web analytics

Le coup de l’aquarium…

33
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Nous avions déjà beaucoup ri (un peu jaune) voilà deux semaines avec cette merveilleuse histoire (pas reçu de réponse d’ailleurs, aurais-je été mal compris)… Cette semaine, c’est un sympathique directeur d’aquarium, qui m’écrit pour me commander des photos de poissons… Extrait :

Merouge_f10_01_big
Je recherche tout types de photos qui donnera « des yeux grands ouverts  » aux enfants. Je recherche du sensationnel, de l’émotionnel.. Bref tout ce qui va faire qu’on va s’arréter devant et se dire  » …ah oui , quand même! ». Concernant le budget, je ne suis qu’un petit Aquarium. Donc petit budget.

Mais en contrepartie je reçois 180 000 personnes et peux parfaitement communiquer sur ces bâches, sur vous, votre société…
Merci de votre retour. Très amicalement

Rien de bien méchant ce coup-ci, parcourez ma très amicale réponse ci-après :

… Et oui, je comprends bien évidemment. C’est une excellente idée ! Si, si… D’ailleurs vous devriez procéder vous-même de cette façon : ouvrez par exemple 1 ou 2 semaines gratuitement chaque mois… Afin que tous les enfant “communiquent” sur la beauté de votre aquarium dans leur écoles et contribuent à vous faire connaître : en augmentant votre notoriété, votre chiffre d’affaire fera certainement un bond… Abyssale !

… Je plaisante ! Je serais très heureux de participer à la décoration de votre aquarium,  mais en tant que photographe professionnel, par respect de cette profession, de mon travail et de celui des mes collègues, je n’envisage pas de publier mes images gracieusement. Si tout le monde le faisait, notre métier disparaîtrait tôt ou tard… Et les éditeurs (comme vous) seraient les premiers à déplorer la difficulté de trouver de belles images ! Je suis prêt à discuter avec vous d’un forfait raisonnable pour l’utilisation d’un certain nombre d’images que je tiens à votre disposition sous forme numérique…

A très bientôt
JFV

Ben woui…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

33 commentaires

  1. En même temps il à raison…
    tu le distribues quand ton prochain livre qu’on puisse se former en augmentant ta renomée!
    Mais seulement si tu nous fais un 5Ds Mark II Bis n (c’est pas ça son futur nom? j’ai dû oublier des lettres alors… )

  2. Oui, et Canon, ils devrait offrir tout les stocks qui reste d’EOS 30D et 350D… Afin d’augmenter leur notoriété…
    Ces grande société ne comprennent vraiment rien au marketting : offrir des boîtier aiderait Canon à se faire connaitre ! Oui, c’est la solution !

  3. c est un peu dure, deja il dit « petit budget » donc il ne demande pas les photos gratuitement. Quelqu un qui gere un aquarium n est pas forcement au fait des tarifs pratiques, je ne suis personnellement pas choque par son approche qui me semble peut-etre peu realiste mais pas forcemment deplacee.
    Ensuite, meme avec 180.000 personnes, ou meme 300.000…Pensez-vous qu on s occupe d un aquarium pour devenir riche ou faire du chiffre d affaire, savez-vous seulement si meme avec 180.000 entree, ca laisse de quoi payer des photos au tarif professionnel? Je lui souhaite, mais je n en suis pas aussi sure que vous ne l etes…

  4. Avec 180 000 entrées, il a déjà plus de moyens que Jean-François, et quoiqu’il en soit, je doute que cette personne travaille à l’œil…
    Réveille-toi, Xavier! La photo ça coûte cher en matériel et en frais, c’est naturel que les tarifs de parution s’en ressentent.

  5. Xavier sans longuement commenter ton « Post » …. » Nous ne devons pas vivre dans le même monde professionnel, voir même dans la même réalité »….
    Il va véritablement falloir que les éditeurs en tous genres, même les aquariums, sortent de leur bulle. Nous n’avons pas choisi un métier facile, un métier ou l’argent coule forcement à flot. Bon nombre de Photographes on du mal, chaque mois, à avoir une petite bouffée d’air qui facilite une rémontée en surface. Et oui certains de nos confrères pataugent….
    J’estime avoir de la chance, je nage comme un poisson dans l’eau dans les eaux troublent de la profession. Pourvu que cela dur!!!!!
    Aymeric TAUREAU Le GOEDREC,
    PS : Je tenais à tous vous faire savoir que depuis le 31 janvier, j’étais l’heureux Papa d’un petit bonhomme. Lui est sa Maman se portent comme un charme. Un nouveau sujet à photographier au quotidien… Que du bonheur!!!!

  6. ChristophePosté le

    Que voulez-vous…. c’est aussi un peu la faute de certains photographes qui naviguent dans des milieux pleins de frics et montrent des images du luxe… Du coup, les « gens » ont gardé cette image en tête et cela se voit aussi dans le monde amateur où certains filles qui n’ont jamais fait de photo espèrent être payer à prix d’or dès le début pour leur « belle » gueule. Pour le commun des mortels, un photographe est forcément riche.
    Tiens, une petit video pour rigoler : http://www.youtube.com/watch?v=C0rKBVDb7f8

  7. Le problème, c’est qu’au yeux de nombreux chefs d’entreprise, les photos ne valent plus rien (on les trouve gratuitement sur internet !). Pour eux, n’importe qui peut prendre une photo, car il suffit d’être là et d’appuyer sur un bouton. Par contre ils vendent très cher leur propre production, souvent de très mauvaise qualité, et paient leurs salariés des clopinettes !
    Nous sommes dans un monde où l’escroquerie est élevée au rang d’art majeur. Ne plus rien payer, mais vendre notre merde au prix de l’or, voilà le rêve de tout entrepreneur. C’est le règne du « directeur financier » qui ne pense qu’à réduire les coût au lieu d’étendre les possibilités de production. Voilà comment les agences photo coulent à pic et comment les photographes créatifs tombent au profit de médiocres qui bradent leur travail à vil prix. Nous perdons un savoir-faire de moins en moins rémunéré, et la société de l’image devient la société de l’image de merde.

  8. Je me demande s’il n’y pas un parallèle fait avec les logiciels libres.
    Je sais, la comparaison peut paraître un peu fantaisiste, une sorte de grand écart, mais c’est cet état d’esprit qui me semble problématique puisque comme tu le dis Nestor, on peut trouver plein d’images de qualité à moindre frais sur des banques d’images, et Adobe y contribue aussi. Mais ils n’ont toujours pas baissé le prix de la licence Photoshop. C’est un peu dichotomique à mon sens comme démarche.

  9. C’est un aspect délicat du métier à mon sens.
    Je suis d’accord avec toi sur le fait que casser les prix voire « offrir » des photos entraine une habitude chez l’éditeur qui à court terme tue le métier.
    Cependant comme il le précise dans sa demande, il a néanmoins un budget (certe petit).
    Donc sans vouloir le défendre à tout prix il partait dansune logique plus louable que celle du magazine qui voulait des images gratos (sans commentaire).
    Cela n’enlève en rien que de plus en pus de gens s’imagine pouvoir s’offrir des photos pro et payer un prix très bas. A qui la faute???
    Aux « amateurs » qui acceptent de publier leur photos sans connître les tarifs en vigueur? Aux boites genre fotolia qui banalisent l’image? Au rédactions et éditeurs qui en veulent toujours plus sans se soucier de la précarité dans laquelle ils poussent leur fournisseurs???
    Je ne sais pas, j’essaie pour ma part de faire ma place mais bon certains jours on se dit que bon…
    Sur ce bonne journée à vous et bonnes prise de vues

  10. La faute est clairement à tout le monde. Aux amateurs qui rêvent d’être publiés, même gratuitement (presse mag que tout le monde connaît), aux entreprises qui ne veulent plus rien payer à son prix, et aux photographes pros qui ont longtemps pratiqué des tarifs très élevés pour se faire des marges plus que confortables.
    Je crois que le principal fautif reste tout de même l’internet, qui dévalorise tous les travaux en les mettant sur un pied d’égalité, et en rendant la copie des photos très facile. D’ailleurs, on retrouve la même dévalorisation dans la musique et les films, qui pour le coup ont mangé leur pain blanc en se faisant par le passé des bénéfices faramineux ! Aujourd’hui, plus rien n’a de valeur, et c’est d’autant plus vrai que le travail est tellement dévalorisé qu’on ne peut plus s’appuyer sur un savoir-faire pour vendre une production de qualité. Les acheteurs s’en foutent de la qualité, il veulent une photo pour boucher un blanc dans une page (peu importe la photo) et surtout, un prix très faible pour se valoriser auprès de leur supérieur. Si la photo est moche et déplaît aux lecteur, peu importe puisque le livre ou le mag est déjà vendu ! On vit une époque formidable :-(

  11. Je rebondi (boing) sur ce qu’écrit Tony au sujet des logiciels libres et surtout des logiciels gratuits. Cela rejoint l’une de mes reponses au poste précédent sur la demande du magazine. Internet est, plus que tout autre média, un dévoreur de contenu. La quantité des sites est telle que l’on ne peut plus comparer ce médum (et non pas média, abus de langage de notre société de communication) aux média dit traditionnels. Ainsi la demande de contenu est fénoménale. La conséquence en est que pour attirer les internautes, plutôt que de les fidéliser avec un contenu de qualité, on les fidèlise en les impliquant dans la réalisation du site… Conséquence, le modèle économique du web s’inscrit de plus en plus dans une « professionnalisation » de l’amateurat. Si le passant peu proposer ses créations il reviendra et fera circuler la nouvelle. Dans cet univers le professionnel n’a plus sa place et devient un empêcheur de tourner en rond avec ces besoins financiers. Ainsi les modèles actuelles sont bien connus : youtube, dailymotion, etc. et certaines formes alternatives voient le jour, plus éthiques en quelque sorte : JPG Magazine insite les visiteurs a déposer leurs photos sur le site et à les soumettre aux votes des autres inscrits; dans chaque catégories les vainceurs seront publiés dans le numéros papier suivant et recevront 100USD et un abonnement de 1 an au mag.
    Tout ça pour dire que je suis persuadé que la donne économique et sociale se transformant radicalement dans l’univers des créatifs, de nouvelles forment d’organisation sont à trouver pour les photographes, leur permettant de générer un CA suffisant pour vivre et investir. Cela passe par de la créativité et de l’originalité bine sur, mais aussi par une plus grande rigueur/implication dans les circuits de vente. Pour passer du statut d’exécutant ou de partenaire artistique au satatut de partenaire économique.
    Mais je vous laisse, mon chat tout gris me griffe pour avoir des calins…

  12. JF tu me pardonneras j’espère, je fais remonter sur la pile mon dernier post suite à l’affaire « ski sur sable »…
    Je fais donc copier coller… pour réactualisé le post qui date de plusieurs jours…
    ——————-
    Ben voilà, il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour avoir de nouveau l’illustration des méthodes nauséabondes des communiquants.
    La semaine passée, j’ai reçu une demande d’une agence de pub :
    Bonjour, je suis agent de photographe (?) et nous sommes en train de préparer une campagne de pub pour la marque N……. J’ai besoin d’une image d’un groupe de dauphins entrain de sauter hors de l’eau. l’image doit être cadrée horizontalement . Auriez vous ce genre de photos et à quel prix sachant que les droits sont 1 an Europe tous prints + internet. merci par avance pour votre réponse. cordialement
    Voilà, j’étais en déplacement, donc je réponds rapidement… le lendemain elle me rappelle au tél, je lui fait une offre en appliquant le barême habituel, disons « agences ».
    Sa réponse :
    « Merci de votre réponse. Malheureusement, nous ne disposons pas de ce budget là, car…. blablablabla…. ».
    Et elle continue sans se démonter :
    « Les devis que nous avons reçu jusqu’ici sont de 1300 Euros sans affichage et 2500 avec affichage.
    Pouvez-vous vous aligner ? »
    Soit, plus que moitié moins que le tarif de BASE…de base…
    Ma réponse (je fais court là-aussi) :
    « POur être franc, je n’ai pas l’habitude de marchander mes photos »…..
    Elle ne m’a pas rappelé la cocotte.
    Conclusions :
    1/ Des « concurents » prêts à n’importe quoi ont cassé les prix au mépris des camarades.
    2/ Elle n’hésite même pas à annoncer les tarifs des concurents, ce que normalement avec un peu de déonthologie on ne fait pas, on répond gentilment qu’on a reçu de meilleurs propositions et que l’on ne pourra pas faire affaire cette fois-ci…
    3/ Elle ne m’a pas répondu quoi que se soit à mon dernier message…. comme quoi…
    4/ Ce métier devient vraiment n’importe quoi, on a de plus en plus affaire à des pouffes qui s’y croient totalement et n’ont aucune connaissance des réalités de notre métiers.
    Moi aussi j’aurais bien eu besoin de ce pognon, croyez-moi… Mais je vais pas baisser mon froc, non. Jamais, tant que je ne suis pas à la rue.
    Mais remarquez, avec ce genre de personnes et de méthodes… je ne vais peut-être pas tarder à m’y retrouver, à la rue.
    J’ai pas vendu mes photos, mais j’ai pu me raser le lendemain devant mon miroir. Même si j’ai rien qui est tombé sur mon compte ce mois-ci. Que dalle.
    Rédigé par: Christophe | 1 févr. 07 20:57:33
    ——————–
    La faute à qui tout ça ?
    A tout le monde ? non non non, la faute ceux que ça arrange bien…
    Internet : oui, un outil formidable qui m’a ammené des clients impossible à toucher autrement, et qui me permet de vous écrire depuis le fond de mon lit complétement bloqué des cervicales… mais qui, aussi, effectivement, met tout le monde au même niveau pour le néophyte, c’est à dire vers le bas… Un iconographe digne de ce nom ne surfe pas sur les sites des photographes « du dimanche » pour illustrer de bonne façon son magazine ou sa campagne de pub.
    Un iconographe pro a un budget, comme vous et moi si vous allez au ciné, parce qu’à l’entrée, ils ne vous laisseront pas entrer même si vous agumentez que vous avez déjà manger tout votre budget pour venir en métro.
    Mais au fait, il en reste encore combien, de bon iconographes en France ? Hein ? Des gens qui, quand vous discutez à battons rompus avec eux, se souviennent parfaitement par qui, avec et pour quoi, où et comment la photo a été faite… en 1995 ou 2002 ? Et aussi où ils l’ont vu publiée la première fois…
    CEs dernières années, dans les salles de rédaction, on se rend compte d’une triste réalité : les iconographes ne sont plus nombreux a avoir cette mémoire et cette culture de l’image qui nous est chère.
    Il en reste, mais plus bcp, on devrait eux aussi les protéger. D’ailleurs, ces icono nous défendent bec et ongles.
    Hélas, pour les autres, Ce sont maintenant de plus en plus des manipulateur(trices) de claviers, d’écrans et de souris et suivent les directives cinglées des rédactions qui n’ont plus de pognon pour le service photo…
    Dans les agences, il en reste combien d’icono qui peuvent vous dire que telle image de tel photographe est dans tel tiroir ? humm… pardon, c’est dans le disque n° 24 de la baie 5 du troisième serveur…
    Le pognon, il va ailleurs… il ne va plus aux services photos, il va aux actionnaires…
    Et pour les acquariums… c’est pareil…
    les portes ouvertes pour les gamins de banlieux, ils n’en font pas des masses. Par contre, ouvrir des cafétérias de m….. et vendre des peluches fabriquées en Chine par des gamines de 15 ans… oui, ça, ça marche et plutôt bien….
    Grrr… je sais pas si ce sont mes vertèbres qui me font mal et qui me rendent agressif, mais y a des fois…
    Aller, je le relance : RESISTANCE !
    Bravo JF !

  13. Ce phénoméne ne touche pas que les photographes. Internet a boulversé et touché toutes les professions. Mon garagiste du coin est aussi touché sur la vente de pièce détachée : ses clients préférant acheter à bas prix à Hong Kong.
    Les gens oublient que derrière un professionnel (toutes professions confondues), il y a des tonnes de services qu’Internet ne pourra jamais offrir !
    Que feront ces braves gens quand plus aucun professionnel n’existera en France ? ils iront faire réparer leur voiture à Hong Kong ?

  14. Pour revenir aux posts logiciels libres, icono,… Je rappelle que le groupe Hachette qui s’était emparé il y a quelques temps des Agences Gamma, Rapho, Keystone, Hoa-Qui, Jacana, Explorer et Top, et ce à moindre coût, vend à un important groupe financier toutes ces précieuses agences (Précieuses, OK ça se discute…).
    Le cause à effet, et que les Photographes « Staffer » de ces gences se voient, tout comme lors du rachat de Sygma, menacé de licenciement….
    Moi-même, ayant été il y a quelques temps sous contrat pick-up pour certaine de ces agences, je trouve gonfflé que l’on vire la matière première et leur extracteurs (Photos et photographes). Comment devons nous à présent appeller ces agences qui n’ont plus de photographes, des agences Business???
    Sans critique pour Gamma, mais après leur rachat par le groupe Hachette, l’équipe avait pris un sérieux coup de capitalisme derrière la tête. Je reviendrai d’ici quelques jours sur le sujet au travers de la rubrique DEBAT de mon site Internet, juste le temps de remettre à jour celui-ci. Je vous tiendrez au courrant.
    Aujourd’hui, en plus d’être photographe, je me dois d’être plus encore et de proposer des produits clefs en main à mes clients. Fini le temps ou l’on ne vendait que de la photogaphie, il faut maintenant fournir le plateau, le champagne et les coupes afin de pouvoir se raser devant son mirroir, payer une fortune pour voir 4 malheureux poissons derrière une vitre, boire un café de merde et acheter une peluche, icone de la honte capitaliste. Le tout pour se dire que l’on passé une super journée en famille.
    Bienvenue dans le 21ème siecle…. et à bientôt pour débattre de tout cela sur mon site http://www.hent-eon.com
    Aymeric TAUREAU Le GOEDREC

  15. selon l expression, l herbe semble toujours plus verte dans le jardin d a cote.
    j ne comprends pas cette montagne faite parce-que un gars demande une photo pour son aquarium sous le tariff, vous pensez vraiment que ca n arrive qux photographes??
    Faites des cuisines sur mesure, et 10 X par jour vous voyez des gens arriver vous demander des devis alors qu ils ont juste le budget pour une cuisine Ikea, vendez des jaguars, et 10 X par jour vous perdez votre temps avec des gens qui n ont la budget que pour rouler en lada mais qui vont voir chez jaguar quand meme…
    Si a chaque fois, tous le monde devait en faire un sujet sur internet, on serait pas sorti de l auberge!
    un tarif, desole mais ce n est pas fixe par des baremes officielles, c est une utopie, une photo, comme une voiture ou un jeans, son « vrai » prix c est celui de la loi de l offre et de la demande.

  16. Quel hasard de tomber sur ce type de débat alors que je sors justement d’une réunion où un type m’a dit que, je cite, « dans un marché, s’il y a un produit de bonne qualité et un autre de mauvaise qualité, c’est toujours le produit de bonne qualité qui disparait… ou, au mieux, qui se marginalise et devient minoritaire et négligeable. »
    Apparement, c’est ce que les écoles de commerce enseignent à leur étudiants.
    Las. Si cette « rêgle » est vérifiée dans mon secteur (un coup de malchance, je me disais), je constate ce soir que c’est la même chose pour le milieu de la photographie :o(
    Et en y réfléchissant encore un peu mieux, on s’aperçoit que c’est aussi le cas pour d’autres secteurs (inutile de faire une liste, nous pouvons nous la faire nous même).
    Quel bien triste monde où l’on nivelle par le bas et où c’est la qualité la plus faible qui domine :o(

  17. Mouais, Je voudrais juste ajouter à l’attention de Xavier, que en ce qui me concerne, je ne vais quasiment JAMAIS dans les grandes surfaces si je sais que je peux trouver la même chose chez un détaillant, un pro, un mec qui a besoin de taff.
    Je regarde les étiquettes et si je peux, je favorise toujours le commerce locale ou disons maintenant, équitable. Pour faire le plein de ma bagnole que j’utilise le moins souvent possible, je le fais toujours chez le petit garagiste de mon bled qui est ouvert 7 jours/ 7, même le jour de l’an, et je sais que je vais payer le litre de super 1,15 Euros de plus que chez Carrouf. Mais c’est pas Carrouf qui va passer 15 coups de fils pour me dépanner un samedi soir…
    Voilà. Tout ça me coûte plus cher que si je fermais les yeux.
    Mais, tous le matins, je me rase sereinement, en tout cas plus sereinement que les commerciaux dont les dents rayent le parquet en sortant d’HEC ou que les petits malins qui écrivent de beaux discours pour leurs « mentors » en sortant de l’ENA, tout en espérant leur passer dessus à la première occase politique…
    Oui, Xavier, à chaque fois on en fera un article sur internet…

  18. tiens, tout ça me rappelle ce disait un éminent confrère :
    « Un excellent commercial mais piètre photographre se fera toujours bien plus de pognon qu’un excellent photographe mais piètre commercial »….
    A méditer.
    Remarquez, il disait aussi un truc que j’adore :
    « Mieux vaut voler avec les aigles que gratter avec les poules » !!!

  19. Extrait d’un courriel reçu hier suite à l’envoi d’un devis :
    « Le travail est certes irréprochable mais le coût de ce seul achat de photo est supérieur à tout mon budget communication sur le salon(édition de dossier de presse, création de supports…).
    Je trouverai donc une autre solution pour ce panneau en y mettant des photos que nous avons pu prendre nous-mêmes.
    Très cordialement »
    Pour info l’institution qui m’a fait cette réponse, loge dans un splendide et luxueux complexe œuvre du célèbre architecte Jean Nouvel… Mais pour des photos, y a plus de budget !

  20. Oui, Rhino….
    Pour la photo, il n’y a de budget que pour le people, la mode et le luxe. Là, oui, les budgets pleuvent.
    Je peux te dire, en tant que faisant partie des derniers des mohicans des photographe de nature et de vie sauvage, qu’on va disparaitre nous aussi, tout comme les espèces et les milieux que je photographie pour vivre, et pour vivre ma passion.
    Les budgets, c’est pour les « hypes », pour la comm, pour la frime, mais pas pour nous. La preuve, ils jugent que leurs photos de m….. faîtes avec leur matos de m…. et sans expérience, j’imagine, va leur sufire…

  21. 1er contact, pour connaître mes tarifs :
    Seriez-vous disposé à collaborer sans rémunération
    pour 1 parution du magazine (l’une des 3 premières…
    le démarrage) en échange de crédits d’auteur ?
    (nouvelle publication = budgets restreints).
    Puis, après avoir sorti un tarif franchement honnête pour une publi internet
    Monsieur,
    Semble que de nombreux photographes font
    (malheureusement pour eux !) l’équation suivante :
    Vin & gastronomie = prestige = luxe = gros fric =
    propositions de tarifs photos élevés, parfois abusifs
    !
    150 Euros le cliché ? Pour un jeune talent (réf:
    artkaos.net) Oulala ! Vous y allez brutalement !
    Plus de 200 photographes nous ont contacté suite à
    notre annonce. Forte compétition il y a donc.
    Nous sommes tout à fait disposés à collaborer avec des
    photographes ayant peu d’expérience dans le business
    du reportage viticole ce, en échange de tarifs justes
    et équitables, qui tiennent compte de notre situation
    de démarrage. Donnant donnant dit-on.
    Cela dit, nous vous remercions de l’intérêt porté à
    l’égard de notre publication.
    Voila, je suis grillé, mais ca m’est égal !!!!!
    Merci pour ton blog de qualité (même si la part technique l’emporte vraiment trop sur l’esthétique).
    Richard
    « Pas facile de voler avec les aigles quand on est entouré de dindons !!!  »

  22. Ça me rappelle un mail reçu au boulot d’une agence de pub :
    « Je recherche des images pour une campagne gouvernementale sur la journée du 16 Mai (Pentecôte). Nous recherchons des photos de personnes en train de travailler, soit des fonctionnnaires, type enseignement, transport, et des salariés soit grands magasins, usines,… Pas de profession libérale ou de patron de boutiques.
    Evidemment pas de budget, avez vous des photos libres de droits.
    A très bientôt Et grand merci »

  23. Ça me rappelle un mail reçu au boulot d’une agence de pub :
    « Je recherche des images pour une campagne gouvernementale sur la journée du 16 Mai (Pentecôte). Nous recherchons des photos de personnes en train de travailler, soit des fonctionnnaires, type enseignement, transport, et des salariés soit grands magasins, usines,… Pas de profession libérale ou de patron de boutiques.
    Evidemment pas de budget, avez vous des photos libres de droits.
    A très bientôt Et grand merci »

  24. c’est la meme chose en graphisme…. société « bleu et blanc » dans l’habillement « classe »…
    vous voulez de l’argent ?, mais cher monsieur, je vous offre une référence de premier plan ! vous devriez etre fier et heureux de travailler pour nous …. meme chose à la fromagerie des chaumes…
    un grand nom comme le notre (!!?) cela va vous faire une référence cher monsieur…. le probleme, c’est que j’en ai deja des références…. LOLOL
    et comme il peuvent avoir des stagiaires à 300 euros par mois nourris logés par papa maman….

  25. Pour sourire de cet « ancien débat », Fotolia semble vivre ses derniers jours, voir heures… Un ami qui y avait des photos, me fait savoir qu’ils ont tout planté avec leur V2 : site introuvable pendant quatre jours, mots-clefs disparus sur des dizaines de milliers d’images… Ils vivent leurs dernières heures sans doute ! Un microstock de moins !

Postez un commentaire