web analytics

La photo décryptée : femme du Ladakh en noir et blanc

9
1 2
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Chaque mois dans le mensuel Déclic Photo, je décrypte pour vous une de mes photos et vous livre l’histoire de de sa fabrication… Sans oublier d’évoquer le contexte, « la petite histoire de l’image ». De temps à autre je vous proposerais sur cette page une de ces images, parues dans un précédent numéro.

 


Ou, quand, comment, pourquoi

C’est au cœur d’une haute vallée perdue du Zanskar au Ladakh, que j’ai croisé cette femme, magnifique et fière. Nous sommes à plus de 4000 mètres d’altitude et à cinq jours de marche du premier bourg. Notez la poignée de « Pashmînâ » (duvet précieux protégeant le cou des chèvres d’altitude Tchang-ra), qui orne son Gonda, tenue traditionnelle Ladakhi.

LADAKH_1

Vendus quelques dollars à des colporteurs Cashmiris, ces fibre extrêmement chaudes et fines seront tissés à Srinagar dans l’état voisin du Cachemire. Après des mois de travail minutieux, certaines étoles seront vendues à prix d’or dans les grandes capitales du monde.

 


Le secret de fabrication

C’est la position hiératique de cette paysanne des montagnes, qui donne à l’image sa présence étonnante. Ce n’était pas totalement calculé à la prise de vue (comme souvent ;-) mais la composition triangulaire de l’image renforce sa stature et l’aspect imposant du personnage. J’aime aussi la texture intéressante de la hotte traditionnelle servant à ramener le bois ou les récoltes.

Pour la rendre plus imposante, j’ai choisi une légère contre plongée difficilement obtenue en fléchissant les genoux, déjà assez douloureux… Ce jour là nous avions marché huit heures et il restait encore deux heures avant le bivouac, la journée la plus épuisante dont je me souvienne.

 


Le détail qui compte

Je me souviens de ses mains qui étaient impressionnantes. J’ai tenté sans succès d’en réaliser un gros plan, mais je ne voulais pas déranger trop longtemps cette dame, qui s’était bien gentiment laissée photographier (les gens de cette vallée sont bouddhistes et ne refusent pas les photos)…

LADAKH2

Ces mains en disent long sur les conditions de vie rigoureuses qu’affrontent les populations du Ladakh, coupées du reste du monde cinq mois par ans à cause de la neige. Pour autant les femmes restent coquettes, quelque soit l’altitude ou le climat. Remarquez les ongles soignés, les fins bracelets d’argent, la longue natte et les boucles d’oreille.

 


Les réglages de l’appareil

En 2005, je m’interdisais de dépasser la sensibilité de 100 ISO en JPEG (en intérieur j’accédais exceptionnellement à 200 ou 400 ISO, à condition d’utiliser le format RAW). La vitesse (fixée en priorité vitesse) était de 1/100e, de façon à limiter le risque de flou de bouger (à 4000 mètres d’altitude on tremble davantage, faute d’oxygène). Il résulte de ces paramètres, une ouverture moyenne de f/8 (à noter que le filtre polarisant mangeait au moins une valeur d’IL).

Ajoutons pour être complet, que j’appliquais à cette époque une correction systématique de moins 1/3 de diaph en JPEG, de façons à préserver les plus hautes lumières. Il y a longtemps (heureusement) que cela est devenu inutile…

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.
1 2

9 commentaires

  1. Magnifique portrait ! Y a pas le noir et blanc, ça jette !
    Est-il possible de te commander un tirage par hasard ? Je l’aimerais bien dans mon bureau… Après tout les photos c’est fait pour ça non?

  2. J’aime beaucoup cette photo!
    La forme des montagnes, les nuages, les bras, la forme de la hotte, les cheveux au vent: tout ça dans un meme mouvement harmonieux qui fait « décoller » le visage
    Très chouette!

  3. Vraiment bien, ces photos décryptées. Ça donne un bel aperçu de tout ce qui tourne autour de la photo, de ce qui est technique et ce qui ne l’est pas !
    En plus, avec de bien belles images.

  4. Je trouve que l’analyse d’une (bonne) photo est un sujet passionnant surtout lorsqu’elle est faite par l’auteur. Il y a des clichés qui « tiennent » par eux même (et non par leur éventuel concept sous jacent) et c’est un grand plus d’en connaître le contexte et les choix techniques qui ont été réalisés mais également des éléments culturels comme ici.
    Bravo et continuez à décrypter…

  5. Merci pour les encouragements ! Cela m’engage à continuer…
    J’ai déjà écrit pour les 7 mois prochain en avance pour Déclic Photo ;-)
    Donc, rendez-vous tous les mois dans Déclic Photo, et de temps en temps ici-même.

Leave A Reply