web analytics

Poussière, vous avez dit poussière ? Comme c’est bizarre…

30
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

À l’image des vagues d’apparitions d’ovni, certaines histoires reviennent périodiquement hanter la une de l’actu numérique… Colportées de sites en sites, plus vite que l’annonce d’un prochain iPhone ! Voici la dernière en date : le mystère de la chambre d’exposition de l’EOS 5D qui (telle la chambre jaune), attirerait les poussières, plus que d’autres appareils réflexes.

Ce à quoi je réponds : pourquoi pas !

Je n’ai d’ailleurs aucun avis préalable sur la question. Mais depuis janvier, je n’ai absolument rien remarqué de particulier sur le mien. Toujours est-il que l’on ne peut jamais rien exclure. J’ai peut-être eu beaucoup de chance…

_mg_1097Ma petite cabanne aux Philippines… Ou sont les poussières ? Invisibles pourtant elles sont bien là, noyées dans le fond  de l’image…

Malgrés deux mois d’utilisation intensive du 5D sur les plages des Philippines (atmosphère humide, sable, jungle, hébergement exclusivement sur la plage en bungalow de bambous) : rien ! En précisant que j’utilise 3 optiques que j’échange très souvent entre le 20D et le 5D (plusieurs fois par jour)… Sans oublier toutes photos faites récemment à Paris ou en Savoie dans la neige : pas une seule poussière qui ne vale le coup de sortir mon kit d’éradication !

Poussieres_taches_d60_1
Ceci était l’état du capteur de mon D60 à la fin de 2001 après 18 mois de reportages sans nettoyage ! Impressionnant non ? Pourtant, j’ai fait des double-pages et des couvertures avec ce capteur tout sale…

J’ai juste mis un unique petit coup de bombe CO2 (à bonne distance, l’appareil tourné vers le bas) pour faire tomber un long filament en forme de cil… Et depuis rien ! Enfin, si… Quelque mini pétouilles quasi invisibles si le diaph est ouvert à moins de f/11… Mais je ne vois pas l’intérêt de nettoyer ces petites choses, on attendra d’avoir une belle grosse poussière (ou une splendide tache) pour s’y mettre !

Poussieres_1
Image réalisée en fermant le diaph au maxi de façon à faire apparaitre les poussières (normalement invisibles à une ouverture  moyenne). Pas assez de poussières pour motiver un nettoyage immédiat…

D’ailleurs quelques amis et collègues professionnels équipés en 5D m’ont confirmé que eux non plus, n’ont pas noté de recrudescences particulières… Pas d’invasions de groupuscules de poussières subversives. Pas plus que du côté des collègues équipés en Nikon d’ailleurs… Enfin, pas plus que d’habitude ! Alors ? Cette malédiction des poussières ne frapperait-elle que les lecteurs du forum de Chasseur d’image ? Tatatahhh…

Oui, pourquoi pas ?

EclipsesmAllez faire un petit tour ici et : deux articles de l’excellent Cuk.ch s’intéressent de près à cette question, sans oublier cette page qui date de 2004. On est quand même rassuré, François a déclaré ne pas avoir envie de changer d’appareil ;-) .

Et vous trouverez ici, sur le forum de Chasseur d’Images, d’autres témoignages… Sautez certains post qui frôlent la stupidité, (comme celui qui affirme qu’il n’y a pas d’obturateurs dans les réflexes) et faites-vous votre avis…

En tout cas j’ai imprimé les 10 pages de commentaires pour tout lire
scrupuleusement sans trouver la moindre information nouvelle (et un
tant soit peu technique) me permettant de trancher.

Poussieres_taches En poussant le contraste à fond on trouvera toujours des taches et des poussières… Même sur un capteur neuf je le crains ! Ici un 20D, quelques jours seulement après l’achat…

On
raconte que les EOS projetteraient des taches de lubrifiants sur leurs
capteurs (origine des taches rondes)… Un autre argument avancé,
serait que le capteur étant plus grand, il générerait plus de charge électrostatique… Et vue sa taille, il recueillerait
statistiquement plus de poussières ! Cette dernière idée est un peu
idiote, car l’image
comportant plus de pixels, ces poussières sont de plus en plus petites
et donc de moins en moins visibles. Le taux de poussière au centimètre carré
n’a donc pas vraiment de raison d’augmenter pour cette seule raison… Non ?
Enfin je ne sais pas… Pourquoi pas ? Mais je me méfie toujours un peu de ce que racontent les lecteurs de Chasseurs d’image…

3J’en profite pour vous mettre en garde contre certains conseils de
nettoyage que j’ai lu sur ce forum et vous recommander (une fois de plus) la seule
solution qui marche à ma connaissance : les bons vieux tampons Sensor Swabs™ et le produit Eclipse. Relire ici mon « coup de gueule » accompagné de nombreux conseils sur la question !

Mais parlons plutôt du problème de fond !

C’est vrai qu’à la longue (ou même au début), quelques poussières
peuvent se déposer sur le capteur de votre appareil… La poussière
c’est la vie, on ne peut l’éliminer à 100% ! Et alors ? Ce n’est pas si
grave que vous le pensez… Mon capteur reste naturellement à peu près
propre… J’ai bien écrit à peu près ! Même s’il y a des petites taches
de temps en temps, elles sont la plupart du temps quasi invisibles
lorsque l’image à été shootée avec une ouverture de diaph moyenne… Et si elle est affichée à 25%, ou 50% à l’écran (n’affichez vos images à
100% qu’au moment de vérifier leur netteté). Et même complètement invisibles en
fonction du fond, par exemple des arbres, des vagues, la peau d’un
visage qui n’est jamais lisse… Et si par malchance la tache tombe en plein dans le ciel et bien je répare tout ça avec Photoshop ou un autre soft
(ça prend exactement 2 secondes avec l’outil retouche)… Pas si grave
non ?

Pour relativiser, lisez en commentaire le témoignage de Jean-Christophe (de Macdigit j’en profite pour les saluer)  qui nous écrit qu’il utilise :

« Un 350D régulièrement avec diverses optiques {…} Depuis une année, je ne l’ai jamais nettoyé… Certes, il y a des poussières dans mon œilleton de visée et comme je ne suis pas très méticuleux, le tout ne semble pas être sorti de sa boîte d’origine depuis deux minutes. Bref, j’ai participé involontairement, je le pense, via qq papiers sur Macdigit à cette psychose ambiante en anticipant la possibilité d’avoir des poussières… Un an plus tard, je dois reconnaître que ce problème (qui demeure réel…) n’est pas l’essentiel de mes préoccupations. « 

Vraiment ! Depuis mon premier D60 en l’an 2000, la poussière ne m’a jamais posé le
moindre problème (pourtant, j’en fais des images). Et je crois que pour 90% des utilisateurs, c’est la même chose (sauf dans les forums de Chasseur
d’Image). C’est peut-être bien pour ça que les fabricants ne commercialisent
pas vraiment de solutions (ça viendra peut-être)… Car quand il y a un vrai souci, quelqu’un fini toujours par vendre une solution ! Les problèmes engendrent des solutions : c’est une loi du capitalisme (enfin j’espère)…

_mg_6084_1Je ne le ménage pas beaucoup mon 5D (il est fait pour ça, pas pour prendre la poussière sur une étagère)…

Cette demande systématique des « amateurs experts » pour un système anti poussière me rappel la quête mystique de la fixation de sécurité de snowboard (dans les années 90), qui n’a jamais été inventé… Vu qu’elle ne servait à rien ! S’il existait un vrai problème poussière : les rares fabricants (tels Olympus) qui s’y seraient attelés en auraient récolté les fruits et auraient vu leur image de marque redorée… Olympus a beaucoup de mal à s’imposer avec son système anti-poussière (mais c’est peu être dû à la faiblesse des caractéristiques techniques de leurs boîtiers : face aux raffinements qu’offrent un EOS 30D, ou un D200, un boîtier Olympus n’est pas loin du ridicule).

Si une fée numérique pouvait
réaliser mes voeux les plus incroyables côté matos photo, ce serait en premier lieu :
des boîtiers plus petits et des optiques plus légères ! Par exemple un 16-70 ouvrant à 2.8, profitant de
l’encombrement et des qualités optiques du 16-35 f/2.8… Ou même un
70-400 stabilisé f/2.8, aussi bon et compacte que mon 70-200 f/2.8… J’aimerais que tout ça
soit disponible d’ici quelques années, bien avant un éventuel système anti-poussière ! Et j’espère que les ingénieurs de Canon bossent là-dessus…

Pour les pros (ceux qui font vraiment des images, pas ceux qui
s’amusent à régler leur boîtier pendant des heures), la question de
la poussière semble donc secondaire par rapport aux autres problèmes (à commencer par la
post-production et le workflow)… Lorsque l’on parle photo entre collègues, personne ne cause d’abord de la poussière. Mais tout le
monde regrette dans le désordre : le poids du matériel, son coût exorbitant, la
lenteur des ordinateurs, le manque d’ergonomie des logiciels, la complexité du workflow, etc…

Alors, essayez de ne plus penser à vos poussières et profitez de vos
photos, sans zoomer exagérément dessus dans le seul but de « chercher la petite bête »… En cas de besoin, nettoyez votre capteur 1 ou 2
fois par an au maximum. Au-delà, cela tourne à l’obsession, nettoyez plutôt vos lunettes !

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

30 commentaires

  1. MichelPosté le

    Oui, il faut savoir raison garder… Surtout que la majorité des photos étant faite entre f/4 et f/11 (si vous êtes un bon photographe pour obtenir le meilleur rendement de votre optique)… et bien la profondeur de champ rend vos poussières invisibles !
    Il reste 10 ou 20% des images ou quelques poussières sont visibles : c’est pas une cata !

  2. mmm, certains avis sur le forum photim tournent visiblement à la paranoia !
    Les moyens de netoyage existent et marchent bien (je n’ai qu’un 20D), et il n’est pas necessaire que le capteur soit absolument vierge de poussières pour faire de bonnes photos…
    On perd plus de temps (et d’énergie) à vouloir à tout prix prévenir les poussières que de faire un petit coup de tampon sur les 5% d’images qui représentent notre sélection finale !

  3. JFV 1 point :)
    Comme tu dis, il y a bien d’autres améliorations nécessaires avant un système anti-poussière dans le boîtier. Ceci dit, rien n’empêche Canon de le proposer dans son logiciel DPP à l’instar de Nikon. Cela faciliterait la vie du photographe de ce point de vue, car toute le monde n’a pas envie d’investir dans Toshop ou Elements ou autre.

  4. Je ne suis pas un professionnel, juste un petit graphiste qui utilise un 350D régulièrement avec diverses optiques …dont des Contax avec une monture adéquate.
    Depuis une année, je ne l’ai jamais nettoyé…
    Certes, il y a des poussières dans mon œilleton de visée et comme je ne suis pas très méticuleux, le tout ne semble pas être sorti de sa boîte d’origine depuis deux minutes. Bref, j’ai participé involontairement, je le pense, via qq papiers sur Macdigit à cette psychose ambiante en anticipant la possibilité d’avoir des poussières…
    Un an plus tard, je dois reconnaître que ce problème (qui demeure réel…) n’est pas l’essentiel de mes préoccupations…

  5. Fan du 5D !Posté le

    Photographe pro, j’ai moi aussi un 5D et j’ai du faire face à pas mal de petites taches au début… La bombe de CO2 n’a pas été suffisante pour les chasser. Alors il y a peut-être une sorte de période de rodage en effet… ? Mais rien que ne justifie un retour en atelier : un bon coup d’Eclipse et c’était règlé.
    Depuis, rien de spécial, la présence de poussières est similaire à ce que j’avais avec le 10D… J’évite de me focaliser dessus, c’est tout ! En je donne quelques coups de tampons si je dois livre des images à mes clients (de toutes façons mes meilleurs images transitent obligatoirement dans Photoshop)…

  6. AnonymePosté le

    Impressionnantes images ! Oui, comme quoi, il ne sert à rien d’essayer d’enc. les mouches, mieux vaut se concentrer sur les photos quon fait !

  7. Pierre LaurentPosté le

    Pas la peine de se prendre le chou pour quelques grains je vous l’accorde… Mais en même temps je serais prêt à payer quelques centaines d’euros de plus pour un boitier qui règle le problème. Même s’il pèse quelques centaines de gramme en plus à cause du dispositif de lutte contre les poussières !

  8. Les poussières ? c’est pour les glands.
    1/ ça s’enlève en un rien de temps avce le matos Eclipse, même si le prix du kit est une honteuse arnaque…
    2/ PhotoShop est utilisé par tous les photographes sérieux
    3/ Faut bien qu’une partie des amateurs puissent continuer à fantasmer et que les « journalistes » de CI continuent à vendre leur petit magazine…
    4/ Une diapo scannée c’est quand même autre chose à rajeunir quand elle est passée dans les mains d’un imprimeur, bonjour les crasses, les rayures et même les trous… Et là, on y passe des heures…
    Mon capteur de 5D je le nettoie une fois tout les 3 ou 4 mois.. ceux des MkII, idem…
    Et je passe mon temps au bord de la mer ou en Afrique…
    Bref, la poussière… c’est pas bien grâve…
    Bonne photos tout le monde, pros ou pas pros…

  9. 1- On ne peut pas nier que la poussière n’est pas un problème.
    2- Il n’est pas acceptable d’acquèrir un boîtier + optiques à plus de 3000 € et avoir des poussières.
    3- Le système Olympus est très performant et il est protégé par des brevets en béton. Raison pour laquelle on le retrouve pas sur d’autres marques.
    4- Canon a dans ces cartons plusieurs types de systèmes anti-poussières. Il n’est pas impossible que l’un deux prochains boîtiers en soit équipé.
    5- C’est une demande récurante de beaucoup d’utilisateur. Question posée auprès de Nikon, Canon et Pentax.
    Étonnament, on pourrait parler de période de rodage autour des poussières et de certains capteur. Avec le D2X, j’en avais quelques poussières visibles des F8 et au bout de quelquezs mois pratiquement plus rien. Constation personnelle et de quelques posseseurs de ce boîtier.
    Avec le 5D, il semblerait que le rodage se fasse aux alentours des 2000 photos et après un retour SAV.
    J’ai toujours mon OLympus E-1 et pas une possière… c’est pas un mythe mais une réalité.
    Il faut bien dfistinguer les problèmes:
    – Les poussières qui collent pas sur le capteur: un coup de bombe suffit mais surtout pas de poire à air.
    – Les poussières qui collent : solution Eclipse sans la bombe à air.
    – Les tâches de graisse sur le cap des 2000 photos : retour SAV.

  10. Une chose qu’il ne faut pas oublier c’est qu’on a beau avoir tous les systèmes anti-poussières que l’on veut pour nettoyé les capteurs, mais le gros du problème à mon avis reste les poussières sur les objectifs qui viennent se poser sur les optiques lorsqu’on est dans la brousse et que l’on a oublier de prendre son chiffon microfibres. D’où l’utilité du correcteur dans Toshop.

  11. mooonsieur numerikPosté le

    Monsieur digit je vous trouve bien sur de vous ! Je me demande d’ou vous tenez vous informations ? Comment savez vous que Canon prépare ce system antipoussiere ? Comment savez-vous pour le cap des 2000 déclenchements ? C’est un peu facile d’affirmer tout ça sans la moibdre queue d’une explication… Parler d’inacceptable n’a pas de sens : puisque 95% des boitiers vendu le sont sans system anti-poussière depuis le début : c’est bien que les pros et le amateur l’acceptent !
    Et l’acceptent tellement bien qu’à force de bouder l’argentique : ce dernier en est mort prématurément ! Si les poussieres etaient un VRAI PROBLEME : l’argentique se défendrait un peu mieux !

  12. > Monsieur Numeric.
    • Le système antipoussière Canon : pendant la conférence de presse du lancement du Canon 30D, j’ai posé la question sur un système antipoussière Canon.
    • Le cap des 2000 photos sur 5D : c’est un retour de forums que je fréquente (source Photim, Dpreview) d’une expérience personnelle.
    • Mais quand vous dites « 95 % des boîtiers vendus le sont sans système antipoussière depuis le début : c’est bien que les pros et l’amateur l’acceptent ! » je suis malheureusement d’accord avec vous, car la plupart des gens sont des veaux qui ne réagissent même plus !
    J’ai la chance de posséder un 5D, un D2X et un E-1 et un Pentax DL pendant plus d’un mois (je ne parle pas des prêts presse de boîtiers)… cela ne me permet pas de détenir la vérité, mais un recul plus objectif sur les qualités et défauts de ces différentes marques et le plaisir de photographier depuis 40 ans… cela peut aider. Je dis cela sans aucune prétention.

  13. JF, comme d’habitude tu postes des articles complètement à contre-courant – tu n’as pas peur ? Mais, sécretement, je suis tout à fait d’accord avec toi, les poussières ne sont pas le cadet des soucis d’un photographe Pro.Par ailleurs je me demande qu’une chose : comment tu as réussi à avoir utiliser un D60 pendant 18 mois tandis qu’il n’était même pas sorti encore (fin 2001 – tu es également alpha et bêta-testeur pour les appareils Canon ????

  14. mmm… oups ! merci de me reprendre quand je dis des anneries : je me suis peut-être un peu mélangé dans la date ! C’était 2001 en effet (je l’ai acheté sitot dispo)… Et gardé effectivement 18 mois (en paralèlle du 10D sorti 1 an après ) ! On vieilli et la mémoire n’est plus ce qu’elle était…
    Bon toujours est-il que ce ette histoire de poussière… Faut pas l’exagèrer non plus ! Il faut bien mettre un peu les pieds dans le plat non ?

  15. Mais oui, tu as raison, c’est un peu comme ces histoires de « banding » sur le D200 (pas très bandant, je conviens…)et sur le bruit de certains appareils à partir de 1600 ISO. Fichtre…


  16. Je laisse tomber, car la discussion prend un caractère trop polémique… dommage, le sujet était intéressant.
    Je regrette que l’un compare les poussières d’un reflex numérique avec celle d’un scan de diapositives ou qu’un autre parle du banding du D200 pour mettre en dérision ceux qui se plaignent des poussières sur le capteur… histoire de dire que cela peut paraître « pro » que d’avoir des poussières sur un capteur et que l’on est habitué.
    Il faut juste un peu de bon sens et ne pas dire que ces poussières n’existent pas ou ne sont pas génantes.
    Pourquoi y a-t-il tant de produits pour tenter, en vain, de les combattre ?
    Pourquoi une grande partie du SAV Canon et Nikon est sollicité pour ce type de problème ?
    Pourquoi des photographes amateurs, experts et pros, possesseurs d’un Nikon vont, gratuitement, faire nettoyer le capteur Bd Beaumarchais (Nikon School- tu connais JF).
    Enfin pourquoi après une séance de studio, nombreux sont les photographes qui nettoient leurs boîtiers numériques.
    J’ai fait un travail à Paques sur le Cap Ferret pour une école de Surf… malgré toutes les précautions d’usage, j’avais le 5D et le D2x (moins) remplis de tâches qui j’ai fait disparaître avec un coup de bombe à air.
    PS: je connais quelques ingénieurs en informatique qui sont d’excellents photographes et des Leicaistes qui savent parler de photo avec passion et compétence.

  17. oui ! Rigolo, je les vois arriver de loin dans ma boutique ! Je tiens un petit shop en Provence… Ils sont assez prétentieux les leicaistes ! et pas meilleurs photographes que les autres.

  18. Oups, vous avez tout à fait raison. Juste pour recentrer la discussion, je voudrais remarquer que tous les appareils ne sont pas égaux devant les poussières. Prenons par exemple le D30 (que j’ai revendu et qui fournit toujours de bons services ailleurs) et le D60 que j’ai gardé en deuxième boîtier. Les deux sont très peu sujet au bruit, je pouvais faire des photos pendant des mois et changer l’objectif aussi souvent que nécesaire,pas moyen de voire une des ces vilaines poussières. L’EOS 1Ds (et le 5D, D200…) est un véritable aspirateur à poussières et cela ne tient que d’une partie de l’environnement dans lequel on change l’objectif. Mais je pense que le simple fait de coller de l’adhésif double-face à l’intérieur de l’objectif et de souffler les lentilles arrières des objectifs de temps en temps (on peut parallèlement éteindre l’appareil et l’orienter vers le bas pendant le changement) réduisent une partie du problème. Je ne nie pas le problème (et avec l’EOS 1Ds) il en est un et je voyais passer beaucoup de clients pour faire nettoyer le capteur de leur appareil lorsque je travaillais chez Bip. Thierry, je sais qu’il y a aussi des ingénieurs informatiques capables à prendre de belles photos et désolé de t’avoir froissé – tu en est un ? Mais ce qui m’exaspère c’est la façon avec laquelle on traite habituellement un problème finalement pas toujours bien grave (sauf pour des photographes de mode ou packshot qui bossent en studio et qui doivent éliminer la même poussière sur des centaines de photos….) et avec quelle appetit certaines sociétés nous cherchent à vendre des produits « miracle » aux noms exotiques et au tarif astronomique !

  19. M’ouais, faudraist tout de même pas nier ou snober au nom « des pros » et de la « culture photo ».
    j’ai eu D60, 10D, 20D, et maintenant 5D.
    Pour mon cas, c’est pas un drame , je me débrouille très bien pour le nettoyage, ça me pose pas problème, et le fait pas toute les semaine ( 1 netrtoyge appyé et sereux apres le rodege du boitier et apres 2 nettoyge « simple » par ans).
    on m’avait prévenu que ce serai l’horreur sur le 5D, reputé inettoyble, j’ai été agréablement supris de le faire sans me prendre le chou, juste avec rigueur.
    Les taches grasses sur le 5D je les ai eu, et c’est coton à éliminer, apres plus de taches grasses, et ça ramasse bien moins la poussières (je nettoie plus souvent mon verre de visée que le capteurs).
    le pb c’est que on est tres mal conseillé ou informé (entre les trolls poussiérobruitobandoconriaques et les « expert auto-déclarés »), que souvent un nettoyage par un « pro » échange 3 grosse poussière contre 40 petites (certain SAV Canon redoutables là dessus).
    et puis y’a le marché juteux des produits « rika-zaraï » miracles, comme l’aspirateur Green-arnak.
    je ne despère pas qu’un margoulin propose bientot un liquide miracle « qui laissera une peliculle qui repoussera lles poussières, eliminera le banding, le bruit chromatique, etc…).
    Tenez c’est une idée ça! on monte une start-up les copains?
    Volker, le double face, dans le bouchon de l’objo, pas dans l’objo (ta ournure peut prêter a confusion)

  20. Hé hé, oui le double-face est évidemment déstiné au bouchons arrières et non pas à l’objectif – sauf si vous souhaiter repéter le succès d’un photographe connu des années 70 et 80 qui rayait les lentilles arrières de ses cailloux ‘blad pour mieux séduire les filles mineures ( mais ça, c’est une autre histoire). Et je suis d’accord pour cette expérience de nettoyage qui se transforme en cauchemar, j’en ai déjà eu et il vaut toujours mieux prévenir que d’en subir…

  21. salut a tous
    je remarque que ceux qui voyage le plus dans ce fil c’est ceux pour qui la poussière et le nettoyage des capteurs pose le moins de problème . Je pars avec mes boîtiers en principe deux fois par ans toujours dans des endroits hostiles pour les appareils et de plus il voyagent dans le top case d’une moto qui fait essentiellement de la piste. Je ne prend pas plus de précautions que ça quand je change d’objo , et le reste de l’année dans l’hexagone c’est pareil. Je nettoie les capteurs une fois voir deux fois par an (avec un compresseur d’air) et basta ca se passe tres bien

  22. Pour faciliter la vie du nettoyeur, il faudrait que le verre de protection du capteur se situe directement derrière l’obturateur (quitte à avancé légèrement ce dernier) et que le compartiment du capteur soit le plus étanche possible. Beaucoup plus facile que d’avoir le verre collé au capteur et se trouvant au fond de la chambre reflex. Malheureusement, cela doit poser d’autres problèmes aux fameux ingénieurs.

  23. A noter que Sigma a trouvé avec les SD 9 et 10 une parade : ils ont monté le verre de protection derrière la monture. De telle façon, toute la chambre reflex est protégé des poussières. Je n’en sais rien sur l’efficacité de ce dispositif….

  24. Je suis pro et je bosse ds le BTP. Je suis très souvent confronté aux poussières de par la nature de mes sujets. Même si ds l’ensemble elles st noyées ds l’image, j’ai fait recemment une série de 200 photos avec un poil de … sur fond gris bleu.
    Merci photoshop mais que de temps perdu. Les swap c’est une arnaque je trouve. Ca déplace la poussière. Résultat des courses, retour sav Canon pro et pour 35 euros, toilettage complet. Au prix des swap et du liquide, on peut se demander si ce n’est pas le choix à faire quand on a vraiment une grosse m… sur son capteur

  25. François CuneoPosté le

    Disons que personnellement, je me pose tout de même des questions.
    Nous sommes tous à vouloir un capteur détaillé, un piqué de derrière les fagots, on paie des objectifs L la peau des fesses, des boîtiers pas plus avantageux, et voilà que la poussière n’est pas un problème pour les pros.
    Je répète ce que j’ai écrit en humeur sur Cuk, avant le 5D, je n’ai JAMAIS eu de problème de poussière. Que ce soit clair! Et j’en ai eu des appareils!
    Donc bon, n’exagérons pas, certes, mais ne noyons pas le poisson non plus.
    Il y a bel et bien un problème, et il faudra bien que l’on trouve une solution.
    Personnellement, mon 5D est en service technique, j’attends son retour et je verrai bien de quoi il en retourne.
    Ce qui est sûr, c’est que je ne vais plus utiliser Eclipse. Pour moi, malgré les bons conseils de Bige, le remède est pire que le mal.
    J’espère simplement que mon rodage est terminé!

Postez un commentaire