web analytics

Cinq bonnes raisons de réduire la taille de votre matos !

28
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

C’est assez rare de lire ce genre d’articles… et je me suis régalé à lire celui-ci ! Puisqu’il va exactement dans le sens de ce que je défends depuis les début des années 2000 (époque ou j’ai cessé de travailler à l’aide de boîtiers pro genre EOS 1). Mieux vaut se passer de matériel professionnel… et investir du temps et dans des billets d’avion ou de TGV : vous aurez de meilleurs images à la fin. Allez, bonne lecture : 5 reasons to minimize your camera gear.

_MG_6327_web_800px

Deux amies consultent un album de mariage dans un marché couvert de Phnom Penh. Canon EOS 5D Mk2 et EF 24-105 mm f/4 L IS (un reflex et une optique à tout faire… mais on peut faire beaucoup plus léger). 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

28 commentaires

  1. patrickPosté le

    j’aime bien aussi car c’est un site de photo naturaliste qui donne des conseils pour avoir peu de matériel.
    J’aimerai pouvoir photographier un oiseau avec un 20mm…
    Ou se présenter tranquillement devant un lion et faire un beau portrait au 50mm, ça aurait de la gueule.
    C’est vrai par contre que pléthore de matos ne fait pas le photographe, mais cela dépend aussi des situations.

  2. impossible pour les photographes animaliers et de sport, on a pas le choix, gros téléobjectifs à 90 % du temps…. Donc boitiers aussi robustes derrière aussi 90 % du temps.
    Pour le reste oui, je suis moi aussi partisan du moindre effort. Mon rêve : voyager comme les touristes lambda avec un tout petit sac à dos et 3 Kg de matos dedans.
    Mais ce n’est qu »un rêve. A moins que Canon nous sorte un jour un 500 mm F:4 de 10 cm de long pesant 200 g avec les mêmes caractéristiques en terme de piqué… Mais j’ai un doute là….

  3. M’ouaip. D’un autre côté, le mec qui nous fait la morale sur le matos cheap nous montre un « decent shot » d’un piaf en gros plan réalisé avec un « Canon EOS 5D Mark II » et aucune indication EXIF nous démontrant que cela a été fait avec une optique bas de gamme. MDR.
    Je rejoins l’avis de Patrick.
    Perso, tout dépend du contexte, et parfois je me plais à utiliser du matériel moins performant ou d’un autre temps (pour le fun) ce qui m’empêche pas de faire de belles tofs.
    On est tous d’accord pour dire que le plus important est l’homme derrière le viseur, et non le matos. Mais avoir du BON matos, cela facilite grandement les choses (post-traitement en moins pour rattraper les imperfections par exemple) et la part de risque de foirer les clichés lors d’une séance ou d’un reportage.

  4. Ce qu’il y a c’est que quand on est pro et qu’on doit absolument ramener du cliché par paquet, il faut presque obligatoirement avoir plusieurs boitiers/objectifs, parce que si l’un ou l’autre tombe en rade, là on est mal :/
    Mais pour l’utilisateur lambda, la question ne se pose absolument pas, compact, bridge ou reflex, et si un malheur arrive, on prendra les photos des copains, voyage sans prise de tête :)
    « Ce n’est pas le prix du stylo qui fait le roman »

  5. Haha éternel débat.
    Parfois j’ai besoin de plein de matos, gros boitiers, studio mobile, modeleurs, pieds, assistant 8) etc…
    Et parfois, de presque rien, un vieux 5D et 2 optiques. En fait je module mon équipement en fonction de ce que je fais comme image, et surtout de combien le client les paye…
    Perso je déteste voyager chargé, bien évidement ca m’arrive, mais bon photographe c’est un métier non ? et bien savoir de quoi notre sac doit être fait et le porter en fait parti… Voyons le coté positif, même avec 20 kg sur le dos aux Seychelles (mon dieu quelle horreur !! ), on a toujours la chance de faire le plus beau métier du monde non ?

  6. DR n’a pas tord ! Comme disait un bon vieux photographe Breton que j’ai bien connu et qui doit surement encore sévir, il disait avec son allumette aux commissures des lèvres :
    « Je suis photographe, suis pas Sherpa. En revanche, je suis pas cher… »

  7. En même temps, un 24-105 ne fera jamais le travail d’un 24L+35L (ou 50)+85L+100L… par exemple. Maintenant si on veut à tout prix niveler par le bas (grande tendance dans tous les domaines par les temps qui courent)… pourquoi pas.
    Et si je voulais/devais voyager léger avec comme règle une seule optique et un impératif de « qualité » ce n’est certainement pas avec un 24-105 que je partirais mais probablement un 24L ou 35L. Mais bon, je n’ai ni l’un ni l’autre… juste un simple (et très bon) 24-105 !
    Enfin dire qu’il faut voyager pour avoir de meilleures photos me semble une démarche intellectuellement malhonnête. Y’a tellement de belles choses à côté de soi… tellement à côté qu’on ne les voit même plus. Je préfère franchement me promener dans mon jardin avec mon 100 macro que de partir à l’autre bout de la planète avec une optique à tout faire et ramener n’importe quoi.
    Mais après tout, chacun fait comme il l’entend de toute façon.

  8. « Je préfère franchement me promener dans mon jardin avec mon 100 macro que de partir à l’autre bout de la planète avec une optique à tout faire et ramener n’importe quoi. »
    Jos, tu préfères ou tu ne peux pas faire autrement ??? Et puis après tout là n’est pas le problème. Tu racontes n’importe quoi.
    Utiliser un 24-105 c’est « niveler vers le bas » ? Mais c’est quoi ces absurdités ? T’es au courant qu’il y a des gens qui ont des prix prestigieux tels que World Press ou Wildlife Photographer of the year etc, avec des photos prises avec des 100-400, des 24-105, des zoom Tamron…
    On peux faire de très bonnes photos , d’excellentes photos avec du matos standard, des zooms, et ce au fond de son jardin comme au bout du monde.
    Si vous saviez… Quand je vois certains de mes clients qui sont carrément parfois bien mieux équipés que moi, ramènent des images vraiment moches alors qu’on a shooté au même endroit, le même sujet, au même moment…
    M’enfin Jos !

  9. Je crois qu’il faut pas tout confondre… quand Jeff dit :  » investir du temps et dans des billets d’avion ou de TGV : vous aurez de meilleurs images à la fin »
    Il faut bien comprendre qu’il parle pour lui ! Quand on est spécialisé dans la photo de voyages et de sport, il me semble évident qu’il faut avoir un budget voyage Jos…
    C’est sur que quand on fait du pack shot pas besoin de voyager, et encore moins de se poser la question de savoir quel matos on prend…
    Après pour les belles optiques fixes, j’ai jamais été un inconditionnel, sauf pour le 135 2 L et le 85 1.2 que j’adore vraiment en studio, mais que je n’emmènerais jamais en voyage à cause du poids du second et du coté trop limité en focale du 1er.. Un 70-200 IS 2.8 associé à un 16-35 sont bien assez performant et polyvalent en reportage faut arrêter de délirer ! Et c’est pas du nivellement par le bas !!

  10. Ah mais bien sûr qu’on fait de très belles choses avec un 24-105, je ne dis nullement le contraire. Tout le monde sait bien que ce qui compte principalement c’est ce qu’il y a derrière le boitier. N’empêche que ce qu’il y a devant, en l’occurrence l’objectif, revêt une certaine importance aussi.
    Utiliser un 24-105 ce n’est bien sûr pas « niveler par le bas »… faire croire qu’on fera aussi bien, si. Un 24-105 à 24mm est incapable de donner le rendu du 24L (par exemple).
    Quant à devoir faire un choix, je préfère franchement me passer d’un voyage pour acheter une belle optique fixe et mettre en boite ce qui m’entoure.
    Dire qu’il vaut mieux voyager au lieu d’acheter du matériel je ne vois vraiment pas en quoi cela permettra d’avoir de meilleures images (je ne parle pas des boitiers qui franchement sont tous plus que correct maintenant). A ce compte, autant tout faire avec un compact ou un bridge.
    En caricaturant un peu ce billet, c’est ce que j’en retiens : vendez tout, partez « léger » et allez photographier aux antipodes autrement vous ne ferez rien de bien.
    Franchement quand je vois le travail de Vincent Favre ou J-B Merillot, je me dis qu’il ne faut pas aller bien loin pour faire un travail remarquable.
    Et quand je vois les fils du 24L, 35L ou encore 85L sur photography on the net faut pas avoir fait polytechnique pour comprendre que c’est hors de portée d’un 24-105 (optique citée pour l’exemple car moi-même je l’utilise et en suis très content).
    Maintenant, quand je vois comment les gens peuvent s’extasier devant des photos de merde, comme je l’ai encore vu à la dernière expo à laquelle j’ai été, je me dis aussi que je pourrais faire une expo avec des photos d’iPhone, les gens n’y verraient que du feu. Totalement incapables de faire la moindre distinction entre du bon et du mauvais. Là c’est sûr qu’il y a de quoi se demander si ça vaut la peine d’investir.

  11. Pourquoi t’obstines-tu absolument à comparer une focale fixe à un zoom ? C’est comme comparer un boitier type 50D à un 5D, c’est ridicule, deux boitiers pour des utilisations complètements différentes (à la base), ce sont des « outils » complémentaires l’un à l’autre, comme pour un zoom et une focale fixe.
    Personnellement, j’ai vu des photos incroyables à des expos dont les photos avaient été prises avec un 350D et le 18-55 du kit de l’époque et j’en suis encore baba !
    J’ai aussi vu des choses laides, sur flickr par exemple, des pseudo pros avec des 1DS mark III et IV, des objectifs de haut vols pour des résultats vraiment pas brillants, compo, cadrage, post traitement à la ramasse et des sujets d’intérêts moindres.
    Certains photographes amateurs pensent bêtement qu’en y mettant le prix, ils auront des résultats époustouflants, et seront écartés de tous problème électronique ou mécanique dans le futur ce qui n’est bien entendu absolument pas le cas. Comme je l’ai dis plus haut, ce n’est pas le prix du stylo qui fait la qualité du roman, loin de là ;)
    Faut faire attention de ne pas être esclave des sirènes du marketing, cela à vraiment peu d’intérêt.

  12. bennn, la différence entre faire des images dans son jardin et les voyages… c’est l’émotion je dirais (souvent grâce au portrait et au facteur humain).
    Bon OK on peut avoir de l’émotion dans son jardin. Enfin ça dépend… j’ai toujours eu un peu de mal à m’émouvoir devant un papillon ;-)
    Autre différence aussi : le fait que tout le monde (absolument tout le monde) peut faire des photos dans son jardin (plus ou moins intéressantes).
    Mais je crois que les images n’ont de valeur que si elles sont rares ! Si elles montrent quelque chose de différent, de nouveau (ou vues sous un autre angle)….
    En ce sens il est possible aussi de faire de la belle image dans son jardin certes. Mais ça demande beaucoup d’imagination…
    Car en macro tout a été fait ou presque non ?
    ET pour inventer quelque chose de nouveau en macro, ça demande un certain investissement en matos et éclairage (je pense aux images faites sur fond blancs vues dans Chasseur d’image. Très belles et innovantes, mais pas à la portée de tout le monde)… Ou alors beaucoup d’imagination disais-je.
    Au final, autant je me laisse souvent impressionner par des images de voyages (car le monde est vaste et il y a toujours quelque chose de nouveau à voir)… autant j’ai bien du mal à m’étonner devant les images de petites fleurs et de petites bestioles !
    Je sais que je vais décevoir les amateurs de macro, mais c’est comme ça : ça m’emmerde un peu ;-) chacun ses goûts ! cela dit, toutes les passions sont respectables, la parole est maintenant aux fan de macro…

  13. Marrant, moi c’est l’inverse.
    Toutes ces photos de voyage qui répondent à nos désirs d’occidentaux en véhiculant des clichés rebattus jusqu’à plus soif, ça m’emmerde royalement.
    Les jolis petits enfants au regard si triste et si profond, tout ces gars si sympas en « costumes pittoresques », ces monuments (re)vus 1000 fois, à tel point qu’on les connait par coeur sans y avoir jamais mis les pieds, etc. Bref, c’est joli, coloré, mais quoi ? Quoi de neuf ? … C’est la plupart du temps du travail de commande censé répondre à nos attentes de touristes, quelques couleurs pour égayer la grisaille de nos hivers, des photos de catalogues pour Tour-Operator, un peu comme la mauvaise Pop qu’on entend chez Franprix.
    Bon, heureusement, il existe aussi des photographes originaux et innovants, hein.
    Je suis par-contre tout-à-fait admiratif de cette capacité qu’on certains photographes (amateurs ou pros) à sublimer leur quotidien, à faire dans leur bout de jardin ou bout de trottoir des images proprement étonnantes !
    Et je ne parle pas seulement des macrotistes ; il y a par exemple des astrophotographes amateurs installés en RP qui font des images formidables, malgré la pollution atmosphérique et lumineuse … Ils n’ont pas besoin de courir dans le désert d’Atacama pour obtenir quelque chose d’épatant.

  14. Super, avec mon Canon 450D équipé en verre stignomètre pour contrer un AF défectueux et mon 17-55 IS USM je suis donc au top de la tendance des photographes pro qui eux peuvent se payer ou investir dans le matériel dont je rêve!
    Comme quoi on est jamais satisfait.
    Bon on arrête de déconner cinq minutes. Manque de chance le matériel léger n’est pas aussi performant que les boitiers ou les optiques pro. Et pour moi comme 99% des photographes un 5D ou un D700 c’est déjà un boitier pro (comme tout les fulls).
    De plus les pros ne peuvent plus depuis longtemps se payer un 1D ou un D3. Ceux qui les utilisent sont des « sponsorisés » qui ne payent pas le matériel au niveau du prix publique.
    Conclusion, vous pouvez me contacter des que vous le désirez pour échanger votre matériel avec moi.

  15. ahah ! Oui, DR je suis d’accord avec toi… ces photos de voyage un peu cul cul la praline qui inondent Flick !
    Je ne parlais pas de celle-ci évidement (même si à tout prendre je trouverais un visage d’enfant toujours un peu plus intéressant qu’un papillon).
    Assez d’accord sur l’admiration qu’on peut avoir pour les « sublimateurs » de quotidien. Sauf que c’est rarissime que ça produise quoique ce soit d’intéressant !
    A force de tenter de vouloir sublimer le quotidien (à force d’avoir cette prétention inouïe de croire qu’ils peuvent y réussir), les photographes qui s’y frottent produisent toujours le même genre d’images chiantes…
    Tellement de photographes imaginent qu’ils vont faire une photo intéressante sans sujet autour duquel tourner… uniquement grâce à leur géni de la composition et des couleurs ;-)
    ahah ! la belle blague… Il faut dire que j’ai la chance d’avoir appris la photo à une époque ou le moindre déclenchement coûtait quelques francs ! On réfléchissait donc avant de déclencher surtout face au morne quotidien…
    Ce que je trouve ennuyeux par dessus tout, ce sont les sois-disant « recherche graphiques » bidons… Recherches de rythmes, de lignes, de couleurs et de contrastes ! Dont tout le monde se balance car s’il n’y a pas un sujet derrière : pas de sens, aucun message…
    Des recherches qui n’intéressent personne d’autre que leur auteur (qui s’il savait à quel point personne ne les regarde, ne les mettrait pas sur le net).
    Peu de photographes sont d’authentiques coloristes… Peu ont le géni d’un Mondrian pour les rythmes. La photo n’a jamais été la peinture… La peinture : c’est lorsque la forme devient le fond : lorsque le medium devient le message… C’est toute la révolution de l’Art Moderne né avec le cubisme en 1907 (Picasso et « les demoiselles d’Avignon).
    Mais en photo, ça ne marche pas je crois… Rien de tout cela sur Flicker ;-) Alors on sauve la mise avec un effet Bokeh (qui devient extrêmement banal depuis 2005 et le retour des full frame – on va s’en lasser comme de tout ce qui est répétitif)… Et on se sent obligé d’acheter un 85 mm f/1.4.
    Conclusion : Sublimer le quotidien, ça marche très rarement ! La plupart du temps ça m’ennuie terriblement. Peut-être parceque ça me rappel les travaux studieux de certains étudiant d’écoles de photos. La seule façon de sublimer le quotidien serait de peindre ou de dessiner…
    En attendant, je ne fais des images que lorsque je trouve un sujet « spécial » à photographier… Je n’ai envie de photographier que lorsqu’une émotion s’impose à moi. Le vrai travail du photographe, c’est donc de partir à la chasse aux émotions. Le reste du temps mieux vaut regarder ;-)

  16. cela fait débat ce post!!! Perso j’utilise le matos dont j’ai besoin pour gagner ma vie! ensuite pour mes voyages je voyage léger, léger. avec un boitier dont il ne faut pas prononcer le nom ici… mais plus sérieusement faire des photos « exotique » en voyage c’est facile et je comprends que l’on a envie d’emmener le plus de matériel possible. Mais ce qu’il faut retenir de ce post c’est peut-être que le plus est l’ennemi du bien! Et qu’il faut savoir stopper la course à l’équipement pour en profité pleinement et ce faire plaisir. Je me rends compte que en week end je n’emmène plus le moindre boitier mais un simple compact, je profite de mon voyage, je ne suis pas collé derrière mon viseur et pour faire des photos souvenirs notre S90 est largement dimensionné. De toute façon en week end voir même en voyage mise à part faire un vrai boulot on transporte toujours trop de matos et faire des cartes postales déjà trop vu n’a pas de sens pour moi.
    D’ailleurs j’ai un peu de mal à faire des photos sans aucune légitimité. mais plus encore à comprendre les photographes qui prennent les autochtones en photo comme dans un zoo.

  17. Très intéressant ce débat et j’aimerai en profiter pour demander votre avis sur mon dilemme.
    Je suis actuellement équipé d’un 350d + 17-50 2.8 tamron + 75-300 IS canon. Mon principal sujet photo est le voyage, soit familial, soit rando en autonomie (trek dirons certains)
    Je garderai ces optiques car pour avoir eu plein de focales fixes en argentique, je sais que je les sortais rarement au point que j’ai fait tout le gr20 avec seulement le 50 mm.
    Maintenant, j’ai envie de changer de boitier -> pas de mesure spot, viseur sombre, résolution (en rando avec seulement le 17-50, le recadrage peut être utile), pas de nettoyage du capteur, quelques signes de défaillance…
    J’étais bien tenter par le 500d qui résolvait tous ces petits problèmes avec en plus la vidéo qui peut être utile en rando à l’occasion.
    Mais l’on m’a fortement conseillé le 50d (la différence de prix n’est pas énorme…) avec comme argument « c’est le jour et la nuit ». Seulement je perds la vidéo et « gagne » 200g.
    Alors puisque c’est en plein dans le débat, votre avis ?
    Merci d’avance

  18. Tu devrais te poser cette question:
    -Est-ce que la taille du 500D-350D me convient pour le moment ou j’aimerai un boîtier plus gros et plus ergonomique avec une meilleur prise en main.
    La qualité d’image est la même entre les 2…

  19. Merci pour la réponse. Effectivement, la taille du 350d ne m’a jamais gêné, j’utilise d’ailleurs de moins en moins le grip…
    Donc autant rester dans mon idée ?

  20. Grom pour moi (qui ai utilisé les deux dans des circonstance différnets), ce sera le 500D sans hésitation (tant pis pour le viseur)… Le gain de poids compense !
    Par contre je mettrais sans hésiter la différence de prix pour accèder au Canon EOS 550D : une bombe ! Une merveille… (notamment avec son nouvel écran tellement supérieur).
    A tel point que pour voyager je le préférerais sans hésiter au Canon EOS 7D (et son nouvel AF hyper efficace)…

  21. Merci pour cette réponse et à moi de voir si j’estime utile d’investir la différence.
    Juste au passage et pour finir de polluer ce billet, j’adore votre travail (non je ne fais pas le fayot !). C’est exactement le genre « d’occasions photographiques » qui me motivent et le genre de photos et d’articles qui me font patienter en attendant les futurs voyages.

  22. Quel plaisir de partir en montagne avec un xxxD.. Accompagné du 18-55 IS, les photos sont très bonnes et ça ne pèse quasi rien dans le sac ;-)

Postez un commentaire