web analytics

Le Leica M8 présenté à certains journalistes… sous embargo ?

24
BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

MAJ : Exclusif : Preview du Leica M8

Une source (qui je le suppose préférera rester anonyme) m’a glissé au détour d’une conversation, connaître précisément les caractéristiques du futur Leica M8… Fichtre ! Et de me les communiquer dans les grandes lignes : Capteur 10 MP, coefficient de correction de focale de 1,3, format DNG pour les raw, etc… Désolé, j’ai un peu oublié le reste ! Info ou intox ? Nous le saurons bien assez tôt… Le M8 aurait été présenté à un petit groupe de journalistes… sous embargo !

Leica_m8d

BILLET PRÉC.
BILLET SUIV.

24 commentaires

  1. Voilà du Grand Jeff ! Il y a effectivement matière à s’interroger sur ce genre de pratiques… Je me souviens d’un éditorial du rédacteur en Chef de Chasseur d’Images à ce propos !

  2. Privilégier certains médias par rapport à d’autres (un mensuel plustôt qu’un autre, la presse écrite plutot que le net) entraine un risque théorique de collusion, en effet…
    Et un risque théorique… suffit pour jeter un doute sur l’indépendance des journalistes invités.
    Car un journaliste n’est pas censé accepter de cadeaux : et recevoir une info avant les autres c’est un « vrai cadeau » !

  3. En fait, c’est pas vraiment un fake ta photo, mais une retouche d’un type très bien renseigné car en effet des détails infimes concernant la version finale y sont, mais juste un peu déplacés :)
    Pierre LAURENT: ne t’y méprends pas… Chasseur d’images y va systématiquement à ses présentations et au même titre respecte les embargos, mais ajoute juste un peu un ton râleur pour se démarquer. Une démagogie en remplace une autre.

  4. Le coefficient 1.3 est inacceptable, il n’y aura pas un vrai Leicaiste qui acceptera ça, ça fait le 21 à 28 et le 35 à 46 ! Vu le prix, ça va se vendre à Dubai ou au Koweit, nulle part ailleurs !
    Les journalistes ont parfois des privilèges, c’est plus ou moins normal, c’est un peu comme une interview exclusive.
    En revanche ce qui me laisse pantois, c’est qu’une boîte comme Leica ne soit pas foutue d’avoir une politique commerciale cohérente. Leica est un symbole, une religion même pour certains, le passage au numérique était déjà une gageure, il y a une relation quasi sado-maso entre le matos et l’utilisateur. Une photo faite avec un M ne se recadre pas, on laisse des bords noirs pour bien montrer que c’est toute l’image, on a la focale dans l’œil, presque toujours la même, le Leica M est un totem, un référent, et on le dénature ! Ce n’est pourtant difficile de trouver un capteur 24 x 36 plein pot sur le marché ! Ben non ils vont nous coller un truc bâtard.
    Pitoyable !

  5. Disons, que les allemand de Leica sont loin d’avoir les moyens de R&D des japonais de Canon ou des coreens de Samsung… C’est aussi triste que cela.
    Leica est bien fini depuis longtemps. On le sait : aucuns progrès technologiques sur les M depuis de décénes ! Et l’on commoufle ça en respect de la tradition … Mes fesse ouai ! Heureusement le snobisme de certains utilisateurs leur a permi de survivre jusqu’ici. Malheureusement le passage au numérique leur sera probablement fatal.
    Notez bien que j’apprécie les M… Je regrette juste qu’ils n’ai pas su évoluer en gardant leurs qualités initiales qu’on ne peut nier ! Le M7 fu pour moi une cruelle déception…

  6. C’est un peu simpliste comme position ! Je trouve aussi arnopier trop extrémiste. Mieux vaut un M8 avec coef 1.3 que rien du tout…
    Car pour l’instant rien ne remplace vraiment un bon vieux M7. Dans le genre discret et portable… Croyez-vous vraiment pourvoir utiliser un EOS400 comme un Leica ?

  7. Pour ce qui est de la R&D, j’imagine que les gens de Leica ont dû demander un coup de main à Panasonic qui a ce qu’il faut comme main-d’oeuvre dans ce domaine.
    Le savoir-faire photo de Leica (filiale du groupe Hermès, soit dit en passant) et celui de l’électronique de Panasonic (groupe Matsushita) peuvent faire bon ménage. Il s’agit simplement d’échanges de bons procédés, puisque Pana se lance ainsi dans le reflex.
    Avec ce M8 et en dehors du fait que l’optique est interchangeable et la présence du télèmètre, je ne pense pas qu’il faut s’attendre à quelque chose de bien révolutionnaire et fondamentalement différent de certains Lumix, rebadgés Leica dernièrement, mais je comprends que le facteur d’agrandissement puisque être un problème. Cela n’empêchera pas de le vendre quelques bons milliers d’euros.
    Maintenant, si les journalistes acceptent de jouer ces petits jeux d’embargo par ci et d’embargo par là, il ne faut pas qu’ils crient au scandale derrière. De toute façon, cela n’est pas bien grave, il s’agit que de matériel photo après tout.

  8. Jean-François, pour en revenir à la déontologie, il se trouve qu’en ayant des relations avec certains éditeurs, en discutant des heures avec eux au téléphone, il y a certains liens de confiance qui se créent. On se parle des prochaines versions, mais ils me supplient de ne pas en parler avant telle date.
    Je trouve ça tout à fait correct, et si je n’aime pas le produit, eh bien je n’en parle pas (puisque nous avons comme principe de ne pas parler de ce qui ne nous intéresse pas, sauf s’il y a vraiment arnaque).
    Donc en ce qui me concerne par exemple, je reçois des informations sous embargo, et ça ne me dérange pas trop. D’autres fabricants, d’autres éditeurs ont des relations avec d’autres, (voir Branislav avec inDesign), ça ne me dérange pas non plus.

  9. Tony: Panasonic n’a rien avoir dans le M8. Ni dans le capteur (qui sot il me semble des CMOS) ni dans le reste. Le M est bien en rupture avec celà mais uniquement dans cette gamme.
    Morgan: en effet, le M8 est bien le meilleur numérique discret et autonôme. Mais loin du M7…
    Picolo: en effet le M8 sauvera certainement Leica, même si les ventes ne se font qu’à Dubaï (mais j’en doute).

  10. Faut pas rêver, cela fait bien longtemps que la plupart des titres de la presse papier spécialisée ou professionnelle ne sont plus « indépendant ». Les raisons sont doubles :
    Les budgets pub qui rapportent plus que des ventes qui en grande majorité s’effondrent
    Les journalistes qui sont pour la plupart payés et au feuillet, ayant juste le temps de reprendre au mot près les CP des agences (les filles en mules… les chaussures) avec la pression des chefs de pub…
    Seul enjeux pour les marques, ne pas devenir une cible.
    Bref, les blogs réinventent peut être l’indépendance de l’information, en transformant l’embargo et scoop, pour le plaisir des titres papiers qui ne réagiront que 2 mois après la bataille.

  11. Je suis assez proche de la vision de François Cunéo… Je suis au courant (parfois !) d’un truc et j’attends que la deadline soit passée pour en parler… ou pas…! Cela ne change pas mon point de vue. Entre l’agence de presse qui fait son boulot et nous, il n’y a pas de lézard. On envoyait une information à feu Macdigit (définitivement fermé cette semaine), nous décidions de la traiter ou non. Comme nous étions en mode auto-financé, aucune pression…!

    Il y a quelques très rares sites de photo qui sont la voix de leur maître (histoire souvent d’acquérir le produit à prix réduit et l’arborer comme une décoration de vrai pro…) et qui recopient in-extenso le communiqué de presse qui leur a été servi… La question est : est-ce que les internautes sont réellement dupes…?!! Un indice, ce sont les seuls billets sans fautes d’orthographe.
    Mais ce qui m’étonne de la part des éditeurs, c’est qu’ils considèrent ces sites comme ceux de vrais journalistes alors que 80 pour cent du centenu émis n’est que du publi-rédactionnel…
    Astuce suprême pour ne pas être trop déconsidéré par leurs pairs, ces mêmes sites confient de temps à autre une info, histoire de montrer la force de leur réseau… Pathétique…!!

    NB : Le dernier commentaire de Yann est pertinent, peut être les blogs indépendants comme le tien, JF, sont le sel de cette transformation…

  12. François votre cas est un cas extrèmement partculier et ne peut être comparé avec le cas d’un mensuel papier (votre survie économique ne dépend pas de celle de votre site : dans un mesnsuel des dizaine sd’emplois et des bénéfices sont en jeux : la pression n’a rien à voire)… Vous faites votre site par passion et en totale indépendance finaciere : il est normal que les rapports que vous entretenez avec les RP des marques soient sains.
    Et je suis donc plutôt d’accord avec les point qu’a soulevé JF (et même Yan sans etre aussi extremiste)…

  13. Yann, ton commentaire reflète une profonde méconnaissance du monde de la presse et tient plus de la caricature simpliste. Ce n’est pas une insulte, une caricature déforme une certainte réalité, donc tu pourrais tomber juste. Ce n’est pas le cas.
    Quoi qu’il en soit, les budgets pub ont *toujours* rapporté plus que la vente, particulièrement en France qui n’est pas un pays de culture presse. L’indépendance ? je ne sais pas ce que c’est, mais pour avoir travaillé des années dans des groupes de presse, je peux t’assurer que *jamais* je n’ai subi la moindre pression. Et pourtant des choses assez désagréables pour de gros annonceurs de mon groupe, j’en avais rédigé. Parce qu’elles étaient vraies et vérifiables. Que ces annonceurs aient voulu faire pression sur mon PDG, voire le directeur de la rédaction, c’est arrivé, certains de mes confrères ont été même à l’origine de procès intentés par ces annonceurs, mais jamais cela ne nous a affecté mes confrères ou moi. Contrairement à l’opinion générale, on peut être tout à fait indépendant dans un groupe de presse.
    Pour revenir sur les embargos: qui se fout d’un journal (papier) qui sort son numéro hebdomadaire, quinzo ou mensuel, 1 jour ou 2 après une grosse annonce d’un constructeur/éditeur ? le lecteur ! Les embargos le plus souvent ne servent qu’à ça, permettre à un titre de ne pas se faire flouer pour une simple question de périodicité ou délai d’impression.
    En France, il est naturel depuis longtemps de cracher sur la presse, et de confondre Pernault ou PPDA avec des mecs qui font un boulot quotidien sérieux. A en croire la plupart des lecteurs (qui souvent ne lisent rien ou presque…), 90% des journalistes sont des incapables, des vendus, des idiots. Un peu simpliste ? non, cela reflète certainement une grande objectivité et une analyse pointue.
    La presse meurt, les blogs vont prendre le relais. C’est aussi à mon sens un raccourci, mais pourquoi pas. Mais quels blogs ? Qu’est ce que ça veut dire ? Ceux qui n’ont jamais accordé aucun crédit à la presse sont les mêmes qui soudainement accordent du crédit aux blogs. C’est devenu tendance.

  14. La France qui n’est pas un pays de culture presse? Il vaut mieux lire ça qu’être aveugle… La France est le leader mondial de la presse magazine. C’est les quotidiens qui se portent mal en France, la presse magazine est florissante, s’exporte très bien, encore que certains domaines souffrent sans doute de la concurrences des blogs, en effet. Après, on peut préférer la rigueur anglo-saxonne, c’est un autre débat. Quant à « l’argument » selon lequel la qualité se juge aux fautes d’orthographe, c’est d’un risible achevé! Les fautes d’orthographe sont un signe d’amateurisme au minimum, et d’une absence indiscutable de sérieux au delà d’un certain nombre. Personnellement, je regarde toujours avec défiance quelqu’un qui écrit comme un cochon. Si c’est un je-m’en-foutiste sur la forme, il y a de grandes chances pour qu’il le soit également pour vérifier ses infos.
    Je connais nombre de sites de qualité: celui-ci, cuk de François, où je n’écris plus de commentaires parce qu’il me casse les pieds, mais que je lis toujours parce qu’il fait bien son travail, d’autres encore, mais certains se prennent trop au sérieux ces temps-ci, l’exemple le plus pathologique étant Lionel de Macbidouille. Vous n’êtes pas journalistes, sauf exceptions non signalées; certains en conçoivent peut-être des regrets, de l’amertume, que sais-je? mais il ne suffit pas d’être indépendant des intérêts financiers pour être compétent et objectif. Par exemple, François fait des essais presque exhaustifs de matériels et logiciels divers et variés, mais il lui est impossible de juger objectivement d’un rendu colorimétrique, parce qu’il n’a pas le matériel de labo nécessaire, ni même les compétences très pointues requises. La Fnac, elle, le peut, de même que Chasseur d’images ou de gros sites comme Tom’s Hardware ou hardware.fr.
    Chacun sa place, les gars. Le blog, c’est amateur et subjectif, un bon complément de la presse, sans aucun doute, mais c’est pas demain qu’il la remplacera, et c’est tant mieux pour l’information.

  15. J’avais oublié un détail, c’est le mélange de genres répandu chez les blogueurs.
    – le plus fâcheux étant de trouver, au milieu d’infos disons sérieusement traitées, un peu d’autopromotion perso (Jean-Christophe Courte faisant de la retape pour les bouquins d’Eyrolles, un de ses employeurs, sur feu MacDigit (le plus beau blog que j’aie jamais vu, en passant), ou « népotique » (François Cuk pour les livres de sa tante ou les spectacles de son père).
    – deuxièmement, la totale absence de ligne éditoriale. J’aimais bien Macdigit, mais le rapport avec le Mac, il fallait le chercher à la loupe. Macandphoto est bien plus rigoureux de ce côté.

  16. Au risque de troller, n’est ce pas s’aventurer au large de la ligne éditoriale de MACANDPHOTO que de se lancer dans un débat (de sourds ?) blogs versus médias classiques ?

  17. « La France qui n’est pas un pays de culture presse? Il vaut mieux lire ça qu’être aveugle… La France est le leader mondial de la presse magazine. C’est les quotidiens qui se portent mal en France, la presse magazine est florissante, s’exporte très bien, »
    Tu sais quelle presse magazine fonctionne bien en France, et celle qui s’exporte ? La presse féminine avec une très importante longueur d’avance, et la presse magazine people. Cela fait de la France un pays qui a une culture presse ? Un pays qui a une culture presse, ce sont des citoyens qui lisent d’abord régulièrement la presse quotidienne, et les magazines d’information. Je ne méprise pas pour autant la presse magazine qui marche (quoique pour la presse people…), je fais un constat.

  18. Tu ne fais pas un constat, tu émets une opinion discutable. Je ne vais pas te contredire sur les féminins, c’est vrai, mais « Elle » a beaucoup fait pour la condition des femmes, c’est pas un magazine de blondes (telles qu’elles sont vues par les beaufs), et la presse magazine people est dans son écrasante majorité issue de groupes de presse étrangers: Prisma presse (Gruner & Jahr, Allemagne), édition française de l’espagnol hola, de l’anglais Closer). Quant aux hebdos d’information, ils se portent pas mal, le marché est seulement très éclaté, bien plus qu’en Allemagne, par exemple.
    Tu m’excuseras si j’abandonne là le débat, sinon Tesla va finir par avoir raison.

  19. Si de toutes façons tu abandonnes le débat…
    Quoiqu’il en soit je n’ai jamais émis de jugement péjoratif sur les magazines féminins, tu n’as pas compris mes propos. Et je suis moi même un lecteur attentif de certains féminins, enfin un surtout, parmi plusieurs magazines hebdomadaires en revanche.

  20. Ce que je veux dire, c’est que la vision duelle avec d’un côté la grande presse, et de l’autre côté les feuilles de chou, c’est simpliste. « Le Nouvel Obs » cire les pompes des copains socialistes, mais résiste en même temps aux pressions financières de certains annonceurs (Peugeot et PPR, par exemple), tandis que le PDG du groupe a bâti une partie de sa fortune sur le minitel rose. Les choses ne sont jamais simples. On trouve souvent le meilleur et le pire dans le même titre, c’est pour ça qu’il faut en lire plusieurs.
    De l’autre côté, la presse people fait vivre nombre d’anciens photojournalistes reconvertis, et c’est un bon baromètre de la liberté d’expression, du moins les titres poil à gratter.
    Bon, cette fois-ci, j’arrête vraiment. ;-)

  21. c’est vrai que Lionel de MacBidouille se la péte un peu trop. Quand à Cuk, par déontologie, je ne dirais rien vu qu’il m’arrive d’y écrire des choses :)

  22. TomCom tu réduis ce que je dis à une vision simpliste que j’aurais alors que je te précise à chaque fois ma pensée, alors en effet arrêtons là puisque tu ne perds une occasion dans tes interventions de porter un jugement sur moi, ce que je n’ai pas fait. Sais tu qu’on peut débattre sans pour autant attaquer son détracteur ?!

  23. @ TomCom…!
    Bonsoir… Juste un détail…
    Désolé, mais je ne suis pas salarié par Eyrolles…!
    Je suis co-auteur d’un livre « Comment travailler chez soi » – écrit avec Lukino – que le Groupe Eyrolles a publié (et donc je suis rémunéré sur les ventes d’un bouquin à 10 euros, à 50/50 avec Jacques). En tant que graphiste de livres indépendant, j’ai divers clients dont cet éditeur mais aussi Dunod, Le Moniteur, First Interactive, etc… Cela ne m’empêche pas d’évoquer sur mon blog (ou feu Macdigit…) des livres de ces éditeurs quand je les trouve bons (et jamais quand ils sont exécrables…!!) au même titre que ceux de Gallimard (« Effondrement » pour parler du dernier bouquin que je vous conseille…), CampusPress, Le Seuil, Librio, Fleuve Noir, O’Reilly, Phébus, etc. Effectivement, certains m’ont inclus dans leur service de presse (comprendre, recevoir un bouquin de temps à autre), les autres livres, je les achète en librairie…!
    En tant qu’auteur, j’ai eu possibilité de monter un partenariat avec Eyrolles.com comme d’autres le font avec iView ou Amazon.
    J’achète professionnellement mes softs comme mon matériel photo. Je n’ai pas de remise particulière…! Bref, pas de fortune personnelle, pas de bulletin de salaire qui tombe à la fin du mois, pas de parachute ANPE…!
    Est-ce que cela vous suffit, TomCom, comme explications…?!
    Quand à la ligne éditoriale de Macdigit (pour revenir sur un sujet désormais bouclé), on a eu tous un peu assez de ne parler que du mac et c’est pourquoi nous avions invité Hisako, Mickaël, Volker, Lukino pour ouvrir sur d’autres horizons…
    Voilà…

Leave A Reply