web analytics

Vos questions photos : nos (vos) réponses photos !

24
BILLET PREC.
BILLET SUIV.


Canon_G10
Je reçois une ou deux questions par mail chaque jour et comme je prends (quasi toujours) la peine d’y répondre, autant que cette réponse profite à tous. Vous êtes donc invités à poser vos questions par mail, ou ici en commentaires

Voici la première question d’une longue série (peut-être, ça dépendra de vous) concerne la profondeur de champs des Canon G10 / G11.

  » Bonjour, j’ai lu avec attention votre article concernant le Canon G10, et son essai au Costa Rica. Je pense acheter un G11 d’ici peu. J’utilisais jusqu’à maintenant un 30D, que j’ai revendu pour chercher quelque chose de plus compacte, mais avec les même libertés de réglages, et la même ergonomie.

J’ai aussi voulu mettre fin à la course aux objectifs, sac à dos, etc, dans la quelle je me suis laissé entrainé… faible consommateur que je suis :-) Après avoir essayé le LX3, et le GF1, j’ai mis la main sur un G11. Venant d’un reflex canon, je me suis tout de suite senti chez moi. Vivement l’achat donc. Bref, voilà pour la petite présentation.

La question que je pose, suite à la lecture de votre article, concerne l’utilisation du G10 ( et du G11) en MAP manuelle, en utilisant l’hyperfocale. C’est typiquement le genre d’utilisation que j’envisage : très orienté photo-reportage. Faire ses réglages une fois en fonction des conditions, et ne plus se concentrer que sur les sujets et le cadrage.

J’envisage aussi de faire un peu de photo d’action en aqua ( avec caisson ), et utiliser l’hyperfocale me permettrait de m’affranchir d’un AF relativement lent.

Seulement, encore débutant dans la photo, j’ai un peu de mal avec la notion d’hyperfocale. Le principe est qu’un ensemble de paramètres donnés donne une distance à partir de la quelle l’image sera nette ? Ces paramètres étant le couple vitesse/ouverture, et la distance de mise au point. S’il existait sur les anciens objectifs des lignes d’hyperfocales tracées sur le fut afin de s’y retrouver, cela ne se fait plus maintenant.

Alors, comment faire avec un canon G10 ? D’autant que les formules de calculs ne doivent pas être les même qu’avec un 24*36 ? Est-ce que l’on peut trouver des tables quelque part ? Existe-t-il une méthode simple de calcul ? Je serais ravi si vous avez quelques instant à m’accorder pour me donner quelques éléments de réponses  » . Alain

Voilà une question très intéressante ! Le plus souvent j’évalue la PDC au pif…. en comptant sur l’expérience. Mais l’expérience ne s’acquière pas toute seule. Aussi, j’ai trouvé des tables de prof de champs intéressantes sur l’iPhone :

On en trouve aussi sur le net :

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

24 commentaires

  1. Voilà une nouvelle rubrique intéressante.
    Il m’est arrivé quelques fois de poser une question par mail à JFV et il a toujours pris le temps de me répondre ( et très vite)
    Je consulte ce blog au quotidien et j’apprécie beaucoup les posts sur le matériel et la technique.
    Je ne peux donc qu’applaudir des deux mains cette nouvelle initiative.

  2. Merci pour vos témoignages…
    Remarque à propos du diaph f/16 : oui, à ce diaph presque tout devient net (d’autant plus que le capteur est petit)… Mais désolé, fermer à f/16 n’est pas du tout une solution recommandable (sauf par grand soleil) !
    Car ce faisant, vous êtes fatalement obligé de tomber à des vitesses basses (problème si vous photographiez un sujet rapide ou proche qui bouge un peu)…
    Ou pire : vous êtes obligés de monter un peu en sensibilité (et pour des questions de qualité et de potentiel d’agrandissement on préférera toujours la plus basse sensibilité possible).
    Dans bien des cas, f/16 est donc excessif ! Dit autrement c’est un vrai « gaspillage » de qualité d’images (sensibilité ou sécurité de flou du sujet, ou les deux à la fois s’il y a vraiment peu de lumière)…
    Il reste donc nécessaire d’être un peu plus précis que ça et de connaître un peu la profondeur de champs disponible… De façon à ne fermer le diaph juste ce qui est nécessaire (entre f/5.6 et f/11 le plus souvent en ce qui me concerne).
    Je ne monte donc à f/16 ou f/20, que très exceptionnellement lorsque j’ai besoin d’une énorme profondeur de champs (pour sécuriser un AF qui pourrait déraper par exemple sur un sujet très rapide en sport), ou lorsque j’ai un paysage que je veux absolument net dès le premier plan (notamment s’il est très proche).
    Ne pas oublier qu’en photo tout ce paye ! Notamment les valeurs excessives (et f/16 ça commence à être pas mal fermé)… Au delà (f/18, f20), on commence aussi à voir apparaître de la diffraction (notament sur le petits capteurs pleins de pixels comme celui du G10).

  3. pour finir, ne pas oublier que chaque objectif (zoom et focales fixes) a sa zone d’excellence (ou il produit les meilleurs résultats optiques (moins de vignettage, moins de distortion, moins d’abération chromatique, etc)…
    généralement celle-ci se situe aux focales moyennes et aux ouvertures moyennes (f/5.6 à F/8 souvent). C’est pour cela que l’on évite les valeurs excessives, ou les zoom au range trop important (sauf en voyage si le bénéfice poids permet de réaliser plus de belles photos avec une seule optiques qu’en se chargeant de trois)…

  4. Salut JF,
    Tiens d’ailleurs saurais-tu comment faire le test concernant la zone ou l’objectif déploie tout son potentiel ?
    En effet, je possède plusieurs objectifs et j’avais rapidement et surtout par curiosité tenté de prendre un environnement exactement au même cadrage et réglages, focale, isos, temps de pose, excepté évidemment pour l’ouverture, une photo par diaph environ..
    Malgré des changements, surtout au niveau de la netteté et du piqué, j’avais tout de même trouvé que les résultats n’étaient pas vraiment satisfaisants et j’avais même l’impression que la zone d’excellence n’était pas vraiment extraordinaire, limite décevante..
    Après, peut-être étais je trop prêt du sujet ou pas assez éloigné, peut être que l’environnement n’était pas assez contrasté, lumineux, etc…
    Merci encore pour tes précieux conseils et bon dimanche ;)

  5. sur ces capteurs minuscule il n’y quasiment pas de flou du à la pdc la map manuelle est inutile en dehors de la macro sur ces compacts en photo reportage tout sera toujours nette avec un compact le seul pb c’est leur monté en iso limité pour des tirage A4 et donc leur temps de pose un peu plus long en faible luminosité

  6. Bonjour,
    Merci Jean-François pour le message. La Chine est un pays magnifique et accueillant.
    Je suis sur Smugmug depuis peu de temps. Je possède un compte intermédiaire, Power qui me satisfait.
    Deux reproches toutefois. La protection des photos n’est que relative pour ce compte si l’on ne souhaite inclure de watermark sur les photos et deuxièmement lorsque le site est en maintenance on ne peut plus login durant plusieurs heures.
    Sinon il existe un plugin très pratique et simple pour transférer les photos de LR vers Smugmug. Mais LR 3.0 devrait l’intégrer si j’ai bien lu les premiers descriptifs.
    Le forum est aussi très réactif et instructif.
    J’en profite pour vous remercier pour « Travaux Pratiques avec LR » excellent en complément avec d’autres documentations.
    A bientôt

  7. Merci ! J’ai aussi un compte test sur smugmug : http://vibert.smugmug.com
    Mais il faut que je creuse encore la question de la personnalisation des galeries (et de la colorimétrie aussi ! Car il me semble que les images que j’ai uploadé sont trop saturées).
    J’ai testé aussi le plug-in qui est fort pratique, mais qui doit sans arrêt être mis à jour (c’est très pénible à chaque fois que je veux m’en servir, je dois le réinstaller). Vivement quelque chose de plus stable dans la V3.
    Pas mal je trouve donc. J’hésite avec Photoshelter avant de me lancer complètement (je dois refaore mon site actionreporter.com qui est complètement hasbeen maintenant).

  8. Re-bonjour,
    Curieux je n’ai pas de problème avec le plugin LR vers Smugmug. La dernière mise à jour date du milieu octobre si je me souviens bien.
    J’aime beaucoup les photos des cérémonies balinaises dans les rizières. Cela donne envie d’en voir d’autres.
    A bientôt

  9. Merci. Vivement que je reparte en Asie !
    Disons, que j’ai testé le plug-in dès ses début… et il a connu beaucoup de mises à jour (et comme je ne m’en sers pas souvent… à chaque fois que je voulais faire une démo, paf ça marchait pas il fallait le mettre à jour).
    A bientôt

  10. Smugmug ou Photoshelter, c’est une bonne question… J’ai un compte sur les 2, pro chez Smugmug et std chez Photoshelter, et je me la pose encore…
    Pour resumer, Smugmug est moins cher, plus convivial et ergonomique, des outils plutot sympas pour soi et les autres (comme le « Share » ou le slideshow), mais possede moins de visibilite (en anglais « exposure ») aupres des moteurs de recherche que Photoshelter semble t’il. Mais ce dernier est aussi plus cher si on veut customiser entierement son site…
    Pour l’instant, je me contente de Smugmug, qui offre le moyen de faire qq chose a son gout plutot facilement. A toi d’en juger : http://lustu.smugmug.com !
    Super blog, je suis un adepte de longue date, continue !

  11. bonjour jean francois ,
    casse tête depuis plusieurs semaines
    j’ai un mac pro 24″ et book pro 13″ (snow léopard 10 6) j’ai installé sur les deux lightroom 2.5 sur le book pas de problème dans la fenêtre impression « imprimé une copie » est accecible je peux lancer l’impression . Sur l’autre impossible « imprimer une copie » la touche n’est pas en surbrillance ( active).
    je sais plus ou chercher pour trouve le problème
    auriez vous une direction pour que je puisse imprimer de nouveau
    je n’ose pas désinstaller au risque de perdre des images
    je suis persuadé que vous avez la solution a mon souci
    cordialement jean pierre lefort

  12. Attention « imprimer une copie » veut dire imprimer avec les réglages précédemment utilisés avec l’outil « Imprimer » (sans ouvrir à nouveau le dialogue du pilote d’impression).
    Le bouton « Imprimer » est-il accessible ? Lancez une impression et pet-être retrouverez-vous l’usage de Imprimer une copie.
    Par ailleurs, vous pouvez très bien suprimer LR du dossier application et le réinstaller. Le catalogue reste à sa place dans le dossier Lightroom qui est dans le dossier image. Et les images restent aussi à leur place (ou que vous les ayez stockées).

Postez un commentaire