web analytics

Photographes de sport : lisez le coup de gueule de la grenouille !

10
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Si vous êtes photographe de sport, journaliste, détenteur d’une carte de presse (ou pas), je vous conseille vivement de lire le long coup de gueule publié chez Photographie.com par Daniel Castet : intéressant autant que dérangeant ! Daniel est gérant de l’Agence REGARDS DU SPORT que Gérard VANDYSTADT a initiée en 2005, 73 photographes indépendants y déposent leurs images depuis 3 ans…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

10 commentaires

  1. Merci pour ce lien intéressant… Affligeant ! Avec la récession du business, certains défendent farouchement leur chasse gardée visiblement…

  2. L’exemple de Gérard Vandystadt est complètement fou mais très révélateur, hélas, du milieu du journalisme où la carte de presse (et pas seulement celle de l’union des journalistes sportifs) est refusée à des journalistes-photographes travaillant pour des éditeurs et effectuant le même travail que dans des journaux (enquêtes, investigation….). Motif du refus : ils sont payés différemment (rémunérés en Agessa). Comme si ça changeait quelque chose à leur travail… Le gag, c’est que de plus en plus de journaux rémunèrent en Agessa (pour payer moins de charges). Bref, c’est un cercle vicieux…
    En principe, le journalisme est une fonction,un métier. Pas un statut administratif… en principe seulement, hélas.

  3. J’oubliais une chose, le phénomène est le même dans le domaine audiovisuel. Les sociétés de production emploient souvent des journalistes-qui-font-vraiment-du-journalisme en les déclarant sous d’autres termes (chargé de production, intermittents à la journée), toujours pour payer moins de charges (car les journalistes sont alors considérés comme employé et non comme cadres, ce qui coûte moins cher à l’employeur). Cela coûte aux journalistes leur carte de presse, mais ils ne peuvent pas refuser sous peine de perdre leur boulot.

  4. Roland LILINPosté le

    Très bel et important article de la Grenouille ! Merci à JFV de m’avoir permis de le lire.
    Mais je suis en desaccord avec le titre dans Macandphoto : « Photographes de sport : lisez … »
    Je ne suis qu’un petit amateur (et en cela fidèle à ce site), donc apparemment NON concerné.
    ERREUR : comme citoyen, je me suis senti PROFONDEMENT concerné !!! …et de plein fouet !
    Il n’y a pas seulement entrave au travail dans cette affaire, mais atteinte profonde à la démocratie, atteinte à la dignité des personnes concernées, ces deux utopies qui se voient grignoter chaque jour davantage au lieu de se renforcer, qui ont mis des foules dans la rue aux siècles passés, qui ont pris des vies parmi nos aieux, et qui aujourd’hui nous indiffèrent de plus en plus, car peut-être les recettes de domination sont mieux rodées : loisirs, consommation, médias aux ordres, compétition entre les individus, et force brutale quand cela ne suffit pas…
    Je diffuse l’article autour de moi autant que je le pourrai, comme bipède social d’abord, puis comme responsable associatif – un réseau d’échanges réciproques de savoirs, une régie de quartier, citoyen du monde, etc -.
    Alors faites passer : « Hommes encore libres : lisez le coup de gueule de la grenouille ! »
    Amitiés, Roland.

  5. Photographe de sport, je suis possesseur de la carte de presse et de la carte UJSF. Je m’en étais passé pendant de nombreuses années, mais dés que j’ai voulu toucher à des sports comme le foot et le rugby, les accréditations devenaient de plus en plus dures à obtenir. L’UJSF ne rigole pas:)
    L’année de la coupe du monde de rugby des moins de 20ans, alors que mon dossier de carte de presse était en cours, je me suis vu refuser mon accréd. Pas de bras, pas de chocolat ! Une grande agence parisienne n’étant pas sur place pour les matchs de poules a même envoyés un fax au président de la section locale en demandant de m’accréditer au nom de l’agence. Refus total. Seule la Pqr était sur place et les grosses agences ne se bousculaient pas sur les stades.
    Par la suite, mon président de section ( je l’adore lui…) a fait traîner mon dossier pour ma demande de carte UJSF. Un indépendant qui débarque semblait mal vu. Peut être parce que je paie juste ma carte mais que je ne me suis pas syndiqué auprès de l’UJSF. Ce doit être ça.
    Tout ça me fait penser à une petite mafia..
    J’aimerai également souligné un autre problème que peut être certains trouveront un peu contradictoire avec mes propos quant à l’UJSF.
    Je ne suis pas contre que les accréditations soient réglementés. Je m’explique. En tant que free lance je ne vous cache pas que ce n’est pas facile tous les jours et il est donc rageant de voir des mecs qui sont salariés la semaine et qui viennent sur les stades les week-ends et les vacances, et ce en cassant les prix du marché. Difficile de rivaliser face à ces « soldes ».
    Je ne parle pas d’un jeune qui débute mais de personnes qui clament haut et fort que pour rien au monde ils ne laisseraient tomber leur job. Ben tiens !
    Il s’en fiche lui le gars, il a sa paie qui tombe gentiment tous les mois !
    Durant la coupe du monde de Rugby, j’ai vu des mecs accrédités, sans carte de presse (merci l’IRB), et qui ne se cachaient pas d’être là pour le fun. Boîtiers bas de gamme et optiques premiers prix se retrouvaient à coté des gros télés et autres boîtiers pros.
    Sur cet événement, il y avait un système de ticketing (archi nul) pour les places pour les matchs. Lors de l’enregistrement, les gars cochaient un maximum de match tout en sachant très bien qu’ils ne viendraient pas les couvrir. Résultat des courses, je me suis refuser 2 matchs de poules car il y avait trop de monde sur ces rencontres. A aucun moment ma carte de presse et UJSF ne m’ont favorisé, et c’est un peu rageant. Heureusement pour l’Euro 2008 en Suisse, il fallait la carte et être mandaté par un magazine ou une agence. La sélection s’est donc faite naturellement. Cela dit un free lance même possesseur des cartes ne pouvait prétendre à une accréd, s’il n’était pas mandaté. Un peu contradictoire.
    Le monde de la photo est actuellement dans une passe difficile et il est parfois dur de survivre face aux grosses entités de la profession. Après avoir encensé durant des années Gérard Vandystadt, (grand maître de la photo de sport), il semble que cette même profession cherche à brûler une de ses icônes. Tout fout le camp.
    Ne maquez pas de lire régulièrement les chroniques de la Grenouille ( lisez aussi les archives) et vous verrez que le politiquement correct et la langue de bois ne sont pas son quotidien.

  6. Ces pratiques ne sont pas nouvelles et les grandes agences de presse les ont largement pratiquées avec la complicité des organisateurs d’événements, ou du moins avec le copinage des chargés de com.
    Il est certain qu’il faut restreindre l’accès car sinon c’est la porte ouverte à n’importe quoi. Ici à la Réunion on a eu affaires aux radios FM qui nous ont pourri trois jours de reportage sur le plus gros événement sportif de l’île. Les « reporters » collaient la figure des participants avec leur téléphone portable… Les amateurs qui bossent gratuitement, ceux qui revendent à bas prix leurs images, les pseudos journalistes qui couvrent avec un compact (objectif fixe) l’événement et prennent une place dans l’hélico… Les médias qui sont invités (voyage et séjour) et qui bossent gratuitement à notre place pour le comité du tourisme (financeur) et auxquels (médias) l’organisation donne toujours gratos des photos. Il y a quand même des journaux qui préfère payer.
    La presse spécialisée qui paye au lance pierre les photographes et se contente très souvent d’images merdiques prises ça et là.
    Et les photos qui seront données aux sponsors qui feront un 4×3 sans payer de droits car l’organisateur est généreux avec le porte monnaie des photographes (pros ou amateurs).
    Effectivement le quotidien du photographe de sport indépendant est difficile, mais on adore ce que l’on fait, et partant de là, on fait d’énormes concessions.
    Juste pour rappeler une chose : la carte de presse n’est pas un document obligatoire et elle ne délivre aucun droit, si ce n’est que des arrangements catégoriels (accès aux quais dee la SNCF, entrée des musées nationaux, abattement fiscaux,…). Elle permet juste de prouver que l’on gagne sa vie (en salaire)comme un professionnel de la presse. Elle permet le cas échéant de se barricader derrière la liberté d’information et devient un passe droit pour les moins scrupuleux.

  7. Paris le 20 Août 2008
    De la part de Gérard Vandystadt
    Bonjour à tous,
    Ci-jointes quelques précisions dans l’affaire GV/UJSF…
    J’espère que ce message passera correctement (réalisé sur mac !), sinon, merci de me communiquer une autre adresse e-mail…
    Bien cordialement et photographiquement vôtre.
    GV
    Mes dernières notes du 18/08/08 #7 concernant l’affaire : UJSF.
    Je suis sans doute un cas, un peu spécial, dans cette histoire, compte tenu de ma très longue carrière dans la photographie sportive et de mon parcours assez atypique en France. Photographe, photographe de sport, puis « de presse » (avec carte de la CCIJP durant 28 ans), mais aussi fondateur et directeur de l’Agence de presse sportive « Vandystadt » et, en même temps, éditeur de livres de sport « Vandystadt Editions ».
    Mais au-delà de tout cela, je suis et je reste avant toute chose, UN PHOTOGRAPHE – de presse et de sport – par vocation(s) et par goût.
    Sinon, il y a aussi en France des dizaines (des centaines ?) de photographes PRO (de sport ou non, avec carte de presse ou non) qui sont ou, qui vont être un jour ou l’autre comme moi, les victimes de la politique actuelle (folle et/ou machiavélique) de l’UJSF ! Pas de « carte de presse de la CCIJP » donc, pas de carte « SPORTS PRESSE » … de l’UJSF et, in fine, pas de photos de sports de compétition en France. Football, Rugby, Volley, Basket, Hand (signatures de « conventions » entre l’UJSF et de plus en plus de Fédérations et Ligues sportives…).
    Exemple minimum, de base : un photographe pro et indépendant réalise un reportage ou un livre, sur … Paris, Lyon, Marseille etc… Il lui faut juste réaliser 1 ou 2 images au Stade de France, au Parc des Princes, au POPB et, ce, à l’occasion d’un match quelconque… rugby, foot, basket. Pas de carte(s), donc pas d’accréditation. Il lui reste… l’AFP, Getty, Corbis et, bien sûr, « PRESSE SPORTS », l’Agence photo de … l’Equipe (créateur et grand « souteneur » de l’UJSF) pour acheter les photos… d’autres photographes ! Kafkaïen. Pendant ce temps, d’autres photographes, non français et sans carte de presse, mais avec une simple demande d’accréditation d’un (plus ou moins) vague organe de presse étranger sont, eux, les bienvenus…à Paris ou à Bordeaux ! Pour obtenir la carte de presse française, il faut justifier d’un revenu minimum « salarié », en PRESSE, d’environ 600 € par mois sur 3 mois minimum (carte à perdre ou à renouveler chaque année). Mais de plus, très bientôt, il faudra aussi, pour un Français, justifier de la possession de la carte spécifique de l’UJSF : « SPORTS PRESSE » (comme… PRESSE SPORTS, l’Agence de l’Equipe, sic !) pour pouvoir « travailler sur tout le territoire ». La carte de presse nationale de la CCIJP étant toujours indispensable, mais devenant… insuffisante.
    En fonction des problèmes économiques actuels en France, de la concurrence des milliardaires américains (entre autres), de la baisse affolante des prix du marché de la photo (50…30…10 € l’image de presse ! etc…), il n’y aura bientôt plus, dans les stades et les salles de sport françaises, que les photographes salariés de l’Equipe/PRESSE SPORTS, de la PQN, Le Parisen, Le Figaro… de la PQR, La Voix du Nord, La Marseillaise, Sud-Ouest etc… Corporatistes, nous revoilà (ou je suis aveugle ?). Corporatisme des grands groupes de presse écrite (sur papier journal et maintenant aussi sur le web), avec la participation des grandes chaînes de télévision, des grandes stations de radio, et de quelques grandes agences de presse comme l’AFP : AFP-photo qui, entre parenthèses, diffuse aussi sa production chez… l’Américain Getty. Lequel Getty (avec Corbis) ont déjà très largement contribué à détruire le marché de la photo en France… et ailleurs. On ne compte plus leurs victimes et « morts » chez les photographes français, toutes spécialités confondues.
    Ce jour, 18/08/08 à 15h, on dénombre sur le site de l’Agence de photo Getty Images : « Olympic Games Beijing 2008″, 83.200 images… dont 42.300 proviennent de la seule AFP… Les J0 de Pékin, c’est du 8 au 24 Août 2008. Si l’on extrapole, cela va donner en gros à l’arrivée, 121.000 images Getty… dont 61.500 provenant de l’AFP ! Tous les photographes français de sport peuvent remercier l’Agence France Presse : ils sont « bien représentés » aux USA et dans le monde mais…, presque tous, déjà « morts » ! Getty remercie la France et la mondialisation. Mais moi, et quelques photographes français encore vivants, aimerions pouvoir malgré tout, travailler à nos photos, le soir, sous la pluie et même dans le froid, au Parc des Princes, même… pour un Xème 0-0 du PSG. Pas de carte(s)… alors c’est NON !!! mais le stade, il est vide… Merci l’UJSF !
    A l’UJSF, ils rêvent tout habillés et en cravate !
    Je cite : « Mais face à l’évolution du sport et des médias, les journalistes ont été confrontés à des difficultés de plus en plus grandissantes pour exercer leur métier en toute indépendance. Et n’allez pas chercher dans mon propos le moindre élément d’un corporatisme primaire. De tous temps, de génération en génération, nous avons toujours su que nous étions à la source de l’information, témoin privilégié il est vrai, mais au service du citoyen. Et c’est pour lui que nous tenons à notre liberté d’expression. Il s’agit d’un droit fondamental en toute démocratie. » (réf.: site de l’UJSF, Allocution du Président Jean-Marc Michel, (Président de l’A.J.S. et de L’UJSF), « Le Journaliste et le sport: responsable(s) ou otage(s) » Août 2005. NO COMMENT.
    Je cite encore : « PRESSE SPORTS », la plus grande agence mondiale de photographie sportives… ». (réf.: idem) Août 2005.
    A l’A.J.S-UJSF-L’EQUIPE, desserrons les cravates, et dégonflons les méninges enflammées ! Cette prétention était déjà fausse, même après l’arrêt d’activité de l’Agence Vandystadt et Allsport France, GB, USA International, 2002 puis 2004. Alors après… depuis 2005, avec Getty + AFP sur le marché mondial … c’est ridicule. C’est même dommage pour la France. Mais, de toute façon, ça ne sert plus à rien de s’en prendre aujourd’hui à Gérard Vandystadt. Tout cela, parce que ce nom évoque les douloureux souvenirs, d’une « rude concurrence » durant 12 à 15 ans, pour PRESSE SPORTS/L’EQUIPE et leurs photographes. Même si, depuis 2005, il remonte, pas à pas, une nouvelle Agence de presse sportive française, REGARDS DU SPORT ! L’Agence PRESSE SPORTS peut prendre des vacances pendant quelques petites années. On verra plus tard… quand les Chinois auront mangé et digéré l’économie mondiale et qu’ils s’attaqueront… aux friandises.
    Dans mon métier de photographe de sport à Paris, tous savent et enragent en privé, cela ne date pas d’hier – mais ils gardent le silence par crainte des « représailles » (les accréditations !) – que depuis toujours la(es) direction(s), les responsables successifs, les syndics des photographes (très souvent d’ailleurs photographes de l’Equipe…) et l’UJSF, que tout cela donc ne fait qu’un avec le Groupe l’Equipe + Agence PRESSE SPORTS ! Le(s) patron(s), c’est l’Equipe et son groupe de presse sportif (avec ses comparses, lieutenants méritants, gourmands et obligés, tout le reste de la PQN, de la PQR et ses pages sportives en France). C’est énorme déjà ! Alors pourquoi s’attaquer inutilement à GV, et à quelques autres pros français quand le monde entier bouge si vite, nous dépasse et nous écrase… si bien ? En France, nous sommes en récession, bientôt en faillite presque partout, et « des » franchouillards se tapent dessus, s’acharnent à détruire et à brûler en place publique les meilleurs d’eux-mêmes ! Quel gâchis, quelle bêtise… inutiles et hors de prix ! Les Américains rigolent, les patrons de la petite « grande presse française » aussi.
    Donc et, pour tous, tant mieux si le Gérard Vandystadt a « perdu » sa carte de presse, qu’il ferme sa G… Tout ça, c’est de sa faute à lui seul ! Mais également à toutes celles et ceux qui la perdront aussi, un jour. Et mieux encore (si c’est possible), à toutes celles et ceux qui ne l’auront… jamais ! Bien fait pour eux, merci pour nous (qui bossons grâce à… une carte). Merci à qui, à l’UJSF et… « consorts ».
    Finalement, si j’avais travaillé à l’Equipe (!?), l’UJSF m’aurait sûrement trouvé très sympathique, utile sur les stades et ailleurs, j’aurais été le copain entre autres de tous les photographes et journalistes de l’Equipe et j’aurais même eu droit (forcément), au premier prix photo annuel de … l’UJSF. Tous les photographes de l’Equipe/PRESSE SPORTS y ont « droit », à tour de rôle (liste sur le site de l’UJSF). J’aurais eu plein de RTT, et mes cinq enfants arrêteraient d’insulter (avec talent) des gens qui empêchent volontairement leur père de… travailler en France ! La seule petite différence, c’est que pour autant, je n’aurais jamais dit ou même pensé : merde pour les autres… « qu’il fasse des mariages » ! (dixit Jean-François Renault, Secrétaire général de l’UJSF, Ancien directeur adjoint de la rédaction de l’Equipe).
    CQFD ! partiel et momentané.
    Gérard Vandystadt.
    PS.: Vu sur le site, PRESSE SPORTS L’Equipe : Presse Sports vous offre l’expertise journalistique de professionnels de l’image dépositaires de la qualité d’une marque prestigieuse et reconnue. Presse Sports est l’agence photographique du groupe l’Equipe, éditeur : – du quotidien L’EQUIPE – des hebdomadaires L’EQUIPE MAGAZINE, FRANCE FOOTBALL et RUGBY HEBDO – du mensuel VELO MAGAZINE. Presse Sports dispose de 10 millions de photos en archives dont un million numérisé…
    C’est bien ! Ce qui est beaucoup moins prestigieux, c’est d’empêcher les « concurrents » potentiels de travailler par le biais de… l’UJSF.
    Une « vraie » UJSF totalement indépendante (…), enfin renouvelée et très élargie dans ses représentativités serait beaucoup plus viable et respectée
    qu’aujourd’hui, parce que plus imaginative, ouverte, sérieuse et donc crédible ! GV
    Svp, en cas de reproduction (bien volontier) sur votre site, merci beaucoup de ne rien changer ou couper sans me prévenir. Merci à tous !

Postez un commentaire