web analytics

Migration des catalogues, Lightroom 3 est dispo

32
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Un jour c’est le nouvel iPhone 4 ( tellement en avance sur le reste de l’industrie ), le lendemain c’est Lightroom 3 ( génialement polyvalent et terriblement efficace ), par ici la page de téléchargement en Français. Certains jours, tout arrive en même temps et l’on ne sait ou donner de la tête, devant tant de progrès et d’intelligence à portée de clic… 

0000_screencopy_JFV_ 79

Alors, plutôt que de lister toutes les nouvelles fonctions de la bête (je l’avais déjà fait très bien ici), prenons un peu de recul. Avec deux outils aussi fantastiques annoncés à deux jours d’intervalle, on se dirait presque, que l’on vit une époque formidable ! Si l’on regarde dix ans en arrière : avouez que l’on aurait même pas rêvé de pouvoir un jour classer et retoucher nos images aussi rapidement, de façon non destructive et en RAW de surcroît !

On aurait encore moins rêvé qu’il serait possible de « monter » des vidéo HD du bout du doigt… Sur un minuscule écran dont la résolution est désormains supérieure, à celle des plus beaux magazines imprimés sur papier glacés ! L’iPhone 4 est digne des plus incroyables gadgets de Star Trek et c’est vraiment génial, exitant, exaltant…

Malheureusement dans le même temps, il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir sur d’autres fronts. Je me demande si les gens sont vraiment conscients de l’ampleur de la catastrophe qui persiste à se dérouler dans le Golf du Mexique… Le pétrolier BP est très loin d’avoir résolu le problème : leur entonnoir ne récupérerait qu’un tiers du pétrole selon certaines sources. Et la solution du puis de dérivation ne sera pas opérationnelle avant le mois d’août (au mieux). Une catastrophe sans précédent, qui en annonce d’autres du même genre et qui d’une façon ou d’une autre finira par affecter tous les habitants de la planète, tant les équilibres océaniques (dont on ne parle pas souvent) sont vitaux à notre survie à long terme.

 


Soyons clair : il ne s’agit plus de sauver quelques baleines, pélicans, ni même quelques espèces exotiques particulièrement menacées… La crise environnementale s’annonce plus grave : elle menace probablement à moyen-long terme l’avenir même d’une bonne partie de l’humanité. Il est étonnant de constater à quel point nos contemporains occidentaux l’ignorent (malgré tous ces Cassandre qui font plutôt bien leur boulot). Probable que les gens préfèrent ignorer ces réalités, faute d’être en mesure d’imaginer la moindre parade au niveau individuel…

Ainsi, cinq jours sur sept le monde contemporain nous semble absolument formidable et nous ignorons notre situation réelle. Est-ce la conséquence du « champs de distorsion » que génèrent parallèlement les grandes découvertes scientifiques et les progrès technologiques ? Toutes ces choses enthousiasmantes qui imprègnent désormais notre quotidien, à travers le net et grâce à des gadgets aussi magiques que l’iPad, ou ce nouvel iPhone que nous avons déjà le projet d’adopter ?

Je lis quotidiennement la presse scientifique sur le net et systématiquement, je suis enthousiasmé par ce que j’y trouve. Tenez, au hasard : le fait que l’on ai découvert dans notre génome, quelques 4% de l’ADN de Neandertal ! Pour ceux qui ont potassé cette question, voilà une nouvelle absolument fantastique. Tout autant que l’arrivée de l’iPad, même si elle intéresse moins de monde…

Malheureusement dans le même temps, il faut quelques suicides chez un sous-traitant Chinois d’Apple (Foxcon qui n’est pas le pire bagne d’Asie, vraiment très loin de là), pour nous rappeler que notre bonheur high tech n’existe que grâce (seulement grâce, ou plutôt « à cause ») du quasi esclavage volontaire de millions de travailleurs asiatiques (pas seulement Chinois).

Des jeunes gens qui passent les plus belles années de leur vie, enfermés dans des usines pour assembler à la chaîne nos ordinateurs et téléphones… Voudriez-vous d’une telle vie ? Qui voudrait d’une telle vie ?

Six jours sur sept. Dix heures par jours, pour un salaire de misère et sans aucun espoir d’ascension sociale ou de vie meilleure (du moins pour la plus grande partie d’entre eux)… Voudriez-vous d’une telle vie ? Renonceriez-vous à votre iPad pour éviter cela ? Evidement la question ne se pose pas en ces termes…

Mais tout de même : voudriez-vous d’une telle vie ? Il faut avoir un peu voyagé pour prendre consciente « de visu » de certaines choses. Que pensez-vous du fait, que notre consommation informatique est la cause (ou peut-être la conséquence), de cette vie là… Dont personne ne voudrait. Il serait d’ailleurs intéressant de connaître le nombre de travailleurs nécessaires en Asie (occupés à ce qu’on a dit), pour satisfaire aux besoins d’un seul utilisateur d’iPhone chez nous.

Bon… Notre bonheur technologique est à ce prix : pétrole détruisant définitivement l’écosystème océanique donc notre avenir (et il en faudra encore beaucoup du pétrole et des catastrophes inévitables dans les décennies à venir ! De quoi finir proprement le beau travail de destruction inauguré par BP). Et populations entières, asservies à un travail idiot, répétitif et sans espoir. 

Plus que jamais, le monde marche sur la tête avec enthousiasme et un allant qui ne se dément pas… Pendant les les version d’iPad et de Lightroom s’enchaînent, les travailleurs Chinois ne lisent pas Zola : pas le temps ! Ils ne gardent pas non plus un très bon souvenir du petit livre rouge, ni du cousin Karl. Mais d’ici (avec le recule que nous avons en occident), nous pouvons nous poser la question : que se passera-t-il dans les usines Chinoises d’ici quelques années, lorsque nous en seront à Lightroom 5 et à l’iPhone 8 ? 

Et pire encore d’ici 15 à 30 ans, lorsqu’il n’y aura plus assez de pétrole bon marché pour alimenter les centrales électriques nécessaires aux « fermes de serveurs » de l’Internet terabit de demain ? Je n’ose l’imaginer…

BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

32 commentaires

  1. Ton plus bel article depuis le début de ce blog, et la raison même qui m’ a fait réfléchir et abandonner le mien ! Complexe tout ça..
    Monde de merde comme disais un certain Habitball

  2. Eric (Japon) on

    … et bien oui, raison de plus pour faire le bien autour de nous et surveiller notre alimentation, notre consommation energetique, nos depenses, nos relations avec l’autre quand on voyage, notre propre gestion des dechets, notre facon de nous deplacer…
    J’aimerais que tous ces themes soient abordes en France par les ecoliers pendant des cours d’instruction civique, mais apparemment le monde marche sur la tete et les incivilites se multiplient… sauf peut-etre au Japon et en Suisse.

  3. En effet bel article ! Ca change du nouveau gadget top moumoute qui devient désuet 15 jours après son acquisition..
    J’ai fait un choix personnel, j’essaye d’acheter que des biens durables, mais c’est pas facile dans notre métier.
    Je rentre des Seychelles ou la vie est paisible, et ou la conscience environnementale fait partie des valeurs nationales. Si là bas l’écologie est un concept avant tout touristique, on sent que le citoyen moyen a conscience de son impact sur son environnement et au final la nature est bien mieux préservée qu’ici. J’ai eu la chance de voir des merveilles préservées à Aldabra, mais pour combien de temps ?
    Même avec une si belle mentalité on assiste à des abus, la construction d’un affreux bâtiment au sommet de l’île de Mahé qui se voit à plus de 70 km, réalisé a grand coup de lobbing et de dollars pétrolier d’un check des émirats pour ça jouissance personnel, au mépris des habitants de la capitale de l’archipel dont l’eau de source est devenue impropre à la consommation à cause du chantier…
    En fait, rien n’est gagné, car même au paradis, la nature humaine a ses travers qui pousse l’homme à succomber au même vice rectangulaire et vert, barré du trait en signe de stabilité. Ca ne durera qu’un temps.

  4. « Renonceriez-vous à votre iPad pour éviter cela ? Evidement la question ne se pose pas en ces termes… »
    Et pourquoi pas? Je veux dire, il est grand temps de resister à la grande société de consommation, Jobs dit, une fois que vous avez gouté à l’Iphone 4, vous n’arriverez plus à revenir en arrière…
    Evidemment, les technologies avancent mais la question qu’il faut se poser c’est quel coût environnemental et humain pour ce petit gadget qu’est l’Iphone, combien de batteries lithium dans les décharges (faut pas se leurrer la majorité gens jette purement et simplement leur portable à la poubelle). Alors voilà aujourd’hui l’Iphone 3GS est devenu obsolète pour un grand nombre de Geeks, il va falloir courir acheter le 4 puis demain le 5…Ainsi va la vie mais est-ce bien raisonnable.
    Personnellement, je me pose désormais systématiquement les questions suivantes avant d’acheter un produit polluant, en as tu réellement besoin, ne peux tu pas de contenter de ce que tu as déjà, cet achat peut il attendre encre un peu…et je suis passé maitre dans l’achat d’occasion.
    Quand on regarde froidement dans quel état est notre planète on peut se poser sérieusement la question de savoir combien de temps il nous reste encore.
    L’homme est-il un parasite? la réponse est probablement positive

  5. Mgr Danielou on

    Elle est pas belle la vie?
    plein de jouets et une « délicieuse » cupabiilté…
    et JF en Epecptase.
    Epectase : Ce terme a été emprunté par J. Daniélou à Saint Grégoire de Nysse pour désigner la conception de la perfection chrétienne élaborée par le grand cappadocien : alors que pour les grecs, la perfection était synonyme d’achèvement et de finitude, selon Grégoire elle consiste, ici-bas et dans l’éternité, en un progrès et une tension sans fin […] (cf J. Daniélou, art. Contemplation, Mystique de la ténèbre chez Grégoire de Nysse et Platonisme et théologie mystique). Cette doctrine s’inscrit dans une tradition dont on peut discerner les premiers linéaments chez Saint Irénée et Origène (cf H.Urs von Balthasar, Parole et mystère chez Origène), et que les auteurs ecclésiastiques ont exploitée diversement. […]
    in Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, dans lequel vous pourrez consulter la suite de l’article.
    Dans l’article Contemplation cité, au D. Mystique de la ténèbre chez Grégoire de Nysse, signé J. Daniélou, on peut lire au paragraphe « L’épectase » :
    L’expérience suprême de Dieu , que constitue l’extase, n’apparaît pas en effet seulement comme un fait qui ne ferait que se répéter, semblable à lui-même. Mais il comporte une croissance infinie. Si Dieu ne cesse jamais d’être ténèbre, l’âme avance à l’intérieur de cette ténèbre. Rien n’indique d’ailleurs mieux le caractère positif qu’elle présente. […]. Cette tension de l’âme est désignée par lui [Grégoire de Nysse], une fois par le substantif « epektasis » (44, 888a). C’est pourquoi j’ai désigné cet aspect de la vie mystique par le terme d’epectase. […]
    Une autre défintion, plus actuelle= crever d’un orgasme devant Sarah Palin ou Steeve Job ( selon ses preférences )
    ou la dernière fonction d’un jouet ou d’un soft.
    Hin, hin.
    Drill, baby, drill!
    http://www.youtube.com/watch?v=k9L9d28W1Sc&feature=related

  6. Oui, parlons-en ! Tu as raison ! Mais pas seulement.
    J’ai l’impression que sortir de l’engrenage ne peut pas se faire à moitié. Ca fait un moment que j’essaie de ménager la planète à ma manière, mais aussi continuer à avancer dans mon métier avec les outils d’aujourd’hui : Engrenage.
    Et bien très vite, je m’aperçois qu’à part fermer le robinet pendant que je me frotte les dents, je continue à 99% du temps à avoir des comportement et des choix qui vont dans le sens de la catastrophe. Et pourtant j’ai bien conscience du problème ! Donc ce n’est plus un problème de conscience ; ce n’est plus un problème de déculpabilisation (ça c’est le stade du « fermer les robinet pendant que vous vous frottez les dents… » risible…), c’est un problème d’ACTION.
    Je me demande si finalement, il ne faudrait pas radicalement changer de mode vie, individuellement, c’est à dire passer à l’ACTION, changer de métier quand celui-ci va dans le sens de la catastrophe, ou le réorienter pour le mettre en phase avec sa conscience. Et là, même si c’est dure et déroutant, les autres pour l’instant moins conscients ou effrayés par tant de changement d’habitude, vont progressivement s’apercevoir qu’on peut vivre heureux (bien plus !?). Et peut-être à leur tour pourront-ils eux aussi faire le GRAND tournant !
    Je pense que la démarche doit être avant tout personnelle (méfiez-vous des sectes, même s’il n’y en a pas tant qu’on veut nous le faire croire) ; se remettre en phase avec ses convictions profondes, dans tous les étages de sa vie. Et là, via nos métiers ( = nos passions ) irradier cela autour de nous. A ce niveau là, il n’est pas certain que nous ayons tant besoin d’un iPhone 4… il risque vite de nous sembler totalement… comment dire… inutile. Il risque vite de se transformer en une magnifique peau de saucissons que l’on enlèvera bien vite de devant les yeux.
    Mais peut-être que pour FAIRE tout ça, il faut du COURAGE, vraiment, et de la CONSTANCE. Accepter de se retrouver SEUL aussi, pendant un temps. Et au lieu de se demander « qu’est ce que je fais dans la vie ? », se demander « qu’est ce que je vais faire de ma Vie ? ». C’est pas pareil dutout.

  7. Très bon article qui à la fin ne cadre plus avec l’intention première.
    (Comme si les priorités objectives avaient été ressuscitées l’espace d’un instant)
    —> changer le titre ?

  8. très intéressant article
    personnellement je ne crois pas à la bonne volonté des peuples sur le fait de s’auto-empêcher de consommer ou polluer. L’homme n’a jamais su contrôler ses désirs.
    Le pire est que le modèle des pays pauvres est le mode de vie occidental, qu’ils voient à la télé, donc quelque part la planète entière désire un iphone.
    Le plus probable est que comme d’habitude, c’est suite à d’énormes catastrophes que quelques lois internationales seront votées, avec sanctions à la clé, amendes, peines de prison… etc
    Je ne pense pas que la catastrophe BP sera suffisante pour faire bcp bouger les choses… (moratoire de seulement 6 mois sur les exploitations en mer décidé par Obama…), il en faudra malheureusement surement d’autres…
    regardons l’exemple de la sécurité routière : pendant des années de la prévention a été faite, et c’est seulement à partir du moment où des radars ont été mis en place que les comportements ont commencé à changer et les accidents à baisser. De même c’est quand le thon rouge aura disparu à l’état sauvage qu’on en interdira la pêche et qu’éventuellement on interdira d’autres types de pêche d’espèces menacées.
    Bref à mon avis il ne faut pas compter uniquement que sur une auto prise de conscience du peuple mais plutôt sur des sanctions, bref sur une volonté politique malheureusement…
    Nous pouvons influer sur les politiques par notre vote un petit peu certes, mais je crois maintenant plutôt au buzz internet, aux médias (sous toutes leurs formes) ou aux sondages d’opinion, qui influencent souvent plus les décisions politiques et donnent un écho de l’air du temps et du ressenti des populations à nos dirigeants. Et il faut pour cela souvent quelques leaders d’opinion qui vont créer des associations ou faire du bruit, car le monsieur tout le monde n’a pas souvent l’âme d’un militant, il écoute plus facilement ses désirs immédiats.

  9. He ben ! Vous êtes en forme les gars !
    Hier soir, j’étais à une conférence sur la biodiversité donnée par mon pote Michel Pascal, dit Ratator pour ceux qui le connaissent à la TV.
    Conférence passionnante comme d’habitude avec Michel.
    Ensuite vinrent les questions du public. Là, certaines personnes ont posé de vrais questions , bien au-delà de l’impact de l’homme sur les écosystème.
    L’homme est lui même non seulement le principal vecteur des espèces invasives, mais surtout, il EST LUI même une espèce invasive. C’est même toute l’histoire de l’humanité.
    On régule les espèces invasives comme on peut, et si on peut. Les modèles écologiques (biologiques, ici on parle de biologie, pas de politique) montrent comment un système fermé se crashe facilement sur lui-même quand le prédateur (ou brouteur) principal pullule et fait n’importe quoi.
    EN gros, si on remet tout ça en perspective à l’échelle de la planète Terre, notre écosystème en gros, ben de toutes façons, c’est inévitable, on va direct dans le mur. Comme pour la Morue, comme bientôt pour le Thon en Méditerranée, quand la ressource aura atteint le seuil de non retour (pour faire simple), tout s’arrêtera.
    Donc pas panique, l’homme est en train d’épuiser son milieu, rien de l’arrêtera. L’issue est fatale. DE toute façon, comme le rappelait justement Ratator hier soir, la durée de vie moyenne d’une espèce, c’est 2 millions d’années. Mais bon, on ira pas jusque là.
    Maintenant, si on peut UN PEU prolonger la durée de vie de nos écosystèmes et des espèces qui y vivent, c’est à dire NOUS, c’est pas plus mal. Mais purée, il y a du boulot.
    D’autant que lorsqu’un président de la République sort devant un parterre de journaleux assoiffés de conneries : « l’écologie, l’environnement, y en a marre, ça commence à bien faire » et bien, on se dit que c’est pas gagné…

  10. Jusqu´ici ce qu´a déversé BP dans l´Océan est terrible, mais l´Amoco Cadiz a déversé beaucoup plus en seulement quelques jours sur nos côtes bretonnes. Les américains n´étaient pas aussi outrés à l´époque car cela se passait loin de chez eux et la responsabilité de la catastrophe incombait à une société américaine et non à une société étrangère comme BP. Les maires de nos petits villages durent aller eux-mêmes en procès à Chicago (!) pour obtenir un dédommagement.
    Et qu´en est-il de toutes ces forêts primaires perdues à jamais qui continuent de disparaître à cause de multinationales pétrolières, pharmaceutiques et alimentaires américaines, anglaises, canadiennes, françaises, chinoises, brésiliennes … ? Il n´y a pas de marée noire spectaculaire mais le résultat est tout aussi catastrophique pour notre avenir.
    Les gens sont plus ou moins conscients mais comme les fumeurs ils sont accros à leur mode de vie pour lesquels ils sont formatés depuis tout petits et finalement ils achètent, ils consomment toujours plus en s´imaginant que le lithium est tellement plus écologique que le pétrole, que l´iPhone nouveau changera leur vie alors qu´il n´en est rien et qu´il en détruit d´autres par ailleurs, qu´ainsi va la logique du monde et que nos actions n´y changeront pas grand chose, comme en politique tout est joué d´avance. Pourtant résister un peu aux sirènes de la consommation ou de la nouveauté à tout prix est déjà un grand pas.
    Le coût salariale sur un produit comme l´iPhone est de 5%, l´augmentation de salaires chez Foxconn ne pèsera donc pas grand chose sur le prix de vente final, qu´ont-ils donc attendu pour les augmenter ? Ils n´ont pas d´excuse, ni Foxconn, ni les sociétés comme Apple qui ne se préoccupent de l´humain et de l´écologie que lorsque les scandales éclatent et nuisent à leur si « belle » image.

  11. A tous les pessimistes : Si l’homme est capable des pire choses, alors ils est capable des meilleurs… avec un beaucoup d’humilité justement.
    Baisser les bras ? Ah super ! Bel esprit ! Nous avons foutu la merde, et maintenant ça m’arrange bien que ce soit trop tard, comme ça je continue avec l’iPhone 4, puis 5, puis 6… parce que… à quoi bon ? Quelle lâcheté ! :-o
    C’est fou comme d’un coup le débat LR / AP semble dérisoire. Je serais beaucoup plus intéressé par quelques photos qui, par ce qu’elles raconteraient, pourrait « toucher » d’inconscient collectif autrement que pour vendre une crème de beauté de plus. Et là, LR ou AP… Hihihi :D Amis photographes, elle est aussi là notre responsabilité.

  12. L’analogie avec la cigarette est assez pertinente. Je discutais récemment avec un type qui a participé aux enquêtes post-Xynthia en Vendée. Il s’offusquait à juste titre : « comment les gens ont pu être assez cons pour construire leur maison alors qu’ils savait que la zone était inondable? » En disant cela il allumait clope sur clope. Je lui ai fait cette remarque qui l’a laissé pantois : « et toi qui fume comme un pompier alors que tu sais que c’est mortel ? ».
    Pour l’écologie, c’est la même chose. On est accro à notre mode de vie, on sait ce qu’on risque mais on n’a pas les ressources morales collectives pour modifier le cours des choses. Alors on y pense et puis on oublie.
    Moi qui me fais chier (avec ma femme) à laver les couches de mes gamins, j’ai acheté deux voitures en moins d’un an parce que je me suis installé à la campagne. C’est con, mais comment faire ?
    Et JF qui a du vague à l’ame en ce jour pluvieux, reprendra dès demain le fil quotidien de sa vie en s’emmerveillant sur des capteurs dont le silicium est pillé dans des pays d’Afrique et sur des batteries au lithium qui finiront demain dans l’océan, avant de s’envoler pour un nouveau surf session en hélicoptère.
    J’y pense et puis j’oublie, c’est la vie, c’est la vie.

  13. « Moi qui me fais chier (avec ma femme) à laver les couches de mes gamins »
    J’espère que tu les laves dans l’eau de l’étang et pas avec de l’eau potable quand même…

  14. Ben, woui… t’es dans le vrai. Mais comment faire autrement. Il faut bien continuer à gagner sa vie. Si un trip en héliski fait partie de mon métier, c’est comme ça. Il est pour moi difficile de faire autrement (en même temps l’hélsiki, j’en ai fait quelques dizaines de journées dans ma vie ça reste un truc totalement exceptionnel qui compte pour peanuts dans le bilan Carbone d’un e vie entière)…
    D’ailleurs j’ai pas de voiture et je vais bosser en Vélib. Donc j’ai droit a un petit crédit héliski. EN plus je vis en ville (donc mon habitation est infiniment plus éconnomique en terme d’impact qu’une villa individuelle, surtout à plusieurs km du lieux de travail).
    Donc tout est très relatif… (je ne cherche pas à défendre mon cas, juste à démontrer que tout est relatif).

  15. Le paradoxe dans tout ca, c’est que notre salut, s’il existe, viendra des progrès technologiques et biologiques, donc de la recherche… Mais la recherche est financée en grande partie par le privé, financé lui même par la consommation (oui je sais, il y a des subventions publiques, mais elles sont indirectement liées à la consommation des ménages)… On pourrait faire le raccourci et aussi bien dire que quand on achète un iphone 4, on contribue à faire avancer les choses d’un iota. La fuite en avant en fait. Disons que la course contre la montre est lancée, j’espère ne plus être là pour le sprint final ! tic, tac, tic, tac…

  16. Je me demande si c’est pas le sprint final qui commence justement.
    Alors si vous flipper pour vot’ pomme : barrez-vous loin. En revanche, si vous voulez faire votre part, c’est ici et maintenant.
    Et voilà… blablablablabla… Peut-être que si on coupait la parole des humain, il y aurait plus d’action.

  17. ça c’est un fil qui n’aura pas de fin !
    Mais bon, On ne va pas non plus refaire le monde à ce comptoir !
    Ce sont les efforts de chacun qui feront la différence un jour. Enfin peut être.
    Bon, n’empêche, LR3 c’est vraiment bien !
    :o)

  18. Abbé Cédaire on

    Sur que si ce les conneries qu’on écrit était des cris de mouettes, on souhaiteraient une  » nom de dieu » de marée noire pour faire taire les mouettes ;o)

  19. Le sprint final, ça fait longtemps qu’il a commencé. Nous devons arriver à pouvoir ne plus être dépendants des energies non renouvelables et matériaux non recyclables avant leur épuisement. Autrement nous vivrons fatalement un retour en arrière définitif : la machine ne pourra plus jamais être relancée, faute d’energie et matériaux facilement disponibles. On nous promet la fusion pour dans quelques dizaines d’années. Tiendrons nous jusque là?

  20. Intéressant!
    Je viens d’écouter une chronique de France Info sur le non gaspillage, et ce qui m’a sauté aux oreilles c’est l’expression « faire des économies »… Or, j’ai l’impression que c’est un peu le chien qui se mord la queue! J’explique : notre économie repose sur la consommation. Si nous consommons mois, cela fait moins de ventes de biens, du chômage et une crise économique!
    Autrement dit, « faire des économies, c’est tuer l’Economie » ! Alors, comment se sortir de ce cycle infernal ???

  21. on ne peut pas se sortir de ce cycle infernal, il faudrait tout revoir de A à Z et c’est mission impossible.
    Mais j’espere avoir tort

  22. on ne peut pas se sortir de ce cycle infernal, il faudrait tout revoir de A à Z et c’est mission impossible.
    Mais j’espere avoir tort

  23. l’iPhone 4 en avance sur son temps faut pas exagérer non plus. Certes c’est un bien bel outil, hautement pratique et il est probable qu’il remplacera mon 3G que je trouve de plus en plus « lent ».
    Mais la visio par exemple, j’en faisais déjà il y a plusieurs années avec un vulgaire Nokia. Ce truc n’a jamais marché en Europe pour des raisons de coût des communications. Je me demande si la sauce va prendre une fois que FaceTime sera libéré du Wifi. Perso j’en doute. Qui utilise iChat en mode vidéo ?

  24. Bravo, Jean-François ! Fais-nous encore des articles de cette veine. Tu vois, ils sont appréciés. Et ton site, de technique et pointu, gagne en humanité, en profondeur et en hauteur. Bravo aussi pour les commentaires.

  25. Je ne pense pas qu’il faut avoir voyagé, en particulier en Asie, pour se rendre compte de ce qui se passe. Mais on peut y faire quoi au final ? L’occident s’est engagé dans une spirale infernale il y a de nombreuses années déjà. Trouvant une « main-d’oeuvre » de quasi « esclaves » bon marché, dans des pays faisant fi de toutes règles sociales et environnementales, de nombreux industriels se sont « rués » sur la Chine (entre autres) afin de garnir d’un joli matelas de billets les actionnaires. Si au tout début de cette aventure les dirigeants occidentaux avaient établi des taxes d’importation ultra sévères, nous ne serions pas aujourd’hui dans la merde dans laquelle nous sommes.
    Comme si cela ne suffisait pas, les gangsters qui dirigent nos belles démocraties ont établi des règles et taxes en tout genre, aidés par des syndicats prêts à foutre la merde pour un oui ou un non, tuant ainsi encore un peu plus la compétitivité de nos entreprises.
    Même chose pour ce qui concerne l’europe (que pour ma part je souhaite voir crever). On a ouvert en grand nos frontières aux pays de l’est notamment amenant ainsi non seulement une certaine violence mais aussi de la main d’oeuvre sous-payée. Je suis toujours effaré de voir le nombre de poids lourds immatriculés PL, SK, LT, H sur nos routes.
    Quand j’envoi un ordi d’un client en réparation, il y a 10 ans, il était réparé à chez HP à Bruxelles. Aujourd’hui, il est réparé en Pologne !!! Faut pas avoir fait polytechnique pour se rendre compte de l’impact écologique de tout cela.
    Et le dernier aspect de cet impact écologique c’est que les gens veulent tout, tout de suite et tout le temps : des fraises en hiver (venant d’Espagne par camion) en est le plus bel exemple.
    Enfin, JF tu nous parles souvent de l’Asie, mais il ne faut pas oublier l’Afrique et ces mines de Coltan (un reportage est passé il y a quelques semaines), un truc nécessaire à la fabrication de nos portables. Et là c’est mille fois pire que ce qui se passe en Asie.
    Non vraiment quel monde de dingues.

  26. ahh le coltan…
    pas vu ce reportage, mais le problème est connu depuis des années.
    Le Congo est ainsi mis à sac pour nos portables. entre autres…
    Bref.
    Aller, ne goute d’eau (spéciale dédicace pour JFV) : http://www.mountain-riders.org pour nettoyer la merde des skieurs du dimanche après la fonte des neiges…
    ça a l’air sympa leur assoss. Tu connais JF non ?

  27. À propos de la marée BP, revoir le remarquable court métrage oscarisé « Logorama », fin prémonitoire, non?
    En tout cas merci de cet article (et pour le rappel des «Forçats du cybermonde» aussi, que je viens de voir). Pour être constructif, de mon point de vue je dirais que l’important est d’avoir conscience de la portée de nos actes et surtout du -pourquoi?- de ces actions…

  28. J’agrée, d’autant plus que le changement climatique en tant que tel est vraiment un moindre souci. D’autres problèmes écologiques sont bien plus graves et important et personne (ou presque) ne s’en préoccupe.
    Comme par exemple les sites de mort dans certaines zones côtières
    http://www.manataka.org/page1855.html
    La surpèche au chalut, le déversement de produits toxiques dans les nappes phréatiques et finalement dans les mers et les océans, sans parler des déchets solides qui forment de véritables continents flottants sur les océans, etc, etc, etc…
    Ceci dit, c’est impressionnant de voir à quel point une grande société pétrolière comme BP se laisse dépasser par les événements. Une si petite fuite de rien du tout, un petit bout de tube cassé (par 1500m de fond, faut le dire) et ils n’ont rien prévu pour colmater d’éventuelles fuites (pas terrible la gestion du risque…). Faut aussi dire que la gestion de la crise est pas terrible non plus.
    Tout ça, me fait penser à ces films de fin du monde (vivant) comme « the road », « the book of Eli », etc et me laisse comme une impression que l’on s’en rapproche plus que l’on ne s’en éloigne.
    Heureusement que l’homme n’ai pas encore réussi à coloniser d’autres planètes.
    Bref, tout ça pour le dire, mais j’aprécie tout de même l’arrivée de l’iPhone 4 et de LR 3 ;o)
    Heureusement pour nous qu’il y a des grandes voix qui commencent à se faire sentir et qui nous montrent que l’on peut réagir.

Leave A Reply