web analytics

Votons contre les machines à voter (avant qu’elles ne le fassent à notre place) !

8
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Un post tendance pour ce week-end : inquiétez-vous de la multiplication des machines à voter ! Plus d’infos par ici : Recul-democratique.org, ou l’on peut lire ceci :

Machine_a_voter_1
 » Le vote électronique est en voie de se généraliser en France, dans un grand silence. Nous n’entendons parler que de modernisation inéluctable, de problèmes d’organisation et d’économies, sans la moindre réflexion de fond.

Quelques événements récents auraient dû nous alarmer : le recul de l’Irlande (concernant des ordinateurs Nedap, fabricant agréé en France), une remise en cause croissante par la Belgique (14 ans d’expérience, 44% des électeurs), au point d’imaginer proposer une loi supprimant le vote électronique, la pagaille des présidentielles américaines 2004 (même si le vote électronique n’est pas seul en cause).

Pourtant nos élus n’expriment toujours aucun doute. Pire, certains souhaitent instaurer rapidement le vote par Internet. Tout cela avec des arguments peu convaincants, et de toute façon de peu d’importance face à la question essentielle : une élection doit être transparente et contrôlée par le citoyen, fut-il dépourvu de connaissances informatiques. « 

Pour beaucoup de spécialistes, il y a dans cette histoire de machines à voter, trop de questions qui dérangent. La dématérialisation du vote contribuant à éloigner davantage encore les citoyens de la réalité des urnes… Par ailleurs tous ceux qui touchent de près ou de loin aux ordinateurs savent bien à quel point le risque du piratage est impossible à éliminer !

Vote_machine
Et ne parlons même pas de la facilité avec laquelle « ceux qui savent », peuvent abuser « ceux qui ne savent pas »… Cette différence rend donc – par définition – les citoyens inégaux devant le vote électronique. L’inégalité étant contraire à l’esprit de nos institutions, la généralisation des machines à voter présente selon de nombreux chercheurs et constitutionnalistes un véritable risque de recul démocratique… Ce n’est pas que le « bourrage des urnes » traditionnel soit impossible mais au moins : la triche est dans ce cas compréhensible par tous !

Plus de lecture ici, Futura Science, 01net.com… Et regardez par ici une l’intervention en direct sur Fox News, d’un scientifique de l’université de Princeton qui entend bien démontrer qu’il est possible de trafiquer une machine à voter en dix secondes ! Le même type de démonstration est d’ailleurs visible en ce moment même sur iTV dans l’excellente (et trop rare) émission scientifique « I comme Icare ». Cela fait froid dans le dos…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

8 commentaires

  1. bah, tu sais JF, on a déjà une machine à truquer les votes… ça s’appelle la télé… et même plus fort encore, on a des hackers professionnels qui officient tous les jours… sur TF1…. notemment… et surtout à 13h00, quand, je cite : « LA FRANCE A PEUR… ».
    D’ailleurs, L’auteur de cette phrase historique habite à deux pas de chez moi… et prend une petite retraite bien méritée…

  2. Y a pas besoin du vote électronique pour bourrer les urnes, mais ça facilite le travail des tricheurs c’est certain. Le problème du vote électronique, en rentrant dans la technique, c’est à la fois d’identifier l’électeur et d’anonymiser le vote de celui-ci. L’Estonie a pratiqué le vote électronique par carte à puce sur Internet lors de ses dernières présidentielles, et ca s’est apparamment plutôt pas trop mal passé.

  3. ChristophePosté le

    franchement, je ne crois pas qu’on puisse un jour sécuriser quoique ce soit totalement…
    Les trucs les plus blindés ont toujours été piratés… même le Pentagone… alors une machine à voter… t’imagines !

  4. En cas de soupçons de fraude, on peut toujours imaginer que des « jury populaires » de citoyens soient employés à reconter manuellement les bulletins (et ceci sous la surveillance d’autres citoyens ordinaires, voire d’observateurs internationnaux)… C’est d’ailleurs je crois ce qui s’est plus ou moins passé aux USA.
    Pas besoin d’avoir fait de hautes études pour être qualifié pour pouvoir recompter, ni d’être docteur en informatique… Donc tous les citoyens seront égaux devant le recomptage des bulletins !
    Par contre comment vas tu faire vérifier des machines à voter par des citoyens lambda ? La machine à voter échappe donc au controle d’une grand partie de la population !

  5. Oui, on peut truquer des machines. Mais les votes normaux aux parfois aussi leurs aleas. Vous ne vous rappelez sans doute pas du temps ou le Parti Communiste était tout puissant. Bien sûr je ne généraliserai pas partout, mais dans ma circonscription il était connu qu’ils cherchaient à faire annuler les mauvais votes avec une mine de crayon coincée dans l’ongle. Il fallait toujours se surveiller, et une falsification pouvait bien sûr venir de tous les bords.
    Alors, certes, la machine est truquée et cela me fait vomir. Mais cela ne règlera malheureusement pas le problème de fond.

  6. ToTO, aux Etats-Unis, en 2000, plus que du recompte, c’était de l’interprétation de l’intention de vote :) Le design des bulletins (en Floride) était un peu foireux, et le candidat indépendant Pat Buchanan avait sa case presque en face de celle d’un autre candidat, d’ou des confusions.

  7. mouais, comme skype avec logiciel espion qui s’est prendre la main dans le sac en train de fouiner au fond d’un PC…
    D’ailleurs le correctif avec la MAJ a ete faite dar dar sur les PC…

Postez un commentaire