web analytics

Signez la pétition : NON AU LABEL HADOPI POUR FOTOLIA

19
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Macandphoto vous invite à signer la pétition lancée par l‘Union des Photographes Professionnel (signez dans la colonne de gauche sur la page de l’UPP) :

Fotolia-hadopi-HP

 » Nous demandons à la Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet (HADOPI) de ne pas attribuer la labellisation « Offre légale » à Fotolia.

La société Fotolia a demandé à l’HADOPI  l’attribution du label « offre légale ».

Ce « microstock » propose pour des usages professionnels (presse, publicité, édition, etc.) une offre de photographie dites « libres de de droit » à des prix dérisoires (0,14 euros).

L’appellation « libre de de droit » est mensongère au regard du Code de la Propriété Intellectuelle, elle bafoue le droit moral et patrimonial des auteurs.

En proposant une offre pour quelques centimes d’euros, Fotolia viole également l’article 1591 du code civil qui sanctionne l’absence de prix réel et sérieux.

Cette offre ne peut en aucun cas être assimilée à une « offre légale ».

Fotolia participe massivement à l’effondrement du marché de la photographie et à la grave crise que traversent  les photographes professionnels et les agences.

Nous nous indignons de cette possible attribution et demandons à l’HADOPI de ne pas attribuer le label « offre légale » à cette entreprise.

L’HADOPI a le devoir de faire respecter nos lois. Il en est de la survie de tout un secteur économique et culturel.

S’associent à cette pétition la Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe, le Groupement National de la Photographie Professionnelle, les Agents Associés, Signatures, Tendance Floue. « 

 

BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

19 commentaires

  1. Alors là, c’est tellement énorme…
    Encore une provocation intolérable de ce diffuseur immorale.
    Je croyais que hadopi ne s’occupait que de la musique et des films d’ailleurs…

  2. On ne peut qu’approuver une telle démarche, j’espère pour nos amis photographes professionnels que les carottes ne sont pas déjà cuites…

  3. Je me demande si on ne devrait pas inonder de mails de protestation, la boite mail de Fotolia également ?
    Histoire de leur faire comprendre à quel point, leur comportement est immoral.

  4. Comme d’habitude, notre cher gouvernement,notre ministre de la culture et Hadopi sert les interets des entreprises au mépris des vrais créateurs/artistes (le code de la propriété intellectuel doit défendre le créateur de son oeuvre)

  5. pas forcément les inonder de photos gratuites, mais de nos photos avec des logo Copyright partout, par milliers toutes les minutes…

  6. Désolé de ne pas participer à la meute mais ce n’est certainement pas Fotolia ou d’autres du même genre qui font du tord aux photographes. Vu le type de photos stéréotypée, j’imagine mal des éditeurs sérieux se servir exagérément dans ces stocks. Cela reste une exception et ne remet pas en cause l’essentiel du travail photographique à fournir.
    Chercher des boucs-émissaires à une crise, c’est se voiler la face : grâce (ou à cause) des technologies numériques il y a plus de concurrence aujourd’hui entre photographes et il n’y a pas de place pour tout le monde.
    Plutôt que de tirer à boulet rouge sur des activités qui de toute façon font maintenant partie du jeu, il vaut mieux réfléchir à ses propres comportement face à cette concurrence.
    Et si depuis des années que les microstock sont installés, je me demande encore pourquoi aucun des 15 photographes avec qui je collabore, n’est jamais venu me proposer de faire des photos de type fotolia, (des ciels bleu, de l’herbe, des bidules en tout genre, des thèmes, des gens entrain de travailler, du sport…, c’est qu’il ont une bonne raison ! Probablement sans doute parce que ça les emmerde de faire ce boulot ingrat et sans grand intérêt artistique…
    Je fais très rarement appel à Fotolia, mais je l’ai fait par exemple, pour boucler un dépliant où il me manquait une photo d’avaloir de caniveau avec de l’eau de pluie. Je l’aurais bien faite faire par un artiste-photographe cette photo… mais il ne pleuvait pas ! :-)

  7. bonjour Alain B, je comprends bien ton point de vue, car comme toi je ne souffre que peu de la concurrence de ce diffuseur.
    Maintenant, il ne faut pas perdre de vue que :
    -quand j’ai débuté, j’étais contant quand on me proposait un contrat pour photographier une bouche d’égout. Je dirais même que sans ca, je n’aurais jamais pu me payer la quantité de matériel que je possède professionnellement, ni accéder à certaines niches spécifiques de notre métier qui nécessitent ce materiel.
    – Si ce diffuseur avait sévit à l’époque, je n’aurais certainement jamais pu me mettre à mon compte en temps que photographe. Pourquoi ? tout simplement car commencer était déjà difficile, et que chaque contrat me permettait de sortir la tête de l’eau, je te cache pas que je n’étais que peu regardant à l’époque sur ce que l’on me proposait de photographier.
    -J’ai toujours payé des impots sur mes ventes, et j’ai toujours vendu au juste prix mes images. Ce n’est pas le cas de truc machin… Casser les prix de ces images en début de carriere, c’est le meilleur moyen de ne jamais avoir de carriere…
    – Même si à l’heure actuelle je ne souffre pas de ce diffuseur, je reste solidaire avec ma profession. Je pense à ceux qui en souffre et je les soutiens dans leur lutte pour subsister.
    -Evidement la crise n’a pas arrangée la situation de certain, mais ce diffuseur à tout simplement coulé leur fond de commerce. Il n’y a malheureusement pas que des photo de caniveau dessus, et certains magasines ne piocherait pas dessus si il n’y avait que ca.

  8. @AlainB
    Cette pétition vise avant tout Hadopi. Autorité qui se targue de défendre les droits d’auteurs, mais qui souhaite ici récompenser une entreprise qui les piétine très très largement. Ajouté à cela, évidemment, le modèle économique plus que lamentable.

  9. Pour Alain B.
    Trop facile de critiquer les photographes sur ce coup.
    TOUS les photographes d’illustration ont en archive des tonnes d’images de type Fotolia. J’ai au moins 10 confrères qui ont purement arrêté leurs banques d’images en ligne. Le problème c’est qu’il est beaucoup plus simple de payer une photo 1 € maximum que le prix d’une image normale.
    Personnellement j’ai arrêté depuis longtemps la production de ce type d’image car avec de type d’assassins (le mot n’est pas trop lourd) le client ne cherche pas a comprendre et va au moins cher. Il y a longtemps que les photographes ont compris qu’il valait mieux travailler à la commande si ils veulent vivre…

Leave A Reply