web analytics

Présentation du Macintosh en 1984 (séquence émotion)

17
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Quand on y pense, que de chemin parcouru en… 26 ans ! En 1984 pendant que Steve Jobs faisait sa démo, je n’avais d’ailleurs jamais entendu parler de ce « fameux » Macintosh et j’étais en terminale.

Je m’inquiétais un peu pour le Bac, je n’avais jamais encore assisté à une Keynote d’Apple et étonnamment, ça ne me manquait pas du tout… Par contre je regardais Ushuaia le samedi soir, quand je n’étais pas en virée sur mon 103 Pijo. C’est ce qui m’a donné envie de faire ce métier (j’aimais bien aussi les Enfants du rock, j’aurais bien aimé être James Brown mais bon… trop pale ! ). Dans le champs en pente au dessus de la maison, je m’essayais aussi sur les tous premiers surfs des neiges bricolés en fibre de verre, avec des footstraps de Windsurf… Je faisais des photos en N&B avec un Minolta SRT 101, puis un Fuji Baroudeur : quelle époque ! Il n’y avait même pas de téléphone portable, ni d’Internet, inimaginable non ? Comment survivait-on ? Je n’avais jamais gouté un Big Mac non plus… Je me demande si cette année de 1984, n’aurait pas été celle du « grand tournant » ? Pour le meilleur et pour le pire.

Et vous, que faisiez-vous en 1984 ?

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

17 commentaires

  1. Et bien on constate qu’iPapy avait déjà un goût très prononcé pour les mises en scènes grandiloquentes et tonitruantes…
    Ainsi qu’une propension au superlatif tel que insanely great qui nous rappelle les amazing d’aujourd’hui…
    Sur la présentation du mac là par contre on se rend compte qu’il y a des années lumières qui nous sépare de 1984.
    Ce que faisait ce mac parait tellement basique et désuet… que l’on a vraiment du mal à comprendre la quasi hystérie du public !
    Merci pour ce morceau d’anthologie.

  2. Oah ! Dire que j’ai au fond de mon garage un bon vieux MacPlus gonflé à deux Mo de RAM et un disque dur de cinq Mo ! Ca m’avait couté un bras, même si acheté d’occaze !
    Stef

  3. En janvier 84 j’étais en première… et je faisais des photos avec un Minolta SRT 101b.
    Mes souvenirs ne sont pas très précis, mais mon papa universitaire a eu son Macintosh dès cette année là, ou l’année suivante, si bien que j’ai pu très vite m’adonner aux joies de MacDraw et du formatage de disquette.
    Je crois même que, dès 86 (ou 87?), un copain pianiste de jazz pro est venu à la maison avec un clavier MIDI, une interface et un Cubase… le Macintosh a conditionné ma vie (professionnelle et culturelle) pour toujours.
    PS: au jour d’aujourd’hui je n’ai encore jamais posé le doigt sur le bouton « ON » d’un PC Windows.

  4. Pour ma part, je devais être en 5eme ou 4eme. Je connaissais déjà l’univers Apple puisque mon père avais un lisa ! Puis un Apple II. Et enfin, un macintosh vers 1986 si ma mémoire est bonne.. On peut dire que MacPaint a changé ma vie puisque je suis graphiste depuis 15 ans.
    Et quand j’ai fait un BTS de communication visuelle en 1990, c’était les débuts de la PAO avec illustrator 88 et studio 8 puis studio 32. Photoshop est arrivé après. Je crois que c’était la version 2.
    Par la suite, vers 1994, mon premier Mac a été un performa. J’étais alors au arts deco.. C’est a ce moment la que j’ai fait mon premier échange de fichier réseau. Il fallait appeler le modem du correspondant, pour pouvoir lui envoyer un fichier.
    Souvenir.. Souvenir.. :-)

  5. Quand je pense au spot publicitaire:
    http://www.youtube.com/watch?v=HhsWzJo2sN4
    Et à ce qu’est devenu Apple aujourd’hui…
    En gros tout le contraire de ce qu’il prêchaient alors…
    Ça me rend un peu triste…
    ••••
    J’ai quand même eu mon premier Mac en 1984… et mon premier Apple ][ en 1983. Et de ce jour j’ai toujours été fidèle à Apple.

  6. Moi ce qui me ferait peur, c’est qu’un jour iOS remplace tout simplement Mac OSX !
    Lire ce qu’avait écrit JF à ce propos :
    http://www.macandphoto.com/2010/07/apple-préparerait-un-macbook-air-11-pouces-sous-ios4-.html
    Ajoutez à cella cette petite info qui en dit long sur ce qui se passe :
     » Une étude de comScore montre que les jeunes (15-24 ans) internautes français utilisent de plus en plus leurs smartphones, et de moins en moins leurs ordinateurs, pour 3 tâches cruciales de leur présence en ligne : courriels, réseaux sociaux et messagerie instantanée.  »
    http://www.macgeneration.com/news/voir/162701/jeunes-le-smartphone-supplante-l-ordinateur
    … et vous comprendrez que les constructeurs de smartphone d’iPad exct… nous préparent une belle génération d’assistés : de simples consomateurs de multimédia ! Plus des utilisateurs d’informatique… Plus des lecteurs, mais des consomateurs passifs.
    Avec ces nouveaux système d’exploitation, il sera en effet plus rapide et facile de « consommer »… on aura plus besoin d’apprendre à utiliser son ordinateur. Plus de « traitement de texte », plus besoin de « chercher » sur Google… Tout nous tombera tout cuit dans le bec, pret à consommer (à acheter). Il suffira aux publicitaire de traker nos goûts sur Facebook !
    Si Apple remplace MacOSX par iOS : il n’y aura plus de virus, plus de pirates, plus rien à gagner, on deviendra passif devant nos iTunes.
    Il n’y aura plus besoin de lire non plus, les quotidiens en lignes (sur l’iPad et ses successeurs) seront de plus en plus « interactif », animés, Multimédia : comprendre on regardera des vidéo, plutôt que de se casser la tête à lire…
    Quand je vois la tournure que ça prend : ça fait peur !

  7. J’ai eu moi aussi un de ces mac « boite grise », çà devait être un mac plus d’occase vers 1990.
    J’avais été inoculé à la fac, où c’était l’ordi de base, après les premiers pack « traitement de texte » amstrad (ordi +imprimante), qui avaient déjà représenté une sacrée révolution.
    En 1987-88, j’avais envisagé d’acheter le mac se mais çà coutait 20 000 francs: j’avais acheté une moto à la place ! :-)
    Je rallume le mac plus des fois, et je suis sidéré de la basicité du truc: pourtant il n’a que vingt ans…

  8. Dire que j’ai acheté le Powerbook 140, la modique somme de 29.000 Francs (4400 €) en 1991 ! Soit la quasi totalité de mes économies d’étudiant (gagnées comme moniteur de voile et en vendant quelques logos à des marques de snowboard)…
    C’était fichtrement cher !

  9. En 1985, j’achetais mon premier mac avec un second lecteur de disquettes : 18 000 F, une horrible imprimante matricielle… :-) et je parle pas des premiers modem qui sont venus se connecter dessus pour une émulation minitel

  10. @ 1984 :
    Pas d’inquiétudes pour OSX, parce que nous autres pros aurons toujours besoins de grosses apps et de matériel dédié (son, infographisme, vidéo, architecture…).
    Mais, comme dans le reste des usages technologiques, il est évident que, le temps passant, un fossé va se creuser entre les usages grand-public et les usages pros : c’est une évolution logique des pratiques et des stratégies commerciales qui en découlent.

  11. Je m’en souviens, je travaillais chez un revendeur d’ électronique en province et nous vendions des Apple II… mon collègue, responsable informatique est allez à une présentation chez Apple aux Ulis…
    en revenant, et après avoir vu le Mac, il m’a dit « …il y a de l’avenir chez Apple…

  12. En réponse au premier commentaire d’arnaud qui à dis :
    « Ce que faisait ce mac parait tellement basique et désuet… que l’on a vraiment du mal à comprendre la quasi hystérie du public ! »
    On étais en 1984, je n’avais que 7 ans , mais je me souvient bien que les PC d’alors étais loin d’égaler ce mac comme le MO5 sortie la même année.
    D’ailleurs mon premier ordinateur , un thomson MO16 acheté en 1989 étais loin lui aussi de ce que proposais ce premier MAC, 5 ans après pourtant.Remis dans le contexte c’étais vraiment révolutionnaire.

  13. en 1984, un pote me prête ce machin qui servait a faire de la compta.
    Tudieu! me dis-je, vala un outil!
    et vas-y que je te dessine les plan d’inventions perso, CAO et PAO, donc.
    J’ai subodoré ce potentiel dessin et ce qui allait devenir la PAO, (pour la compta à l’époque, le DOS était objectivement plus performant pour l’utilisateur final, des chiffre des flèches c’était impec et la souris et l’interface graphique n’amenais aucun gain en efficacité pure).
    Cela étonnera mais à l’époque évoquer le potentiel PAO et micro publication, même avec preuve a l’appui ne convainquait pas, y compris chez les premiers possesseurs de Mac.
    Il en fut de même, a la sortie du NEXT, quand j’évoquait les possibilité de l’hypertexte et ce qui deviendra le net.
    Depuis je suis TRES circonspect et absolument pas Macmaniaque et je considère, que le Mac est aussi dans l’inversion actuelle ( valuers et autre) à l’antipode de ce que c’était et de l’esprit des premières années.
    1984 ? je considère le Mac et la « I » Mania, comme un totalitarisme que s’imposent eux mêmes les dévots qui ont perdu tout esprit critiques pour la plupart et ne sont devenu que des neu-neux évangélistes à l’opposé de « l’outil » et de la noblesse de ceux qui le tiennent.
    D’ailleurs un Apple store c’est le decor du cauchemar Orwelien et aussi celui d’autre anticipation sur le totalitarisme.
    Mais ce que n’avaient oser imaginer les auteurs ou les tyrans, c’est que ce serait les gens qui finitraient par réclamer eux même ce totalitarisme et payerais pour cela.
    remenber = les pub Aplle décrivant le mac comme le remède a  » 1984 « , et si le médicament était devenu le poison ?
    http://www.dailymotion.com/video/x1fnal_apple-1984_ads
    Mocket ,jamais  » croyant « .
    la seule chose que je crois c’est lque a bêtise bêlante, la dévotion, la fanatisme, la démission devant la facilité est capable de dévoyer les meilleures choses .
    j’aimerais écrire des bêtises, vraiment.

  14. En 1984, je terminais mon diplôme d’études en arts appliqués Photographie au Cegep de Matane au Québec! Eh oui, déjà 26 ans! Je ne pensais pas que je serais un Mac Addict à cette époque.

Leave A Reply