web analytics

PETITION : SAUVONS LA PHOTOGRAPHIE

38
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Dans la lignée des débats survenus à l’occasion de l’affaire Geo (relire ceci, ceci, cela et même cela), je relaye ce soir cet appel, lancé par l’UPC (Union des Photographes Créateurs), Freelens, et la Saif. Signez en masse cet appel sans précédant… Faites passer le message, l’adresse de la pétition est la suivante :

http://petitions.upc.fr/appel.php?petition=1

SAUVONS LA PHOTOGRAPHIE

Pour que la création visuelle continue d’exister et que les Auteurs Photographes puissent
continuer à produire des photographies.

Nous lançons cet appel pour la constitution d’Etats généraux de la photographie.
Les utilisations massives de photos dites « libre de droits », les photographies à « 1 euro », les photographies signées « DR », la baisse générale des tarifs, les contrats de cession de droits ne respectant pas la loi, la remise en cause par les juges de la qualité originale des photographies, la banalisation de la photographie comme un bien de consommation et les autres atteintes à notre profession doivent être encadrés juridiquement et socialement.

Ces pratiques abusives génèrent une crise économique sans précédent qui met en péril les auteurs photographes et les agences qui diffusent leurs images.

Nous demandons à l’Etat, garant des libertés et de la sauvegarde du patrimoine culturel, de tout mettre en œuvre pour réunir l’ensemble des acteurs de la photographie et trouver des solutions législatives à cette situation.

L’opinion publique et les représentants de l’Etat doivent prendre en compte cette réalité. La France pays inventeur de la Photographie a le devoir de soutenir la liberté de création visuelle et maintenir une activité économique qui concerne des milliers d’emplois utiles à notre société.

A vous tous qui êtes convaincus de la nécessité absolue de préserver et de protéger les Auteurs Photographes et par voie de conséquence la Photographie, vous pouvez soutenir cette initiative en signant cet appel.

SIGNEZ EN ESPÉRANT QU’IL NE SOIT PAS TROP TARD

J’en profite pour créer une catégorie nouvelle sur ce site qui
regroupera tous les articles traitant de ce problème : ACTION DROITS D’AUTEUR. Je vous invite à m’adresser toute information ou « coups de gueule » susceptible d’y être publiée.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

38 commentaires

  1. Mondialisation on

    On devrait vendre des appareils de photo qu’au pro, des instruments de musique qu’au pro ainsi on réglerait le problème comme pour les taxis ou les ambulanciers avec leur licence.
    Le monde évolue et il faut aussi évoluer

  2. Salut Benoît, apparemment tu ne vis pas dans le même monde que les lecteurs de Macandphoto… Tu écris :
     » j’ignorais que la photographie était en crise et devait être sauvée.  »
    Certes, une certaine photographie « aristocratique » s’en sort pas si mal : celle des expos branchouille et des tirages d’Art hors de prix (à une époque ou les riches sont plus riches, il faut bien produire de jolis cadres noir & blancs pour décorer les murs blancs des beaux quartiers de Paris, Londres ou New-York)…
    Mais ce n’est pas de cette photographie là (qui ne fait vivre qu’une minorité), dont il est question ici… Mais de la photographie qui fait vivre les photographes… La photo de tous les jours, celle de la PQR, de la pub, des petits studios…
    Bref la photo qui se meurt ; c’est celle des besogneux et des sans grades ! La photographie d’en Bas en quelque sorte.

  3. Tu devrais lire ma note jusqu’au bout parce que je crois que j’ai déjà répondu à ta remarque mais, en deux mots, ce qui me gêne c’est que le périmètre du débat est très flou… en gros on demande de signer un chèque en blanc.
    Parce que la photo c’est une énorme famille, qui comprends les photographes pro (dont certaines catégories souffrent, on est bien d’accord) et puis plein d’autres mondes qui globalement sont plutôt content et en expansion.
    Il y 1600 membres à l’UPC, d’après le site. Combien de dizaines de fois plus d’utilisateurs Flickr en France ?
    Alors ce que je me demande c’est quel est le périmètre ? Si c’est la photographie, il faut inclure les fabricants de matériel, les clubs photo, les forums photo, Flickr, Fotolia, etc. bref tout le monde. Ca va faire beaucoup de monde, dont la plupart se moque que les photos soient à 1 euros chez Fotolia… donc ça va pas aider.
    Et si c’est pas le cas, alors je crois qu’il y a abus du mot « la photographie. » C’est à dire que ce n’est pas « la photographie » qu’on veut sauver mais quelques métiers.
    Je ne dis pas que ça ne faut pas les sauver d’ailleurs mais qu’il faut placer correctement les limites du débat, pour la qualité même du débat.

  4. Vous devriez lire mon blog : Le Photographe Cybernomade
    http://lephotographecybernomade.blogspot.com/
    Vous pourriez cerner les multiples problèmes qui détruisent notre profession et la culture de notre pays.
    Je propose aussi quelques solutions.
    Il est temps de vous réveiller, la droite comme la gauche se moquent pas mal de nous, pourtant les images sont partout dans votre quotidien.
    J’aurais presque envie de rire de vous voir vous réveiller, eh oui la photographie va mal, j’en parle depuis trois ans…

  5. Les gens ne lisent plus aujourd’hui mais sont bombardés de films vidéo. Y a qu’à voir l’engouement pour Youtube, donc comme le dit très bien Mondialisation, il faut s’adapter et arrêter de chialer :)

  6. C’est slaaa oui!Arrêtons tous la photo et mettons nous à la vidéo pour alimenter You Tube and Co.
    Quand je lis certains commentaires « nocturne », je me dis que la connerie ne se repose donc jamais…
    L’arrivée du numérique a fait de gros dégâts dans le milieu de la presse. Les notes de frais sont des charges considérables pour un Mag et je vois beaucoup de mes propositions refusées car le Mag ne veut pas m’envoyer sur une épreuves (je pige pour des Mags de sports)car trop de frais. Et pourtant je vais très attention et je fais au plus serré. Et les photos sont donc achetées à un photographe sur place, qui va bien dépanner comme ils disent, pour une demi-page ( et oui j’accepte même des demi-pages…)
    Là où je m’insurge, c’est contre « ces » photographes du dimanche (aussi doué soit il)mais qui sont salarié la semaine et viennent « travailler » le week-end-end-end sur les compétitions.Bien sur que le Mag va pas trop hésiter quand il n’aura pas de frais de déplacement à payer et que le prix des photos défiera toute concurrence car ces gars cassent les prix.
    Et quand je discute avec ces photographes « du dimanche » et que je les entends dire :
    « Moi devenir Pro, jamais, je veux pas galérer et je gagne très bien ma vie avec mon job de la semaine »Et bien je peux vous dire que ce genre de propos et de raisonnement sont parfois dur à encaisser, quand on est soit même pro, free-lance et que ce n’est pas facile tous les jours. Mais j’aime mon job…

  7. Quand on lit certains commentaires, on se dit qu’il y en a qui se prennent pour des photographes alors qu’ils ne font que tenir un site web et presente du matos que les services presse lui file. N’importe quoi. « Faut s’adapter »: on a pas attendu les podcasts pour s’adapter, je fais du quicktimevr depuis 1996, etc. Flickr: et alors une fois que tu as mis sur Flickr, qui c’est qui te paye à bouffer?? ( a si c’est getty qui va te les vendre, ah ah!!). Les mecs pensent qu’ils sont photographe parce qu’ils sont sur Flickr ou on acheté un super portfolio chez livebooks. Ils doivent pas trop avoir à faire avec les services photos des canards, des photos editors, des agences de pub…..Alors qu’ils nous laissent régler notre soit disant « non problème » et comme tout va bien pour les photographes..(puisque ça se mesure aux nombre d’abonnés à Flick ou Facebook.. Y a un autre truc: c’est que je vois de plus en plus de « photographe » écrire des bouquins sur les boitiers, donner des cours, faire du coaching, par contre ceux qui ne font que des photos…..enfin moi si j’ai choisi ce métier c’est surtout pour
    Là je sur ressort pour la journée. Tiens je vais appeler quelques agences pour demarcher, j’ai la gnak là…
    Attention je n’ai rien contre ceux qui écrivent des bouquins ou tiennent des blogs!!Je constate c’est tout.

  8. Laredo……tu veux dire que si il n’ avait pas les photographes du dimanches, ton mag aurait plus de blé pour t’envoyer sur des épreuves et prendrai TES images ?? Je ne crois pas et surtout il ne faut dévier le malaise. Si les mag avaient des budgets plus importants, les photographes du dimanches resteraient chez mémé.
    Et que dire également des rédacteurs en chef qui se mettent à la photo pour 1/ réduire les frais en n’envoyant pas un pigiste 2 / s’offrir fréquemment de bonnes ballades. Dans certains mag’, qui fait les sujets les plus fun ?
    Il m’est même arrivé d’entendre un RC ( le mag est rattaché à un gros quotidien sportif…) m’avouer qu’il part tout les mois avec le même photographe, il n’aime pas trop ce qu’il fait mais c’est un bon pote….
    D’ailleurs, dans ce quotidien, les staffés et les pigistes sont unis et représentés par un syndicat très puissant qui colle les micquettes à tout les services……..

  9. et pendant ce temps là , sur ce blog , on voit un pub pour l’inventeur de la photo pas cher , laissez moi rire JF V.

  10. Mon cher Fluo, je ne vois pas ou est le problème avec la pub Photo station (il s’agit de tirages photo pas cher)… Je ne vois pas davantage le rapport avec le sujet du jour !
    Benoît, je suis totalement en opposition avec tes propos. Cette pétition ne concerne pas la photo de loisir, bien évidement… Il s’agit de sauver la profession de photographe et une certaine culture de la photo (en passe d’être balayée par des productions médiocres et gratuites) !
    Ne confondons pas la bonne santé d’une industrie de loisir (comme tu l’as rappelé), à savoir la photo amateur (c’est très bien je n’ai rien contre)… qui ne fait vivre que les salariés de Canon, Nikon, Fuji, HP, Apple, Microsoft, Adobe, etc (autrement dit 80% d’emplois à l’étranger)… et le déclin d’une activité culturelle et professionnelle : la photo de presse, de pub, ect…
    Flickr, c’est quand même de la photo amateur, (il y a 95% de choses inintéressantes sur Flickr, mais là n’est pas la question d’ailleurs… Quand aux 5% intéressant qui restent, ils n’ont pas besoin d’être sauvé, puiqu’il s’agit d’une activité de loisir.
    Ce n’est pas parceque le secteur de la photo de loisir se porte bien, qu’il faut oublier la sauvegarde d’une profession… Le problème s’est posé de la même façon il y a quelques années lorsqu’il s’est agit de « sauver le cinéma francophone ». ET cela a plutôt bien réussi.
    Donc ne confondons pas tout…

  11. @mdm : Ne mélangeons pas tout. Je ne mets pas en doute le talent de certains photographes « du dimanche » ( certains sont parfois plus talentueux que certains Pros) , mais le fait que ce sont des gars qui bossent la semaine et sont donc salariés et viennent jouer aux Pros pour se faire plaisir et si possible ramasser un peu de monnaie en cassant les tarifs.
    Sans vouloir prendre partie ou défendre JFV, certains commentaire me semblent parfois légèrement déplacés et totalement hors sujet. Moi quand je n’aime pas un blog ou un site, ben je n’y vais pas et encore moins pour lancer des commentaires pourris.
    Sinon j’ai signé la pétition car je ne l’avais pas encore fait. Enjoy !

  12. Je ne vois pas en quoi c’est gênant d’avoir 2 activités…..
    Par contre, casser les prix, en effet , est inacceptable. Mais peut être aussi que de nombreux « pros » se sont laissé allé à une production médiocre laissant peu de différence avec des amateurs éclairés qui cassent les prix par vanité et par méconnaissance du marché ??
    Du coup, je vois plutôt d’un bon oeil l’arrivée de ces dimanchistes, ils sont au moins le mérite de piquer l’égo des « pros » qui se réveilleront peut être et sortiront une prod’ digne de leur prétendu statut.

  13. C’est quand meme vraiment rigolo à lire les commentaires. Au moins ça c’est drôle.
    Bon j’ai signé la pétition car moi aussi je veux continuer à manger avec mon métier, mais franchement une pétition c’est pas un peu ridicule ?
    J’aurais préféré une action de lobbing au plus haut niveau de l’état, comme les industries de la musique ou du cinéma. On est quand même les cons de la profession audio-visuel nous les photographes. Même pas capable de s’unir pour défendre notre steak ! bon je veux pas parler d’hadopi … mais de s’unir et d’expliquer au gouvernement les problèmes de concurrence déloyale par des amateurs défiscalisé. Notre président devrait vite comprendre ou est son intérêt quand même ?? Mine de rien ça en fait des taxes non payé !!
    J’ai souvenir qu’a une certaine époque les photographes-revendeur de quartier étaient bien arrivé à empecher les auteurs-photographe de vendre aux particuliers… On devrait bien arriver à empêcher les amateurs de piquer le boulot de tout les pro !

  14. Olivier, si tu lis bien le texte de la pétition, c’est exactement de ça qu’il s’agit :
     » réunir l’ensemble des acteurs de la photographie et trouver des solutions législatives à cette situation.  »
    C’est par là que tout commence : se réunir, pour tomber d’accord sur quelque chose et demander à l’état de faire son métier…
    L’état subventionne de nombreux secteurs d’activité qui sont considérés comme importants d’un point de vue social ou même culturel (le Cinéma et l’Audio visuel par exemple, mais aussi la presse)… Pourquoi pas la photo ?

  15. @Jean-François : ce qui est amusant c’est que tu arrives dans le même paragraphe à dire que tu n’es pas d’accord avec moi et puis à développer exactement mon argumentaire… qui se résume effectivement à : « ne confondons pas tout. »
    La seule chose qui t’échappe c’est que la confusion n’est pas chez moi mais elle est dans l’appel de l’UPC. Parce que « la photographie » c’est beaucoup de choses différentes (comme tu le notes) et donc « sauvons la photographie » c’est un appel qui confonds tout.

  16. Et j’ajoute un truc, pour éviter toute confusion. Je crois que soutenir un métier ou une activité c’est aussi d’en parler avec un esprit critique et pointer du doigt une erreur possible quand on en voit une.
    J’ai cette conviction que le débat d’idées est une bonne chose.

  17. #Gilles
    Si justement, une des inquiétudes est que dans des proces entre photographes et commanditaire, de plus en plus le juge tranche en faveur du commanditaire en affirmant au photographe que la photo n’est pas une oeuvre originale
    cela nous ramène aux debuts de la photographie où on expliquait que ce n’etait qu’un moyen de reproduction
    De plus, si je ne conteste pas la bonne santé de la photo amateur, de son coté dynamique, positif, de l’agréable augmentation de qualité, je regrette qu’autant de personnes renient cette qualité en acceptant que la valeur correspondante à cette qualité soit égale à 0,14 cts voire à zéro
    car ne nous trompons pas, elles ont de la valeur toutes ces images, les amateurs comme les pros, pour ceux qui les amassent et qui les revendent ou ceux qui du coup font de substantielles economies pour mieux satisfaire les revendications de leurs actionnaires

  18. Il n’ y a que les pro qui devraient bosser les autres regarde et sont admiratifs des pro bien-sûr :))))
    Ecriver des bouquins, animer des stages, créér des sites …. mais bor… arrêter chialer tout le temps

  19. Et le retour de la peine de mort aussi non ?
    C’est ni’mporte quoi cette pétition… faut évoluer, si t’as peur, t’es mort, c’est pas la peine de venir nous polluer avec des pétitions inut… en fait nan, bien joué, ça nous a fait beaucoup rire, ça devait être le but, non ? Je m’y suis laissé prendre !

  20. Benoît, il y a une chose sur laquelle je te rejoins un peu, c’est que le titre de la pétition est un peu large et un peu vague…
    S’ils avaient appelé ça : « Sauver la photographie professionnelle en France », cela aurait peut-être évité des malentendus en effet, je te l’accorde.
    Car c’est bien de cela qu’il s’agit : un secteur économique entier qui est en danger… et qui mérite qu’on s’y attarde (comme les chauffeurs de taxi, les restaurateurs, les pêcheurs bretons, etc… des professions qui savent se faire entendre).
    Ce n’est pas pour rien que je me suis diversifié (livres formations, ect…), tout simplement il devenait difficile de vivre de mon métier !

  21. @Jean-François : après quelques explications, je crois qu’on est d’accord sur l’essentiel. Bien entendu, qu’il faut sauver le métier, s’il est encore temps pour cela.
    Le titre vague a un côté « chèque en blanc, » et amène à se demander si l’UPC cherche à monter les uns contre les autres ou si c’est juste un titre gros et gras.
    Evidement à ta place je signerai sans hésiter, quelque soit les intentions de l’UPC, c’est bon pour toi. Pour ma part, je dois clarifier ces aspects parce que je ne voudrais finir en soutenant un HADOPI de la photo, par exemple.
    A propos, je ne suis pas arrivé à contacter le service presse de l’UPC mais le vice-président a laissé un commentaire qui clarifie (partiellement) leur position. Pour le moment on penche vers le titre maladroit.

  22. Mondialisation on

    Bon, j’espère qu’on aura sur ce sujet des réactions et commentaires un peu plus intelligents que ce premier là… qui vole pas haut !
    Ce n’est pas pour rien que je me suis diversifié (livres formations, ect…), tout simplement il devenait difficile de vivre de mon métier !
    Complètement en contradiction
    C’est ce que je vous dit  » Elargissez-vous » Il n’y a que chez nous qu’on s’imagine que notre métier va durer plusieurs générations.

  23. The night of the fight, you may feel a slight sting. That’s pride f*cking with you. F*ck pride. Pride only hurts, it never helps.
    c23f59db3f0b5e1b1a91f004e648ea13

  24. Quand la photographie enfonce les grilles des jardins du Luxembourg
    Yttrium
    IMAGES & LIBERTES
    LANCEMENT DU GROUPE DE TRAVAIL SENATORIAL DEDIE A LA PHOTOGRAPHIE ET AUX PHOTOGRAPHES
    Dans le contexte de la discussion en loi de Finances 2008 de la mise en oeuvre du passeport biométrique, plusieurs sénateurs, membres de la Commission des Finances, ont mis en garde le Gouvernement sur les conséquences économiques, sociales et politiques de ce projet pour les photographes.
    Philippe Marini, le Rapporteur général du Sénat et Michèle André, rapporteur spécial sur les titres sécurisés se sont engagés à plusieurs reprises, par voie d’amendement à soutenir
    « l’économie photographique » en France, et à tenter de rééquilibrer l’offre des opérateurs privés face à une « nationalisation » non concertée de la prise de vue des photos d’identités. Par ailleurs, les difficultés rencontrées par les organisations professionnelles du secteur pour faire entendre leur voix et faire comprendre aux pouvoirs publics que 8000 emplois étaient en jeu, ont mis en lumière une nouvelle fois, l’absence de reconnaissance politique des métiers de l’image et de la photographie ; qu’ils concernent la création, le photo-journalisme, l’illustration, les artisans photographes ou encore les industries de la photographie… Elles démontrent également qu’il devient urgent de replacer la photographie au sein des discussions politiques.

  25. Quand la photographie enfonce les grilles des jardins du Luxembourg
    Yttrium
    IMAGES & LIBERTES
    LANCEMENT DU GROUPE DE TRAVAIL SENATORIAL DEDIE A LA PHOTOGRAPHIE ET AUX PHOTOGRAPHES
    Dans le contexte de la discussion en loi de Finances 2008 de la mise en oeuvre du passeport biométrique, plusieurs sénateurs, membres de la Commission des Finances, ont mis en garde le Gouvernement sur les conséquences économiques, sociales et politiques de ce projet pour les photographes.
    Philippe Marini, le Rapporteur général du Sénat et Michèle André, rapporteur spécial sur les titres sécurisés se sont engagés à plusieurs reprises, par voie d’amendement à soutenir
    « l’économie photographique » en France, et à tenter de rééquilibrer l’offre des opérateurs privés face à une « nationalisation » non concertée de la prise de vue des photos d’identités. Par ailleurs, les difficultés rencontrées par les organisations professionnelles du secteur pour faire entendre leur voix et faire comprendre aux pouvoirs publics que 8000 emplois étaient en jeu, ont mis en lumière une nouvelle fois, l’absence de reconnaissance politique des métiers de l’image et de la photographie ; qu’ils concernent la création, le photo-journalisme, l’illustration, les artisans photographes ou encore les industries de la photographie… Elles démontrent également qu’il devient urgent de replacer la photographie au sein des discussions politiques.

  26. Mobilisation en Arles
    L’UPC, Freelens et la Saif ont lancé l’appel « Sauvons la photographie » qui a aujourd’hui recueilli plus de 12 000 signatures. Nous vous remercions de tout cœur pour votre soutien.
    Une lettre a été adressée à Mme la Ministre de la Culture pour lui demander la réunion d’états généraux de la photographie destinés à évoquer l’ensemble des problèmes soulevés par notre appel et bien sûr tenter d’y apporter des solutions. Aucune réponse ne nous a été faite… Mais depuis, Mme la Ministre a été remplacée par une personnalité unanimement respectée dans le monde des Arts et Lettres, M. Frédéric Mitterrand. Nous allons nous adresser à lui de toute urgence, car bien entendu, rien n’est réglé, tout reste à faire.
    De plus, nous avons adressé un courrier à tous les députés et sénateurs afin de les informer des problématiques de nos métiers. Plusieurs dizaines d’entre eux nous ont manifesté leur soutien, et plusieurs ont posé des questions sur ce sujet au gouvernement.
    Les problèmes demeurent et s’accentuent, donc notre mobilisation continue ! Nous sommes déterminés à nous faire entendre et nous comptons sur vous pour assurer le succès des actions prévues.
    En accord avec la direction des rencontres d’Arles avec laquelle nous sommes en contact étroit, nous allons organiser un certain nombre d’interventions durant la semaine du 6 au 12 juillet.
    Nous nous rassemblerons chaque jour vers 12 h 30 à la conférence de presse qui se tient 34 rue du Docteur Fanton. Des gilets de couleur jaune portant la mention D.R. vous seront distribués. La conférence commence à 11 h 30 et s’achève entre 12 h 30 et 13 heures. À la fin de celle-ci nous nous adresserons à l’auditoire et aux journalistes présents, puis nous nous rendrons en manifestation vers la Place du Forum à 300 mètres. Là, nous ferons un freeze, c’est-a-dire que nous nous immobiliserons sur place comme des statues pendant 5 minutes, tandis qu’un de nos membres invitera les passants à se joindre à nous pour cette « glaciation » et expliquera au mégaphone les raisons de notre mobilisation. Vers 13h, chacun devrait avoir retrouvé sa liberté et vaquer à ses autres occupations.
    DONC :
    Entre le 6 et le 12 JUILLET à 12h30
    RENDEZ-VOUS chaque jour où cela vous sera possible
    au 34 rue du DOCTEUR FANTON
    http://www.upc.fr/actualites.php?actualite=133

  27. Ironie des collages et paradoxes
    Par une suite d’enchaînement de clics et de liens je viens de repasser par votre site et lire quelques passages du sujet sur la problématique de « Sauvons la photographie », les droits d’auteurs, photos vendues à 1€, etc, et … ironie des collages sur le web… attiré par de jolies vignettes figurants dans un bandeau de pub en tête du site, je clics et me retrouve sur un autre site… avec… visible et accrocheur en tête de page… : « Images pro à partir de 0,14€ ».
    L’enchaînement et le paradoxe qui apparaît dans l’enchaînement de ces 2 lectures coup sur coup (le fait qu’un même site communique sur un sujet particulier comme celui des droits d’auteurs et des ventes au rabais, d’une part, et fasse de la pub pour un site de vente de photo à tarif très accrocheur) à retenu mon attention, à tel point que j’ai eu envie de le communiquer. Ce que je fais.
    J’ai en envie de le communiquer mais pas plus.
    (ça va p-ê étonner, mais c’est vrai, il n’y a aucun jugement de ma part, je n’écris pas là pour ça, il n’y a pas de message à décoder entre les lignes pour dire ce qu’il faut en faire, en penser, etc. Je communique juste ce que je viens de voir, une situation un peu étonnante et paradoxale… Mais comme il y en a plein autour de non.)
    am

Leave A Reply