web analytics

Le point de vue dérangeant d’une génération gâtée

39
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Olivier, un de nos lecteurs m’informe de l’existence d’un billet assez dérangeant, à propos de la pétition des photographes contre Fotolia (cancer de notre société de la création, oserais-je si j’étais ministre… mais je ne le suis pas encore) qui demande le label HADOPI (signez, signez, signez SVP)…

Dans une société de la sécurité et de l’abondance (relative), ou les citoyens (les moins de 50 ans ans du moins) estiment que tout leur est du… Et que notamment les biens culturels doivent être gratuits (ou quasi gratuits). Ou le travail de son prochain n’a plus de valeur (qu’il soit plombier, musicien, ou photographe) car l’individualisme est la règle… Ou le piratage et le vol de droits d’auteur est non seulement toléré, mais a même acquis une connotation « cool » et positive ! Il ne faut pas s’étonner de ce genre de point de vue. A lire, à méditer, à protester éventuellement : point de vue, sur la pétition des fabricants de photo.

 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

39 commentaires

  1. C’est un peu une tempete dans un verre d’eau cette histoire de fotolia.. C’est comme si aujourd’hui on avait plus besoin de graphistes ou de developpeurs par ce qu’il existe des solutions en « un clic ».
    Ces évolutions sont inevitables JF, quand tout le monde a de quoi prendre une photo, et que cette dernière se democratise vitesse grand V. La profusion exponentielle des images disponible change la donne et les mentalités (mes eleves apprentis graphiste passent leur temps a piller au besoin des images sur Google image..).
    Un photographe pro, c’est aussi un enorme savoir faire et du matos de pointe. Donc c’est juste que la demande change et qu’il faut s’adapter, mais il reste quand meme pleins de marché ou l’on a besoin de ces compétences (mariage, mode/fringues, photos produits, reportages, etc..).
    Si tu est bon dans ce que tu fait, on viendra toujours te chercher… Encore faut il mettre en avant sa différence et diversifier/moderniser ses prestations. Bref, plutot que de fliper, on peut aussi se retroucher les manches !
    Je sent que je vais me faire tirer dessus a boulets rouge. :-)
    P.S: j’ai 40 ans, donc je suis pas un ptit djeuns..

  2. Très déprimant, comme note et comme commentaires, JF…
    Entre contre-vérités (perso, jamais touché un centime de la part de l’état!), approximations et amalgame des différents métiers de la photo, j’ai l’impression qu’on n’est pas vraiment sur la même planète.
    Mais pas envie de plus réagir que ça, trop l’impression de jouer les Don Quixotte!
    Il est un fait que 95% des amateurs peuvent faire ce qu’un pro fait aujourd’hui.
    Mais ces gens ne comprennent pas ce que représentent les 5 derniers %, ce qui fait toute la différence!

  3. @ Blazouf, toi tu es graphiste (tu es du côté des pilleurs d’image donc)…
    Et comme tu n’as aucune expérience de la photo pro. Tu ne peux donc pas comprendre…

  4. JF, je suis 100% d’accord avec l’article que tu dénonces… et je pense que la génération gâtée n’est pas celle que l’on croit mais peut-être celle dont tu fais partie.
    Petit point qui n’est pas évoqué dans le point de vue cité : l’économie numérique accélère aussi la mondialisation qui accélère encore le changement décrit.
    En revanche, je n’entends pas trop les photographes rouspéter contre la baisse des prix des appareils photos numériques ou la facilité scandaleuse avec laquelle on peut maintenant montrer son travail…
    Et pour finir, je suis un admirateur de ton travail et un fan de ce blog. Continue, même si on est pas d’accord (mais essaye de changer ton point de vue !)

  5. Ben je me bas pour qu’il ne pillent pas les photos des autres, ils se pillent eux meme également puisqu’ils sont de futurs créateurs d’images.. (je leur enseigne la photo egalement).
    Mais je ne vis pas de la photo pro, tu a raison.
    Ceci dis, je dis juste que la profusion d’images fait que la donne a changé, et c’est la que le photographe pro doit marquer sa difference (les fameux 5%). On peut le déplorer mais Fotolia n’est qu’une conséquence de ce changement plus ou moins inévitable.. Comment l’empecher ??

  6. Youhou, nous vivons dans une jungle high-tech! A quand le retour de l’esclavage légal? Non, ne me dites pas que ça existe déjà?
    Trêve de billevesées, le pire est que cette pseudo gratuité cache encore trop le FAIT que nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir en croquer alors que les matières premières, les sources d’énergie, voire les terres cultivables sont de plus en plus rares. Cette génération gatée irait-elle droit dans le mur?
    Ce débat entre les anciens et les nouveaux me paraît bien futil et stérile.

  7. Malheureusement les clichés sur notre métier ne changent pas…
    La réalité elle, est tout autre !
    75 % des photographes se versent un revenu inférieur au SMIC…
    Pour la majorité d’entre nous, la situation n’est déjà pas terrible…
    Alors Fotolia avec ses tarifs cassés…
    C’est carrément un retour au travail gratuit, au servage !
    Ce qui me fait marrer c’est le discours « adaptez vous ! »
    Bien sûr !
    J’imagine que si ces même personnes on leur annonçait qu’on passe leur taux horaire de 9 €/h (SMIC brut) à moins d’1 € elles diraient…
    « ok faut qu’ont s’adaptent… »
    Il y a vraiment des crétins sur cette terre…

  8. Merci pour le crétin.. On peut discuter sans se faire insulter ? Je ne suis pas responsable de cette situation que je sache..?
    De quel clichés sur ton métier parle tu ?
    Tu peut aussi choisir de ne pas t’adapter et te battre de toutes tes forces contre fotolia.. Je ne suis juste pas sur que ca serve a grand chose, c’est tout (un autre prendra sa place..). Ca ne me rejouis pas pour toi pour autant.

  9. … Le fait est aussi que Fotolia et consort peuvent se goinfrer bien au delà de nos frontières, alors quoi? On attend que tous les pays du monde aient le niveau de vie que la France? ou la France celui du Bangladesh?!!
    Ou alors on fait un gouvernement mondial et la loi est la même de Paris à Taïwan!

  10. Un beau ramassis de connerie cet article. L’auteur, malgré ses 15000 euros de matos ( lu en commentaire ) n’a pas compris que la différence entre pro et amateur ne se situe ni sur la quantité de matériel ni sur la qualité des images. il est évident que beaucoup d’amateurs font de très belles photos. Mais ils n’ont ni le soucis de rentabilité ni le soucis d’efficacité.
    Un pro se doit d’être rentable, de ramener des images de qualité et surtout il se doit d’être fiable donc ramener ce pour quoi il est payé. Il doit également avoir des idées, avoir un point de vue.
    Nous devons également dans le même temps prospecter, produire, apprendre de nouvelles technologies. Là où l’amateur peut y consacrer tout le temps nécessaire et casser les prix derrière.

  11. Entierment d’accord avec les deux derniers commentaires..
    « S’adapter » dans mon esprit, c’est accepter toutes ces nouvelles concurrences (elle ne va pas disparaitre par magie..), et essayer de trouver quel est la spécificité de son savoir faire et de son offre. Pas forcement baisser ses tarifs.
    Bref, faire preuve d’imagination.. ou crever a petit feu.. pas vraiment le choix.

  12. Le gars dénonce les photographes indépendants comme si c’étaient des méchants syndicalistes contre la libre circulation…
    Ahurissant et trop fort.
    Bref, pour lui, la France est un pays de geignards prêts à faire la grève dès qu’on dérange leur sieste.
    Et vous vous sentez visés?
    Cependant, les métiers changent… et les gens changent de métiers, je connais des ex-photographes, ex-imprimeurs, ex-relieurs, qui en ont eu marre de la précarité et ont préférrés un revenu pas plus important mais plus sûr (infirmier, taxi).
    Ben mince!
    Qui va te payer ta reconversion à 50 balais après en avoir bavé les 5 dernières pour finallement arriver au bilan que ça n’est pas rentable?
    La loi de la jungle, non merci.
    (je ne suis pas photographe et j’ai un gros penchant syndicaliste)

  13. Ca c’est le plus fort de ce torchon:
    Ici, Fotolia offre donc à petits prix des clichés que les photographes vendaient à des prix bien supérieurs. D’ailleurs, à bien y réfléchir, on serait en droit de s’interroger sur l’existence d’une entente (tacite ?) entre ces professionnels pour conserver artificiellement élevé le prix de leurs productions.
    Ben oui, c’est bien connu, les photographes ne sont pas foutu de s’organiser en syndicat efficace mais complotent pour garder des prix élevés !!

  14. Un peu marre d’entendre parler de génération gâtée. J’en suis, et quand je vois vos facilités d’avant, je me marre. Nous, gâtés ?
    Quand je discute avec ces « professionnels », il y en a qui m’enseignent, d’autres qui m’inspirent, et encore d’autres, beaucoup, qui me font rire… Et là les amateurs pour beaucoup font mieux que ceux-là. Mais bon, de toute façon c’est toujours pareil et ce point-là ne vaut finalement même pas la peine d’être abordé… Graphistes ou autres, c’est toujours pareil.
    Ce qui compte, c’est en effet la perception du travail derrière qui ne doit pas disparaître. Et ce n’est pas avec Fotolia que la créativité va s’améliorer… Mais le champ d’innovation est encore assez large pour s’adapter si, et les efforts doivent être judicieusement choisis… Comment, chacun ses réponses…
    J’ai signé la pétition pour éviter un label à Fotolia en effet, et je suis allé intervenir sur le blog cité pour essayer de donner une version qui m’appartient.
    Bref, débat compliqué, j’ai la tête pleine et je ne sais plus pourquoi j’avais commencé à écrire.. Mais ne nous insultons pas svp, plein d’avis existent et plein de raisons différentes de les avoir…

  15. Fotolia, c’est… comment dire !
    Imagine que tout le monde puisse faire Taxi, 1h par semaine (histoire de se faire plaisir et 3 sous), sans payer de cotisations, ni de charges sociales !
    (je ne parle même pas de la licence de Taxi, chose discutable et discutée)…
    Ou encore, imagine que tout le monde se mette à vendre des gateaux le dimanche dans la rue. Sans contribuer à l’impôt (qui garanti à tous des routes, des écoles, des hôpitaux), sans normes sanitaires… Totalement librement !
    Concurrence absolument déloyale pour les professionnels, qui sont taxés à 50%, histoire de faire fonctionner le reste de la société (assurance chomages, retraites, ect…) ce que je trouve normal.
    Rapidement, il n’y aurait plus ni vrais chauffeurs de taxis, ni de pâtissiers… il n’y aura bientôt PLUS de photographes non plus (ça c’est vraiment en cours). C’est une évidence, tu n’aura que des bricoleurs, des margoulins, des zamateurs prêt à tout…
    Sans règles, sans ethique, sans expérience… Aucune garantie de résultat, de la retouche (de la triche donc), à la pelle, plus d’infos crédibles, plus de reportages, plus de « regard »… le retour à la loi de la jungle.
    Le délitement progressif de tout ce qui a fait cette société.

  16. Totalement d’accord avec Phil.
    Fotolia est déjà le symptôme d’une société d’égoïststes, prêt à bosser gratos, pour se voir « en peinture » sur le net !
    C’est aussi le mirage du gain « facile » : on imagine qu’on va gagner de l’argent sans travailler (ce qui est faux évidement, mais les gens ne s’en rendent pas compte très vite)…
    Un monde de feignants, pret à lacher un vrai travail : toucher ses idemn et se lancer dans la photo (jusqu’à la fin des indemn… Le contre coup du modèle d’assistanat qui se paye aussi comme ça.
    Fotolia, c’est encore la démonstration que la « VALEUR TRAVAIL » est dévalorisée aujourd’hui…
    On imagine que des amateurs font aussi bien que de professionnels, en plus : « EN SE FAISANT PLAISIR » ! Ce qui est faux évidement… Totalement faux : réaliser une ouvre phot, c’est beaucoup de travail. De la peine, des déceptions, du courage, des larmes et de la sueur…
    Les images de amateurs sur Fotolia : c’est 99% de « merde » bien entendu (j’y ai passé du temps)… Les amateurs qui prétendent (et imaginent) le contraire, n’y connaissent rien ! C’est une évidence…
    Le pire c’est qu’il y a des acheteurs pour ces photos de merdes (la frange la plus crasse et la plus désargentée de la création graphique)… : Fotolia, c’est le nivellement par le bas, et le signal avant-coureur d’une économie (Française) en totale dégringolade : le syndrome Grec n’est pas si loin (dans 15 à 20 ans)
    Le pire c’est qu’au naufrage économique, s’ajoute un naufrage moral et des valeurs : on imagine (dans toutes les classes sociales), qu’il est possible « sans travailler » (c’est la définition d’un amateur)… on va produire autant de « valeur marchande et / ou artistique », que des « professionnels » qui bossent dur depuis des années !
    Franchement n’importe quoi !
    Fotolia est un symptôme (et non la cause) . Donc, c’est encore pire que ce que vous pensiez !

  17. Daniel Murier on

    Bonjour à toutes et à tous !
    Je suis photographe professionnel en agence traditionnelle et « bizarrement » je ne suis pas opposé à vendre mes photos 0,15 €, au lieu de 150 €.
    Mais il faudrait que je puisse payer :
    – mes charges sociales 1,50 € au lieu de 1 500 €
    – mon matériel photo 15 € au lieu de 15 000 €
    – mes kilomètres en voiture 0,0003 € au lieu de 0,30 €
    – mon loyer 0,75 € au lieu de 750 €
    – ma nourriture 0,30 € au lieu de 300 €
    etc…
    A bientôt.

  18. olivier montreuil on

    Je suis allé lire ce billet et il m’a fait réagir au quart de tour car écrire que :
    « En effet, ce qui, auparavant, nécessitait un investissement et une formation importante est maintenant de plus en plus simples à acquérir » n’est pas acceptable car c’est afficher un mépris extréme pour les professions qu’il vise ! justifier ainsi qu’une « création » soit à la portée du premier touriste venu est vraiment d’une bétise rare. Au nom de pourfendre un soit disant corporatisme (c’est vrai que le lobby des photographes est absolument terrifiant et s’en met plein les poches) ce monsieur affiche un sectarisme méprisant qui fait froid dans le dos !!! Je pense qu’à part son nombril rien ne doit trouver grace à ces yeux !! son raisonnement est minable et cet individu est à ignorer superbement !!! Mais c’est vrai que tant de suffisance et de mépris ça fait peur !!!
    je précise que je ne suis pas du tout photographe mais que j’ai un respect profond pour toutes ces professions ou l’exercice quotidien est un apprentissage permanent qui fait se capitaliser une expérience irremplacable qui justifie une bien légitime valeur ajoutée !!!

  19. D’accord avec Daniel Murier.
    Le problème est la désadéquation entre les entrées d’argent et les sorties.
    Le secteur primaire et secondaire : les pays du tiers monde font moins cher.
    Le secteur tertiaire est ultra concurrentiel, car nous nous retrouvons tous à faire des jobs de ce style. Que faire?
    PS: Le gris de « Rédigé par » et autres rend ma lecture difficile.

  20. Ben déjà il fallait pas la mettre sur Flickr ! C’est du bon sens : Flickr ne peut rien amener de bon à vos photos…

  21. N’empêche que ça ne donne pas de réponse à notre ami.
    Tu peux toujours les contacter et expliquer que c’est du vol…Tu ‘obtiendra peut être rien mais au moins qu’ils enlève ta photo.

  22. En fait, je ne veux pas d’argent, mais ce qu’ils ont fait est assimilable. Et lorsque tu voles et que tu te fais prendre tu es censé être puni…

  23. Chocoprince : je parle dans mon billet sur le site cité, de l’impact négatif sur la créativité et la culture de l’image de Fotolia. Par ailleurs, ici nommé le « nivellement par le bas », ce que je conçois aussi ainsi.
    Et c’est là dessus que certains plaignants me font rire : je trouve leur apport aussi limité que Fotolia, et leurs photos devraient d’ailleurs y être plutôt qu’ailleurs. Mais je ne pense pas que ceux-là soient les lecteurs de ce blog…
    Et en effet, l’auteur de l’article est un néolibéral affiché et méprisant qui n’est pas sorti de son commerce et de ses théories de « main invisible » depuis un moment… Malgré tout, il y a certaines choses pas tout à fait fausses, qui prêtent à méditer.
    Mais cela est vrai dans tous les secteurs : ceux qui subissent les changements, ceux qui font avec sans vraiment en souffrir de front et s’adaptent un peu, ceux qui changent totalement et réinventent leurs métiers… Bref, dans certains cas les levées de boucliers m’agacent car certaines causes sont plus importantes et peuvent être réutilisées pour changer/évoluer dans son métier et d’ailleurs en bien dans son chiffre d’affaires (type : l’environnement), autant cette cause d’un « label » pour un tel nivellement par le bas me troue le ***, et je lève mon bouclier avec les autres…

  24. Les défenseurs de photolia sont-ils prêts à se rendre en Afghanistan et faire un reportage sur le conflit au milieu des tirs croisés avec un prix de 0,14 centimes la photo déplacement compris ?

  25. Oui, JF !
    Et j’ajouterais que pour financer un reportage en Afghanistan, ou Côte d’ivoire, ou tout simplement un reportage d’actu pendant un moi, il faut vivre décemment le reste de l’année… car on ne finance pas un reportage ambitieux sans un peu de sécurité.

  26. LOL j’ai répondu sur son blog un message pour gentiment dissocier la photographie d’information et de communication. Il l’a effacé en cinq minutes !!!
    L’avenir de cette « presse là » via des blogs est pour le moins dépourvu de déonthologie et pour le mieux hautement censurée ;)
    Merci pour le lien dommage que le gars la bas soit un tantinet effa(r)ceur…

  27. J’ai aussi essayer de réagir, par deux fois, en essayant d’être clair et pas méprisant.. Impossible, il fait ce qu’il ns reproche, s’en tape et ne comprend que ce qu’il veut comprendre, cad son point de vue et le fait que ns soyons des cons…
    C’est vraiment un bon gros *****…. perdez pas votre temps, à part être démoralisé par autant de connerie, je n’ai rien gagné… Dommage, je croyais le débat possible, rien à faire…

  28. Eric (Japon) on

    Fil interessant, les commentaires le sont aussi. Pour faire court, je vais me ranger du cote du polisson moi aussi : qu’un certain type de profession subisse les affres de la modernisation me semble dans l’air du temps, on ne peut pas y changer grand chose hors le village gaulois. Mais il restera toujours une profession indispensable pour realiser des reportages, et pour cela on aura toujours besoin des meilleurs photographes professionnels.
    Cela me peine beaucoup de savoir que tant de photographes pro sont en-dessous du SMIC. Tout comme d’autres metiers passion (architecte, psychologue…). La reorientation n’a rien de deshonorant, il faut parfois savoir jeter l’eponge.

  29. Eric, sauf que tout le monde ne peut pas s’autoproclamer architecte ou psy du jour au lendemain. En photo, si.
    ET réaliser des reportages, avec quel argent, quelles garanties, et pour quels supports ?

  30. La réorientation, de nouveaux services, les formations, les nouvelles idées, les endroits encore pas investis de photos… En effet, il faut s’adapter, je suis d’accord. Débutant, c’est sûrement plus facile pour moi à 25 ans que pour d’autres.
    Mais un label pour Fotolia, Eric, c’est un bon nivellement par le bas je trouve, au niveau de la culture de l’image et de la prise en compte du travail réel derrière une image… Au delà de tout débat sur la profession en disparition ou autre, c’est vraiment cela qui compte pour moi…

  31. Je viens de lire tout le fil sur son site,et quelques autres articles ca pique un peu les yeux.
    Le rédacteur de ce site est un provocateur. Il ne cherche pas à comprendre, à chaque fois qu’il se fait contrer il utilise une digression qui n’a rien à voir pour faire passer l’autre pour un débile. C’est du langage politique.. Il ne sert à rien d’essayer de le convaincre. De plus, Il édite les posts des autres en italique, ca en dit long sur son éthique et son respect des autres.
    Tout ce qu’il dénonce n’est pas toujours faux, mais il fait des raccourcis pour servir son idéologie.. Le post en question est hallucinant de bêtises, jonché d’inexactitudes et de méconnaissances du secteur.
    Les idées qu’il véhicule, ne me semblent pas vraiment libérales comme il essaye de le faire croire, mais légèrement plus extremistes… C’est un peu une caricature.
    Sous couvert de défendre la liberté, le monde qu’il défend semble un petit peu trop anarchiste sans foi ni loi.
    Au final, ce mec n’a pas beaucoup de crédibilité, sauf peut être pour son lectorats qui semble un tantinet d’extrême droite pour certains (il y a des réactions assez incroyable d’intolérance sur d’autres posts)

  32. Le mec qui tient le blog en question est «  » » … «  » ».
    je m’amuse à lui déposer le message suivant :
    « Toutafait ! Imposons le libre de droits à ces feignasses d’artistes et autres créatifs qui vivent grassement du droit d’auteur…
    Idem pour les salariés de ce beau pays, imposons leur des contrats de travail libres de droits pour qu’ils comprennent ce que mondialisation veut dire et qu’ils nous montrent leur capacité d’adaptation… »
    Le message est systématiquement supprimé, comme si j’avais touché une corde sensible…

  33. Oui, je comprends, en même temps le type en question se permet le cynisme ignoble dont il fait preuve caché derrière un pseudo. Impossible d’en savoir plus, même à coup de Whois…
    Donc pas d’attaques personnelles à dire ce qu’il est, à savoir pas grand chose…

  34. @ jiquem : l’utilisation de ta photo est une contrefaçon (et non pas du « vol »; contrairement à ce que certains slogans veulent faire croire, ce n’est pas la même chose). Bon, évidemment, pour un cliché, tu ne vas t’amuser à agir en contrefaçon contre le site. Mais en tant qu’auteur, tu es en droit d’exiger le respect de tes prérogatives patrimoniales ET morales. Si je comprends bien ce que tu veux faire, tu as deux possibilités :
    – écrire au propriétaire du site en te présentant comme l’auteur de la photo utilisée, et en expliquant (gentiment ds un 1er temps) que tu veux bien les autoriser à utiliser gratuitement ta photo UNIQUEMENT POUR LEUR SITE INTERNET, et À LA CONDITION QUE TON NOM SOIT SYSTÉMATIQUEMENT MENTIONNÉ en dessous. S’ils refusent, ou si tu n’a pas du tout envie qu’ils utilisent ton image, on passe à l’autre possibilité : l’interdiction.
    – tu es en droit d’interdire toute utilisation de l’image faite sans ton accord. Tu peux donc exiger son retrait en, expliquant (toujours gentiment, bien sûr) qu’il s’agit d’un acte de contrefaçon, et que tu as bien l’intention de faire valoir tes droits devant la juridiction compétente (même si ce n’est pas vrai, qu’en réalité tu n’iras pas – enfin je crois – faire un procès pour une simple image). En principe, ça devrait suffire.
    Voilà!

Leave A Reply