verbe et le talent d’auteur !
    Moi je suis de la vieille école : mon grand père disait « C’est à un ses bons outils que l’on reconnait le bon ouvrier »…
    Il y a de cela dans le choix d’un Mac Pro ! mais bon, si tu gagne ta vie avec ton iMac, c’est très bien aussi… C’est pas un mauvais outil.
    Mais l’iMac, c’est comme les petites perceuses électriques gadget qu’on trouve chez caste ! C’est du matos pour les bricoleurs du dimanche.

  26. Côte d'AzurePosté le

    La question pro ou pas pro, m’est assez indifférente…
    Mais je ,e suis bien fait baiser le jour ou j’ai découvert qu’il était bien compliqué d’installer un SSD dans mon iMac…
    Du coup, je l’ai revendu, racheté un Mac pro et plus de soucis ! je change mes disque en interne quand je veux, plus de soucis d’espace, installé un disque SSD à la place du second lecteur optique (merci Macway pour l’excellent conseil au téléphone)…
    L’imac pour moi c’est bien fini !
    Et je me suis offert un écran La Cie, tellement meilleur que l’écran de l’iMac : sans commune mesure !

  27. et dire que mon vieux G5 bi pro marche encore (vendu à un voisin qui l’utilise chez lui) ! Aucun iMac n’aurait tenu aussi longtemps…
    moi aussi : je pense que mieux vaut investir un peu plus dans un Mac Pro pour travailler en toute sécurité et grand confort… C’est cher mais les résultats sont la ! On fait pas d’omelette sans casser des oeufs !

  28. JY, merci pour ton impertinence et la qualité de ton verbe, je retiendrai une phrase qui ne peut être discutée : seule la qualité de l’image produite révèle le photographe.

  29. GuiguysPosté le

    UNE SOLUTION PREVENTIVE POUR EMPECHER LES IMACS DE S’ETOUFFER :
    Il suffit de passer régulièrement l’aspirateur sous l’Imac, là où il y a les petits trous (Imacs éteint) Parce que c’est par là que l’air est aspiré pour être dissipé en haut. Les poussières s’accumulent et finissent par boucher l’arrivée d’air, les composants chauffent plus, la suite on la connait. Mon Imac 24″ entretenu de cette façon, ne m’a jamais posé aucun problème, je travaille pour Apple et on voit des Imacs (et des mac Pro) complètement obstrués par les poussières. Un Imac qui s’éteint au bout d’un moment c’est parce que le processeur se met en sécurité, il y a sans doute un gros dépoussiérage à faire, tout simplement.

  30. ChristophePosté le

    Je ne vois pas où est le souci. Apple a toujours dis que les Mac Pro était plus destinés aux professionnels (cf le nom), et donc pas les iMac. A partir de ce moment là, chacun comprend ce qu’il veut. Peut être un jour feront-ils un iMac Pro ?! :)

  31. Moi tous les photographes que je connais (et pas seulement des français ) sont sur PC … Ça va vite, c’est ouvert, c’est moins cher… On peut tout bidouiller. Aucun n’a 30 000 euros de matos et ils publient dans les grands magazines internationaux. La petite leçon de JY est à mourir de rire . C’est le cas typique de ceux qui pensent que leur matériel les rend plus pro…eh eh . « Pro », « c’est plus pro », « ça fait pro » ceux qui le répètent sans cesse on un petit problème de représentation. Ah ah ! Y a aussi la grosse voiture qui va avec ?

  32. jean-miPosté le

    AH GRANDE SURPRISE !
    Il vient de découvrir que ca chauffe dans les macs…
    quand on est sur pc, on connait le problème et on connait le matos NOUS. On conait les températures de processeurs, ventigrad, vitesses ventilo, dissipateur, tailles cartes graphiques etc… etc….
    Sur MAC, il connaisse que : c’est bôôôôô, c’est design…..
    Maintenant vous constatez, mais ce n’est que le début ….
    Bon courage aux possesseurs de mac, çà fait 20 ans que je le dit.
    Jean-mi

  33. De toute façon moi je n’ai jamais compris cette guerre Mac/PC, quand un programme est ouvert et utilisé, on ne voit plus sur qu’elle plateforme il tourne.
    Pro ou pas, ce n’est qu’un nom, et celui qui conseille ne paie pas. J’ai toujours dis que je suivrai les conseils des uns et des autres le jours ou ils me paieront 50% de la facture.
    Bonne soirée à tous !!

  34. « C’est bien connu depuis 2010 et le dernier rétrécissement des iMac la chaleur qui règne désormais à l’intérieur de la bécanne est la cause de la mort des disques dur, cartes graphiques et surtout des écrans « zébrés »… »
    Et bien non, les écrans zébrés viennent des processeurs graphiques qui se dessoudent, l’abandon de la soudure au plomb a posé quelques problème aux fabricants des cartes graphiques. Le processeur graphique peut être ressoudé et l’écran redevient normal.
    Des cas de disques durs qui lâchent parce que surchauffe de l’iMac… et bien je n’en connais pas encore, pourtant j’en traite des iMacs.
    Ils sont minces… mais leur construction est basée sur des portables avec des composants qui chauffent moins, il suffit de mettre un logiciel qui affiche les températures des capteurs pour le contrôler.
    Cela n’empêchera pas un disque dur de lâcher à n’importe quel moment comme sur n’importe quelle machine, mais pas parce que l’iMac est mince !

  35. OK, mais dans ce cas, pourquoi les Mac pro ne sont pas aussi compacts que des iMac ou des Mac Mini ?
    Pourquoi chez tous les fabricants (Dell, HP and co), les tour professionnelles sont-elles toujours aussi énormes ?
    Et bien tout simplement car il faut aménager des circuits d’aire frais avec de gros ventilos et de gros dissipateurs thermiques… qui ne rentreraient pas dans des iMac !
    Car une machine pro, tourne plus souvent, travaille plus donc dégage beaucoup plus de chaleur qu’un iMac, utilisé à petite dose (1 à 4h par jours chaque soir) pour s’amuser ou surfer sur le web !
    Si tu fais reconstruire 15.000 aperçus de RAW de 21 Mpix sur ton iMc, tu vas entendre les ventilos mugir !

Postez un commentaire