web analytics

Un mois au Laos avec le Canon EOS 550D – part 3/4

1
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Voila quelques mois, Déclic Photo publiait sur une dizaine de pages, mon test terrain complet du Canon EOS 550D au Laos… (à ne pas louper également, le test du Canon EOS 7D au Cambodge). Pour les plus passionnés, la version longue (très longue même), en 4 épisodes :

 


Le Canon EOS 550D est-il davantage qu’une simple mise à jour de ses ancêtres, les EOS 400D, 450D et 500D, invariablement renouvelés tous les 15, ou 18 moins depuis 2006 ? Pour le vérifier, nous l’avons confronté aux pires traitements et à de rudes conditions climatiques, durant un mois de voyage entre la Thaïlande et le Laos en pleine saison des pluies…

Texte et photos : Jean-François Vibert

(…) Partie 3 :


Bonne surprise : de nouvelles options de personnalisation avancées

Le Canon Eos 550D gagne quelques options importantes par rapport à son ancêtre immédiat. Notamment du côté des réglages vidéo, qui permettent le contrôle de l’ouverture, de la fréquence, la connexion d’un micro stéréo, ect… Tout y est ou presque (ne manque que le filtre anti vent et la gestion du niveau d’entrée son). Nous ne détaillerons pas davantage cette question ici, car elle mériterait un article entier et tous nos lecteurs n’utilisent pas encore la vidéo.

_MG_0384_web_800px

Par contre, on aurait apprécié un bouton spécifique permettant comme sur l’EOS 7D, la bascule du Live View à la vidéo, sans abandonner le Mode de prise de vue en cours (les modes PSAM, se nomment P, Tv, Av, M chez Canon). Sur l’EOS 550D, il est nécessaire de tourner le sélecteur de Mode pour activer la vidéo. Dommage, c’est l’un des seuls (petit) défauts ergonomique que j’ai pu trouver à ce boîtier… Et pourtant, j’ai vraiment cherché d’autres failles durant trois semaines.

_MG_6358_web_800px

Soulignons la bonne autonomie des batteries Lithium-Ion LP-E8 de 1120 mAh, qui encaissent bien la haute résolution et le tournage vidéo en Full HD. J’emporte normalement une batterie de secours dans mon sac à dos, mais je n’en avais pas lors de ce périple et je n’en ai pas eu besoin.

Par le passé, j’avais souvent pesté contre la sensibilité ISO Auto qui chez Canon ne disposait d’aucune option de réglage, contrairement à Nikon… Ce qui la rendait peu utilisable pour un photographe exigeant (hors de question de laisser l’appareil monter exagérément la sensibilité par faible luminosité, alors que d’autres solutions existent)… Pour la première fois donc, l’EOS 550D permet de fixer une sensibilité maximale à ne pas dépasser en ISO Auto (400, 800, 1600, 3200, ou 6400 ISO). Du coup j’ai pu l’utiliser en toute sécurité, notamment entre 100 et 800 ISO, d’autant que la qualité d’image reste exceptionnelle jusqu’à cette valeur. Mais pourquoi donc a-t-il fallut attendre si longtemps pour une option aussi indispensable ?   

_MG_9811_web_800px

Hors saison il y a plus de moines que de touristes à Luang Prabang. Mais en hiver (saison sèche et touristique), la proportion pourrait s’inverser. Heureusement, 30 minutes de tuk-tuk suffisent à s’extraire de la ville pour découvrir des villages et des paysages authentiques  -  Données EXIF : 1/500 sec – f/6,3 – 400 ISO – 105 – EF 24-105 mm f/4 L IS USM.

 



On peut toujours faire mieux : ce qui me plairait bien…

La prochaine étape pour cette gamme d’EOS, sera peut-être de proposer quelques paliers intermédiaires entre 100, 200, 400, 800, 1600, 3200 et 6400 ISO, comme sur les EOS experts…

Tant il est vrai qu’il existe un gouffre entre 800 et 1600 ISO.Et pourquoi lorsque l’on travail en RAW + JPEG, est-il toujours impossible de supprimer séparément le JPEG, ou le RAW ? Alors que cette possibilité est offerte sur les Canon S95 et G12 ? C’est très utile lorsque la place manque sur la carte, (c’était bien la peine d’ajouter à l’EOS 7D, cette touche RAW façon Pentax servant à basculer ponctuellement en double enregistrement)… Vous me répondrez que de toutes façons, lorsque l’on a goûté au RAW et à Lightroom, on laisse définitivement tomber le JPEG ! Soit…

_MG_5049_web_800px

Contrairement aux Nikon, il n’y a pas d’intervalomètre dans les EOS (automatisation des déclenchements à intervalles définis, utile pour réaliser des time-lapse, ces petit films accélérés qui font fureur sur le net). J’ai du en acheter un et ce n’est pas donné. Voir le résultat sur vimeo.com/vibert. Je rêve d’un intervalomètre embarqué, capable de produire directement des time-lapse en Full HD.

 

J’apprécierais aussi l’arrivée d’une ou deux positions personnalisées (C1, C2) sur la molette des Modes, proposée sur les EOS 7D, 60D et même sur les compact G11 et G12. Et pourquoi pas un petit loquet servant à bloquer cette molette, comme sur l’EOS 60D (bien que la molette du 550D soit moins sujette à tourner lorsqu’on range le boîtier dans le sac).

_MG_7378_web_800px

La profondeur de champs diminue lorsque l’on ouvre le diaph (ici f/5,6), mais également lorsque l’on zoom (ici au 100 mm). Ce qui nous permet d’obtenir de jolis flous d’arrière plan (bokeh) avec le zoom EF 24-105 mm, même s’il est monté sur le petit capteur de l’EOS 550D et malgré son ouverture maximale de seulement f/4 (ce zoom est plus souvent monté sur un reflex full frame).  -  Données EXIF : 1/100 sec – f/5,6 – 100 ISO – 93 mm (soit 148 mm) – EF 24-105 mm f/4 L IS USM.

 

Allez ! Encore un tout petit effort pour atteindre la perfection… D’autant que l’EOS 60D a gagné lui, quelques options intéressantes : par exemple l’applications d’étoiles pour classer les meilleures images au fur et à mesure (de quoi gagner un peu de temps sur l’éditing)… Ou la retouche et la conversion des fichiers JPEG et RAW, directement dans l’appareil (de quoi s’amuser un peu en salle d’embarquement ou dans le bus).

_MG_9609_web_800px

Photographier la pluie n’est pas facile, il faut trouver la vitesse idéale pour « dessiner » les rideaux de pluie… Après plusieurs essais je me suis finalement arrêté sur le 40em de seconde. Ne manquait plus qu’un sujet.  -  Données EXIF : 1/40 sec – f/8 – 200 ISO – 50 mm (c’est à dire 80 mm) –EF 24-105 mm f/4 L IS USM.

 

_MG_9278_web_800px

Ouverture maxi et haute sensibilité (1600 ISO) furent nécessaires pour voler cette image d’un moine en prière. Il ne m’a pas entendu et j’ai eu le temps de multiplier les prises. Au développement dans Lightroom 3, les 1600 ISO restent indiscernables par rapport au reste de la production… On peut les utiliser sans inquiétude.  -  Données EXIF : 1/100 sec – f/4 – 1600 ISO – 105 mm –EF 24-105 mm f/4 L IS USM.

 

_MG_0149_web_800px

Rassuré par la qualité d’image à 1600 ISO, j’ai opté pour la sensibilité ISO automatique (fixée entre 100 et 1600 ISO), pour ce genre d’images ou l’on passe sans arrêt de l’intérieur à l’extérieur… Un peu d’automatisme aide à réagir plus vite.  -  Données EXIF : 1/160 sec – f/4 – 400 ISO – 105 mm – EF 24-105 mm f/4 L IS USM.

 


 

 


Lire aussi à propos de Canon :

  • Canon S90 et viseur externe, l’astuce qui tue !
  • Deux petits accessoires utiles pour le Canon S90.
  • Test terrain : Canon G10 au Costa Rica (en attendant le G11).

 

 


 

 

 

BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Un commentaire

Leave A Reply