web analytics

Application Manaus, documentaire sur iPad

12
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Il y a quelques temps Hubert Hayaud (photographe Français installé à Montréal), m’avait parlé de son projet de reportage documentaire sur iPad, à propos de la ville Amazonienne de Manaus  :

«  L’idée de départ était de laisser les différents point de vue parler pour eux-mêmes. Quand tu passes deux heures avec quelqu’un qui se confie à toi, tu ne peux pas te contenter d’ouvrir les guillemets et de ne citer que deux phrases. J’ai toujours souhaité que la tentation de la forme ne prenne jamais le dessus sur le fond.

Et l’application a été construite comme une coquille vide qui pourra accueillir à terme les sujets d’autres photographes qui comme nous tous ont du mal à publier leurs histoires. Ce projet est aussi un appel à collaboration et j’espère qu’il raisonnera parmi tes lecteurs. Il y a quelques chose de très gratifiant à s’auto-publier et à juger soit même de l’espace dont le reportage besoin.

Les textes sont de Jacques Denis (Géo, Libé, Monde Diplo, Vibration,…). L’application a été battit par Ecorce une boite de Montréal où j’habite depuis douze ans. « 

Il y a un petit livre Blurb « The great move« , contenant quelques belles images… Comme celle-ci :

0000_screencopy_JFV_ 2012-03-25 à 20.27.36

L’application est désormais disponible (2,99 €). Un site (manausproject.com) et petit film vous donneront sans doute envie d’en savoir plus, voir d’imiter notre collègue… Tous nos voeux de réussite à ce projet, preuve qu’on peut encore faire des choses en photo !  

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

12 commentaires

  1. Tout ça est pas très clair…Cette « application » est une sorte de web-docu
    qui coute 3 € et 225 mb de place…A part une poignée de concernés je ne vois pas trop qui achètera ça, ni les vocations que ç a pourrait susciter comme sous entendu ! (elle est où la « coquille vide » ?)

  2. Ben, moi, je suis preneur. Je suppose que le reportage existe en version francophone. Autant utiliser toutes les possibilités qu’offrent les nouveaux médias.

  3. « Et bien parlons en, parlons en ! ! ! »
    Horvat :
    To view all the images in full size you have to buy the full access inside the application via an in-App purchase for approximately 30$ during the special offer until the end of the year 2011.

  4. Ok il faut mettre quelques $$$ pour l’app de F Horvat , mais sur son site en accès libre
    on peut lire des interviews de réputés photographes qui sont bien intéressants .
    http://www.horvatland.com/index_fr.htm , en ce qui me concerne c’est un des sites les plus instructifs que j’ai pu consulter depuis longtemps .
    pendant ce temps là, j’entends la question suivante , sur france inter ,H. Newton : de l’art ou du cochon , n’importe quoi ! Helmut pardonne leur , ils ne connaissent rien à la photo , ils (elles) se font juste mousser .sauf que la mousse est réchauffée et c’est indigeste !

  5. Tu débarque ou quoi ? Ca fait un moment que la photo bouge dans ce sens, il suffit de jeter un oeil à la production de webdocumentaires…

  6. Oui, enfin… Je connais personne jusqu’alors, qui vive de ses Webdocu !
    A ce que j’en ai vu, ce ne sont généralement que des productions de prestige et d’image de marque, qui coutent plus qu’elles ne rapporte !
    Qu’on me donne des exemple de photographes qui gagnent de l’argent avec des webdocu !

  7. Personne n’en vit car personne ne se consacre exclusivement à ça. C’est une pratique parmi d’autre, mais ça rapporte, sinon, personne ne le ferait !

  8. Précisions: le webdocu est un médium fantastique. Mais qui dit web dit gratuit. Et pour attirer ses lecteurs les webdocu doivent entre autre offrir une expérience de navigation parfois proche du jeu qui coute souvent très chère à développer et qui se doit d’être unique.
    En développant le projet l’idée était que la navigation se devait d’être la plus intuitive possible. Et croyez moi ce n’est pas facile et j’ignore encore si nous avons réussi. Je veux aussi que ce modèle puisse dans l’avenir intégrer d’autres histoires, les miennes ou celle des autres. Plus de vidéo? Plus de textes? Que des photos? La coquille qui nous a servi pour ce sujet peut se vider et s’adapter à ce qu’il y a de plus important: le contenu, pas le contenant.
    Merci de l’intérêt.

  9. Complètement d’accord Hubert, le webdocu c’est un espace de liberté incroyable, où l’on peut mettre de la photo, de la vidéo, de la BD….n’importe quoi, tant que cela raconte une histoire !
    Quand à l’interactivité, c’est vrai que c’est un challenge. D’ailleurs quand tu regarde les critères de sélection chez arte web, l’interactivité, les espaces de partage sont très important !!

Postez un commentaire