web analytics

Photo de la semaine : beaux zavions à La Ferté-Alais

9
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

Un petit tour à la Ferté-Alais sur l’aérodrome de Cerny est l’occasion de « prendre un peu l’air » et de faire quelques images de « coucous » à l’entraînement… Vous pourrez admirer et photographier cet AD4N Skyraider, lors de la 35ème Fête aérienne qui se déroulera les 26 et 27 mai 2007.

_mg_8558_copie

J’ai utilisé pour cette image mon vieil EOS 20D (toujours vaillant, mais à l’autofocus parfois un peu hésitant, il faut bien le dire) accompagné de mon zoom Canon EF 70-200 mm f/2.8L IS USM, qui lui aussi n’aura pas démérité depuis toutes ces années.

_mg_8604_copieTout au long de l’après-midi, j’ai alterné l’EOS 20D et l’EOS 5D, ce dernier se trouvant parfois handicapé par sa vitesse de 3 images/sec seulement (en particulier lors des passages en rase-motte). L’autofocus du Canon EOS 5D s’est comme d’habitude révèlé bien plus à l’aise que celui du 20D pour « accrocher » les avions sur fond de ciel bleu…

Soyons clair : j’aurais préféré un Nikon D200 sur ce coup-là (faut que je retourne en chercher un d’urgence à la Nikon School)… Ou un EOS 1D mark2n (ou mark 3) ! ! !

_mg_8542_copie L’EOS 20D a un autre avantage sur le 5D : son facteur de x1.6 tranforme le 70-200 en 112-320 mm f/2,8. Ce qui en fait une focale idéale pour un meeting… Le multiplicateur x1.4 est donc resté dans la poche (comme d’hab) les avions survolant le terrain à basse altitude. Il faut savoir que l’ajout du converter x1.4 rend l’usage de l’autofocus encore plus aléatoire.

Passons aux réglages : Priorité vitesse, 400e de seconde, f/18. Sensibilité, 400 ISO. Vous serez peut-être un peu surpris de la valeur très fermée du diaphragme.

Mais il s’agissait « d’assurer » question profondeur de champ (l’ouverture est variable puisque nous sommes en priorité vitesse).

La difficulté ici est de ne pas perdre la mise au point, au fur est
à mesure que la distance entre vous et l’avion diminue. Voilà pourquoi
une sensibilité élevée de 400 ISO a été préférée. Vous avez le choix
entre deux stratégies :

  • Autofocus ON-SHOT : plus sécurisant, surtout si vous n’utilisez
    qu’un seul capteur qui vous permet de « placer » l’avion là ou le vous le
    souhaitez dans l’image (vous pouvez composer vos images avec par
    exemple l’avion dans un coin et le sol en bas)…
  • Autofocus AI-SERVO : comporte plus de risques de perdre le
    point, mais permet de suivre plus facilement les mouvements de l’avion
    lorsqu’il vient vers vous à grande vitesse et de prendre de longues
    rafales (ce qui s’avère assez difficile avec le mode ONE-SHOT, dans ce
    cas vous devez relever le doigt toutes les 2 ou 3 images avant de
    redéclencher, sans quoi le point reste en arrière de l’avion qui
    s’approche).

Img_1502_copie
Pour ce genre d’images, la balance des blancs reste évidement calée
sur Lumière du jour, sans quoi d’importantes différences risquent
d’apparaitre d’une vue à l’autre si vous restez en automatique.

Le format RAW s’impose, il permet de monter en sensibilité et laisse
plus de latitude dans la gestion de l’accentuation et de la correction
du bruit en post traitement (typiquement avec ces genre d’images on
peut avoir des problèmes de netteté à rattraper).

Img_1400_copieDernière chose : en cas d’usage intensif du EF 70-200 mm f/2.8L IS
USM (ou de n’importe quel optique stabilisée), mieux vaut se munir du grip emportant deux batteries (surtout quand le
stabilisateur d’image est activé en permanence)… Sans quoi certains
plantages de l’appareil sont toujours à déplorer !

Quand cela arrive,
il suffit d’ouvrir et de refermer la trape de la batterie pour
réinitialiser le système. Amusez-vous bien !

BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

9 commentaires

  1. Très belle image bien piquée et cadré au cordeau (on voit même que le pilote porte des lunettes de soleil) !
    Shooter des avions n’est pas si évident… J’en sais quelque chose et l’autofocus qui « part dans le bleu » une véritable plaie. Je ne sais pas si tu sera de cet avis JF, mais Nikon me semble un peu meilleur là-dessus (j’ai un D200).

  2. En effet… Il m’arrive moi aussi de perter contre l’autofocus Canon qui part en vrille ! Mais faute d’expérience avec d’autres marques je ne sais si on peut faire mieux… Il parait que l’EOS 1D mark 3 est exceptionnel de ce côté là.

  3. Un sujet que je connais bien, entre avion et rapaces le problème de la profondeur de champ passe obligatoirement par le 400 ISO. Pour la perte de l’autofocus (Nikon D200 + Nikon 200/400), j’ai toujours le problème. Je l’avais déjà avec le D1x et le même objectif et le Nikon 4.5/300. Je suppose qu’au bout d’un « certain temps » les moteurs de mise au point « chauffent » et pédalent dans le flou. L’arrêt total et attendre quelques instants permet de repartir… quand il n’y a plus rien en l’air :)

  4. Très jolie image! Maintenant, une des choses récurrentes avec les photos de jolis navions à hélice (s), c’est l’hélice, justement. Au 400ème de seconde, l’arc dans lequel on voit « tourner » les pales n’est pas très ouvert…les images ne montrent pas ce que l’on voit réellement (C’est, je pense le mème truc génant avec les photos de rallye: si le flash « gèle » les roues, on a l’impression que la voiture est arrêtée… pas glop, pas glop…! Avez-vous essayé au 250ème? voire au 125ème pour avoir la quasi totalité de l’arc ? (cf. les images de Tokunaga, Rimensberger, Manaka, Dibbs et consorts…).
    Je vous accorde que ce n’est pas facile…!

  5. AAAAAAhhhhh enfin un sujet photo !!
    Ca fait du bien de ne pas parler que de matériel, les essais d’écran, les duels de logiciels ………
    Je sais bien que le matériel est important pour assurer la productivité mais occulter la partie artistique de notre métier est danguereux (la remise en question c’est sympa) car avoir de bonnes images donne de quoi nourir un ordinateur, et ce que l’on renomme ou pas ses images !!!!!!
    Sinon, une idée en passant, il serait marrant de comparer ce que l’on a fait récemment.
    Pas pour juger, mais plutôt élargir nos horizons et sortir notre nez de nos affaires coutumières.

  6. Oui, je sais, cette histoire d’hélice… N’étant pas pro de la photo d’avion je n’y pense qu’une fois sur deux ! ! !
    Mes images seraient surement refusées par un magasine spécialisé… Il faudrait faire une photoshoperie pour arranger ça (pas très difficile) !

  7. Oulah !!
    ok, si c’est monsieur Rivet qui poste…vous connaissez votre sujet !
    Il n’empêche, je trouve, c’est uniquement mon avis, ok? Mais je crois que c’est plus joli avec une vitesse plus basse…le flou ? Ha, oui, le flou.
    Pfff.

  8. Pour l’autofocus, n’est-il pas plus simple de passer en manuel? Le sujet étant toujours à une certaine distance, il me semble qu’on peut se mettre à l’hyperfocale, ou infini, et ne plus se préoccuper de ce point pour se concentrer sur la composition et la vitesse.
    Sinon, je la trouve très réussie !
    Bravo

Leave A Reply