web analytics

Filtre polarisant : trois exemples assez parlants

19
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Je rebondis sur la discussion d’avant hier à propos du filtre polarisant (lire les commentaires de ce post). Du coup j’ai recherché quelques exemples bien choisis de l’utilisation du filtre polarisant et j’ai même trouvé un cas ou celui-ci n’est guère approprié. Rappelons que le but d’un filtre polarisant est de vous débarrasser des rayons lumineux qui ne sont pas strictement dans l’axe optique (du moins une grande partie). D’où le terme « polariser » qui signifie « concentrer sur un même point ».

Voici d’abord, une image très classique. Sans filtre polarisant (à gauche), puis avec (à droite). Les deux ont étés prises à quelques secondes l’une après l’autre (vue d’un des temples d’Ayutahya en Thaïlande réalisée cet été). Le filtre polarisant (à droite), permet de distinguer les vrais couleurs des tuiles et de la végétation (en éliminant les rayons parasites qui font perdre contraste et saturation). L’opération se fait au prix d’une perte de luminosité (un ou deux diaph), ce qui est bien entendu compensée par l’automatisme d’exposition (ici priorité vitesse).

_MG_1173_web_800px_MG_1172_web_800px

Le filtre permet d’augmenter le contraste du ciel : le bleu est plus
sombre (débarrassé de la perspective atmosphérique), donc les nuages
semblent plus blanc. La différence sur les couleurs est absolument
saisissante n’est-ce pas ? Et je précise, que ces deux images sont
absolument brutes : aucunes retouches sur ces images. Voici donc la preuve qu’il est plus ou moins impossible de simuler l’utilisation d’un filtre polarisant avec Lightroom ou même Photoshop : trop de travail, trop de subtilités (notamment si l’on a pas de modèle sous les yeux).

Second cas : élimination des reflets sur l’eau. Ce second exemple est très intéressant, puisque le filtre a éliminé la réflexion du ciel (bleu) sur l’eau… Ce qui permet de révéler la véritable couleur du fond de l’eau (turquoise). On constate le même phénomène sur la végétation à l’arrière plan : l’absence de reflets permet de révéler la couleur de la forêt tropicale de la région de Bouillante en Guadeloupe, vue depuis les Ilets Pigeon (la fameuse réserve Cousteau).

_MG_9155_web_800px _MG_9156_web_800px

Troisième cas : le contre emploi ! Voici un exemple typique de ce qu’il ne faut pas faire… Croyez-le ou pas, j’ai bêtement « massacré » toute une série d’images, en voulant réveiller le vert de la végétation (contrairement aux exemples précédants, il ne s’agissait pas de faire des images de démonstration. C’était un vrai ratage en directe ! Voilà pourquoi je ne dispose pas de deux images prises exactement au même moment, mais seulement d’images proches).

_MG_6138_COPIE_web_800px

_MG_6141_COPIE_web_800px

Effectivement sur l’image de droite (avec polarisant), le vert est plus
saturé et lumineux. Malheureusement j’ai du coup éliminé tous les reflets du
ciel sur l’eau des rizières… Et une rizière sans reflets, ça ne ressemble
plus du tout à une rizière, mais seulement à de la boue. Ce que vous pouvez constater… Voilà donc un
cas typique ou l’utilisation du polarisant est terriblement contre productive : ne jamais
utiliser de filtre polarisant dans les rizières !

 

BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

19 commentaires

  1. Apparemment la question a été posée par un débutant et tu fais bien de rappeler l’utilisation de ce filtre qui est le seul à être irremplaçable. Toutefois quelques remarques :
    – ton intro donne une explication à deux balles, scientifiquement inepte, allez voir plutôt Wikipedia si vous voulez comprendre
    – c’est assez incroyable que tu ne dises pas qu’il faut tourner le filtre pour varier l’effet et donc regarder dans le viseur pour le doser
    – je suis donc surpris que tu n’aies pas vu le résultat sur la rizière dans le viseur de ton 450D

  2. JF, peut–être serai-t-il aussi intéressant d’expliquer la différence entre un filtre polarisant linéaire et un filtre polarisant circulaire? :)

  3. Ah merci pour les exemples, c’est plus parlant !
    Effectivement je rame avec LR pour essayer de reproduire l’effet polarisant.
    Bon bin c’est clair, ça va être mon cadeau de Noel.
    Justement tu recommandes un circulaire ou linéaire ?
    PS sur le 1er example, ça fait un petit effet HDR

  4. Une question me turlupine… tu n’as pas vu dans le viseur que les reflets sur l’eau des rizières avait disparu et corriger en conséquence ?

  5. Bonjour JF,
    bravo pour les exemples avec/sans pola car je pense que c’est difficile de trouver ces photos en exemples, souvent on fini par jeter les photos non polarisées.
    C’est vrai aussi que le rendu de l’eau fait parti des « on aime ou pas c’est selon » , une rivière avec reflets du ciel ou bien avec eau bien tranparente où l’on voit les rochers du fond etc… Autre cas ou le pola me dérange, c’est quand il densifie trop un ciel déjà bien bleu (en montagne, il devient quasi noir)et surtout avec un grand angle ou on voit l’effet « vignettage » du à la différence de polarisation.

  6. je lis : « explication à deux balles », « inepte »… « c’est assez incroyable » … je vous l’accorde, cet article totalement incomplet est un vrai scandale ( ! )
    Désolé de ne pas avoir pris le temps de faire un cours théorique sur le filtre polarisant ( ! ) … Dans le cas présent, je suis parti en effet du principe que tout le monde savait ce que c’est. Sinon renseignez-vous.
    On ne va pas ré expliquer toutes les bases de la photo dans chaque article quand même… Ici, ce n’est pas une encyclopédie : juste un blog, un lieu d’échange courtois et conviviale.
    Oui, il s’agissait évidement d’un filtre circulaire, que l’on doit tourner en fonction de l’angle de visée par rapport au soleil (au jugé dans le viseur).
    La suite de votre question est plus intéressante : non, je ne me suis pas rendu compte de la disparition des reflets dans le viseur. Car dans le feux de l’action on ne voit pas tout ! Il faut croire que j’étais trop préoccupé par mon cadrage, l’expo, et tourner le filtre dans la bonne position… En même temps je m’enfonçais jusqu’aux molets dans la boue et il fallait faire attention de pas tomber dans l’eau, ni de faire s’effondrer le muret de terre (qui ne sont pas conçus pour des photographes de plus de 80 kilos avec leur matos).
    Bref : des tas de choses qui m’ont fait oublier totalement les reflets. Et ce n’est qu’une fois sur Lightroom que j’en ai pris conscience en regardant les images !
    Merci Hervé pour ta remarque sur le ciel de montagne : il faut effectivement se méfier surtout au grand angle (pas de polarisant en dessous du 20mm en principe car l’effet est souvent désastreux. Le format RAW me semble d’ailleurs obligatoire)… Mais si l’effet est maitrisé. C’est extrêmement puissant. Un peu à la façon d’un filtre jaune en noir et blanc.
    J’ai parfois utilisé le polarisant sur mon 70-200 mm : pas facile, mais ça donne des choses intéressantes aussi.

  7. Il est également important de gérer la position du soleil, de préférence dans le dos, faute de quoi on a une belle inhomogénéité d’exposition dans le ciel.

  8. Très bon article où on se rend bien compte de l’effet du filtre. J’hésitais à en prendre un à cause du prix mais là je suis convaincu.
    C’est incroyable la différence su la première image, en effet on dirait du HDR !
    J’adore le coup de la rizière, j’imagine très bien la scène…! :D

  9. « Oui, il s’agissait évidement d’un filtre circulaire, que l’on doit tourner en fonction de l’angle de visée par rapport au soleil (au jugé dans le viseur). »
    Ha ha, vraiment rigolote cette réponse… :)
    Le filtre polarisant linéaire aussi on doit le faire tourner…
    Il ne s’appelle pas linéaire parce qu’on ne le fait pas tourner, mais seulement parce qu’il polarise la lumière une façon différente….
    Quand au résultat obtenu la différence fondamentale c’est qu’un polarisant circulaire ne perturbe pas l’autofocus ou le posemètre tandis qu’un polarisant linéaire au contraire peut causer des problèmes.

  10. Euh, non Vincent ! Pas le soleil dans le dos surtout : dans ce cas le pola est sans effet (sauf au très grand angle sur le côté un peu). D’ailleurs je l’enlève dans ce cas… Avec le soleil dans le dos, le pola ne sert presque à rien, comme face au soleil d’ailleurs (tu perds juste 1 ou 2 diaph et récolte juste des reflets gênants s’il est pas très propre).
    Le pola s’utilise plutôt en pointant l’objectif perpendiculairement aux rayons du soleil (avec une marge de 45° de part et d’autre à peu près). La tu auras un effet polarisant (qui sera de moins en moins fort lorsque tu t’éloigne de la perpendiculaire).
    Si tu es au 35mm (24×36) et plus, tu ne sera pas gêné par le dégradé latéral dans le ciel (qui n’est pas forcément moche d’ailleurs, des fois c’est même intéressant). AU grand angle ça peut devenir problématique, il faut donc s’éloigner un peu de la stricte perpendiculaire à l’axe du soleil… Mais pas trop car à un moment l’effet pola disparait d’un coin de l’image.

  11. Très intéressant article, merci pour le contre-exemple qui est très parlant et qui effectivement restera dans la tête de bcp de nous sur des prochains voyages je crois !
    (et chapeau pour la « non prise de tête » pour mettre en ligne ses propres clichés ratés – quand on voit la rapidité et le délice de certains à « flageller » gratuitement les articles sans y mettre aucune forme, on ne peut qu’en être reconnaissant…)

  12. Ton article est tres interessant! Je peux enfin comparer concretement le rendu d’une photo « avec & sans » filtre polarisant!

Leave A Reply