web analytics

Guide Complet Canon EOS 500D : le pavé est dispo !

27
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

 Petite info à l’attention de tous ceux qui désirent aller plus loin avec leur reflex : mon Guide Complet Canon EOS 500D vient d’arriver. Et hop, le voila :

 

2009_09_28_5303_web_1400px

Je suis vraiment très fier de ce sixième ouvrage (déjà) de 368 pages (un pavé), qui regroupe le meilleur de ce que je sais des reflex numériques en général et du Canon EOS 500D en particulier (je garantis qu’il sera utile à tout utilisateur de Canon EOS, quelque soit le modèle). A noter qu’un petit chapitre synthétique d’initiation aux fonctions vidéo n’a pas été oublié. Si vous souhaitez encourager l’auteur de ce blog : commandez le – de préférence – en suivant ce lien.

Car il faut le savoir : écrire un tel ouvrage coûte quasiment plus à son auteur que ça ne lui rapporte. Si, si… faites le calcule vous-même : quatre mois de travail au minimum, seulement 8% sur le montant des ventes hors-taxe et quelques milliers d’exemplaires vendus (dans le meilleur des cas). Autrement dit ; les auteurs de livres pratiques sur la photo ne font ça que par passion ! Dans ces conditions, il ne faut pas trop s’étonner de la relative médiocrité de ce que l’on trouve en libraire (ben woui…). Et ça ne risque pas de s’arranger puisque de nombreux éditeurs se contentent (de plus en plus) de faire traduire à vil prix des ouvrages Américains qui ont été déjà très largement rentabilisés sur le marché US et International. C’est comme ça que la culture s’uniformise (dans tous les domaines), se mondialise et finalement… se bâtardise (voilà, il fallait que ce soit dit).

Pour mémoire, le Guide Complet Canon EOS 450D EOS 1000D est toujours disponible. Sans oublier mes Travaux pratiques avec Photoshop Lightroom 2 : Retouches photos et astuces d’expert. Bonne lecture et bonnes photos.

 

 

 


Lire aussi à propos de Canon :

  • Canon S90 et viseur externe, l’astuce qui tue !
  • Deux petits accessoires utiles pour le Canon S90.
  • Test terrain : Canon G10 au Costa Rica (en attendant le G11).

 

 


 

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

27 commentaires

  1. Voilà , c’est commandé !
    Une suggestion JF : tu devrais faire une version de ce bouquin destiné à tous les utilisateurs de reflex… En ajoutant juste quelques encadrés pour souligner les spécificités de telle ou telle marque.
    Car tel quel ces bouquins sont déjà très utiles quelque soit la marque du reflex utilisé (j’ai lu celui sur l’EOS 450D) : la photo c’est la photo ! Tous les reflex fonctionnent plus ou moins de la même façon.

  2. Voilà, petit conseil à ceux qui auraient eu du mal récemment à poster des commentaires en utilisant Safari…
    Certaines chose ayant changé dans la techno Typepade, je vous conseil d’aller supprimer les cookies contenant la référence Typepad :
    > Menu Safari > Préférences > Afficher les cookies
    > faites une recherche sur Typepad
    > cliquez sur « Effacer » (et non pas « Tout effacer »).

  3. j’avais beaucoup apprécié le Guide du 450D moi aussi (bien que possédant un 40D). Je pense passer à l’EOS 50D (devenu particulièrement intéressant financièrement, grâce à l’arrivée de l’EOS 7D)…
    Aurais-tu projet de te lancer dans un ouvrage du même style sur l’EOS 7D ou sur le 5D Mk2 ? Car là il y aurait du potentiel !
    J’ai feuilleté ce qui existe sur les 5D et 5D mark2 : c’est vraiment pas terrible. beaucoup de blabla superflu et des illustrations totalement tristounettes et vieillottes.

  4. Hello. Non, malheureusement je ne me lancerait pas sur le créneau de l’EOS 5D mk2. Car je ne crois pas que les ventes soient suffisantes pour me permettre d’y consacrer 3 ou 4 mois. L’EOS 7D peut-être… Mais rien de certain.

  5. pas tous ! Quelques uns sont excellent comme le Lightroom 2 de Martin Evening… Quoique l’on sente une « patte » américaine (tant dans le texte que dans les images), qui a la longue peut incommoder…. Enfin, ça dépendra de la susceptibilité littéraire de chacun !
    Mais d’autres bouquins traduits sont réellement affligeants (notamment sur les boîtiers ou la photo numérique en générale). Je pense à quelques bouquins traduits de l’Allemand qui sont bien moches aussi ! Pas terribles au départ, la traduction n’arrange rien.
    Reste que certains auteurs Français sont aussi capables d’ouvrages « pires qu’affligeants » (je resterais discret sur les sus-dits ouvrages, mais je pense très précisément à certains ;-)

  6. personnellement je me suis fait avoir au début avec un minuscule guide sur le D300… qui faisait dans les 180 pages et ne coûtait que 18 euros.
    En fait : j’ai perdu 18 euros ! Comment parler du D300 en si peu de pages ? J’ai enssuite acheté un vrai guide et là c’était du sérieux.

  7. C’est un peu comme quand on achète un reflex : le premier prix n’est jamais une bonne affaire… On fini par payer plus cher, car il faut tôt ou tard passer a un vrai reflex (vrai viseur notamment).

  8. Bonjour,
    j’ai fait le calcul moi-même : le montant TTC du bouquin (sur Amazon) est de 25 euros, donc le prix HT est de 20,90 euros.
    Quelques milliers d’exemplaires vendus : disons 3000 ?
    3000 x 20,90 x 8% = 5000 euros.
    Bien sûr, rapporté au 4 mois de travail, ce n’est pas énorme mais c’est quand même mieux que rien !

  9. « Une suggestion JF : tu devrais faire une version de ce bouquin destiné à tous les utilisateurs de reflex… » > Ca existe et ça s’appelle « La pratique du Reflex » par René Bouillot. Très très dense ! Après, les deux ou trois conseils au sujet des boutons sur lesquels il faut appuyer c’est de l’accessoire.

  10. Félicitations pour ce nouveau livre!
    Martin Evening est Anglais… Et ses traductions sont souvent faites par Volker Gilbert, qui apporte sa touche personnelle, ainsi que son expérience!
    Pour trouver du ricain bien lourd, il vaut mieux loucher sur du Scott Kelby… (et choisir un bon Evening!)

  11. Jerome revien sur terre, 1250 €/mois (auxquels il faut enlever charges et impots), c’est évidement totalement ridicule pour un photographe professionnel expérimenté (qui doit renouveller et amortir son équipement photo et informatique, sans parler du reste : développement d’un site web, téléphone professionnel, frais de développement sousvent à sa charge)… et par dessus tout n’a pas de sécurité de l’emploi !
    Tu pourrais faire vivre ta famille toi en gagnant 1250 € et en habitant en plein Paris ? Un tel montant doit être considéré comme une indemnité, pas un revenu…
    Je comprends bien le coup de gueule de JF, car je suis confronté à la meme equation (sauf que mes bouquins de photo, j’en vends moins de 2000 exemplaires à chaque fois)

  12. Bonjour. Ce n’est pas que je doive me justifier, mais une mise au point :
    Le but des bouquin, n’est vraiment pas d’arrondir les fins de mois (c’est même fichtrement contre productif de ce point de vue)… Car pour « gagner plus », mieux vait « enseigner plus » (sans jeux de mot)…
    Un formateur photo réputé peut gagner entre 300 et 600 €/jour dans le privé. Et j’en connais qui demandent jusqu’à 1000€/jour. Autrement dit : 10 à 15 jours de cours = 4 mois de travail quotidien sur un bouquin (week-end compris, car l’auteur est incapable de s’arrêter).
    Considérons plutôt les revenus des bouquins comme une indemnité (comme l’explique très bien Olivier). Dans mon cas l’écriture n’est possible que grâce aux ventes d’images d’archives qui se font en parallèle (bien que en baisse constantes)… Et (de plus en plus) grâce aux journées de cours (ou de Salon), qui compensent le manque à gagner des mois d’écriture..
    Alors pourquoi écrire des bouquin ? D’abord, pour se faire plaisir : obtenir un bel objet avec des images que j’ai choisi (et pour ce dernier opus au moins), parfaitement maquettées et superbement imprimé. Un beau bouquin, c’est aussi une vitrine (à condition qu’il soit parfait). Enfin, le plaisir d’aller au « bout du bout » de la maîtrise d’un reflex et tester ses moindres raffinements.

  13. Espérons que tu auras plein de formations Lightroom 3 pour te permettre de publier un bouquin sur le 7D car je vais en avoir besoin pour maitriser la bête ;)

  14. J’avais fait le même type de calcul que Jerome…
    … mais j’étais arrivé à la conclusion inverse : c’est vraiment super mal payé.
    Ceci dit, c’est bon en terme d’image et de publicité personnelle, cela renforce ta notoriété et crédibilité pour les actions de formation notamment; je pense que de ce point de vue c’est plus intéressant quoi que difficile à chiffrer. Merci en tout cas pour la transparence de l’information.

  15. Débat intéressant. Je pense que Jérôme ignore beaucoup de choses sur la façon dont l’édition fonctionne. Par exemple, l’auteur reçoit ses premiers droits d’auteur seulement un an après la sortie du livre (l’auteur doit donc tenir un an sur ses économies propres). L’éditeur ne donne pas systématiquement d’avance, et quand il en donne une, elle ne couvre généralement pas l’achat du boîtier (Canon France ne prête pas de matériel). L’avance est toujours déduite des droits d’auteurs que l’auteur recevra un an plus tard.

  16. Pour mettre les choses en perspective, le libraire, lui, reçoit une part bien supérieure à l’auteur. Il encaisse 30 à 40 % du prix du livre, et sans avoir passé 4 mois (w-e compris) dessus…
    Si l’on ajoute à cela la rédaction gratuite de ce blog, on comprend que JF fait cela par passion, et c’est bien de le rappeler de temps en temps…

  17. 4 mois de travail ? Donc j’imagine qu’il n’y a rien de repris de l’édition du 450D ? Si c’est effectivement le cas (réécriture complète du bouquin) je dois avouer que ça ne fait pas cher. Encore faudrait il savoir sur les 4 mois combien cela représente d’heures de travail. Car donner un nombre de mois ne veut pas dire grand chose vu que ce n’est pas l’activité principale. Dans tous les cas, félicitation pour votre boulot qui est de qualité.

  18. A mon avis, c’est un équivalent 4 mois de travail à temps plus que complet (w-e et soirées comprises). Essayez d’écrire un bouquin de près de 400 pages (textes et photos) et vous verrez que ça prend nettement plus de 4 mois à temps plein, tout simplement ! J’imagine que certaines prises de vues sont étalées sur toute l’année, mais si on groupe le travail total sur quelques mois, on doit être en réalité au delà de 4 mois 16 heures par jour, w-e compris !
    Je pense que les gens qui n’ont jamais tenté d’écrire un livre de ce genre n’ont aucune idée du travail que cela représente ! Après l’écriture, il y a le travail de mise en page avec le maquettiste, la réalisation de l’index page par page, la relecture et les corrections, et ça prend bien deux semaines de plus…

  19. Félicitation pour ce travail de qualité. Un livre indispensable pour compléter le mode d’emploi de l’appareil. 8% de marge sur un bouquin ça fait pas beaucoup effectivement pour autant de travail.

  20. précisons tout de même que certains éditeurs sont moins radins que d’autres. Chez certains (Dunod par exemple), c’est pour tout le monde 12 mois pour toucher les droits (c’est raid). Mais chez d’autres (Micro Application par exemple), c’est tous les 6 mois…
    Bref c’est les pratiques propres à chacun.
    Canon m’avait prêté un EOS 450D et récemment un EOS 500D… durant 15 jours !
    C’est suivant les exemplaires dont dispose – ou pas – le service de presse (ou un autre service quand ils peuvent aider les auteurs, ils le font… ils essayent) !
    C’est déjà mieux que rien, mais ça ne suffit pas généralement. J’ai donc systématiquement du acheter des EOS 400D, 450D et 500D pour mes trois bouquins…
    Cela dit, ce fure des achats utiles (à l’exception du premier), car je me suis vraiment régalé avec les EOS 450D et 500D… Presque autant qu’avec mon 5D et 5D Mk2 (pour des raisons différentes).

  21. Hello..
    J’aimerai que tu puisse te pencher avec le même enthousiasme sur la série G de Canon..et nous pondre un beau livre détaillé sur toutes les façons de tirer le meilleur de ces compacts haut de gamme..peut-être un jour?..et peut-être sur le prochain?..qui sait..

Leave A Reply