web analytics

Aperture 2.1 : ajustements localisés et architecture de plug-in…

34
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Excellente surprise cet après-midi (Apple sait nous surprendre). Après avoir nous avoir longtemps fait patienter, il semble que les développeurs de Cupertino mettent les bouchées doubles sur Aperture ! La bonne nouvelle, c’est que l’émulation entre éditeurs de logiciels photo ne semble pas faiblir et c’est bien à nous (photographes) qu’elle profite… Depuis quelques minutes, la version 2.1 (mise à jour gratuite depuis le menu MAJ de Logiciels) apporte deux très intéressantes nouveautés :

Un nouvel outils pinceaux : pour maquiller (éclaircir), graver (obscurcir), le contraste, la saturation, la netteté et le flou. Bien vu ! Attention, pour l’essayer il vous faudra aller dans le Menu Image > Modifier avec > Maquiller et graver… (on peut toutefois s’interroger sur le terme « graver » qui me semble être une traduction quelque peu hasardeuse).

Aperture_21_2

Il ne s’agit pas d’un outil directement accessible mais d’un « module externe ». Je l’ai essayé sur mes images de D300, l’effet est très doux et progressif. Par contre il semble qu’il ne soit pas possible d’éditer une correction localisée apportée précédemment : vous serez contraint de « repeindre par dessus », si j’ose dire.

MAJ : Malheureusement, il semblerait que toute image qui passe par les Modules
externes d’Aperture ne reste pas au format RAW, mais qu’elle soit convertie en
format Tiff dans le logiciel.

 

Ce qui quelque part, contredit la raison d’être d’Aperture (un
outil non destructif de traitement des fichiers RAW), du moins tel
qu’il fut présenté au début. Cette conversion en pixels lineaires,
implique que
son encombrement explose sur le disque (on perd donc tout l’intéret du
format RAW qui est le seul à rester qualitatif et relativement léger).
Enfin (et surtout), un RAW converti en Tiff perd une grande partie de
son potentiel d’ajustement !

Tout ça est un peu décevant. Ces plug-in ne pourront satisfaire
que des photographes amateurs ne disposant pas de Photoshop (à
condition qu’ils disposent de place sur le disque)… Au final, un
photographe professionnel exigeant aura tout intérêt à les éviter et à
conserver son workflow habituel en RAW (dans Aperture ou autre logiciel
de développement RAW), avant de finir le travail dans Photoshop, qui
restera toujours beaucoup plus puissant que tous les plug-in du monde
(sans oublier que Photoshop dispose lui de centaines de plug-in, dont
les fameux U-Point).

Plus d’infos à ce sujet dans ce long article en anglais de RobGalbraith.com.

Nikon Capture NX et ses U-Point (qui avaient montré la voie à suivre
il y a déjà pas mal de temps) conserve donc une certaine avance
technologique (ainsi que Lightzone, l’autre outil de traitement RAW à
proposer des ajustement localisés)… Car ces deux logiciels
travaillent bel et bien sur le format RAW en 12bits (ou 14 bits pour
NX). Puisque dans Capture NX, chaque U-Point appliqué reste modifiable
constament, effaçable et que l’image reste toujours en format RAW …
Il est évident que c’est sur ce point (la retouche par zone) que se
joue la prochaine étape en termes de développement RAW. Voilà qui ne
devrait pas tarder dans une prochaine version de Lightroom (c’est du
moins ce que l’on peut espèrer).

Une architecture de plug-in : l’architecture qui accueil ce
module « Maquiller et graver » est ouverte, vous pourrez retrouver dans
Aperture je cite, « des modules de retouche d’image pour effectuer des
retouches localisées, des modules de filtres et d’effets, d’analyse et
de réduction du bruit, de correction de la déformation des objectifs
fisheye, et bien d’autres encore. (…) Apple travaille en étroite
collaboration avec des développeurs majeurs pour offrir à Aperture les
modules les plus demandés, notamment : le module Viveza de Nik
Software, reposant sur la technologie U Point, qui offre un moyen
simple, puissant et précis de contrôler de manière sélective et
d’ajuster la couleur et la luminosité des images numériques ; le module
Noise Ninja de PictureCode, qui apporte un outil évolué d’analyse et de
réduction du bruit ISO élevé »…

De nombreuse autres améliorations sont au programe par exemple
l’Outil de rognage a été amélioré, un menu contextuel  « Afficher sur la
carte » permet de lancer une carte grâce aux données GPS de l’image, la
barre d’outils de présentation plein écran est désormais accessible sur
un deuxième écran, il est possible d’enregistrer les livres au format
JPEG ou TIFF, ect. Plus d’infos par ici.

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

34 commentaires

  1. Attention ! ne pas se rejouire trop vite ! La grande question est : s’agit-il encore de format RAW…
    Sinon, il y a tromperie sur la marchandise !

  2. si c’est cela, Aperture nous envois une fois de plus de la poudre aux yeux, si ce n’est plus du format RAW, les débutants n’y verrons que du feu et leur disque dur va se remplir à une vitesse folle sans qu’ils s’en rendent compte ! Je trouve assez irresponsable de la part d’Apple de ne pas donner d’avertissement sur les conséquences en terme de poids et de perte de qualité de l’image…

  3. que c’est merveilleux… Tant de nouvelles fonctions plus magiques les unes que les autres…
    Cependant, la question reste la même dans cette course aux logiciels de la mort que tue… LightRoom ou Aperture ???
    Je me vois assez mal bosser sur l’un, puis sur l’autre sous prétexte qu’il y a une mise à jour qui apporte un nouveau bidule que ne fait pas l’autre.
    Quelque part, je m’en tape… J’ai les deux mais je commence à cataloguer avec Lightroom…
    Entre nous, c’est vraiment le foin, je préférais presque Camera Raw, Bridge, Photoshop, et iView…
    Ce n’est pas toujours top le modernisme !!!

  4. Sympa quand même ces modifs. Ca évite le passage par la case Photoshop dans certains cas.
    Et un moyen très clair de voir les corrections apportées en sélectionnant l’affichage en superposition : la photo est alors affichée en niveau de gris et les corrections en rouge plus ou moins vif selon le degré de correction apporté.

  5. Je suis Ok sur le fait que se soit un outil pro… Mais Franchement, En qualité de photographe pro, on a d’autre souci et d’autres points d’intérêts que de se creuser la cervelle tous les 15 jours afin de savoir si on va bosser sur Aperture ou LightRoom.
    Deux solutions, s’arrêter à un logiciel et ne pas profiter dans l’immédiat des options, toujours sympa et pratiques, de l’autre… Ou tirer à pile ou face tous les matins au levé… Un beau délire dans les catalogues.
    Que les choses soient claires, ce n’est pas dans l’utilisation des logiciels que l’on se ramassent le plus, mais bien dans le choix du bon logiciel… Si ce dernier existe, biensur, et là, ce n’est qu’une question de point de vue.
    Mon Ex Assistante bosse toujours sur Bibble pro et catalogue avec un truc à elle qu’elle s’est montée via FileMaker… Et ca marche très bien…
    Afin, on fait ce que l’on veut chez soi…

  6. En clair, ce système de plugins fonctionne exactement comme lorsque l’on ouvre dans un éditeur externe : il fabrique un tiff, puis l’ouvre dans le plugin, puis on enregistre ses modifs, et on revient ; une nouvelles copie de travail est donc là. Lourde oui.
    A mon avis, ils ont conçu ce système pour tous les gens qui n’ont pas photoshop.
    Maintenant, avec ce système, on peut complêtement développer une photo et même la corriger localement comme on le faisait dans un labo noir&blanc.
    Un regret : que ça ouvre une nouvelle fenêtre :-(
    Un espoir : Upoint un jour !
    Quant à bosser à partir d’un RAW directement… est-ce simplement techniquement faisable ?

  7. Une info à ce propos, venant du site http://www.apertureprofessional.com/showthread.php?t=13635
    « Not only can his plug-in infrastructure be used to paint on effects, it can be used for anything a programmer might want to do to an image including utilize different raw processors. You read that right, Aperture passes the raw file to the plug-in architecture, which means that it would be possible for a plug-in to do a raw conversion.  »
    Intéressant ? non ?

  8. Vous avez trouvé la localisation GPS ?
    Dans le menu ‘image’ dit la documentation ! (ou un control clic sur l’image)
    Je ne vois rien !!!

  9. L’effet original, c’est « Dodge & Burn ». Comment ont-ils pu traduire ca par « graver » au lieu de « bruler » ??!? Je ne bosse que sur les localisations anglaises de mes logiciels pour eviter ce genre de (mauvaise) surprise…

  10. Burn en informatique se traduit souvent par graver CD Burner…
    Mais en photo pas la même chose.
    En mon avis ils ont un dico automatique.

  11. Tite question à tout le monde : vous arrivez vraiment à utiliser les Upoints sur vos photos (dans Capture NX, et maintenant dans Aperture)) ? Personnellement,je n’ai jamais d’image qui nécessite une retouche en forme de rond (grand ou petit), et le fait l’améliorer une zone en abîme systématiquement une autre. J’en arrive à faire un Upoint qui couvre toute l’image pour de petites modifs, mais autant faire une sélection d’ensemble. Je trouve que c’est une bonne idée marketing, mais je cherche encore sa vraie utilité sur une photo normalement constituée.

  12. Au fait Jean-François, je sais qu’il faut bien vivre, mais la pub Last FM est super chiante, vu qu’elle bloque mon vieux G4 à chaque ouverture de ton blog (ADSL 512). Peuvent pas éviter de nous afficher une liste qu’on ne lit pas de toutes façons ?

  13. Le principe du U point n’est pas de créer un cercle de sélection, mais le cercle détermine plusieurs couches selon des éléments de texture, de luminosité, de contraste, de saturation, etc… ce qui permet ensuite de traiter très précisement des zones ou des éléments séparés de l’image.
    Oui les Upoints sont très pratiques et très bin pensés, il faut juste les maitriser…

  14. Entièrement d’accord avec cette dernière remarque de Gilles. Tout ça n’est plus du RAW, donc autant le faire dans Photoshop, c’est tout de même bien plus puissant !
    Pour répondre à Vincent : oui c’est techniquement faisable la retouche localisée sur le RAW ! La preuve : Nikon Capture NX le fait bien avec les U-Point… Sans oublier Lightzone ! Et bientôt quelques autres…

  15. Bonjour,
    Beaucoup de bruit sur ce Aperture.Curieux d’essayer je viens de me rendre compte qu’on ne peux importer un raw et son xmp venant de lightroom afin que les métadonnees soient incorporées à l’image dans Aperture, c’est tout de même dommage à moins que quelqu’un connaisse un truc????

  16. Pour moi, Aperture était grillé (cramé)depuis le 1.1 de Lightroom.
    Cette nouvelle de plug-in modifiant un RAW en TIFF atteint maintenant à la probité même de l’équipe d’Apple: s’il faut lire tous les petits trucs écrits en petit à chaque MAJ d’un logiciel au lieu de le tripoter illico comme le pousse l’instinct de tout photographe, où va t’on ma bonne dame?

  17. J’ai été patient et indifférent aux critiques contre Aperture et j’ai eu raison .Apple est en train de faire ce que j’attendais un logiciel tout-en-un,puissant et rapide, pour une meilleure productivité.Avec un moteur 2 qui me sort des fichiers de très haute qualité et des albums intelligents sur double écran.J’ai remarqué que de repasser sur photoshop à partir d’un fichier d’Aperture occasionnait une perte de qualité d’image difficile à rattraper (je perds du temps à retrouver le rendu Aperture, à moins qu’il existe une solution ? Je suis preneur).Je préfère faire mes retouches localisées dans Aperture même sur Tiff (j’ai de gros DD pour les sauvegardes des banques).

  18. Le module fourni en tant qu’exemple n’est certes pas le meilleur, car il passe par une conversion TIFF en fin de processus, mais le travail se fait via le RAW et pourra se faire via le RAW pour les autres plug-ins. D’ailleurs, rien n’empêchera d’utiliser un autre moteur de rendu que celui intégré à Aperture. Ce qui change par rapport à un éditeur externe actuellement.
    Seule en sortie de traitement, une conversion est nécessaire en TIFF pour appliquer les changements. Les retouches ne sont donc pas sauvées dans une fichier XML comme pour le reste.
    D’un point de vue technique, ce sera compliqué d’enregistrer des retouches faites avec des pinceaux sur des fichiers de métadonnées. Ou alors il faut se farcir la gestion de masques et calques comme Photoshop…
    La différence avec l’approche actuelle étant que les modifications s’appliquent à toute l’image ce qui est plus facile à gérer d’un point de vue programmation.
    Des modules externes comme les U-Points sont aussi plus faciles à sauver en tant que métadonnées de retouche, car il suffit de sauver les coordonnées du point et les divers paramètres modifiés.
    Encore une fois, je pense qu’en sortie dans tous les cas, il faudra passer par une conversion TIFF ou PSD. Aussi, parce qu’il ne faut pas oublier que si des retouches sont effectuées par un plug-in, il faut qu’Aperture soit en mesure d’afficher le résultat en tout temps, ce qui impliquerait alors que le plug-in soit chargé à chaque visualisation de l’image ou que d’une manière ou d’une autre, il soit davantage intégré à Aperture.
    On verra quelle approche Adobe adopte avec Lightroom, mais ils seront confrontés aux mêmes problèmes techniques.

  19. Je crois que nous n’avons pas compris les choses de la même façon !
    Quand tu lance le plug-in, il y a un temps de conversion (le logiciel affiche une barre de progression). Malheureusement dès ce moment, s’en est définitivement fini du RAW dans Aperture et toute la suite se déroule en Tiff (y compris quand tu a fini le boulot dans le plug-in)
    Capture NX ne fonctionne pas du tout de cette façon…

  20. Tu as raison pour ce qui concerne ce module livré avec la 2.1 qui est une démonstration de ce qui est possible. Toutefois, le responsable produit à fait comprendre qu’il est tout à fait possible de demander à Aperture le fichier RAW sans passer par une conversion. D’où la remarque sur une utilisation d’un moteur différent. De toute façon, il faut attendre la sortie de la documentation pour le SDK d’Aperture. On en saura plus et la sortie des prochains modules pour juger du bien-fondé de la solution.
    En attendant de voir ce qu’Adobe a à proposer dans ce domaine. Apparemment, il y a un truc mercredi…

  21. si c’est vraiment comme tu le dit, ce serait génial en effet !
    Tu pourrais par exemple avoir Capture NX ou DxO « embeded » dans Aperture… Sous réserve que leurs éditeurs respectifs se donne la peine de développer ces plug-in…
    Mais je n’y crois pas trop ! A suivre…

Leave A Reply