web analytics

Appel au boycott du Concours photo Terre Sauvage

24
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Sébastien nous informe qu’un nouveau concours photo Terre Sauvage, au réglement tout aussi loufoque que l’an dernier a été lancé…

0000_screen_ 2012-03-18 à 17.52.10

0000_screen_ 2012-03-18 à 17.58.04

Plus d’information sur cette page Naturapics.com, ou un appel au boycott du concours (et du magazine) est lancé : 

 » En résumé, participer au concours revient à donner gratuitement votre (ou vos) image(s) pour une utilisation pouvant ne pas être liée directement au concours, sur toutes les plateformes (numérique, papier, TV) et par Terre Sauvage et certains des partenaires. 

Photographes amateurs ou professionnels, naturalistes, débutants, journalistes, passionnés d’images ou simples lecteurs, partagez cette information sur votre site, vos réseaux sociaux, vos forums, vos publications. Le concours organisé par le magazine Terre Sauvage, pour la deuxième année consécutive, est une honte pour la communauté photo ! « 

C’est vraiment triste d’en appeler au boycott d’un magazine, sachant qu’il est fait par des collègues qui se battent contre les mêmes réalités que nous tous… Et sachant les difficultés dans lesquelles évolue la presse écrite. Mais la fin justifie les moyens.

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

24 commentaires

  1. le retour de GGPosté le

    Bataille perdue d’avance JF !
    Probable qu’il y aura toujours un « pro en Sony », qui donnera ses images…

  2. Compétence Photo avec son « révélateur » propose de façon régulière quelque chose de similaire.
    Idem pour je ne sais plus quel mag qui pioche dans les photos ajouté à son groupe Flickr pr en faire des public.
    Toujours sans rémunérer personne.
    Et ce ne sont pas les seuls.
    Même vu des DR dans des mags spécialisés en « photo » :)
    Ceci dit, ça reste bien de le signaler, mais disons qu’on pourrait tenir un blog juste sur les concours photos et autres pratiques dérivé de ce type :/

  3. Bon de mon côté, il y a qqs semaines, avant mon départ pour le Rwanda, j’ai lancé sur Facebook une idée , un matin.
    Noter les journaux, les magazines, les expos, les concours, bref, noter les médias en général qui utilisent nos photos, en fonctions de l’éthique et du respect des droits des photographes.
    J’avais proposé un nom pour cette « agence de notation » (Photographers & Poors), mais finalement, je préfère la suggestion d’un copain qui est PHOOTIES’
    Il me faut donc trouver un peu de temps pour établir des critères précis, mais en tout cas, les notes iront de AAA (excellence) à EEE (très dégradé).
    Pour ma part, un magazine qui utilise par exemple plus de 60 % de photos dans le microstock type f*t*lia est direct classé EEE (j’ai vu un magazine féminin fait en totalité avec du f*t*lia, si si, TOUTES les images sauf une DR…).
    Terre Sauvage, de mon point de vue se situe entre C et D….
    JE suis curieux de lire vos commentaires à tous ici…
    Que diriez vous de rejoindre l’agence Phooties’ ?

  4. Et c’est quoi la finalité de cette agence ? Prévenir et sensibiliser les photographes, le grand public ?
    Et ça changera quoi ? Rien je pense.

  5. Ne vous plaignez pas trop, vous avez encore le choix de participer ou pas a ce concours.
    Voila comment ça se passe en Thailande, ici un extrais d’une discutions avec des amis sur un sujet similaire
    Un photographe professionnel qui publiait certaines de ces photos sur son blog avait un jour découvert que certaines avaient été utilisées par la TAT (Tourism Authority of Thailand) sans son autorisation et en coupant sa signature. Il leur avait écrit pour le signaler en expliquant qu’il ne voulait pas être payé, juste que son nom apparaissent comme auteur de la photo. Réponse à dans la plus pure mauvaise foi Thaïe : la TAT a payé pour organiser les manifestations, c’est donc lui qui aurait du demander l’autorisation de prendre des photos et éventuellement payer pour avoir le droit d’en prendre.

  6. bah ça sert à quoi ? A ce que internet fasse son boulot… diffuser des informations dans tous les terriers… jusqu’à ce que plus personne ignore ce que les médias font.
    C’est un travail de fond, je vous l’accorde mais ça portera ses fruits un jour (on peut rêver…) .
    Sinon, effectivement, on va droit à ce qui se passe en Thaïlande et dans beaucoup beaucoup d’endroits…

  7. On est en pleine jungle…
    ET le monde est de toutes façons en train de devenir une jungle !
    En occident, les gens sont arrivés à un tel degrés d’individualisme et d’égoïsmes qu’ils sont incapables d’écouter l’opinion de leur prochain, dès que celui-ci pense autrement…
    Une certaine forme de « jungle »
    ET dans les pays émergents, les gens sortent de la misère, sont prêt à tout pour s’en sortir… et sont (parfois) totalement acculturé… Ce qui ne peu donner qu’une autre forme de jungle !

  8. @ Lundi, tu peux aussi mettre ta tête dans le sable.
    Mais bon, Une tête dans le sable ça donne en général envie de botter le derrière qui va avec qui, du coup, est rendu aveugle et drôlement vulnérable…

  9. Bonjour,
    Je me permets de répondre à cet extrait de post concernant le magazine dont j’ai la responsabilité :
    « Compétence Photo avec son « révélateur » propose de façon régulière quelque chose de similaire. »
    Les règlements de tous les appels à projet de Compétence Photo sont clairs et sans ambiguïté, et ce depuis toujours : l’usage qui est fait des photos lauréates ne dépasse jamais le strict cadre de la promotion et de la communication dudit appel à projet. C’est une question de respect autant que de bon sens.
    Nombreux sont les photographes à l’avoir signalé, sur le web, par mail à la rédaction ou oralement à l’occasion d’échanges lors d’événements photographiques.
    Concernant le Révélateur, notez qu’il ne s’agit pas d’un appel à projet mais bien plus de la promotion d’un talent méconnu. Et avant de chercher à promouvoir le travail de cette personne, nous nous intéressons à elle. Les photographes présents sur le Révélateur de Compétence Photo (notamment les séries) sont des personnes avec qui nous avons pris le temps de discuter, d’échanger, par mail, par téléphone ou de visu. Car à quoi bon publier des photographies si on ne sait rien de celui ou celle qui les a prises, sur ses motivations et sur les circonstances de prise de vue ? Et pourquoi publier si l’envie de suivre ce photographe au fil des mois et des années, n’est pas au rendez-vous ?
    Est-il de fait besoin de préciser que chaque publication d’une image ou d’une série dans le Révélateur fait l’objet d’une autorisation préalable de la part de l’auteur ? Et que la publication reste dans le strict cadre, une fois de plus, de la rubrique associée, à savoir Le Révélateur ? Là encore, c’est une question de respect et de bon sens.

  10. Bonjour Gérald. Merci de ces précisions.
    C’est vrai qu’il y a manière et manière de…
    Vous êtes le bienvenu à tous moments dans les commentaires !
    Mr Edy, ces explications vous rassurent-elles ?

  11. @GG : Je ne vois pas le rapport avec le fait d’être en Sony, si ce n’est un manque de respect de ta part envers d’autres photographes…
    Ton discours a autant de pertinence et de respect envers une frange de la population que le concours cité ici… C’est bien dommage. Si tu penses encore que c’est l’appareil qui fait de la photo, alors tu es bien bas dans l’échelle des passionnés.

  12. Bonsoir Gérald.
    Je reste très sceptique sur ces explications, puisque ce sont en gros les mêmes, en mieux présentées, que celles qu’on m’a longtemps donné pour m’expliquer pourquoi il était si profitable pour moi de voir mes photos de concert par exemple publiiée gratuitement, la reconnaissance un jour futur et lointain et surtout peu réaliste.
    En attendant, vous avez un emploi pour lequel vous êtes rémunérés. En retour, le photographe a… un coup de fil ou un mail. Ca me parait léger.
    Prenons la chose autrement. Vous êtes journaliste supposons (enfin, là c’est votre métier, mais c’est pour l’exemple), et je vous propose d’écrire des articles sur des sujets qui vous intéresse. En échange de quoi, je vous publie sur un site de révélation de talents journalistiques. On parle de vos projets et.. voilà. Est-ce que vous seriez satisfait ? Notez, je ne dis pas que ça n’existe pas ou ou n’a pas existé, vu le peu que sont indemnisé par exemple les stagiaires dans bien des entreprises, je doute que celle du journalisme soit épargné.
    Autre point, voici ce qu’on peut lire sur la description du groupe Révélateur flickr :
    « Bienvenue dans ce groupe géré par le magazine Compétence Photo. Vous ne pouvez poster ici qu’une photo maximum par jour. Les meilleures images seront publiées sur le site de Compétence Photo. Une sélection plus restreinte encore sera publiée dans le magazine papier. »
    Donc là, aucun échange avec les photographes il me semble. Ou alors vous connaissez les 4559 membres qui ont posté les un peu plus de 100 000 photos. J’en doute fortement. Ce sera un mail pour obtenir l’autorisation de publication (tout comme Terre Sauvage qui signale bien ces conditions pourtant réprouvées sur ce blog), ça c’est certain, mais si en un mois vous avez disons 20 photos publiées sur papier, comment pouvez-vous discuter réellement avec les 20 photographes, plus les nombreux dossiers envoyés sur la partie web du Révélateur ?
    Alors bon, est-ce bien raisonnable tout ça ?
    Voilà, je suis désolé mais je ne suis toujours pas convaincu et trouve triste que ça ne fasse pas réagir plus de photographe.
    Prenons cette série récemment publiée :
    http://www.competencephoto.com/Sur-les-berges-du-Mekong-Cyril-Abad-serie_a1952.html
    Jean-François, ce type de reportage photo doit vous parler vu ce que j’ai pu voir de vos propres reportages.
    Une de ces photos, c’est mentionné, a déjà été publié dans le magazine papier. Là toute la série est sur le web. Bien. Mais toujours aucune rémunération.
    Et en passant, la description de la série ne colle pas tout à fait avec 2 des images présentées (la 2ème sur un bateau assez chic et la 10ème avec des moines), enfin ça c’était en passant.
    Après je ne suis plus étonné quand on me demande une photo pour la mettre sur site web, flyer, etc et qu’on trouve anormal de payer pour. J’ai même été plusieurs fois contacté par des journaux qui me demandaient une photo pour illustrer leurs articles. Et à la question de la rémunération, au choix on m’annoncait qu’il n’y avait pas de bubget photo (pas mal ça pour un journal), ou on ne me donnait aucune suite.
    Si les journalistes trouvent normal de piller les photographes, alors je trouverais normal par exemple de publier tout le contenu scanné de Compétence Photo sur le web.
    Certes, ici vous avez l’autorisation des intéressés. Mais ces intéressés dans l’absolu ne sont pas ennuyé par ça, puisque ce n’est pas leur métier. Ils vous la donne volontier l’autorisation. Après ils peuvent montrer le magazine à leurs amis et en sont ravis. Mais ça a une influence direct sur un métier, celui de photographe.
    Sinon, côté concours, on a aussi pas mal d’agence de voyage qui en pondent des sympas. Le gagnant a un voyage, eux gagnent des milliers de photos pour toutes leur comms à venir. Et tout ça, comme pour le concours de Terre Sauvage, est bien sûr avec l’accord du photographe (puisque c’est dans les conditions qu’il accepte), est-ce pour autant correct ?
    Chris > Très intéressante votre idée ! Je l’ai fait parfois, comme ça, juste pour voir… A chaque fois j’étais sidéré du nombre de DR et autre microstock.

  13. PS : Et je n’ai rien contre Compétence Photo en particulier. J’ai juste ressorti cette exemple pour l’avoir revu récemment. Mais il me semble que le truc du groupe Flickr existe depuis un moment, ou alors je confond avec un autre magazine.
    Je note simplement que ce type de démarche (inciter les amateurs à fournir leurs photos) est de plus en plus courant pour les magazines papiers, quels qu’ils soient.

  14. C’est dans l’air du temps…
    la semaine dernière une nana m’appelle sur mon portable (peu de gens ont ce N°!) :
    Elle : bonjour je suis la rédactrice en chef du magazine « truc bidule bidon ». Je me permet de vous contacter car j’ai rencontré madame « machin » qui travaille pour GXX-SXXX pour qui vous avez fait une photo magnifique ! Je la trouve vraiment sublime, et comme nous réalisons un numero spécial « énergie » le mois prochain nous aimerions savoir si nous pouvons la publier en couverture de ce numéro.
    Moi : euh ..
    Elle : Oui bien sur nous intégrerons votre copyright, mais nous n’avons pas les moyens de vous payer car nous sommes un magazine gratuit disponible dans plus de 1000 points de distribution. Comme madame « machin » nous a acheté plusieurs encarts publicitaires dans le magazine, elle aimerait aussi beaucoup que votre image soit en couverture. Ca pourrait être une belle opportunité pour vous faire connaitre.
    Nous pourrons aussi réaliser un article sur vous et votre travail dans le numero de juin nous aimons bien parler des artistes et faire découvrir leur travail nous avons une rubrique pour ca.
    Moi : non mais c’est une blague ?
    Je ne vous cache pas qu’elle n’a pas eu mon image, et l’a remplacé par un image fotocaca. J’ai appelé ma cliente initiale avec qui j’ai de tres bon contacts pro depuis 10 ans et elle m’a avoué avoir payé plus de 4000€ de pub dans ce mag… Je lui ai expliqué les raisons de mon refus, et elle m’a assuré qu’elle ne fera plus de pub dans ce torchon.

  15. ha le sacro-saint « ça vous fera connaître ».
    Ben voyons !
    Moi, pense qu’on pourrait effectivement faire en sorte que TOUS les rédacteurs en chef de ces canards soient eux aussi NON PAYES et juste nommés dans l’Ours, pour qu’ils soient connus….
    Moi, j’aime être connu, mais mon banquier encore plus que moi dites donc ! Non mais quel con ce banquier, je vous jure… ! On a pas idée, être payé pour son boulot.
    C’est pas la première fois qu’on en parle.
    Ma « parabole du boulanger », je vous la ressorts encore ou bien c’est bon tout le monde à la connaît ici ?

  16. « Ca vous fera connaitre  »
    Franchement quelle connerie. J’ai fait des campagnes de pub 4*3, des sucettes abris bus, etc… Moi qui croyait que ca allait être la consécration :) , ben je suis toujours pas connu.. et c’est tant mieux ! (même si ca a un petit coté jubilatoire de voir ces propres images en grand dans la rue :))
    Si je voulais être connu, je commencerais par me faire un site web, pas par donner mon travail, mais comme je tiens à ma tranquillité, que j’aime éviter les emmerdeurs et choisir mes clients, et ben j’en ai pas ! ( Je sais à 36 ans je suis déjà un vieux con…)

  17. Bonjour Mr Eddy,
    Vous avez raison d’être sceptique. Et restez critique également, cela permet d’avancer.
    Je vous demande juste de ne pas tordre trop vite le cou à un média qui tente de soutenir la photographie.
    Quand vous me demandez comment je peux discuter réellement avec les photographes sélectionnés, j’ai envie de répondre simplement : en prenant le temps.
    Je n’aime pas plus que vous les grands discours. Je préfère les actes. Histoire d’avancer.
    Alors concrètement.
    Vous me parlez de la série de Cyril Abad. Soit. Il y a peu de temps encore, je ne le connaissais pas. En découvrant son travail, j’ai saisi mon mail. Depuis, on s’est appelés. Là, il est au Moyen Orient. On doit se voir à son retour. J’ai hâte de découvrir son nouveau travail.
    Là, vous vous dîtes que bon, ce n’est qu’un exemple. J’avais le temps à ce moment-là.
    C’est vrai, c’est un exemple. Et j’avais le temps (que j’ai pris).
    Prenons la série précédente. Elle est signée Nicolas Moulard. Je l’ai découverte grâce à un photographe que je suis depuis cinq ans. Il a eu la bonne idée de monter un collectif et d’inviter régulièrement de jeunes photographes. Du coup, j’ai pu découvrir son travail, le contacter. On a un peu échanger sur sa série. J’espère le rencontrer prochainement.
    La série précédente ? Celle de Matthieu Germain Lambert. Un jeune photoreporter. Il a été sélectionné par Compétence Photo pour La Correspondance Visuelle, en début d’année. C’est la première fois qu’il était sélectionné pour un appel à candidature.
    En février dernier, nous nous sommes rencontrés à Nantes, là où il habite. J’ai pu en savoir un peu plus sur ses motivations et ses projets. Actuellement, il expose à Nantes. Compétence Photo a naturellement soutenu son événement, en diffusant plus largement l’information.

  18. La série précédente ? Celle de Romann Ramshorn. Je l’ai eu au téléphone ces derniers jours. Je l’avais rencontré l’année dernière en province. Son travail m’avait déjà intéressé. Dans le cadre du projet actuel de Compétence Photo, je lui ai proposé d’être photographe-invité. Du coup, nous l’exposerons en novembre prochain au Salon de la Photo 2012. Entre temps, je dois descendre sur Bordeaux début avril. Pour exposer son travail, également. En même temps que deux autres photographes, que je suis depuis plus d’un an.
    Si je continue en reprenant chaque série publiée sur Le Révélateur, http://www.competencephoto.com/Le-Revelateur_r88.html , j’aurais à chaque fois une histoire à vous conter. Je le ferai volontiers, si vous le souhaitez.
    Le point commun que j’ai avec tous ces photographes : avant de découvrir leur travail, je ne les connaissais pas.
    C’est vrai, j’aime la photographie. Mais j’apprécie plus encore ceux qui la font. La photographie est l’occasion rencontrer des gens différents, dont les parcours sont souvent passionnants.
    J’aime également travailler sur la durée. Et si, comme tout le monde, je cours après le temps, je le prends à chaque fois que cela est nécessaire. Comme ici, par exemple, en vous répondant.
    Avant de publier une série ou une image, il se passe parfois des mois, voire des années (sic). Certains photographes doivent certainement trouver le temps long, sans forcément me le dire. Mais au final, au moment d’une publication, c’est une belle rencontre. Une belle envie partagée.
    Mr Eddy, je ne sais si vous suivez régulièrement l’actualité de Compétence Photo, qu’elle soit en ligne ou couchée sur papier. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à le faire, déjà au travers du site, dont l’accès est gratuit. Peut-être décèlerez-vous cette envie dont je vous ai parlé plus haut. Peut-être comprendrez-vous un peu mieux l’état d’esprit du magazine. Je l’espère sincèrement.
    Je ne doute pas que nous aurons l’occasion de nous rencontrer un de ces jours et ce sera avec plaisir. Nous pourrons poursuivre cet échange, si vous le souhaitez.

  19. @Chris
    Oula Chris, je n’ai jamais fait de campagne nationale ! C’est pour les parigos ca !
    Je ne suis qu’un petit photographe provincial (un pécor quoi) qui est bien ou il est. Ma dernière campagne 4×3 était pour une grosse ELD, 3 visuels pour une distribution de 25 4×3, 400 sucettes abris bus, et sur 400 véhicules dans ma région. C’est sur c’est moins glam que Dior :)

  20. Bonsoir Gérald,
    Merci pour votre retour, somme toute convaincant. Désolé pour la réponse si tardive, les aléas de la vie (enfin, une voiture) m’ont surpris et forcé à m’occuper d’autres priorités (ma santé)…
    Alors, quand elle sera prête, je vous proposerai une série en cours, histoire de tester de l’intérieur :) Et je ressortirai un numéro de votre mensuel, le jour où je vous rencontrerai, afin de vous présenter ce qui me gène de façon plus concrète.
    Cordialement.

Postez un commentaire