web analytics

Lightroom : derawtiser nouvelle génération…

16
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Avertissement : il s’agit ici d’un premier contact avec la version béta 2 du logiciel pas d’un véritable test. Il y a eu depuis une version beta 3 depuis qui apporte beaucoup (mais alors beaucoup) d’améliorations (nous en reparleront au plus vite en mettant à jour cet article). Lightroom restera encore de longs mois en chantier… Alors attention à ne pas en tirer de conclusions hâtives ! Pour tout dire (et contrairement à ce que pouvait laisser penser ce premier contact), Lightroom me semble être actuellement le meilleur derawtiser nouvelle génération du moment !

Light_8_1Je vais tenter de décrire mes impressions au fur et à mesure que j’importe, retouche et ajuste mes récentes images du Taravana Freestyle (plus ou moins en lot) avec cette beta 2 de Lightroom…

Première très bonne idée des ergonomes d’Adobe : Lightroom propose au lancement un écran expliquant en cinq règles simples le fonctionnement du logiciel… Idiots ceux qui ne liraient pas !

Light_5_rules_2_7
Si l’on prend cette petite peine (ce n’est vraiment pas bien long), il est alors assez facile à tout photographe, même peu à l’aise avec l’informatique, de commencer à travailler de suite…

De là, à penser que Lightroom est conçu premièrement pour séduire les débutants, il n’y a qu’un pas que je n’hésiterais pas à franchir bientôt… Inutile de vous détailler cet écran, cliquez dessus (là, à gauche) et lisez vous-même ! C’est pour l’instant uniquement en anglais (en version béta), mais on espère une localisation française pour la version 1.

Préférences, assez minimalistes…

Light_pref_1_1
Avant de s’intéresser aux images, commençons (comme avec tout logiciel) par faire un petit tour dans les préférences. Je confirme que « Photoshop CS2″ sera l’éditeur externe par défaut et j’indique le chemin (à droite). A ce moment, le logiciel à le bon goût de me demander si je préfère exporter par défaut en 8 ou 16 bits. Je choisi évidement 16 bits, car je peux me le permettre avec 650 Go de disques à l’intérieur de ma tour G5 (dont 100 Go de libres)… La photo étant mon métier, je ne suis prêt à aucuns compromis sur la qualité des images. Mais réfléchissez bien avant d’en faire autant : le 16 bits c’est vraiment lourd au bout de quelques années !

Une nouvelle génération de logiciels… qui ne touchent pas aux pixels !

J’en profite ensuite dans le second onglet des préférences (File Management), pour demander au logiciel d’inscrire dans des fichier xml, la « cartographie » des modifications apportées aux images (les « .xmp sidecar » similaires à ceux de Camera Raw) et de placer ces fichiers aux côtés des images elles-mêmes (dans le même dossier).

Light_6_1Voilà le secret qui permet à cette nouvelle génération de logiciels (Bridge, Aperture, Lightroom), de retoucher indéfiniment les images sans jamais les altèrer et de proposer de nombreuses versions d’une même image sans alourdir davantage le disque. C’est aussi en cela qu’ils sont limités et ne peuvent se lancer dans d’importantes retouches comme le fait Photoshop (du moins en 2006, allez savoir ce que l’avenir nous réserve) !

On enregistre dans un fichier annexe .xmp, la description des modifications de l’image (nécessaire pour l’affichage et au moment de l’export) et surtout pas les pixels modifiés eux-mêmes ! Pour un Raw de 12 Mo, le xmp ne pèse que 12 ko ! Quand au tiff qui est exporté en 16 bits, il pèse 78 Mo !

Light_11_finderComprenez donc que je préfère ne pas utiliser un stockage de ces modifications, centralisé dans la base de donnée de Lightroom (située quelque part dans Library)… Si j’étais amené un jour à déplacer mes images d’un disque à l’autre (et je le serais forcément), je risquerais de regretter ce réglage par défaut ! Je préfère garder les images et leurs .xmp côte à côte. Ainsi, je peux sans problèmes déplacer et renommer le dossier qui les contient sans briser leurs liens…

On voit sur la capture d’écran de droite que mes RAW sont stockés dans le dossier Ligthroom de Picture et que chaque fichier .xmp est nommé d’après le nom de l’image originale (seule l’extention change). Ce qui pourrait permettre un jour d’éventuellement récupérer le travail fait dans lightroom, dans un autre logiciel capable de décripter les .xmp (le xml étant censé être un standard ouvert).

Light_4_1

iView Media Pro sait par exemple assez bien lire les .xmp de Bridge.
Au passage, on m’informe dans la boite de dialogue des préférences que
les .xmp de Camera Raw et de Lightroom sont (pour l’instant)
incompatibles (cause version beta). Mais la situation est en train
d’évoluer rapidement et l’on peut espérer un dialogue optimal des deux
softs dans un futur proche… Très intéressant tout ça non ?

Interface très soignée (c’est visiblement la mode)…

Nous sommes prets maintenant à importer des images dans le logiciel
(depuis une carte ou un dossier). Tout se passe sans soucis et on a le
loisir de les déposer à l’endroit de son choix… Ou encore de les
laisser là ou elles sont déjà… Ouf ! Voila une première très bonne raison
de préférer Lightroom à Aperture (qui par ailleurs semble nettement
plus ambitieux) surtout si l’on possède un gros stock d’images… Du
moins tant que le logiciel d’Apple n’offrira pas d’autre choix qu’une
base de donnée centralisée (c’est le repproche n°1 que je lui fais).

Light_3_1
L’interface est superbe, assez personnalisable et pleine de bonnes
idées ! Ah, si seulement Lightroom était une sorte de prototype destiné
à tester de nouveaux conceptes qui seraient appliquées plus tard à
Photoshop ou à Bridge (qui lui aurait bien besoin de quelques
inovations question design, même s’il reste mon préféré pour travailler
les RAW lire ici et )…

On ne se lasse pas de survoler de la souris les galeries qui font
apparaitre un petit effet de cadre lorsque le pointeur effleure une
image… Très visuel, très élégant, très sexy ! Très efficace egalement
la table lumineuse (fonction « compare »)… Un double-clic et hop on
passe en mode loupe. Tout cela va plaire !

Toute l’interface peut passer en mode plein écran (afin de cacher le
dock, le bureau et la barre des menus)… Et même « light out » ;
histoire de se retrouver dans l’ambiance d’une salle sombre avec une
table lumineuse allumée (ci-dessus à droite)… Tout ça pour ne pas
être gèné par les palettes. Vivement que Photoshop CS3 reprenne cette
idée splendide !

Light_7_1
Je suis un peu plus circonspect sur la fonction « Identity Plate Suport »
qui permet d’afficher son nom (dans la taille et la police de son
choix) ou même une image dans la barre supérieur du soft (capture
d’écran de gauche)… Barre que l’on peut masquer (ouf ! Autant de
pixels de gagnés pour les photos)… Un gadget idiot (?) qui sert
surtout à gaspiller de l’espace de travail et à séduire les gogos (il
est vrai que trop de photographes sont un peu « matuvu »).
Personnellement, je trouve ça plutôt racoleur et pas très digne du
sérieux des interfaces de la marque (ça me fait penser aux autocollants
« Turbo Touch » que l’on plaçait à l’arrière des 205 Gti)… Qui donc
Adobe cherche-t-il à séduire avec des « machins » comme ça ?

Un logiciel… bridé ?

Lorsque l’on arrête de s’amuser avec l’interface (ce que font pas
mal de sites qui parlent de logiciels photo) et que l’on commence à
travailler « pour de vrai » ; pour éditer un gros paquet d’images, euh…
les choses se gâtent un peu. On se demande si Lightroom n’a pas été
pensé pour être un cousin – un peu bridé - 
du couple Bridge + Camera Raw ? Pour éviter de canibaliser ses ventes ?
Dans une telle hypothèse, j’en déduis qu’il coûtera probablement moins
de 300 euros. Je m’intérroge sur le positionnement de ce soft… Est-il
le fruit d’une longue étude de marché ? S’agirait-il d’un projet issu
des ateliers de Macromedia, qu’Adobe aurait été forcé de reprendre à
son compte au moment de la fusion entre les deux entreprises ? On en
saura peut-être plus avec l’annonce de la version finale…

Light_10
A ce que je vois dans cette béta : certaines choses ont étés beaucoup
simplifiés, ce qui pose problème à l’utilisateur confirmé ! Telle cette
main qui se transforme en loupe avec un taux d’agrandissement fixe que
l’on est pas autorisé à changer ! Quelle mouche les a donc piqué ?
C’est une véritable plaie qui rend tout travail sérieux impossible
(s’il existe une astuce pour le règler, elle vraiment bien planquée)…

Du côté des meta données, le logiciel est vraiment en version beta.
Si les EXIF semblent récupérées, il n’en est rien des IPTC en
provenance de Bridge ou de iView (tous les mots-clefs sont pourtant
repris dans le panneau de gauche, mais curieusement pas appliqués au
images)… Adobe a encore du boulot de ce côté-là ! Tout cela ne génera
pas beaucoup les débutants, ce qui me confirme dans mon idée que ce
logiciel a été conçu pour ratisser large ( ou alors ne s’agirait-il que
d’une première fausse impression causée par la nature même d’une
version beta ? De nouvelles fonctions vont-elles être ajoutées au fur
et à mesure du développement ? )

Mais comment donc changer ce sacré taux de zoom ? Et surtout le
connaître ? Ceci est le premier problème sur lequel j’ai buté et qui
m’empêche carrément de travailler. Notament pour estimer la netteté des
images et les classer, j’ai besoin de les afficher à 50%, puis à 100%
(un peu comme avec mes « oeil » Schneider 4X et 10X dans le temps sur ma
table lumineuse)… Le problème se corse encore lorsqu’il s’agit de les
accentuer (mais je n’ai même pas eu le loisir de tester Lightroom
jusque là). J’espère que ce point noir sera très rapidement corrigé.

Fort embêtant également : rien sous le « clic-droit » dans
l’explorateur, pour copier les réglages d’une image à l’autre (la
solution existe mais elle est assez lourdingue)… Mais ou diable sont
passés les réglages automatiques (il n’en subsiste qu’un), qui nous
font gagner de précieuses minutes et que l’on peut à loisir : activer
et désactiver ?  Mais pourquoi ne trouve-t-on toujours rien sous le
« clic-droit », lorsque l’on est en mode « developpe » ?

Light_9
Fichtre, caramba : J’ai un peu l’impression de revivre le cauchemard de la version 1.0 d’Aperture (qui a bien progressé depuis)…
Et ces curseurs de « Tone Curve » qui ne sont vraiment pas très pratiques
(on aurait préféré pourvoir intervenir classiquement sur la courbe en
prenant des points de contrôle sur l’image grâce à la pipette)… Tout
ça est donc assez moyen… Normal me direz-vous pour une beta ?

Inutile de s’énerver pour l’instant, j’attendrais la Beta 3 (ou la
version définitive) avant de confirmer mes premières impressions et
réaliser un véritable essai de Lightroom… Sera-t-il le derawtiser du
pauvre par rapport à Camera Raw, ou une sorte d’alternative plus sexy
destinée à l’amateur expert  ? Telle est la grande question…

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

16 commentaires

  1. Après l’excitation du moment entre Aperture et Lightroom, on sent que le soufflé se dégonfle. Il y a encore plein de chemin à faire et il ne faut pas oublier que toshop en est à sa 9éme version depuis 16 ans et est loin d’être parfait. C’est bien dommage que l’utilisateur fasse les frais d’un logiciel perfide, mais on aura beau faire tous les bêta tests internes, le retour d’information des utilisateurs finaux reste irremplaçable. De ce fait, le choix d’Adobe pour Lightroom me semble réussi pour proposer un produit à terme le plus proche possible des attentes des photographes.
    Il y a actuellement un bouillonnement d’idées dans ce domaine et il y a de bonnes choses à prendre dans chaque application existante, mais aucune ne sera jamais LA solution pour chacun, car nous avons tous une logique personnelle de travail.
    Toujours est-il que je ne comprends pas l’acharnement de certains constructeurs de boîtier à vouloir proposer des solutions propriétaires au lieu d’aider les éditeurs tiers comme Adobe, Apple, PhaseOne, iView Multimedia, à améliorer leurs solutions.
    Bref, on a encore du boulot devant nous.

  2. j’utilise lightroom depuis la beta1, et je dois dire que j’en suis tres satisfait. et les forums qui lui sont consacré chez adobe-macromedia permettent d’en savoir un peu plus. la version 3 va bientot arriver (juin, normalement) avec des ameliorations dont une que j’espoerait: pouvoir comparer l’originale et la modifiée.
    pour ce qui est de la copie des reglages, il y a deux possibilités: soit le « copy from previous » que l’on peut appliquer en selectionnant plusieurs images en bas ou sur une seule, et enregistrer les reglages dans les preset. c’est assez pratique. je sais qu’il y a des ameliorations a apporter, mais j’en suis fan, et les galeries en flash générées, que l’on peut visionner en « full screen » permettent d’avoir des photos larges, bien visibles. on peut en voir directement sur un de mes sites qui rassemble (un peu) mes photos et celles de mon fils:
    http;//daniel.patin.adsl.free.fr/
    mais, au risque de me rabacher, je pense que lightroom correspond à mes attentes, et j’attends avec impatience son evolution. son prix aussi :-)

  3. Franck photographe on

    Oui les galeries en fash c’est excellent ! Mais l’application des réglages d’une image à l’autre est franchement laborieux comparée à Adobe Bridge… Mais c’est peut-être à cause de l’état de version beta ?
    Le problème est que beaucoup de gens qui parlent de Ligthroom ne connaissent pas et ne savent pas utiliser Bridge… Ils ne savent donc pas à quel point tout peut-être beaucoup plus fluide question traitement par lots.

  4. Tu a beaucoup mis a jour le papier depuis hier !
    Assez d’accord avec ta remarque… Beaucoup de gens parlent des logiciels sans avoir à les utiliser en vraie grandeur ! Des fois on a l’impression qu’ils se contente de recopier les arguments marketing offerts par les marques.

  5. Franck photographe on

    En effet, tous les efforts aux niveau de l’interface sont visiblement fait « pour ratisser large » comme tu dis… Le pros n’ont pas besoin de tout ce décor : les applications pro sont le plus souvent les plus sobres !

  6. L’outil compression est assez génial je trouve, regarde bien ce qu’il se passe dans la courbe plus bas lorsque tu modifies les réglages de compression. En tout cas je les trouve très pratiques et très intuitifs ces réglages de courbe en 3 parties pour les tons clairs, moyens et sombres.
    L’outil de recadrage est à mon avis ce qui se fait de mieux sur le marché, il me fait détester tous les autres (et surtout Photoshop). Puis j’aime beaucoup le fait de pouvoir se concentrer sur l’image à retravailler en rendant plus sombre tout le reste de l’écran (barre menu incluse) avec tout simplement la touche L.
    Sinon je partage ton avis aus sujet des métadonnées (catastrophique mais vraisemblablement en béta) et du classement: là je ne m’en sort vraiment pas.
    Pour le zoom: sachant que tout ce qui n’est pas visualisé à 100% à l’écran est un amas de pixels resamplé loin, trÈs loin de l’original (j’exagère un peu, mais il y a du vrai), ça ne me gène pas trop d’avoir le mode « réduire l’image à la taille de l’écran » (pour aperçu global) et le 100% pour (sa)voir vraiment ce que vaut cette image. Pas plus tard qu’il a y quelques jours, j’ai dû expliquer à un collègue s’étonnant de l’effet de moiré d’une image, de la visualiser à 100%. Le moiré a bien entendu disparu. Attendons d’avoir des écrans à 300 ppi, et là okay, il serait bon d’être au courant à quel pourcentage on visualise ;-)

  7. Alain graphiste on

    Désolé Yann tu dis une bêtise… JF a parfaitement raison sur le problème du zoom !
    L’affichage des pixels est parfait à 25%, 50%, 100% et 200 %… Ces 4 facteurs d’affichages sont le minimum dont on on besoin ! Si l’on a pas ça : impossible de travailler… (et l’on n’affiche évidement presque jamais à 33%, 66% et 150% pour les raisons que tu as dit)
    Je précise que ça fait 10 ans que je suis sur Photoshop TOUS LES JOURS de ma vie (ou presque) car je suis retoucheur et graphiste dans la pub…

  8. Oui, tu as raison sur l’outil compression qui est assez fonctionnel en effet (j’avais été induit en erreur à cause d’une image un peu spéciale). Il permet de règler le contraste dans les hautes et les basses lumières… Finalement assez pratique mais moins que de travailler sur la courbe façon Photoshop ou Camera Raw (tu place tes points différement selon les images ici t’a pas le choix). J’intervenais d’ailleurs assez souvent sur ces zones-là manuellement.
    Mais pas du tout d’accord avec toi concernant le zoom. C’est un très gros problème (qui sera obligatoirement règlé j’en suis certain)… Suivant la taille d’impression finale on doit utiliser 50% ou 100% ou même 200% avant d’appliquer des réglages de netteté ! Appliquer de la netteté est tout un art et ne s’improvise pas.
    Obligatoire donc j’insiste pour des petit formats de vérifier l’affichage à 50% ou même 25% !

  9. Pour l’affichage non 100%: il faut savoir que tout logiciel doit interpoler les pixels dès lors qu’il affiche à un pourcentage différent de la taille réelle, puisque dans une petite matrice il devra y coincer plus d’information sous forme de pixels. Autrement dit: sur un carré de 6×6 pixels il va devoir en faire un de 3×3 pixels à 50%. Ces 3×3 pixels ne correspondent pas à l’image originale, on est bien d’accord, c’est juste une nouvelle image rendue exprès pour l’instant donné et dépendant de la qualité de prévisualisation du logiciel (iView permet de régler ça pour les thumbnails) et de l’option choisie (bicubique, bilinéaire) le résultat est différent (Photoshop CS2 apporte des nouvelles options d’interpolations bicubiques plus lisse ou plus nette pour changer la taille de l’image — qui ne s’appliquent pas à l’affichage que je sache). C’est là que je voulais en venir. Je comprends qu’habitué à ces visualisations à pourcentage (je le suis aussi ayant un boulot semblable à celui d’Alain depuis au moins si longtemps ;-) ça manque dans Lightroom. Mais ce que j’ai avancé est une tentative d’explication pourquoi il en est et il en restera peut-être ainsi).
    Jean-François: dans l’idéal je règle la netteté d’une image au format de sortie et à 100%. La netteté à une visualisation à 50% ne correspond qu’à la constellation Yann + écran de Yann + logiciel de Yann mais pas forcément à la sortie de Yann sur papier, puisqu’il y avait interpolation d’une part à l’écran et d’autre part, ne serait-ce que par les driveurs d’imprimante, à la sortie. Par contre je te suis tout à fait sagissant du « feeling » de visualisation d’une image à un pourcentage donnée, même si elle ne correspond pas forcément à la réalité.

  10. Oui, je suis d’accord avec tout ça… Merci des précisions !
    Résultat les affichages 50% et 200 % nous manquent beaucoup ! Il me manque aussi quelque chose comme « ajuster à la taille de la fenêtre » ou à la taille de « l’écran » (pomme 0 sous Photoshop), présent dans tous les ligiciels dignes de ce nom et que j’utilise assez régulièrement (pour vérifier confortablement et simplement le cadrage d’une image même si les pixels sont un peu de la bouillie de pixels ! )…

  11. Salut à tous, je viens de télécharger la version Beta 3, et je la trouve pas mal du tout, j’ai l’impression que les problèmes de meta données sont réglés de même que l’export en .jpg qui garde le profil colorimétrique sélectionné (La bêta 2 ne conservait pas sur mon iMac Intel les données Adobe RVB, il fallait que je réenregistre sous Photohop.
    Ensuite la comparaison des clichés, avant et apres changement c’est vraiment bien, et enfin on a « working » lorsque Lightroom est en cours de travail. On attends plus dans le vide.
    Y a aura t il un autre petit test prochainement sur cette nouvelles version ?
    ++

  12. Sinon quelqu’un a une idée plus précise de la date de sortie de lightroom?
    Je trouve déjà la version Béta de très bonne qualité, nous devrions donc avoir un logiciel plutôt performant lors de la sortie officielle. :-)

  13. Bonjour à tous,
    je vais commencer par une petite introduction.
    J’ai finalement craqué pour le numérique il y a un mois. Un p’tit D70s.
    Et là… première constatation : il va falloir que je trie, catalogue et corrige mes clichés.
    D’autant plus qu’on shoote beaucoup plus en numérique qu’en argentique. :)
    Depuis 3 semaines, je fais le tour des appli dispo sur le marché.
    iView : sympa pour classer mais les retouches de RAW plante chez moi :(
    Nikon Capture NX : que c’est laid… Puissant, sûrement mais je n’ai pas de plaisir à travailler avec cette appli.
    Aperture : je n’ai même pas testé. La centralisation de la librairie est rédhibitoire pour moi.
    Restait Lightroom : finalement, c’est là où j’ai le plus de plaisir à travailler mais… comme le disent beaucoup ici, le zoom quasi imposé (au fait, avec Pomme – et Pomme =, on peut changer le niveau) , et le fait de ne pas pouvoir modifier la courbe RVB en direct comme sous toshop me perturbent.
    Par contre, la fonction crop… Mamma Mia, quel plaisir :o)
    Bref, j’vais continuer mon p’tit tour des appli (je voudrai voir DxO) et je ferai un choix après… et si Lightroom version finale est complète (avec un cataloge façon iView) , je sens que je craquerai… si le prix me le permet (roll)

Leave A Reply