web analytics

Un mois au Laos avec le Canon EOS 550D – part 4/4

6
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Voila quelques mois, Déclic Photo publiait sur une dizaine de pages, mon test terrain complet du Canon EOS 550D au Laos… (à ne pas louper également, le test du Canon EOS 7D au Cambodge). Pour les plus passionnés, la version longue (très longue même), en 4 épisodes :

 


Le Canon EOS 550D est-il davantage qu’une simple mise à jour de ses ancêtres, les EOS 400D, 450D et 500D, invariablement renouvelés tous les 15, ou 18 moins depuis 2006 ? Pour le vérifier, nous l’avons confronté aux pires traitements et à de rudes conditions climatiques, durant un mois de voyage entre la Thaïlande et le Laos en pleine saison des pluies…

Texte et photos : Jean-François Vibert

(…) Partie 4…


Le quel choisir : EOS 550D, EOS 60D, ou EOS 7D ?

Pour réaliser des portraits, des paysages, rester léger et discret, l’EOS 550D m’à comblé… Il m’a même semblé plus confortable que l’EOS 7D pour voyager… Je n’ai jamais été handicapé par son système de mesure, ni par son autofocus, bien que les options avancées de l’EOS 7D m’aient un peu manqué (notamment le suivi dynamique des collimateurs façon Nikon)… Nombreux sont donc les voyageurs qui hésiteront entre l’EOS 550D et l’EOS 60D (et éventuellement l’EOS 7D)… Car l’écart de prix entre ces modèles n’est pas énorme.

_MG_9996_web_800px

C’est surtout au niveau de l’optique du kit (toujours l’EF-S 18-55 mm), que les EOS 550D et 60D sont handicapés par rapport au 7D. Je recommande donc souvent l’achat d’un boîtier nu avec une optique plus ambitieuse (à noter que seul l’EOS 5D Mk2 est plus intéressant en kit, grâce au génial EF 24-105 mm L IS USM)… Pour la plupart des photographes, mieux vaudra sans doutes choisir un EOS 550D avec une optique performante ; plutôt qu’un EOS 60D avec l’EF-S 18-55 mm du kit. 

_MG_8962_web_800px

Vue sur Luang Prabang depuis un petit temple en hauteur. Pas facile de bien exposer, mais l’EOS 550D s’en ai bien tiré tout seul en priorité vitesse. J’ai tout de même appliqué une correction d’expo manuelle de -2/3.  -  Données EXIF : 1/40 sec – f/8 – 100 ISO – 24 mm (c’est à dire 32 mm) – EF 24-105 mm f/4 L IS USM.

 

Restez toutefois conscient que le viseur de l’EOS 550D ne fait pas de miracle et reste cohérent par rapport à son prix serré… Le mieux est de jeter un œil dans le cadre d’un EOS 60D (et d’un EOS 7D), afin de vérifier si la différence de confort vaudrait (éventuellement) l’investissement. Demandez-vous combien de jours par an vous utilisez votre reflex… Et si le plaisir que vous ressentez en visant, n’est finalement pas aussi important, que les photos elles-mêmes. Dans ce cas, l’EOS 60D et son viseur plus large constitue peut-être le meilleur compromis… D’autant qu’il offre quelques subtilités intéressantes, par exemple des verres de visée interchangeables et un écran orientable diablement intéressant.

_MG_9945-Modifier_web_800px

Notez pour finir, que ces trois modèles sont livrés avec le logiciel gratuit Canon DPP. Excellent pour traiter les RAW et JPEG à l’unité, il est décevant pour gérer une photothèque de dizaines de milliers d’images. Il me semble donc indispensable de compléter votre équipement avec le très polyvalent Lightroom (299 €) qui vous permettra de cataloguer photos et vidéo.

 


Il offre une gestion très fine de l’accentuation et du bruit et sait corriger automatiquement le vignettage, la distorsion et l’aberration chromatique de la plupart des optiques (y compris Sigma, Tamron, Tokina). La qualité du capteur CMOS de 18 Mpix en est d’autant plus impressionnante.

_MG_5359_web_800px

Il ne faut pas croire qu’un paysage réussi est obligatoirement capturé au grand angle… Le capteur APS-C de l’EOS 550D transforme ici le 105 mm en 168 mm, de quoi isoler la partie la plus intéressante des « lointains ».  -  Données EXIF : 1/125 sec – f/4 – 200 ISO – 105 mm (c’est à dire 168 mm) –EF 24-105 mm f/4 L IS USM. 

 

    


Son point fort : un concentré de haute résolution

Certes, on peut reprocher à Canon un certain conservatisme dans l’évolution de son entrée de gamme. Toujours le même système AF (correcte sans plus), le même viseur, etc… Reconduits inlassablement à chaque génération. Mais dans le même temps, Canon est le seul fabricant à proposer une telle résolution (18 Mpix) dans un encombrement aussi réduit. Un calcul intelligent, car plus la moyenne des photographes avance en âge : plus ils surveillent le poids de leur sac à dos…

 

Nous avons également pris la « mauvaise habitude » d’étudier le piqué de nos images à 100%, le nez collé à nos écrans 24″ (ce qui n’arrange pas notre dos), bien plus souvent que ne réalisons des tirages. D’ou l’intérêt d’une résolution maximale dans un encombrement minimal. Mission que l’EOS 550D rempli parfaitement.

_MG_0597_web_800px

Carte de navigation sur la zone frontière du triangle d’or, entre Laos, Thaïlande et Birmanie. Données EXIF : 1/160 sec – f/9 – 500 ISO – 20 mm (c’est à dire 32) – Voigtländer Color-Skopar 20 mm f 3.5 « pancake ».

 

 

La photo n’est plus « consommée » en 13×18, comme il y a dix ans. En nous permettant de zoomer pour scruter les détails, le numérique a introduit de nouvelles habitudes et gagné une « nouvelle dimension » dans la profondeur. C’est un fait… Une résolution de plus en plus élevée me semble donc logique au fur et à mesure que nos écran s’élargissent, d’autant que nos ordinateurs l’encaissent facilement. L’iPad et son zoom à deux doigts, ou Lightroom et son génial clic pour « zoomer dézoomer », sont deux brillantes illustrations de cette tendance de fond…

_MG_9996_web_800px

Probable donc que la course aux pixels se poursuive de plus belle et qu’un EOS 600D de plus de 20 Mpix soit en préparation… Mais peu importe le nombre de pixels : espérons surtout qu’il ne perde pas trop tôt son indispensable viseur optique.

Pour ce qui me concerne, je n’aurais jamais pu réaliser ce reportage au Laos en utilisant un des viseurs électroniques actuellement disponibles sur le marché. Du point de vue du voyageur confronté à des luminosités et contrastes importants, une visée optique restera toujours plus agréable. C’est du moins vrai en 2010, en l’état actuel de la technologie. Et je parie que cela restera vrai quelques années encore…

_MG_0526_web_800px

Dans ce genre de cas, je préfère utiliser le Mode manuel (si j’ai le temps)… Pour trouver la bonne exposition, je procède par tâtonnements en observant les images sur l’écran arrière avec l’histogramme (on apprécie d’autant plus la qualité de l’écran). La flexibilité du format RAW fera le reste dans Lightroom… Données EXIF : 1/160 sec – f/20 – 200 ISO – 60 mm (c’est à dire 96 mm) – EF 24-105 mm f/4 L IS USM.

 

 


 

 


Lire aussi à propos de Canon :

  • Canon S90 et viseur externe, l’astuce qui tue !
  • Deux petits accessoires utiles pour le Canon S90.
  • Test terrain : Canon G10 au Costa Rica (en attendant le G11).

 

 


 

 

 

BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

6 commentaires

  1. Je confirme, ce reflex est une merveille, je suis passé du Nikon D80 au 550D.
    Plus léger, plus réactif, bien meilleur à tous les points de vues… Optiques moins couteuses également. 100% satisfait

  2. En même temps, venant d’un vieux trombon comme les Nikon D80 (avec son infâme capteur CCD sony de 10 millions bien connu pour etre assez mauvais), c’est assez facile…

  3. Finalement l’EOS 600D, va mettre tout le monde d’accord.. Cela me semble un bon compromis entre le 550D et le 60D… On y retrouve l’écran orientable, le même capteur, des réglages intéressants, etc..
    Maintenant comme au bon vieux temps de l’EOS 60D vs Nikon D7000, il va falloir choisir entre EOS 600D et Nikon D5100..

Leave A Reply