web analytics

Du jamais vu dans une affaire de presse !

47
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Lisez ce soir l’aventure incroyable arrivée à un journaliste de Libération, interpelé à son domicile comme un vulgaire voyou, suite aux démêlés judiciaires de Libération avec l’opérateur Free.

Franchement quand on lit ça, on se dit qu’il y a quelque chose qui cloche dans la justice de notre pays. La Société civile des personnels de Libération (SCPL) exige une enquête. L’un des avocats de Libération, dénonce les conditions de cette interpellation, «une première», selon lui, en matière de délit de presse. «Je suis l’avocat de Libération depuis 1975 et c’est la première fois que je vois un directeur de publication faire l’objet d’une interpellation et d’un mandat d’amener», déplore-t-il. «Je suis scandalisé que l’on inflige un tel traitement pour un délit qui n’est pas passible de prison».

MAJ – Lire ce samedi l’article de Laurent Joffrin. Extrait :  » tout ça pour quoi ? Pour un procès en diffamation dans lequel nous avons déjà obtenu gain de cause à plusieurs reprises, prolongé artificiellement par la volonté d’un plaignant acharné. Faut-il rappeler à cette juge d’instruction manifestement peu instruite que dans ce genre d’affaire, où la responsabilité du journal a consisté à publier un texte contesté, on ne recourt pas à la contrainte par corps mais à une convocation normale, à laquelle Libération a toujours déféré ?

Il est possible qu’une de ces convocations se soit égarée. Mais
il faut aussi rappeler à cette juge sans jugeote que l’adresse et le
numéro de notre journal, qui n’est pas clandestin, sont connus, et que
nos avocats, dont le nom et l’adresse figurent au dossier, répondent
toujours courtoisement aux demandes de la magistrature. Au lieu de ces
moyens de justice de bon sens, Mme Josié a préféré faire arrêter,
devant sa famille, et menotter un homme qui s’est contenté d’héberger sur son site le commentaire d’un internaute.

Les
journalistes ne demandent aucun privilège et Libération s’emploie à
respecter la loi sur la presse comme les autres lois. Mais il ne
faudrait pas que dans une atmosphère de fermeté policière croissante,
cette interpellation stupide et volontairement humiliante puisse servir
de précédent pour que se déploie, peu à peu, un arbitraire judiciaire
dont on a vu ailleurs les conséquences et qui finit par menacer tous
les citoyens
. » Lire l’article dans son intégralité

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

47 commentaires

  1. Eric (Japon)Posté le

    Je m’excuse tout de suite si je semble desagreable, mais non, a premiere vue je ne suis pas choque. Pourquoi y aurait-il une justice a deux vitesses, pourquoi epargner les journalistes si les interpellations des voyous se deroulent autrement ?
    Je comprends que ces propos en choqueront plus d’un, mais pour moi la presomption doit marcher dans les deux sens. Je ne sais pas ce que cet homme a fait ou dit, j’imagine que puisqu’il aura la presse derriere lui l’affaire est serieuse. Ceci etant, cela ne m’etonne pas qu’un avocat reagisse de la sorte. Apres tout, les avocats de Toto Rina aussi se scandalisaient de tout et n’importe quoi… Les avocats protegent des innocents… mais pas toujours.

  2. Je vais aller dans le sens d’Eric, vu qu’après lecture on y apprend que ce journaliste a refusé de se présenter suite à (apparemment) plusieurs convocations par courriers (« il transmet les courriers aux avocats du journal. »). Le juge se faisant poser des lapins (« elle l’a convoqué parce qu’elle a déjà procédé à de nombreuses convocations par courrier dans le cadre de l’affaire Niel et qu’il a toujours été «injoignable». ») à lancer un mandat d’amener. Je n’y vois rien de problématique. SI ce monsieur ce soustrait à la justice, alors la justice vient le chercher.

  3. Bob JanvierPosté le

    Pareil,
    Il y a des lois dans ce pays, et ce n’est pas parce que l’on est journaliste que l’on peut s’y soustraire ou pousser la procédure jusqu’à ce genre d’extrémité.
    Je suis flic est je me suis déjà retrouvé en garde à vue et déféré au tribunal comme un vulgaire voyou parce qu’un voyou (un vrai celui là) m’a accusé. J’ai pas fait de scandale, ni demandé d’enquête… c’est la procédure point!

  4. Les prostitués qui se font violer dans les commissariats c’est pas scandaleux ?
    Arrêter de croire qu’il existe que chez les gens pauvres des voyous.
    Bref ce genre d’info partisant pue

  5. Eric (Japon)Posté le

    Police ou voyou, devant la justice nous devons tous etre egaux, et la justice fera son travail. Journalistes, policiers, voyous, les droits et les devoirs sont les memes pour tout le monde.
    Je note que la presentation de l’affaire entre les sites du Monde, de Libe (bien sur) et du Figaro est une nouvelle fois totalement partiale ;-)

  6. ChristophePosté le

    Ouhhhhh lààààà !
    JF, attention, sujet sensible ça !
    Perso, je ne défends pas bec et ongle mes « ex » collègues détenteurs de la carte de presse. J’ai coupé la mienne en deux en 2005. Raz le bol de ce panier de crabes. J’y suis entré par la petite porte, sans école de journaliste, juste à la « force du poignet » comme on dit… Je ne suis pas du sérail et c’est très bien.
    Maintenant, concernant la justice, là on parle d’une procédure dont perso je ne connais rien, mais bon, à vue de nez, je dirais que oui, la forme parait tout de même un peu musclée pour une affaire de diffamation. Ce type que je ne connais pas n’a a priori pas buté un commerçant lors d’un braquage ni violé sa voisine tout de même. En même temps, quand t’es convoqué au tribunal, c’est ton intérêt de t’y rendre, et fissa , AVEC ton avocat dans ce genre d’affaire.
    Mais j’imagine que les journalistes de libé, et les autres, se sentent intouchables. Comme s’ils n’étaient que des enfants de coeurs… !
    Mais ceci étant dit, la justice, j’ai perso de plus en plus de mal à ma faire à l’idée quelle fait bien son boulot. Je parle pas des tribunaux débordés et dont bien sûr les effets secondaires ne sont pas en faveur de la justice rendue, non je parle des magistrats eux-même. Il suffit d’avoir eu l’expérience d’un juge aux affaire familiales pour comprendre ce que je veux dire. Lors d’un simple divorce par consentement mutuel, le juge est dans plus de 9 fois sur 10 une femme, et dont elle ne réfléchit pas d’abord en magistrat, mais en femme… Donc, partisane. Et ça je vous le démontre quand vous voulez pour ceux qui ont des doutes. Alors, lorsqu’il s’agit d’un délit et à plus forte raison d’un crime, je me pose de plus en plus de questions quand au raisonnement du magistrat. Heureusement notre démocratie a inventé les jurés…
    Bref, tout ça pour dire que pour discuter de la justice, de ces méthodes, et de la légitimité du corps des magistrats, ben faut ouvrir un nouveau blog, celui-là n’aura pas assez de place…
    En matière de justice, l’actualité nationale de ces 5 dernières années nous le rappelle amèrement je trouve…
    Il suffit de voir que Rachida, en voulant clarifier un peu les choses, s’est retrouvée face à un corps faisant bloc, comme des routiers faisant barrages. Manquait que les pneus cramés et les brochettes… Surtout, surtout, ne rien changer en France, parce que tout va bien n’est-ce pas….!
    Hummm…..

  7. pathétiques…et les premiers commentaires idem.
    justice pour tous ???
    je souris…
    on peut maintenir en prison des individus parce qu’on décide sans aucun éléments de preuve qu’ils sont « terroristes », on juge en moins de 15 jours une affaire de diffamation parce qu’elle concerne le président…alors qu’il faut plus de dix ans pour reconnaitre une « erreur de justice » pour d’autres ?
    règle d’or : ne JAMAIS parler de politique si l’on veut passer un bon repas…dixit l’affaire Dreyfus !

  8. Arrêtez de dire n’importe quoi les gars. Je ne connais pas Vittorio de Filippis ni les dessous de l’affaire Niel mais ces méthodes sont évidemment scandaleuses et disproportionnées. On a visiblement essayé de l’impressionner. En tant qu’ancien directeur de publication de Libé, il est normal qu’il réponde devant la loi d’accusations d’injure ou de diffamation concernant le journal. De là à le saquer du lit à 6h du mat et à le foutre à poil pour une fouille au corps… Je rigole. La procédure a bon dos. Pour ceux qui l’ignorent, les accusations d’injure et de diffamation sont normales dans la vie d’un journal. C’est le contraire qui serait inquiétant. Un journal qui ne se fâche avec personne…

  9. la fouille au corps fait partie des procédures « normales »… rien d’extraordinaire donc, même si c’est toujours mal vécu. Loïk Le Floch-Prigent y a eu droit en son temps, donc pourquoi pas les journalistes?

  10. Peut-être Toto, mais c’est la première fois que j’entends parler de ce genre de chose pour un directeur de publication. Sans doute aurait-il dû se présenter au juge avec ses avocats, à sa place c’est ce que j’aurais fait. Mais je trouve quand même ces méthodes disproportionnées.
    Le vrai problème derrière tout ça, c’est que la censure est aujourd’hui économique dans les journaux. On ne peut plus passer un article critique envers une entreprise sous peine de se retrouver systématiquement attaqué pour injure ou diffamation. Ces mêmes entreprises ont les moyens de se payer des avocats et d’engager des procédures longues et coûteuses. Franchement, je suis content de ne pas bosser dans la presse éco…

  11. Ce qu’il y a de révoltant : c’est d’être arrêté le matin chez sois avec des méthodes inacceptables et indignes d’un pays civilisé… alors que l’on a fait que son métier de journaliste, ni plus ni moins…
    Pour ce qui est des pratiques pénitentiaires et judiciaires notre pays n’est pas champion l’ignoriez-vous ?
    Lisez bien le papier jusqu’au bout : il s’agit d’une simple affaire de diffamation qui ne vaut pas tripette (et pour laquelle le plaignant a déjà été débouté à plusieurs reprises)…
    Et même si le journal devait être condamné (ce qui n’est pas le cas et ne le sera peut-être pas) : cela ne justifie en aucuns cas l’arrestation brutale d’un homme devant sa famille. D’un homme coupable de rien du tout avant d’avoir été jugé !
    Et ceci vaut… quelque soit le statut social de cette personne évidement.
    Imaginez : c’est un peu comme si je me plaignait dans un article publié sur le site du Monde de la Photo, qu’une société de micro-stock (au hasard) ruine petit à petit les photographes. Imaginez que cette société porte plainte pour diffamation… Et qu’au finale on aille arrêter chez lui le directeur de la publication du site… Tout ça, parcequ’un juge n’aurait – soit disant – pas réussi à le joindre (apparemment c’est la cause de toute l’affaire)… C’est apparement ce qui s’est passé… Méthodes dignes d’une république bananiere non ?
    Il semblerait que les avocats du journal étaient à la disposition du juge (et connus de lui), pour prendre un rendez-vous tout à fait normalement. Et que jamais le directeur de la publication n’a cherché à échapper à ses responsabilités… Le juge n’a semble-t-il pas réussit à contacter le journaliste, ce qui semble tout de même incroyable en 2008…
    On a déjà vu des juges se tromper non ? Rappelez vous des affaires récentes…
    Pour finir, je suis tout à fait d’accord avec ceux qui demandent la même justice pour tous : journalistes, citoyens ordinaires ou voyous… Et nous sommes bien d’accord sur le fait qu’une telle arrestation aurait été tout autant scandaleuse dans une citée, ou chez Monsieur tout le monde… La seule différence malheureusement c’est que personne n’en aurait parlé (et cela aurait été dommage)…
    Parceque malheureusement ce genre de dérapages arrive tous les jours (on sait cela grâce aux journalistes justement et particulièrement ceux de titres comme Liberation qui sont les rares à aller enquêter dans les cités).
    Car l’abus d’autorité est malheureusement une réalité dans notre pays. Simplement on ne s’en rend pas compte parceque ces abus frappe toujours sur la tête des mêmes (qui ne sont pas les lecteurs typiques de ce site généralement)…
    Le fait que ce genre de pratiques excessives touche (pour une fois) un journaliste, me semble au contraire être une occasion obligatoire de rappeler les droits fondamentaux de chacun.

  12. Surtout qu’en l’occurrence, Vittorio de Filippis n’était convoqué qu’en sa qualité de représentant légal du journal. Pour moi, c’est du même niveau qu’un maire qui se retrouverait en garde à vue et en slip parce qu’un gamin s’est cassé la figure sur un jeu de plein air sur sa commune. C’est une dérive de la société.

  13. Toto, tu écris : « Ben quoi, je ne vois pas ce qu’il y a de révoltant à traiter les journalistes comme toute autre personne… »
    Oui effectivement… Il est donc normal de dénoncer ces méthodes révoltantes. Quelque soit la victime évidement : voyou ou citoyen ordinaire, comme ce monsieur (qui a en plus le tord d’être journaliste et cela a peut-être joué contre lui).
    Je connais pas mal de flic qui seraient content de « se payer un journaliste » ! Toto, bravo pour ta logique… Tu pratique sans le savoir, ce qu’on a appelé le « poujadisme ».
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Poujadisme – Extrait :
    « Les méthodes musclées sont monnaie courante durant les manifestations poujadistes. Le mouvement dispose d’un service d’ordre qui n’hésite pas à faire le coup de poing. Jean-Marie Le Pen, député poujadiste après les élections législatives de janvier 1956, s’inscrit dans cette lignée. Il a intégré dans l’idéologie de son Front national à la fois la protestation contre les élus, les partis dominants, l’État prévaricateur, les parlementaires corrompus et l’affirmation d’une identité française contre tout ce qui la menacerait : l’immigration, l’Europe, le fisc.  »
    … oublié de cette liste : les journalistes qui font certainement partie de la grande conspiration ?

  14. j’aime parcourir ce blog lorsqu’il parle de photo mais alors dès qu’il traite de sujets politiques, quel cata…. Je ne m’attarderais pas sur la thématique des sujets politiques abordés (à chacun sa sensibilité) mais sur le fait que je ne vois pas l’intérêt d’ouvrir des « débats » politiques stériles qui ne vont que « déchainer » les commentaires des pour et des contres sur un blog qui s’intitule lui-même « macandphoto ». Il y déjà suffisamment de sujets photo permettant les « échanges » de point de vue pour défendre tel ou tel boitier…et exercer ses talents de « polémiqueur ».
    SVP JF revenez à l’essence de ce blog en traitant de photo et de mac! Merci
    Cordialement

  15. Eric (Japon)Posté le

    Michel, cette derniere remarque n’est absolument pas acceptable. Cette facon d’identifier automatiquement le camp oppose, lors d’un simple debat, au camp de l’extreme droite, ne devrait pas exister, surtout quand on parle dans ledit debat de valeurs, telles que les journalistes sont supposees en avoir.
    Cela n’a rien a voir avec le debat en cours, mais je remarque qu’une fois de plus on associe un peu vite justice, police (ce n’est pas la police qui a demande l’arrestation tout de meme !), poujadisme et extreme droite. Et hop, c’est bien commode. Las.

  16. Jmvoir, nous sommes au coeur du débat au contraire… JF Vibert est photographe de presse, il est normal qu’il soit sensible à ce genre de sujet, tout comme les journalistes parmi nous qui lisons ce blog. Et comme devrait l’être tout citoyen. Les atteintes aux libertés sont de plus en plus préoccupantes, qu’il s’agisse de la liberté de la presse ou des libertés individuelles. La concentration de la presse aux mains de groupes industriels aux logiques financières, la censure des milieux économiques sont des problèmes bien réels. En bout de chaîne, ça donne le journal que vous avez en kiosque. Soit un journal crédible, rempli avec des enquêtes, des articles critiques et argumentés, soit un produit marketing, où l’on ne parlera que de sujets consensuels, comme la vie des stars. Il faut savoir ce que l’on veut.

  17. Beaucoup ont beaucoup de chose à dire. Mais dans cette histoire on a un juge, représentant la loi, qui convoque plusieurs fois quelqu’un. Cette personne ne se présente jamais et est « injoignable ».
    Vous faites quoi à la place du juge ?
    Vous envoyez un n’ième courrier en recommandé, alors que vous savez que c’est désormais une perte de temps ?
    Vous avez la pression afin de boucler vos dossiers qui refusent d’avancer car les gens refusent vos convocations. Refus alors qu’il n’y a pas beaucoup d’excuses valables à refuser d’obéir à un représentant de la loi ? Quel autre moyen est mis à la disposition du juge afin de faire en sorte que cette personne se présente devant lui ?
    Beaucoup râlent de la lenteur de la justice et quand on voit de comportement on ne peut pas s’en étonner. Pour qui se prend il pour refuser un ordre de comparution devant un juge ?
    Innocent ou coupable, rien à faire dans cette histoire. Il l’a pris de haut, il a été reçu.

  18. Après relecture il faut bien évidemment comprendre que c’est d’après le peu que j’en sais. Il est possible également que la juge en ait trop fait, trop fort trop vite. Je vais au moins lui laisser la présomption d’innocence le temps que tout cela s’éclaircisse.
    Quand je lis « Il est possible qu’une de ces convocations se soit égarée. » cela signifie-t-il qu’il reconnait en avoir reçu une ? Et donc implicitement qu’il a refusé de se présenter face au juge ?

  19. Après relecture il faut bien évidemment comprendre que c’est d’après le peu que j’en sais. Il est possible également que la juge en ait trop fait, trop fort trop vite. Je vais au moins lui laisser la présomption d’innocence le temps que tout cela s’éclaircisse.
    Quand je lis « Il est possible qu’une de ces convocations se soit égarée. » cela signifie-t-il qu’il reconnait en avoir reçu une ? Et donc implicitement qu’il a refusé de se présenter face au juge ?

  20. Pour répondre à jmvoir : cet article est l’inverse d’une cata (c’est même tout le contraire ;-)
    C’est l’article qui depuis 1 mois environ a eu le plus de lecteurs, dans le temps le plus court : on dépasse les 4000 lecteurs uniques (pour 5000 pages vues) entre 00h et 16h (je viens de regarder)…
    Moralité : cet article vous intéresse encore plus que mon grand comparatif des reflex full frame (ce que je trouve assez sain finalement)… D’ailleurs l’avalanche de commentaires le démontre.
    Oui, ce sujet est intéressant pour la plupart des photographes (dont un certain nombre sont directement concernés puisqu’ils sont eux-mêmes journalistes).
    Dernier point : si le sujet ne vous intéresse pas… allez lire ailleurs quelque chose de plus intéressant !
    Mais je crois qu’au fond, le fait que vous ayez pris la peine de poster un commentaire, prouve bien que le sujet vous intéresse quand même… Non ?

  21. Salutation à tous,
    Après un petit mois de reportage loin de nos frontières je constate amèrement que rien (malheureusement) n’a changé. Me direz-vous, le monde ne s’est pas fait en un jour…
    Je suis d’accord avec Jean-François, l’affaire ne vaut pas l’acte.
    Pour le reste je passe mon tour. J’ai connu trois gardes à vue dans l’exercice de mes fonctions de photojournaliste…
    J’aime l’idée de présomption d’innocence en France, on te traite comme une pauvre merde durant 24 heures (ou 72 heures selon les cas) pour te relâcher tout aussi innocent qu’a ton arrestation et ce, bien évidement sans excuse, il ne faut pas trop en demander…
    J’ai connu le saccage de pieu à 6h12 du mat, mon fils avait à peine 6 mois, 24 heures d’angoisse pour une erreur de personne… C’est beau le boulot de renseignement de la Police.
    Je rappelle pour la petite info qui va bien avec le sujet, que la France se fait rappeler à l’ordre et ce, plusieurs fois par an par la Cour Européenne des Droits de l’Homme concernant les méthodes et traitements tant bien physique que psychologique qu’applique nos chers et tendres autorités de l’ordre et de la justice.
    Pour conclure, avant de brailler sur les Chinois, il va peut-être falloir soulever notre paillasson afin d’en extraire la merde qu’on y a collé.
    France, Pays des Droits de l’Homme et des lumières… ??? Je doute !!!

  22. Salutation à tous,
    Après un petit mois de reportage loin de nos frontières je constate amèrement que rien (malheureusement) n’a changé. Me direz-vous, le monde ne s’est pas fait en un jour…
    Je suis d’accord avec Jean-François, l’affaire ne vaut pas l’acte.
    Pour le reste je passe mon tour. J’ai connu trois gardes à vue dans l’exercice de mes fonctions de photojournaliste…
    J’aime l’idée de présomption d’innocence en France, on te traite comme une pauvre merde durant 24 heures (ou 72 heures selon les cas) pour te relâcher tout aussi innocent qu’a ton arrestation et ce, bien évidement sans excuse, il ne faut pas trop en demander…
    J’ai connu le saccage de pieu à 6h12 du mat, mon fils avait à peine 6 mois, 24 heures d’angoisse pour une erreur de personne… C’est beau le boulot de renseignement de la Police.
    Je rappelle pour la petite info qui va bien avec le sujet, que la France se fait rappeler à l’ordre et ce, plusieurs fois par an par la Cour Européenne des Droits de l’Homme concernant les méthodes et traitements tant bien physique que psychologique qu’applique nos chers et tendres autorités de l’ordre et de la justice.
    Pour conclure, avant de brailler sur les Chinois, il va peut-être falloir soulever notre paillasson afin d’en extraire la merde qu’on y a collé.
    France, Pays des Droits de l’Homme et des lumières… ??? Je doute !!!

  23. ChristophePosté le

    Bon, de toute façon, en droits français, on est pas censé commenter une décision de justice, quelle qu’elle soit. Donc, si il a eu jugement rendu ou non lieu, on a pas le choix, on respecte la décision. C’est comme ça. on pourrait discuter des heures là-dessus….
    Libé est toujours là, et c’est très bien. Rassurez-vous, il y aura encore d’autres occasions de s’offusquer des méthodes musclées de la police ou de la justice à l’encontre de la presse…

  24. Je ne peux qu’être d’accord avec les commentaires de Gilles B., et trouver bien articulé et complet le commentaire intermédiaire du taulier.
    Au-dela de l’aventure spécifique de De Filippis, je note qu’il habite à Raincy. On peut se demander si les méthodes des policiers ne reflètent pas un comportement local courant là-bas, qui alimenterait sans peine une haine du flic chez les jeunes souvent malmenés, voire harcelés.
    La France a par ailleurs un vrai problème avec ses (nombreuses) lois qui sous prétexte de protéger des victimes, tuent l’expression libre.
    Tout ça (y compris l’affaire de Tarnac et la proposition-amendement 844- de taxer les sites genre facebook et youtube- va dans le mauvais sens.
    c-à-d dans le sens des media copinant avec le pouvoir.

  25. Ah… lalala !
    Certains commentaires (ceux du début tout particulièrement celui d’Eric Japon ou de kagou), sont vraiment d’une candeur inouie et révèlent de la part de leurs auteur, une incompréhension totale du fonctionnement de notre société, de sa justice (imparfaite on est d’accord) et de ses problèmes nombreux (l’inégalité choquante des citoyens devant la loi par exemple)…
    Croyez-vous Eric et kagou, qu’il soit possible d’améliorer les chose seulement grâce au retour de cette vieille idée démagogique et stupide que : « bien fait pour lui, de toutes façons les journalistes se considèrent au dessus des lois »…
    Que savez-vous vraiment des dessous de l’affaire ?
    Votre réaction, c’est un peu comme dire « les hommes politiques sont tous des pourris » ! Alors que sans les hommes politiques, il n’y aurait pas moyen de lutter contre l’injustice…
    C’est aussi bête que de dire « les flic tous des salauds ». Ou « les banquiers tous des voleurs », etc… et pire encore en s’attaquant à telle ou telle minorité que l’on transforme en bouc émissaire de tous les problèmes de la société !
    Je suis assez d’accord avec Michel. Mais j’aurais plutôt parlé de « populisme vulgaire » plutôt que de poujadisme : car la « démagogie facile » n’est ni de droite , ni de gauche : elle est seulement du parti de la bêtise…

  26. Une fouille au corps pour un supposé délit de diffamation plusieurs fois débouté ? Et il se trouve des blaireaux pour défendent ça sous le prétexte que d’autres subissent cette pratique odieuse ? En nous servant en plus un couplet aux relents poujadistes que Le Pen ne renierait pas…
    Quant à la dernière intervention de Kagou, ça fait carrément pitié : bien fait pour sa gueule à Fillipis, il avait qu’à répondre aux convocations. Oué… la nième convocation suivant n-1 déboutages sur la même affaire. Tu défends le droit au harcèlement juridique, Kagou, c’est bien ça ? Qui est le puissant dans cette affaire ? Le PDG de la multinationale Free ou le journaliste ?
    Y’a vraiment de quoi avoir envie de fermer son blog… :-(((

  27. Et moi je suis scandalisé par les réactions des lecteurs de Macandphoto qui sont prêt à mettre au pilori un journaliste sous prétexte qu’il est journaliste !! Car c’est ce que les dernières interventions disent en substance.
    Je suis effaré que « Bob » ou « Kagou » n’ai pas réfléchit deux minute au fait qu’un journaliste est un élément fondamental de la liberté d’expression. En ce sens il est différent de tout a chacun sans pour autant le mettre automatiquement au-dessus des lois. Et parce qu’il est journaliste il a d’ailleurs droit à des « privilèges » que les autres n’ont pas comme celui d’être plus surveillé ou même arrêté dans des conditions qu’aucun autre citoyen n’aurait connu.
    Car il ne faut pas inverser les faits, personne n’est jamais menotté et humilié devant sa famille dans une affaire de diffamation qui rappelons le n’est pas passible d’emprisonnement. Si d’ailleurs c’était le cas cela aurait déjà fait scandale quelque soit le statut professionnel du citoyen.
    Ici, ce qui justement scandaleux, c’est qu’il a été arrêté de cette façon PARCE QU’IL est journaliste. Il a subi un abus de pouvoir pour un déli déjà jugé dont il est un responsable virtuel en temps que cadre du journal.
    Il y a en ce moment un relent de pourriture qui tend à vouloir mettre tous les « pseudo privilégiés » au même niveau que le « peuple » mais en tirant vers le bas. C’est à dire que messieurs Kagou et consort ne veulent pas tirer le peuple vers plus de liberté mais appliquer à tous les abus de justice qu’il subit !! C’est pas encourageant pour notre liberté à tous.

  28. j’halucine, lorsque je vois ces gens tout heureux lorsque des policiers font du zèle…
    Rappelons les faits : il ne s’agit qu’un d’une affaire de diffamation sur le site du journal !
    A-t-on le droit pour ça d’arrêter un innocent (qu’il soit journaliste ne change rien) à son domicile, de l’humilier pour rien ? C’est scandaleux…
    Mêm le 20h de TF1 en a parlé… c’est dire s’il y a eu un vrai dérapage : une bavure judiciaire !

  29. Eric (Japon)Posté le

    Momo, je redis ce que j’ai fait plus haut : tout justiciable devrait etre traite de la meme facon, point. Ce n’est pas « bien fait pour le journaliste », mais plutot « pourquoi ne fait-on pas le meme scandale pour d’autres affaires similaires. Je n’aime pas le traitement de ce sujet par Liberation, qui comme souvent en fait un peu trop. Bien sur, je suis candide, j’ose croire qu’il n’y a pas de corporatisme, de pression des journalistes quand on attaque l’un des leurs, comme il y en a pour les deputes, les taxis, les routiers… Quand on ne se presente pas aux convoquations d’un juge, qui n’a rien a voir avec la police (et hop, c’est reparti pour taper sur la police, mais sans rien dire du harcelement subi par police/pompiers dans certaines zones francaises), si donc on ne se presente pas aux convoquations, il y a un risque.
    Maintenant, je vous fais confiance pour faire le lien entre justice, pouvoir, et oui bien sur c’est la faute a Sarkozy tout ca, il n’aime pas Libe et tout le parquet le suit aveuglement dans sa quete anti-Libe ;-) Je le redis, s’il y a bien un domaine ou l’egalite devrait etre explicite, c’est la justice. Parler de la methode, la c’est autre chose.

  30. ChristophePosté le

    Z’en ont parlé hier soir au JT de 20h00 de France 2.
    Il a témoigné. En gros, il confirme bien ce qui a été écrit dans la presse. Un commentaire lors de cette interview, et pas des moindres : « si la justice se conduit comme ça avec un directeur de rédaction, on peut penser que les juges se comportent de la même manière avec les citoyens lambda ».
    Effectivement, pour une histoire de diffamation par un internaute sur le blog de libé, ça fait froid dans le dos pour tout le reste…
    Remarquez, j’ai aussi entendu cette semaine qu’une préfecture avait convoqué un type sans papier mais qui justement voulait obtenir sa régularisation (il avait de lui même déposé un dossier de régul à la préfecture) car il avait trouvé un vrai boulot, ben les flics l’attendait au guichet et quand il s’est présenté la tronche enfariné en se disant enfin je vais avoir de vrai papiers et vais enfin pouvoir bosser et vivre légalement, ben ils l’ont chopé, présentation immédiate devant le juge et hop, dans le premier avion pour Ankara…
    Là on croit rêver tout de même…
    Bon aller, ce soir, je me regarde un DVD « bienvenu à Gattaca » pour me remonter le moral ! :o(
    Au fait, tout autre chose, JF, t’as vu le calendrier Pirelli ? Dingue, non ? :o)

  31. Mais vous croyez quoi ? Que je suis content de ce qui lui arrive ? Bien fait pour lui ? Non. Vous souhaitez une différence de traitement selon l’affaire en question ? Une justice à plusieurs vitesses ? Une pour les pauvres, une pour les riches, une pour les politiques, une pour les journaliste et une pour les français ?
    Le jour où on mettra en garde à vue un mec pour une affaire disons fiscale, donc on lui aura pas fait une fouille au corps (c’est ça que certain demandent, une différence de traitement selon la nature) et que ce monsieur se suicide dans sa cellule avec ce qu’il aura réussi à faire passer, vous viendrez l’expliquer à ses enfants ? Vous défendrez les policiers ? Et le jour où on arrêtera un gars pour une affaire mineure, mais que celui-ci non menotté, pète un câble et agresse les policiers, on pensera quoi ?
    Il a refusé de se présenter à des convocations d’un juge ! À plusieurs convocations ! Convocations avec AR, donc le juge sait qu’il a reçu les convoc mais il ne vient pas ! C’est lui qui se met au dessus de la justice faut quand même pas l’oublier ça. Il est la propre cause dans ce qui lui arrive.
    Alors on déplore quoi ? Les menottes, les fouilles, la honte, le traumatisme de sa famille ? Un seul responsable : lui !

  32. Les rédacteurs du Canard vont devoir se payer un proctologue à temps complet !! car inévitablement ce genre de comportement laisse des traces sur tout la profession ! donc les futurs écrits vont s’en ressentir . Et dans 5 ans nous lirons tous la Prawda française . Bravo aux légistes de haut vol qui sont intervenu …

  33. Eric, je comprends ce que tu dis : « tout justiciable devrait être traité de la même façon », journaliste ou pas. Nous sommes d’accord. Si un journaliste enfreint la loi, il est traité comme n’importe quel citoyen.
    Mais nous ne sommes pas dans ce cadre-là. De Filippis représente une personne morale, Libé. Je pense que le directeur de publication d’un journal comme Libé ne doit pas s’émouvoir outre mesure des plaintes pour injure ou diffamation qu’il doit recevoir plusieurs fois par an. Ils ont des avocats pour ça : ils leur confient le dossier. Je ne vois pas quelle raison ils auraient de « fuir » la justice comme des petits délinquants.
    Je pense aussi qu’un autre juge, peut-être plus habitué à ce genre d’affaires liées au droit de la presse que Muriel Josié, s’y serait pris de façon normale, en prenant rendez-vous avec les avocats de Libé, ou en s’adressant au siège du journal plutôt qu’en allant chercher De Filippis chez lui. Il faudrait d’ailleurs que l’on m’explique pourquoi Muriel Josié ne s’est pas adressé à l’actuel directeur de la publication, Laurent Joffrin, plutôt qu’à Vittorio de Filippis, qui n’exerce plus cette fonction. Je ne crois pas qu’il s’agisse là d’une conspiration du pouvoir judiciaire contre la presse mais plutôt de l’abus de pouvoir d’une juge trop zélée qui embarrasse bien la magistrature. Toute cette affaire est plutôt consternante et ridicule.

  34. ChristophePosté le

    Ha non alors, pas d’accord ! Pas vive Free du tout !
    Garlll ! J’ai pas eu un internet digne de ce nom pendant presque 3 mois et donc pas de téléphone non plus !
    Aux chio*** ouais !
    Attention, ceci est de l’humour. On ne s’est jamais….
    :o))))

  35. Les commentaires font tout de même un peu froid dans le dos… Beaucoup se félicitent de cette « normalité ». Avec un état d’esprit tel que celui-ci, un beau jour on se réveille avec ses testi… heu oreilles fraichement coupées dans un verre d’eau sur sa table de nuit et on s’en félicite et on trouve ça tout à fait « normal »…

  36. Oui je pense qu’Eric (Japon), Kagou, jmvoir Bob Janvier et quelques autres se sont…
    complètement ridiculisés ! Quel état d’esprit !
    Bravo… que des gens puissent penser ça : ça fait peur. Tout est possible et il ne faut s’étonner de rien…
    Car cette affaire est grave et scandaleuse ! Il ne faut pas avoir peur d’en parler…
    La juge a cherché à intimider un journaliste dans une affaire courante et sans importance (les problèmes de diffamations dans les commentaires de site, c’est du quotidien, ça ne mérite ni arrestation, ni prison).

  37. Bon je reviens modérer mes propos, car depuis je me suis instruit sur les lois et regardé l’émission de C+clair et d’autres.
    Alors je suis donc effaré de la façon dont les policiers l’ont traité car il semble que la loi ne les oblige pas à menotter/fouille au corps (ce doit être proportionné à l’affaire)donc oui ils ont fait du zèle, c’est clair et c’est honteux.
    Après, l’histoire des convocations, ben l’une dit 3 non répondues, l’autre dit aucune trace dans son dossier, bref cela demande un éclaircissement.
    Maintenant faut calmer les esprits, et attendre de connaître toute l’affaire pour en tirer les leçons.

  38. Que cela concerne un journaliste ou un simple citoyen, je considère que de telles méthodes sont totalement exagérées, inadaptées, indignent d’un pays dit évolué prônant la défense des droits de l’homme

Postez un commentaire