web analytics

Workflow : iView Media Pro et DxO 4.1

17
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Cet après-midi, quelques heures passées avec DxO 4.1 sur un Macbook Pro tout neuf (Intel Core 2 Duo, équipé de 2 Go de RAM et cadencé à 2,33 Ghz) m’ont permi de mieux prendre la mesure de cette nouvelle version (si vous venez d’arriver, commencez par lire cette présentation de DxO 4.1 rédigée lundi).

Logo_dxo_petit_150
Oui, beaucoup de progrès dans la logique de l’interface ont été réalisés ! Je dois avouer qu’avant cett 4.1, je n’étais vraiment pas très grand fan de DxO (que je considérais un peu comme une usine à gaz inutile si l’on était pas photographe d’architecture). J’ai changé d’avis car cette version 4.1 change la donne radicalement : on peut désormais la considèrer comme ergonomique et « praticable » en conditions de production professionnelle (sur une machine très puissante et récente tout de même.

Dxo_general_2

Que de progrès depuis la précédente version !

Selon mes critères personnels (j’insiste : personnels) les versions précédentes n’étaient pratiquement pas utilisables en effet (et je ne ressentais donc pas vraiment le besoin d’en parler). Mais il faut préciser que mes critères personnels sont particulièrement exigeants car je travaille sur de gros paquets d’images et surtout je supporte très difficilement d’attendre plus d’une seconde le rafraîchissement d’une image…

Tableaucomparatifperfsraw
Des photographes de studio travaillant sur de plus petits volumes sont beaucoup moins génés que moi, par la lenteur relative de DXO et apprécient surement plus que moi les fonctionnalités qui font de DxO un soft unique en son genre.  DxO tourne donc un peu plus vite… Sans pour autant être devenu un foudre de guerre (même en désactivant les options les plus gourmandes)… Et j’en veux pour preuve ces petits tests chronométrés fort bien réalisés par Tony !

Mais qui veut la peau de iView Media Pro (pardon Expression Media) ? ? ?

Plutôt que de vous faire une revue complète du logiciel (ce qui a été très bien fait chez Cuk
), je me contenterais de vous livrer quelques réflexions qui me sont venues cet après midi. Elles vous seront utiles notamment si vous désirez optimiser votre flux de travail en collaboration avec iView Media Pro… iView qui reste (selon moi) de très loin le meilleur catalogueur d’images disponible ; n’en déplaise à certains qui nous font des crises anti-Microsoft étonnament simplistes…

Remplacer le clic-droit de iView…

Revenons à DxO : s’il était possible avec les précédentes versions de lancer une image (ou des images) depuis iView vers DxO d’un simple clic-droit (après avoir ajouté DxO dans le liste des applications auxiliaires), cela ne marche plus ( provisoirement ? ) avec cette version 4.1…

PalettePas grave : la solution est alors de lancer dans un premier temps Dxo, puis  de glisser vos images directement du catalogue iView dans la fenètre du projet DxO… Facile et rapide.

A la fin du process de correction dans DxO : exportez vos JPEG (et/ou vos DNG) dans le dossier du Projet DxO, (c’est l’option par défaut). Je recommande de placer ce Projet DxO au sein du dossier des images qui nous occupent et de nommer ce projet exactement du même nom que le catalogue iView correspondant (placé au même endroit). Ne vous inquiétez pas pour le sufixe : DxO s’en occupe, c’est parfait !

Projets DxO et Catalogues iView : même combat !

Remarquons en passant qu’un projet DxO fonctionne exactement à la façon d’un catalogue iView Media Pro. C’est vraiment le même principe ! Au lancement, DxO vous propose d’ailleurs une fenêtre avec la liste des derniers catalogues (Projets pardon) utilisés : comme iView si vous passez par le menu Catalogues récents. Il serait d’ailleurs pratique d’ajouter à DxO l’équivalent du Chercheur de catalogue de iView, ce qui permettrait de retrouver plus rapidement vos Projets sur vos disques.

Dxo_general_1

Mais revenons à la fin du process DxO : une fois les images converties par DxO, vous pouvez les importer (de retour) dans votre catalogue iView (ce qui est indispensable si vous utilisez iView pour votre gestion global d’images). Vous pouvez le faire de deux façons :

  • La première fait appèle au menu « actualiser le dossier » de iView (qui se trouve dans Dossiers du catalogue, accessible par l’onglet Organisation). Il est même possible d’activer l’actualisation automatique.
  • Afficher_menu_cont2_1
    La seconde est encore plus élégante : elle suppose simplement que le dernier catalogue iView soit resté ouvert (et normalement il l’est puisque vous l’avez utilisé pour importer les images dans le projet). Le génial DxO vous propose de paramètrer un menu « Ouvrir avec » (dispo sous le clic-droit dans le dernier onglet Afficher).

Ce menu est très similaire à celui de iView (mais combien de temps faudrait-il attendre pour que Lightroom et Aperture reprennent ce système indispensable). Pensez à ajoutez Bridge, Photoshop, iView (et d’autres) à ce menu contextuel… Ceci fait : si vous choisissez « Ouvrir avec iView »… Bouuum, automatiquement l’image est importée dans le catalogue iView ouvert… Génial, simple, rapide ! Je me demande s’ils l’ont fait exprès…

DxO part sur de bonnes bases…

DxO est plein de bonne petites idées de ce genre… Qu’il me faudra encore plusieurs semaines pour  explorer. Mais en attendant, passons à quelques détails qui m’ont posé problème lors de ces premiers pas. D’abord un petite détail agaçant : l’affichage des vignettes de DxO ne tient pas compte des modifications en cours (c’est peut-être fait exprès pour fluidifier l’interface). Pas trop grave, mais tout de même domage (surtout si l’on compare à Bridge)…

Tout autre chose : un bug (semble-t-il) m’empêche d’annuler facilement un recadrage (Adobe est plus fort sur ce coup-là : car tout est sous le clic-droit)…

Dxo_41_general_3

Sauf erreur de ma part : la gestion de la copie des modifications d’une image à l’autre par clic-droit est beaucoup moins complète que sur la version précédente (ou alors un truc m’a échappé). Là encore Bridge (pour ne parler que de lui) enfonce DxO en terme d’ergonomie, de rapidité pour le traitement de grosses quantités d’images. La partie Meta-données est indigente (indigne d’un tel soft), mais peut-être arrivera-t-elle avec une mise à jour ?

On attend évidement un patch anti-poussière, ce qui est une autre
paire de manche… (mais tout vient à point pour qui sait attendre).
Bizarre également : il semble impossible de spécifier une taille de
sortie différente de l’original.

 

Dxo_general_4

L’export en DNG : un atout maître dans le poche de DxO !

 

Mais tout ceci n’est pas bien grave ! Car DxO vous autorise à finir le travail dans un autre derawtiser ! Il est possible (et même conseillé) d’exporter vos images en DNG pour (ensuite) les passer à Camera Raw, à Lightroom, à Capture One 4 (support du DNG et sortie prévue en 2007, sur ce coup là Thierry je te suis) ou à tout derawtiser qui ouvre et enregistre le DNG, afin de profiter du meilleur de chaque soft…

Voilà un atout maître dans la poche de DxO : le format DNG (gratuit et ouvert) garanti une interopérabilité parfaite avec les autres logiciels. C’est une fenêtre et une preuve de confiance en l’avenir de la part de ses concepteurs… Bravo, si seulement Apple et Nikon pouvaient en faire autant !

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

17 commentaires

  1. Merci pour cet article qui est clair et concret.
    Je visite ton blog tous les jours et j’apprecie la facon dont tu parles des outils mis à notre disposition.
    Bravo

  2. Article très interessant en effet !
    Sinon, j’ai visité Digitlife.fr… C’est de la provocation tout simplement ! Le couple iView + DxO est imbattable question efficacité de l’organisation (iView) et qualité du developpement (DxO)…
    Je crois que ceux qui en doutent (ou changent d’avis pour des raisons idéologiques) ne sont tout simplement pas photographes (ils n’ont à trier que 20 images par mois, donc peu importe le soft qu’ils utilisent : qu’ils prennent le plus joli) !
    Les pro que l’on croise sur Macandphoto (et les amateurs avertis) se feront une idée facilement ! Encore bravo.

  3. Le logiciel ne fait pas « le photographe » une bonne photo traité sous Iview ou Aperture reste une bonne photo.Le logiciel correspond plus à un choix dans l’organisation de son travail.Votre histérie en faveur de iview devient pesante ,je trouve.

  4. ChristophePosté le

    Hello tout le monde.
    JE suis de retour au bercail et qu’est-ce que j’apprends… la guerre est déclarée ???!!! :o))
    Bon, j’ai déposé un mot sur Digitlife à ce sujet…
    A +

  5. Tout à fait d’accord avec Eric. Je suis photograhe pro, j’en suis par exemple à quelques 16000 images depuis 2 mois et demi, le tout sous aperture (parfois lightroom, pour se tenir au courant) e quelques tests sous DXo, et je me porte pas trop mal. J’ai pourtant laissé tombé Iview il y a un an, comme quoi.
    Quand je lis « Le couple iView + DxO est imbattable question efficacité de l’organisation (iView) et qualité du developpement (DxO)… », ben je souris…

  6. Effectivement, le choix de la taille de format de sortie est étrange, je préfèrerais la spécifier en pixels comme écrit dans la doc plutôt qu’avoir une liste déroulante de formats prédéfinis dont on ne sait rien.
    Autre gros manque : une grille dans l’outil géométrie. Pour le moment j’en reste à Totoshop/Filtre/Déformation de l’objectif.

  7. François CuneoPosté le

    Tony, quand tu parles d’images déprimantes, tu parles de Michel Drucker?:-)
    Cela dit, je l’aime bien lui, je suis retombé dessus un dimanche de déprime (justement)… Quand on voit la merdouille en plaque qu’on tente de nous vendre sur les chaînes concurrentes ou même sur la sienne, on se dit que ce gars n’est pas si mal…

  8. Chris > 16000 images par mois, c’est ça qui fait le critère « pro » ?
    bon, trève de provoc… ok, Iview + DXO te fait sourire… mais alors dis nous ce qui, pour toi, est la meilleure chaine de traitement logicielle… le débat est toujours ouvert et intéressant.
    Par ailleurs, je comprend parfaitement Thierry, par rapport à Microsoft, quand on voit ce qu’ils ont été capable de développer sur Mac, on a effectivement de quoi être inquiet…
    Christian
    Anti-Microsoft Canal Historique ;-)

  9. Je parlai du fait de voir des belles images avec de l’eau turquoise des Philippines (il me semble) donne un petit coup de blues lorsqu’on est enfermé dans un bureau. Juste envie de se barrer en vacances en somme, mais qu’on est coincé pour diverses raisons :(
    Mais réjouissons-nous c’est bientôt les fêtes avec le plein de sucreries, de bonnes choses qui font prendre quelques livres de graisse superflues pour s’ensuivre un régime et le mal aux cheveux des lendemains dû aux bulles de champagne trop abondantes.

  10. Faut arreter de parler de thierry là… je viens de faire un saut sur cuk, digitalife…etc… et ici aussi ca casse du sucre !!
    Plus serieusement, j’ai envoyé un mail a luc marin (directeur commercial de dxo) avec qui je correspond de temps en temps, au sujet de la concurrence « tout en un » de dxo.
    Il m’a repondu en 2 temps le premier était de m’envoyer vers une page promo DXO + iview … car j’ai eu le malheur de parler de ce workflow dans mon post. Le 2eme temps était de me repondre qu’ils songaient fortement à une solution intégré en ce moment, pour conclure qu’ils ne comptaient pas rester assis sur leurs lauriers en 2007.
    Perso, j’aime bien DXO .. meme si il ramme grave !! + D’une minute de traitement / image sur un macpro avec un raid raptor et 4 go de ram c’est beaucoup trop. Le résultat du traitement est quand meme à la hauteur. Ca compense un peu… Perso je ne traite avec ce logiciel que certaines photos, sinon je lui prefere bibble qui lui met moins de 8 s / image et me permet de traiter en « gros » une masse enorme de fichiers.
    Niveau BDD jusqu’a maintenant je bossais avec iview depuis OS 8.5. Maintenant je sais pas trop ce que je vais faire. La nouvelle politique tarifaire a interet à etre justifiée par un grande avancée au niveau de l’appli (en ca je comprends la position de T Lothon) car 300 euros ca commence à chiffrer juste pour archiver… Apres ma base de donnée est entierement sous iview et j’ai pas trop envie de tout recommencer… comme je l’ai deja dis Wait and see

  11. Thierry de Digitlife a pèté un cable, l’espace d’un post… Ce qu’il a écrit est tout bonnement indamissible !
    On lui pardonne mais la prochaine fois il ferait bien de tourner 7 fois sa souris sur le tapis !

  12. iView + DxO forme-t-il le couple idéal ?
    En tout cas, chez moi, je ne parviens pas à conserver les métadonnées de mes fichiers CRW source dans les JPG issus du traitement par DXO. Ce qui m’oblige à les recopier manuellement dans iView. C’est lourd.
    Peut-être est-ce lié à une méconnaissance d’iView…
    D’une façon générale, comment recopier les métadonnées définies sur les fichiers CRW sources dans les JPG portant le même nom ? Que se passe-t-il si ces derniers contiennent déjà des métadonnées (IPTC ou EXIF) ?
    Merci d’avance de vos lumières…

  13. Dans l’absolu DxO perd en effet les méta données…
    Sauf que iView les retrouve !
    L’astuce consiste dans le dernier panneau de DxO à faire clique-droit pour réimporter votre image dans iView…
    Là vous contaterez qu’iview applique les méta données de l’image originale (chouette) ! Il ne reste qu’à les synchroniser vers le nouveau fichier…
    Pas très simple à expliquer mais ça marche !

  14. Je voudrais ajouter quelques infos à ce propos.
    En effet, après avoir envoyé une image NEF contenant les champs IPTC à DXO, ce dernier écrit un fichier JPEG ne contenant (apparrament) aucune info IPTC. Si j’envoie ce fichier à IVIEW, miracle, on retrouve les champs IPTC ! Je me demande bien comment .
    Une autre façon de faire , si les fichiers RAW ne contiennent pas les IPTC, c’est d’utiliser le script « annotate / copy from items ». Menu qui devrait d’ailleurs être nommé « copy TO items ». Bref, ca marche, à un petit ennui près, c’est la gestion des accents. Par exemple ‘ë’ ne passe pas.

Leave A Reply