web analytics

Le pinceau d’Aperture crée des masques tif…

24
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

On avait cru depuis la sortie d’Aperture 3, qu’Apple avait fait une croix sur la conversion en tiff, qui était nécessaire au plug-in « Dodge and burn » d’Aperture 2, pour utiliser l’outil pinceau (relire cet article qui détail le pourquoi et le comment du problème).

Et bien ce n’est pas si simple ! Et je suis fort désolé de le découvrir… Apple n’a semble-t-il toujours pas réussi à créer un outil pinceau, qui soit totalement indépendant des pixels et ne repose que sur la description mathématique de zones de travail, comme savent le faire Lightroom et Nikon Capture NX depuis leurs versions 2.

Lmasques_Aperture_3c

Dommage, car ce pinceau d’Aperture 3 est parfois vraiment très plaisant à utiliser par son aspect (l’outil flou est génial), sinon très pratique lorsque l’on veut revenir ajuster des réglages… Mais là n’est pas l’objet de cet article.

Lmasques_Aperture_3d En effet : en fouillant dans la librairie d’Aperture (que vous pouvez explorer facilement grâce à un clic droit « Afficher le contenu du paquet »), vous y découvrirez comme moi, des masques en format .tif correspondant à tous vos coups de pinceaux. Sur les captures ci-dessus et ci-contre, vous remarquerez le mot « toto » et un point d’interrogation, que j’ai dessiné au pinceau sur une photo JPEG du port de Hong Kong ! Vous repérerez aussi le masque crée pour sélectionner le ciel et un autre pour les buildings…

Pas cool ça… Car au final, utiliser des calques en .tif (des pixels) pour décrire des zones d’ajustement locale, pèse un peu plus lourd et me semble contredire la vocation initiale de cet outil : à savoir travailler léger, de façon non destructive, en se passant de tout enregistrement pixels par pixels…

Le pire de l’affaire c’est que si vous réinitialisez l’image : il semble bien que ces fichiers .tiff ne soient jamais supprimés (même après avoir quitté l’application) et continuent d’alourdir votre « Aperture library »…

J’ai ainsi fait une expérience, en réalisant six petits ajustements au pinceau et en ré-initialisant l’image totalement après chaque coup de pinceau, comme le font tous les photographes qui recherchent parfois longuement quel effet est le meilleur… Et bien vous pourrez constater que les six masques s’accumulent dans le dossier Mask.

Ils pèsent au total 3,4 Mo environ… plus lourd que l’image d’origine : un JPEG de 3,2 Mo. Et je n’ai pas fait plus de six coups de pinceau… A ce compte là, mieux vaut ouvrir l’image dans Photoshop, ou l’on possède des outils autrement plus puissants s’il s’agit de simplement « remuer » des pixels.

Lmasques_Aperture_3b
J’ai ensuite fait une autre expérience en créant une Librairie Aperture nouvelle et ne contenant qu’une seule images (toujours le même JPEG de 3,2 Mo)… J’ai crée aussi un catalogue LR2 contenant la même image. Et j’ai commencé à enchaîner les manipulations au pinceau, les mêmes sur les deux logiciels.

0000_screencopy_JFV_ 42 Au bout d’une quinzaine de coups de pinceaux, d’essais et de corrections, la librairie Aperture pesait dans les 12,7 Mo (comprenant le JPEG de 3,2 Mo). Quasiment le double du catalogue Lightroom (6,5 Mo JPEG compris)… Ceci à cause des masque .tiff. Je suppose qu’à long terme cette différence peut coûter cher en disques durs, si vous appliquez des ajustement locaux à beaucoup d’images.

La description mathématique des ajustement localisés me semble infiniment plus intéressante. Elle permet par exemple ceci : Lightroom est capable lorsque vous avez appliqué des coups de pinceaux, de déformer ceux-ci en même temps que l’image, lorsque vous appliquez ensuite une correction de distortion, ou un redressement de perspective… C’est avouez-le, plutôt impressionnant : les ajustements locaux au pinceau « suivent » les corrections géométriques et l’on peut continuer à les ajuster…

Lmasques_Aperture_3e Les programmeurs d’Aperture devraient une fois de plus retourner à leur études et tenter de nous pondre un vrai outil pinceau, sachant se passer de masques en tiff (une béquille que je crois être plutôt encombrante), ainsi qu’un outil filtre gradué (inexplicablement absent d’Aperture et pourtant si indispensable pour gérer le ciel et les premiers plans)… 

Sans oublier les corrections géométriques des optiques et des perspectives (ou même accessoirement une traduction décente en Français pour l’outil « Dodge »… bon la je taquine). A part ça, j’ai découvert beaucoup de choses intéressantes dans Aperture 3 qui a fait de remarquables progrès…

Logoaperture_rond_2

Reste que je trouve toujours ce logiciel trop lent à utiliser : l’ergonomie ne me convient pas et je ne trouve jamais les solutions que j’aimerais trouver si simplement sous le clic droit. Un exemple tout con (et bien représentatif des énervements que me procure Aperture) : qui peux me dire comment afficher les extensions de fichiers des noms des images (indispensable lorsque l’on a des JPEG et de RAW mélangés dans un dossier). Cela devrait être évident ! Et bien cela ne l’est pas…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

24 commentaires

  1. Outre le fait que la descrption du mask en tiff ne revient pas à manipuler des pixels et ne sort pas du flux non-destructif et relève + de la tamoubille interne qu’autre chose… si tu veux afficher les extensions, tu appuies sur la touche « T » avec le curseur sur une image, tu as une info-bulle complète qui te donne des infos.
    Tu peux aussi customiser ce qui est affiché en filigrane sur la photo ou en dessous (affichage escamotable par les touches Y ou U selon le mode du viewer) pour y mettre les infos que tu désires.

  2. Eric (Japon)Posté le

    Merci Jean-Francois pour cette info ! Je reste encore fan d’Aperture meme si je suis passe a LR depuis LR2. Je pensais fortement revenir a Aperture 3 plutot qu’acheter l’upgrade LR3, mais ce que tu decris corrobore mon impression : le soft lui-meme (version d’essai) ainsi que sa base de donnees sont bien plus lourds que du cote de LR3 (en demo lui aussi).
    Je crains bien de devoir rester ad vitam eternam sous LR dorenavant… Dommage, car les teintes chair des Nikon (RAW D200) sont mieux traduites sous AP je trouve.

  3. Merci puto… Mais ça je connaissais. ET ça ne répond pas à mon problème :
    J’aimerais bien afficher les noms entiers (avec extension) de toutes les images en même temps en mode navigateur… pour voire de façon synthétique lesquelles sont JPEG ou TIF. Vu qu’en plus il n’existe pas « trier par type ».
    C’est possible ou pas ? Ce genre de manque est toujours fréquent et incompréhensible dans Aperture… Depuis la V1 !

  4. C’est un peu du réchauffé quand même. Quelques jours après la sortie d’AP3, beaucoup de ses utilisateurs savaient fort bien la manière dont ces pinceaux travaillaient (c-à-d avec un masque bitmap). Et ceux qui ne le savent pas encore, m’est d’avis qu’ils s’en tapent le coquillard… ils font des photos et utilisent le logiciel sans se poser de questions existentielles.
    C’est indéniablement très lourd mais je ne vois pas en quoi cela change quoi que ce soit au mode « non-destructif » ou à un éventuel filtre gradué ?
    Reste qu’entre la version initiale 3.0 et l’actuelle (3.0.3) il faut reconnaitre qu’il y a eu de sérieuses avancées en matière de fluidité.
    @JF : en choisissant la présentation en « liste » (^L) une colonne contient le nom de fichier complet, en ce compris l’extension. Malheureusement, un tri par nom de fichier n’est effectivement pas un tri par extension :(
    Il est par contre très facile de faire une recherche ou un album intelligent basé sur le type de fichier (RAW, TIF, JPEG, …)

  5. Merci Jos… malheureusement, cela n’est pas du tout pratique…
    Et en pratique, le fait de ne pouvoir travailler en permanence en affichant les extensions de fichier dans la vue « navigateur » standard : est une vrai connerie (disons les choses comme elles sont ;-)
    Quid des très nombreux utilisateurs qui travaillent en RAW + JPEG ? A noter que je ne le recommande pas, mais de nombreux bouquins le font (et plein de journalistes photo aussi)… donc les gens le font.

  6. VincentPosté le

    Ah Gilles, toujours aussi fan. Jetais sur le fil de discussion dont tu parle. Et j’avais reconnu que pour quelques retouches, l’approche lr est plus élégante. En revanche, comme je lavais dit sur le forum en question, ce que vous appelez du ‘génie mathematique’ n’est en réalité qu’un fichier texte qui contient liste de points; chaque point a une taille, et une valeur de douceur. Rien de vectoriel la dedans. Donc s’il y a une multitude de points avec une multitude de tailles différentes (faites au stylet par exemple et bien ça revient a autant de données qu’un tiff en niveaux de gris compressé. Est-ce qu’on peut faire des masques au stylet sur lr? Je ne sais plus.
    En tous cas a la souris, ap, quand on fait un trait rapide, ne fait pas un pointillé comme lr.
    Enfin, pour les futures correction géométrique de ap, je pense que comme sous lr, ce prossesus sera effectué a la volée APRES les retouches localisé. Donc les masques seront natuellement deformés sans difficulté.
    Et pour finir, le fait que les masques supprimés restent relève du bug a signler en masse ! http://www.apple.com/feedback

  7. Je ne cherche pas et je ne vais pas te convaincre, tel n’est d’ailleurs pas mon but. Mais le nom de fichier complet (avec son extension) peut être affiché dans le bandeau noir en dessous de la photo, aussi bien dans le visualiseur que dans le navigateur (menu « Présentation »-> »Affichage des métadonnées »-> »Personnaliser » puis cocher la case « nom de fichier »). Afin de ne pas surcharger l’affichage, rien n’empêche d’enlever le champ « Nom de la copie de travail » et remplacer celui-ci par « Nom du fichier ».

  8. cerockPosté le

    Pour info, les photos en RAW+JPEG sont extrêmement bien géré dans Aperture (contrairement a LR2 -> je ne connais pas la 3)
    Tu peux choisir de prendre le RAW ou le JPEG comme référence et indépendamment pour chaque image tu peux passer de un a l’autre.
    Je n’utilise plus que ce mode… cela permet de travailler en JPEG avec les réglage de ton boitier et si une image a besoin de plus de dynamique… hop tu passes sur le RAW.

  9. VincentPosté le

    Bon Gilles, même en faisant la correction optique avant dans le flux, ça change quoi ? On applique la même correction au tiff. Je vois pas où ça va poser un problème. Dans les deux cas ça marche(ra).
    Ton pinceau ne fait pas de pointiller dans LR ? Quand tu fais des mouvement rapides à la souris ? Avec bords nets ? Alors comment je fais pour obtenir ça sur mon MacPro 8×2,93 avec une des plus grosse carte vidéo du marché :
    http://vincent.zorzi.free.fr/forums/LR3b2.jpg
    Alors que sur AP3 ça ne le fait absolument pas.
    http://vincent.zorzi.free.fr/forums/AP3
    Oui, dans la vraie vie, on adoucis toujours les bords en retouche. Je mets simplement ici en évidence la limite de la méthode employée par Adobe. Sachant que la méthode Apple, oui, est plus ‘lourde’. Vous noterez quand même que photoshop utilise toujours la ‘vieille’ methode bitmap pour faire des masque sur un calque alors qu’ils auraient pu mettre ce qu’ils utilisent sru LR. Y’a peut-êtreune raison à ça.
    Enfin, oui, la retouche locale n’est pas simple dans LR. C’est complexe de gérer les interactions de filtre. Je nedis pas qu’ils ont fait du mauvais boulot. Mais ce n’est quand même pas une vertorisation ouun truc de folie. Juste des coordonnées de points.
    QUESTION : peut-on faire des masques à la palette graphique dans LR ? Avec gestion de la pression du stylet bien sur ? (Je ne poserai pas la question si j’avais la réponse ou si j’avais un stylet sous la main pour essayer.)
    Enfin, pour la portabilité, d’autre vous répondront qu’un tiff est bien plus facilement exploitable qu’un fichier texte avec des coordonnées de points. Mais l’un dans l’autre, de toutes façon, seule les logiciels source sauront quoi faire des tiff (AP) ou des coordonnées (LR). Il n’y a rien d’universelle dans un cas comme dans l’autre.
    Donc, mon avis. D’un coté et de l’autres il y a des défauts et des qualités. Les deux sont parfaitement utilisable. Encore un bug (persistance du tiff après suppression) chez AP. Sera forcement corrigé. Avantage à LR coté ‘poid’. Avantage à AP coté ‘dessin’. Tout dépends ses besoins. Aucun des deux ne me semble largué.
    :)

  10. et alors? Aperture est mieux que ligthroom a plusieurs titres: et le principal c’est un rendu plus fin. Ensuite son ergonomie! Comme quoi il en faut pour tout le monde…Le poid? bof, ce n’est pas forcément un argument: nous savons tous qu’un jpeg est plus léger qu’un raw, un tif ou un psd, et pourtant il est de moins bonne qualité…donc CQFD. La correction optique pour certain puristes est inutile et peu paraître comme une falsification douteuse. Il n’y a pas de perspective « bonne », « juste » ou fidèle. etc.
    Sinon c’est toujours un plaisir de suivre cette actualité sur macandphoto! sauf qu’après l’échec d’IVMP on peu se poser des questions sur cet acharnement que tu as à encenser tel software lambda et à brimer ses concurrent. Salut!
    cr

  11. Merci Jos, tu vois j’ai passé 10 minutes à chercher ça… J’ai cherché dans l’aide ! Et rien trouvé… Ce qui est bien la preuve qu’on ne trouve pas facilement ce qu’on cherce dans Ap3. Un simple menu contextuel aurait étét tellement plus efficace (comme dans la plupart des logiciels).
    Bon j’ai enfin le nom de fichier avec l’extension sous mes images !
    Dans LR1, LR2 et LR3 c’est idéal : tu importe RAW + JPEG obligatoirement (sauf à décocher les JPEG dans le dialogue d’import). Mais tu peux choisir de ne voir que le RAW si tu préfère (réglage par défaut). Ou voir les deux selon ta préférence (à régler dans les pref). On m’a dit que dans Ap2 ce n’était pas possible… mais ça l’est enfin dans LR3(pas vérifié).
    Concernant les pointillés dans les coups de pinceau, c’est le curseur  » Débit  » que tu as oublié de règler… (bien connu dans Photoshop qui reproduit un aérographe) : place le sur 100 plus de pointillés… place le sur 50 de façon à utiliser plus ou moins la vitesse de ton geste ! C’est un avantagede LR2, c’est fait pour ça…
    Ensuite tu as le curseur  » Densité  » qui est l’opacité du trait… Regarde je te fais une image à cette adresse :
    http://macandphoto.typepad.com/IMG_0058_web_1000px.jpg
    A gauche 4 réglages du curseur  » Densité « … (Débit étant à fond)
    A droite 4 réglages du curseurs « Débit « … (Densité étant à fond)
    Tu peux combiner ces 4 réglages = 16 réglages…
    Vincent un autre point :  » Vous noterez quand même que photoshop utilise toujours la ‘vieille’ methode bitmap pour faire des masque sur un calque alors qu’ils auraient pu mettre ce qu’ils utilisent sru LR. Y’a peut-êtreune raison à ça.  »
    Tu te trompe justement sur ce point… Car dans Photoshop, Adobe te pousse à traiter tes fichiers Bitamp avec ACR (moteur de LR qui est l’avenir)… Et ça se règle dans les préférences ! Ceci, avant de passer dans la suite en Bitmap. C’est ce que je fais avec mes scan en Tiff : je travaille aussi longtemps que possible dans LR… et je fini en bitamap ce que je ne peux pas encore faire dans LR.
    Je répond aussi à ta question  » : QUESTION : peut-on faire des masques à la palette graphique dans LR ? Avec gestion de la pression du stylet bien sur ?  » Oui, sauf que ce n’est pas des masques… C’est mieux que des masques.
    Avantage côté « dessin » pour Aperture ? Non vraiment je pense que c’est exactement l’inverse… (et je te renvois aux exercices poussés sur l’utilisation du penceau dans mon bouquin, que tu peux commander ici ) :
    http://www.amazon.fr/gp/redirect.html?ie=UTF8&location=http%3A%2F%2Fwww.amazon.fr%2FTravaux-pratiques-avec-Photoshop-Lightroom%2Fdp%2F2100523724%3Fie%3DUTF8%26s%3Dbooks%26qid%3D1235429046%26sr%3D1-1&tag=macandphotoco-21&linkCode=ur2&camp=1642&creative=6746
    Aperçu (extrait de mon bouquin) ici : regarde un peu la précision de sélection à laquelle on arrive avec les pinceaux de LR2. Incroyable :
    http://macandphoto.typepad.com/CH16_05_REGL.jpg
    http://macandphoto.typepad.com/CH16_06_REGL.jpg

  12. Hello CR2 ! Avant l’arrivée de LR2… iVMP était de très loin le meilleur catalogueur !
    Il le reste d’ailleurs juste après LR2 (rien ne lui arrive à la cheville en ce qui concerne le catalogage).
    Il ne s’agit pas exactement d’un échec (mais de malchance) : en 2006 Microsoft l’a racheté (pour éviter qu’Apple ou Adobe ne le rachète et l’intgre à leurs produits) car il était le meilleur et de très loin (4 à 5 ans d’avance sur tous ses concurrents)… et on connaît la suite ! Microsoft l’a ensuite arrêté (ça on sait pas pourquoi).
    Si LR2 n’était pas là… c’est assurément IVMP que j’utiliserait au quotidien aujourd’hui (en combinaison avec Canon DPP ou Nikon Capture NX). Car en catalogage Aperture est vraiment assez mauvais (il se rattrape bien pour le développement heureusement)…

  13. VincentPosté le

    Ok; merci JF. Effectivement C’était une question de débit. Mais alors avec un débit à fond, allez voir la quantité de points sauvés dans le fichier txt ! Normal.
    A propos de Photoshop, on s’est mal compris. Je disais que quand on fait un masque sur un calque dans photoshop, il fait toujours un masque bitmap (tiff nb intégré au psd). Pouquoi n’ont-ils pas remplacé cette méthode lourde en poids de fichier par l’approche de LR ?
    Bon, enfin, dans ton article et tes commentaires, tu évoques deux qualités à AP3 : le développement, et, je te cite « l’outil flou est génial), sinon très pratique lorsque l’on veut revenir ajuster des réglages ». Pourrais-tu, sous forme d’une attente vis à vis d’adobe, nous dire ce que tu apprécie sur AP3 et que tu aimerai voir intégré à LR ?

  14. Oui, écrire des listes de points reste lourd… Mais mon expérience semble avoir montré (avec une marge d’erreur évidement) que « grosso modo » une série de 15 coups de pinceaux varié… semble « quasi » deux fois plus lourd sous Aperture que Lightroom (12,7 Mo au lieu de 6,4 Mo). Je précise que j’ai changé les débits, fait plein de variantes histoire de m’approcher des conditions du réel…
    C’est pas mal de savoir ça !
    Moi qui approche les 2 To de photos… J’imagine que ma base sous Aperture 3 pèserait « peut être » dans les 2,5 To ? ? ? Il faudrait faire quelques calculs pour s’en assurer…
    ____
    Oui, je comprend ce que tu veux dire à propos des calques de Photoshop… Il y a un truc qui ressemble un peu : les calques de réglages et les objets dynamiques. Mais je suis d’accord : Photoshop est obligé de conserver des calques « ancienne formule » en bitmap (ne serait-ce que pour la compatibilité avec les fichiers anciens et les vieilles habitudes des utilisateurs).
    Mais il est clair que dans les versions CS à venir, le Bitmap va progressivement céder la place à des calculs genre Lightroom.
    C’est déjà bien avancé d’ailleurs : grâce à ACR, aux calques de réglages et aux objets dynamiques. Si tu veux t’en donner la peine, tu peux déjà éviter le Bitmap dans Photoshop (tes images restent en RAW encapsulées dans des objets dynamiques), et des calques de réglages (qui ne pèsent rien ou presque), interviennent au dessus…
    ____
    Il y a énormément de qualités d’Aperture que je rêverais de voire intégrées dans LR3 (en tant que Béta testeur, je l’ai demandé à l’équipe de développement et je ne suis pas le seul)… Il y a aussi pas mals de bonnes idées repérées dans Nikon Capture NX et Capture One, qui ont été demandées par les beta testeurs.
    Par exemple une demande que j’ai faite à l’époque de Lightroom 1 : pouvoir gèrer la netteté à 50% comme sait le faire Nikon Capture depuis très longtemps (LR1 pouvait afficher les images à 25%, 33%, 50%, 100%, 200%, etc… Mais sans voir la netteté)… C’est heureusement arrivé en LR3.
    Imagine qu’avant : Aperture 2 n’autorisait que la vue 100% et la vue ajustée (c’était catastrophique pour le flux de travail quotidien. Je ne parle même pas de voir la netteté à 50%)… La version 3 d’Aperture a énormément progressé et est même passé devant LR3 sur ce point ! ! ! C’est très bien… et motivant pour Adobe.
    Mais lvoilà… Ls développeurs ont leurs priorités (ils sont seuls juges). Alors certaines choses auxquelles nous n’avons pas pensé, passe devant.
    Un exemple : s’il fallait choisir entre la fonction « Livres » et la correction géométrique des optiques… Tu choisirais quoi ? Sachant que les ressources en ingénieurs ne sont pas infinies et qu’il est très long et difficile de développer un logiciel aussi riche : Adobe doit faire des choix… Apple aussi d’ailleurs. Ce qui explique que les deux logiciels ont chacun des atouts.
    Mais à l’heure des comptes, lorsqu’on fait le tour des fonctions : je n’ai aucun doute ! LR3 offre beaucoup plus de choses importantes à mes yeux… Ses fondations sont extrêmement solides. Ce n’est pas tout à fait le cas d’Aperture (l’exemple des masques est parlant).

  15. Perso, je m’en tappe qu’Aperture génère des tiff. Vu le prix du Go, la seule chose qui compte c’est que ça fonctionne et ça fonctionne très bien. Je ne veux pas savoir comment, ça fonctionne. :D
    Perso, je suis enchanté d’Aperture 3 mais je veux bien croire que LR est très bien aussi.

  16. XavierPosté le

    Monsieur Vibert il y a quelques mois ecrivait un article (aberrant) qui disait qu au prix actuel du stockage, il etait inutile de jetter des images, meme celles dont on est sure qu on se servira jamais.
    Mais maintenant le meme monsieur Vibert s offusque de 3 mo ci et la planque dans Aperture…
    allez comprendre…

  17. Mon cher Xavier, je reste très cohérent… Démonstration :
    Jeter des photos prend beaucoup de temps, je le sais d’expérience ! Combien d’heures pensez-vous qu’il soit nécessaires, pour gagner seulement quelques Go ??? (sans prendre le risquer de jeter de bonnes images évidement)…
    Admettons qu’il vous faille 1h pour supprimer 20 Go de photos ratées (en me basant sur ce que j’ai fait l’autre jour)… Est-ce rentable ?
    ————————
    Tout dépend de combien vous facturez votre tarif horaire (en prise de vue ou en retouche)… Tout dépend aussi à combien vous estimez le prix d’un week end tranquille, loin de votre écran !
    1 / Admettons qu’une femme de ménage (sans qualification et parlant ni anglais, ni Français) gagne entre 10 et 20 € de l’heure… Disons 15 € par heure.
    2 / Admettons qu’il vous faille 1h pour supprimer 20 Go de photos ratées (en me basant sur ce que j’ai fait l’autre jour). Récupérér 1,5 To (1500 Go), prendra grosso modo 75h…
    => => => Au tarif d’une femme de ménage (15 € / h), ces 1,5 To vous coûtent donc l’équivalent horaire de 1125 €. ahah ;-)
    => => => Pendant ce temps un disque de 1,5 To coûte environ 85 € (0,06 € le Go) :
    http://www.macway.com/fr/path/1/stockage/4/disque-dur-interne.html?sort=7a
    C’est vite vu… Maintenant admettons que vous soyez un photographe professionnel, facturant 600 € la journée de prise de vue (tarif des plus raisonnable, le minimum pour amortir votre matériel), ce qui donne un tarif horaire de 85 €…
    => => => Récupérér 1,5 To d’espace disque (soit 75 h soit 10,7 jours de travail à raison de 7h par jours ), vous coûtent donc l’équivalent horaire de 6375 €.
    Je rigole ! Même en admettant quelques erreurs d’expérience, vous êtes perdant à coup sûr… ahah ;-)
    => => => Vous ne préférez pas dépenser 85€ (et même ajouter le prix du dock, soit 65 €), pour récupérer 7 jours tranquilles ? A passer en famille, ou à prendre des photos sur le terrain loin de votre écran ?

  18. XavierPosté le

    oui enfin…
    Quelque soit la raison, si on est pret a utiliser de l espace pour stocker des dizaines de gigas d images inutiles, je persiste a ne pas voir la cohérence a critiquer un logiciel qui va stocker quelques mégas sur chaque images retouchées, donc en fait sur un tres faible nombre d images par rapport a la masse d images inutilisées…

  19. le problème des masques Tiff d’Aperture va au delà de l’espace perdu (pas si grave, bien que deux fois plus lourd qu’une base de données Lightroom. Tout de même, cela se chiffre en dizaines de Go assez rapidement si on retouche une proportion importante de ses images)…
    Je crains que ces calques deviennent un problème pour la suite, si un jour Aperture tente d’ajouter des déformations géométriques.

  20. richarrePosté le

    Mes 2 centimes sur le sujet en parlant des « coulisses » des applications :
    – que ce soit Aperture, Lightroom, Capture One ou tout autre logiciel de cette génération : nous utilisons des applications qui de toute évidence manquent cruellement d’optimisation et d’ambition si on les compare à leur (lointain) talentueux et avant-gardiste ancêtre qu’était Live Picture (annoncé en 1993), dont ils s’inspirent tous (sans parler des configurations matérielles de l’époque glorieuse des premiers Power Macintosh à processeurs PowerPC à 66 MHz avec 32 Mo RAM! http://www.lowendmac.com/ppc/power-macintosh-7100.html pour le faire tourner de manière « fluide » – Que de bons souvenirs ;^).
    La « vraie » retouche locale non destructive indépendante de la résolution de l’image (exclusivement sur Mac) : c’était lui. Et même en 2010 après presque 20 ans : rien ne lui arrive à la cheville à part une technologie comme Core Image. L’histoire se répète avec d’autres « acteurs », c’est tout.
    Si à la fin de la journée, le logiciel utilisé pour votre création a correctement réagi et n’a pas bloqué une session de travail à cause d’un grave dysfonctionnement : votre petite famille sera contente de vous voir rentrer plus tôt à la maison. Le reste…
    P.-S. : En ce qui concerne « ce génie qu’est Mark Hamburg », la dream team que constituait celle de MetaTools (« distributeur » de Live Picture) à l’époque, c’était quand même du lourd lorsque l’on voit les projets que ces personnes gèrent en ce moment :
    http://www.mprove.de/webdiary/meta/index.html

Postez un commentaire