web analytics

Aperture : patience, on bosse !

13
BILLET PREC.
BILLET SUIV.

Indexkeywords20051025Après avoir épluché les infos disponibles sur le net (pour l’instant principalement en anglais), il semblerait bien qu’Aperture constitue une véritable révolution dans le traitement des RAW, des photos en général et même dans leur stockage. Je vous livrerais un petit pensum sur la question dès que j’aurais fais le tour de la question…

Une chose me semble tout particulièrement intéressante : les modifications appliquées aux images ne sont pas enregistrées en temps que telles dans les pixels (ce qui oblige à sauvegarder une version originale et pèse forcément très lourd et plus encore si vous désirez préserver différentes étapes du travail), mais plutôt à la façon des calques de réglages de Photoshop, et appliqués aux pixels uniquement si vous exportez l’image en dehors d’Aperture. Vous ferez ainsi des économies de disque dur…

C’est la véritable prouesse du logiciel. Moi qui vient de retoucher une trentaine d’images (seulement) scannées en 4000 pixels de large sur 16 bits avec de multiples sélections enregistrées en couche et de calques de réglage (le poids de certaines images dépasse le giga), je me retrouve avec un dossier pesant des dizaines de gigas à la fin ! Un cas typique qu’apperture gérerait avec beaucoup plus d’élégance…

Mais cette façon de travailler (nottament les RAW) entraîne malheureusement une conscéquence un peu inquiétante : le risque d’être pieds et poings liés au produit après quelques années d’utilisation n’est pas négligeable (comme c’est souvent le cas avec les produits Apple). Il semblerait en effet que tout le travail que vous ferez dans Aperture, ne pourra pas être exploité en dehors d’Aperture (y compris sur les mots-clefs et l’indexation ce qui serait un gros soucis)… Ce n’est rien de plus qu’une inquiétude de ma part pour l’instant, il faudra vérifier ce point mais je crois bien que l’on n’y coupera pas !

BILLET PREC.
BILLET SUIV.

13 commentaires

  1. Oui, voilà un point que moi aussi j’avais repéré… Mais sans doutes de petits malin développeront-ils des tas de solution pour contourner ces limitations ?

  2. DominiquePosté le

    C’est une des raisons pour laquelle je n’ai jamais voulu utiliser iPhoto, mais plutôt iView, plus un dérawtiseur (j’adore ce néologisme) tel que DPP de Canon …
    J’espère que l’on pourra essayer Aperture avant de l’acheter, une de mes craintes résidant dans la configuration nécessaire pour le faire fonctionner correctement ! Pas envie de changer mon iMac G5 20 ‘ largement suffisant pour mes autres besoins …
    P.S. : Au passage puisque c’est mon premier post ici, bravo pour le site ! Pertinent, sympa, bien fait …

  3. Effectivement d’un côté on gagne énormément de place et certainement du temps et de l’autre il semblerait que l’on soit poings et mains liés à Aperture ; mais c’est un moindre mal au regard des nombreuses innovations de cette application. Il n’y a plus qu’à attendre Aperture pour en avoir le cœur net… Aucun responsable chez Apple France n’est en mesure de fournir la moindre information sur ce soft !

  4. Vous avez fait la liste des produits géniaux Apple qui ont été abandonné par la firme?
    Inquiétant tout de même…
    J’aime iView également parce qu’il permet d’aller sur d’autres plateformes. Alors Aperture m’inquiète un peu, en effet.

  5. Ce n’est pas un problème majeur si une application photographique est développée uniquement sur Mac… on n’est pas dans le cadre d’un produit de gestion bureautique. Exemple FCP est uniquement sur Mac ; il a permis de faire switcher des PCistes vers le Mac. La question se poserait différemment si c’est un produit de gestion bancaire.
    S. Jobs n’a pas abandonné de produits majeurs, à ma connaissance. Le gros clash a été l’abandon d’Open Doc (mais ce n’était pas Jobs qui était aux commandes).
    Aperture est un produit hautement stratégique pour Apple et je plains les éditeurs avec des produits qui vont se croiser avec Aperture.

  6. Oui, je suis d’accord avec Thierry. Un soft comme Aperture représente un énorme investissement et sûrement des espoirs importants pour Apple (comme Final Cut)… Mais d’autres éditeurs vont surement se lancer sur le même crénau et en particulier du côté PC. Mais a part Microsoft, aucun n’aura l’avantage d’une intégration aussi près des couches basses du system (ce qui permet de mieux tirer partie de la puissance des processeurs).

  7. L’esprit d’Aperture. Et Reuters.

    Jeudi 8 décembre, au Tapis Rouge, il y a un petit séminaire sur le logiciel Aperture, développé par Apple. J’y serai, je suis bien curieux d’en savoir plus. En attendant, vous pouvez toujours allez voir du côté de Mac And Photo où les avis…

Leave A Reply