web analytics

« Hadopi », soi-disant pour protéger le droit d’auteur…

16
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Très régulièrement, les commentaires des lecteurs sur Macandphoto disent très simplement et très clairement, ce que je ne parviens pas toujours à exprimer rapidement… Je vous propose de méditer le commentaire du jour, signé Lefredo :

 » Et pendant ce temps on est en train de mettre en place la fameuse loi « Hadopi » pour soi-disant protéger le droit d’auteur… Ah ça, pour aller em…der les citoyens lambda (ah oui, au fait, une adresse ip, ça peut se « pirater » et/ou s’usurper !) à la demande de quelques multinationales, pas de problème. Mais les soucis bassement matériels de quelques photographes, fussent-ils pro ou amateur, on s’en balance. Mais de qui se moque-t-on ? « 

Si l’on en croit l’excellent Bernard Maris,  » HADOPI va tuer le logiciel libre. Avec France Inter, la chronique de Bernard Maris, journaliste et écrivain. Qui explique pourquoi le projet de loi HADOPI divise et peut causer la perte du logiciel libre ».

A lire par ailleurs : « Hadopi : sécurisation ou contrôle d’usage ? » et « Hadopi : une menace pour le logiciel libre ?« , merci Fayard.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

16 commentaires

  1. Oui, les droits d’auteur ont bon dos. Quand il s’agit de défendre les maisons de disque et l’industrie du cinéma, le gouvernement français s’en fait le défenseur avec un zèle qui ne craint pas le ridicule.
    Par contre, quand il s’agit de satisfaire le lobby de l’édition lors de pseudo assises du journalisme, le droit d’auteur à la française devient un archaïsme inadapté à la nouvelle économie numérique des médias…
    Leur but est clairement d’arriver à un copyright à l’anglo-saxonne où l’auteur abdique tous ses droits à l’éditeur.
    Le pognon protège le pognon.

  2. Ben oui, c’est ce que j’écrivais ici il y a quelques jours, les photographes ne sont pas considérés comme des créateurs et les sociétés transcontinentales qui « achètent » nos images sont aussi celles qui font les tarifs… la profession est bien mal barrée.
    Mais si on adopte le principe de la photo à usage unique, pourquoi ne pas adopter aussi celui de la licence globale ?

  3. Sans aucun doute la plus grande farce/blague de ce début de siècle…
    Rien que le nom « HADOPI » fait rire tant il nous fait penser à un personne de BD humoriste.
    La finalité, continuer à faire vivre un système archaïque qu’est celui des majors, qui n’ont jamais émis le souhait d’évoluer et de se moderniser.
    Vu qu’elle ne veulent pas débourser un cents dans cette affaire… La piste la plus simple ayant été de faire appel à notre super gouvernement liberticide au possible.
    Les majors ne vivent pas des droits d’auteurs, il faudrait être complètement C… pour croire ça, mais bel et bien de la vente du plastique qui entoure l’oeuvre et sur lequel cette dernière est gravée.
    Les auteurs… leurs droits vis à vis de l’HADOPI… On nous dit, cette loi défend et protège les droits d’auteurs… Wouarfff, en quoi elle défend leur droit puisque cette loi ne s’applique qu’en France. Rien n’empêchera un belge, un suisse ou n’importe quel autre étranger de téléchargée une oeuvre déposé en France. Donc, cela de protège et ne défend rien.
    L’avantage, nous serons obligé d’acheter l’intégrité d’une daube contenant 1 voit deux titres qui tiennent la route… Qu’elle galère nous revoilà revenu au temps des vinyles de notre adolescence…
    On va pouvoir se rassurer dans l’espoir qu’un tel texte soit rejeté par l’Europe. Et oui il va à l’encontre des libertés individuelles reconnues par nos potes communautaires.
    Pour revenir au coeur de ce site. Il va falloir arrêter de croire que l’on va se soucier de nos pauvres droits photographiques… Un photographe s’est quoi ??? un gus qui appuie sur un bouton et qui ennuie son monde pour essayer de vivre un peu en essayant de vendre un misère un cliché qui ne vaut rien au yeux des acheteurs potentiels…
    HADOPI n’est pas pour nous ni pour les artistes créateurs mais bien pour les majors… En équivalence cela reviendrait à donner une chance aux agences de presse / Photo de faire encore plus de fric sur notre dos sans que nos droits soient respectés et que l’on vive enfin dignement de nos clichés…

  4. François Fayard on

    Bonjour,
    Je viens de lire la chronique de Bernard Maris sue le projet de loi HADOPI. Je suis très « surpris » par ce qu’il dit sur les logiciels libres, je cite :
    « Or il est impossible, par définition même, de filtrer les communications d’un logiciel libre »
    Je ne vois pas en quoi on ne pourrait filtrer les communications faites avec un système libre. J’attends d’ailleurs toute explication avec impatience.
    Bien que farouchement opposé à cette loi, je suis très surpris de voir tant de personnes dire tout et n’importe quoi pour s’y opposer.
    François

  5. Je me suis posé la même question que François Fayard à propos de l’impossibilité de filtrage des communications d’un logiciel libre.
    Quelque soit le logiciel utilisé par l’utilisateur final de la connexion à Internet, c’est son fournisseur d’accès qui va se charger du filtrage en amont, indépendement des logiciels qu’utilise son client…
    Chose inquiétante dans la mise en oeuvre d’un tel système de surveillance prenons un simple exemple : une connexion Wifi mal configurée est la porte ouverte à des connexions extérieures. Les personnes « squatant » cette connexion peuvent alors télécharger ce que bon leur semble… Qui recevra le joli petit recommandé??? Le titulaire de l’abonnement! CQFD…
    Force est de reconnaitre que sécuriser son réseau Wifi n’est pas chose évidente pour tout le monde.
    HADOPI… rien qu’à sa genèse il y avait une anomalie : La personne à la tête de la commission chargée à l’origine de faire un constat, un état des lieux et des proposition est… l’ancien PDG d’un des plus gros disquaire français. Bon ok, il sait de quoi il parle (encore que…), mais niveau impartialité c’est un eu bancale ;-) Bref bancale comme tout ce projet… mais on va y avoir le droit, aucun doute…

  6. François Fayard on

    J’ai fait quelques recherches sur internet et j’ai trouvé des articles (bien mieux documentés que les chroniques de Bernard Maris) qui parlent des problèmes entre HADOPI et les logiciels libres. Ils sont d’ailleurs très intéressants même pour les personnes qui ne tournent pas sur un système libre.
    Un résumé : http://www.neteco.com/262570-hadopi-menace-logiciel-libre.html
    Un article très clair mais plus long : http://toolinux.com/lininfo/toolinux-information/opinion/article/april-hadopi-securisation-ou

  7. Euh pour l’aspect Copyright contre droit d’auteur, une précision tout de même. Le copyright ne sous entends pas que l’on cède ses droit à un éditeur contre une rémunération, même si c’est le cas pour les wire (AP, reuters, AFP) ou d’autres agences intégrant des staffs ou encore les journaux (aux US). En réalité, la différence qui oppose le copyright au droit d’auteur à la Française est la notion de droit « moral » permettant à l’auteur de réfuter une utilisation qui ne serait pas conforme au « sens » intellectuel de celui ci. On peut, en France, s’opposer donc à l’utilisation d’une image, même si on n’en est plus le détenteur des droits patrimoniaux.
    Sachez d’ailleurs que le copyright (droit anglo saxon) s’applique sur vos images dès lors qu’elles sont redistribuées par une agence à l’étranger (cette redif étant soumise à un droit local d’inspiration généralement anglo saxone, pas française).
    Enfin, et puisqu’il est question de logiciel libre, contrairement à ce qu’il est souvent évoqué la licence « Creative Commons » est en réalité plus à craindre en matière de droit à la propriété intellectuelle en France que le copyright.
    Elle n’apporte rien de plus que les conventions existantes et devient la source de litiges étonnants:
    http://www.ecrans.fr/Creative-Commons-poursuivi,2203.html
    La licence CC est également assez limitée, tant pour l’auteur de l’oeuvre que pour le tiers diffuseur:
    http://kazzblog.free.fr/kazz/blog/index.php?2008/02/27/74-limites-de-la-licence-creative-commons-1-face-aux-tiers
    Enfin pour les anglophones visionnez cette petite vidéo qui contredit (en tous cas dans l’esprit) ce que je viens de dire plus haut et remet les choses en perspective… trop de droit tue l’humanité.
    http://www.ted.com/talks/view/id/187
    A+

  8. Mon commentaire cité en « une » sur MacAndPhoto : JF, j’en suis encore tout rouge :-))
    En tout cas, je suis heureux de pouvoir apporter ma modeste contribution à ce débat, et toujours très heureux de te lire.

  9. Hasard ou scénario de propagande… Alors que l’on parle d’intensification/Localisation via l’IP.
    A lire ici : http://www.lepost.fr/article/2009/03/13/1455364_carnage-en-allemagne-il-dit-sur-le-net-qu-il-va-faire-pire-dans-son-lycee.html#xtor=RSS-30
    Même si la blague est de mauvais goût, on peut tout de même dire et penser que cela tombe à brûle pour poing alors que l’on nous bassine sur l’efficacité des identifications via IP. Cela va permettre de remettre un peu d’eau dans le Moulin des pro HADOPI.

  10. Les Majors qui ont fait pression pour obtenir cette loi liberticide, vendent CD et DVD d’artistes ou pseudo artistes. Ils vendent également souvent les supports vierges à graver. Les lecteurs, graveurs, televiseurs, écrans….
    Nous ne pourrons hélas nous passer d’eux pour les premiers, du moins n’achetons plus aucun des produits et appareils qu’ils nous proposent. Fournissons nous chez ceux qui ne mangent pas à tous les râteliers;
    Passez vous le mot !!!

  11. Il y a lieu de s’interroger sur la validité de ce que cette loi dit défendre; Comme par hazard elle s’adresse à une seule categorie d’artistes. Ceux du ShowBise, ceux seuls reconnus par Nicolas Sarkozy, ceux du spectacle, des paillettes et de la télé.
    ( J’ai voté Nicolas Sarkozy et ait toujours soutenu l’ UMP, que je m’attends hélas à voir devenir un parti de godillots, en un vote solennel bientôt…Pas étonnant de voir mes enfants se moquer maintenant de mes choix politiques.)
    Donc les Photographes, peintres, sculpteurs, Ne sont pas concernés, n’existent pas…
    Mais quel sculpteur, architecte, decorateur irait, pleurer dans les bras d’un gouvernement par ce qu’un photographe à pris une photo d’une de leur oeuvre.
    J’ai vu des film telecharges illegalement. La qualité sur un ecran d’ordinateur, par rapport au grand ecran n’est pas meilleure qu’un mauvais de la Joconde de Leonard de Vinci, par rapport au tableau exposé au Louvre….Et puis, Le jeune qui a téléchargé et regardé ce film avait-il les moyen de se payer le cinema ? Si l’ interdiction est efficasse, est-on sûr qu’il aurait bien été au Cinéma ? Et si, alors qu’il n’avait , jeune pas les moyen de se payer le spectacle en vrai, cela lui donnait, lorsqu’il se serait installé dans la vie, l’ envie d’aller voir de grands films, sur grand écran, en 3D peut-être.
    Que dire des écrivains. J’avoue: J’ai acheté des livres et les ais prété à des amis…J’ avoue, des amis m’ en ont prété et ils ont perdu des droits d’auteurs !!!! Pire j’ ai emprunté des livres dans de bibliothèques municipales !!!
    J’ avoue encore…Chez mon medecin, mon dentiste, mon coiffeur j’ai consulté des revues sans payer les ayants droits !!!
    Et puis je dois protester. Au supermarché, dans des lieux divers j’ai été obligé, contre mon gré, d’écouter des musiques qui me faisaient horreur et de » les payer »
    car le magasin qui les passait doit les déclarer à la SACEM, et bien sûr les passer dans ses frais généraux, donc faire retentir ce coût sur les produits que j’ai acheté.
    Pauvre Nicolas S. Pauvre Christine A….Qu’ avons nous encore un ministre de la culture comme André Malreau sous le Général Degaule….Lui nous aurait parlé d’autre chose que de variétés, de people, de Stars de Ciné.
    J’arrête là, mais tien à préciser que j’ai plus de soixante ans, Photographe, illustra-teur Styliste textile ameublement et habillement….

Leave A Reply