web analytics

Y a-t-il le feu à la maison Olympus ?

7
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Incroyable épisode à la tête d’Olympus, (pour ceux qui comprennent l’Anglais), ou le board a brutalement licencié son CEO (l’Anglais Michael Woodford), qui semble avoir découvert « un cadavre » de 675 millions de dollars (2 ans de profits) dans un placard, versés sur un compte inconnu aux iles Caïmans… si j’ai tout bien compris ! Mais que se passe-t-il donc au Japon chez Olympus ? En attendant d’y voire plus clair, l’action aurait perdu 50% de sa valeur…

 

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

7 commentaires

  1. les gens peuvent comprendre qu’un steve jobs soit milliardaire … il donne du boulot a tout le monde et mérite son argent.
    mais ce genre de truc rend les gens dingues.
    Moi qui suis un libéral dans l’ame ce genre de video me donne envie de voter communiste.

  2. Pardon, mais ne confondons pas tout : pour une fois qu’un patron denonce une magouille et ne va pas se tremper dedans… C’est quand meme autre chose !

  3. Malheureusement l’image du Japon un peu romantique que l’on peut avoir sur le respect, l’honneur…est totalement fausse quand il s’agit de relations d’affaires.
    La politesse est bien là mais elle est purement formelle, fossilisée, sans aucune valeur.
    Michael Woodford qui est un amoureux du Japon et qui a posé les bonnes questions au siège concernant la gouvernance d’entreprise (en l’occurrence le détournement d’une partie considérable des profits de l’entreprise au détriment des actionnaires, des salariés de l’entreprise et au final des acheteurs de la marque) a tout de même payé le prix fort de cette croyance en ce mythe.
    Beaucoup de choses se passent ainsi encore dans cette société restée très somme toute très féodale dans son fonctionnement profond, « Une main de fer dans un gant de velours ».

  4. Oui, bien résumé…
    Les magouilles dans le nucléaire sont du même accabis !
    Société féodale, c’est pour ça qu’elle nous fascine…

  5. Je pense plutôt que la société japonaise nous fascine par ces contrastes et son étrangeté – pour les neophytes tout au moins. La féodalité n’est pas si extraordinaire, et on a plusieurs exemples encore vivants en Europe, qui ne fascinent plus tant que ça soit dit en passant.
    La société japonaise est très codifiée, et s’organise en castes. C’est le côté féodal. Un point sur lequel elle diffère grandement de nos habitudes occidentales est que le droit du sang ne détermine pas la caste pour la vie. Le peuple peut s’élever, les huiles peuvent être déchues, et ce très rapidement. Le sang détermine le point de départ, les actions déterminent le point d’arrivée. La hiérarchie japonaise est très forte, mais très maléable égalemement.
    Quant à la notion d’honneur, elle est très mal comprise en occident. L’honneur n’implique nullement de bonnes actions, par exemple. Étaler ces agissement au grand jour a fait perdre la face à pas mal de gens, ce qui n’est pas une bonne façon de procéder dans la société japonaise. Des japonais se sont fait seppuku pour moins que ça, même si officiellement ce rituel n’est plus pratiqué depuis les années 70.
    Je m’étonne que Mr Woodford ait procédé ainsi. Vu comment il a été éjecté, il ne disposait visiblement pas des appuis nécessaires pour manoeuvrer, ou il s’est aliéné ses appuis en les exposant ou que sais-je. Ceci dit, son statut de gaijin n’a certainement pas aidé. Bon, c’est facile à dire depuis mon fauteuil dans la campagne genevoise.

Leave A Reply